Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Différence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Différence    Lun 19 Jan - 1:16

La guerrière ouvrit la lourde porte d’un geste nonchalant, son regard se posa un à un sur les gardes présents avant de s’immobiliser un bref instant sur Alastryos puis d’un signe de tête qui pouvait se confondre à sa remise en marche, elle le salua et poursuivit tranquillement son chemin.
Elle marchait d’une allure posée, songeant à ce qu’elle pouvait bien faire du reste de sa journée. La lumière à l’extérieur déclinait, elle pouvait rejoindre ses disciples sur l’arène, peut-être même les entraîner  et leur réserver la surprise de la bonne nouvelle, ou au contraire les motiver par l’annonce qu’elle avait conversé à leur sujet avec Say pour une potentielle place au sein de sa garde avant de leur faire connaître l’enfer qu’ils subiront avec fierté, demandeurs de plus. Sinon, elle pouvait se trouver un lieu calme, sans une âme qui vive, afin de se libérer des tensions que le seigneur des ténèbres avait éveillé en son être par une activité intense jusqu’à lassitude ou épuisement. Finalement elle décida qu’une petite visite au dojo s’imposait.

Suivant ainsi son plan initial que de trouver refuge en sa salle dédiée après ce détour fort intéressant, la jeune fille se retrouva très vite derrière la porte de sa destination où elle pouvait entendre s’agiter avec ferveur les âmes qu’elle s’apprêtait à retrouver. La voix de Fangs tonnait, et elle pouvait distinguer chaque mot aussi clairement que si elle se tenait à ses côtés, elle esquissa un rictus lorsqu’elle réalisa l’enchainement qu’il était en train de leur montrer. Cette série de mouvements était très précise ; chaque mouvement nécessitait la minutie, l’équilibre et l’élan du précédent et le moindre défaut ne permettait nullement son exécution. Si le pied n’était pas correctement posé, le corps ne pouvait trouver l’appui nécessaire pour le geste qui le succédait, et si ce dernier n’était pas suffisamment rapide, le troisième ne trouvait pas la vitesse requise pour s’effectuer et il en était ainsi jusqu’à la fin. Bien sûr les plus agiles pouvaient toujours rattraper leurs erreurs d’une manière ou d’une autre, soit par transformation de l’exercice demandé soit par la force ou la souplesse du corps mais cela laissait plus de chance aux blessures. Conscient de la difficulté de sa demande, l’adjoint réduisit l’entrainement sur les deux premiers mouvements et Ayumi savait qu’un bon nombre d’entre eux ne passerait jamais la première figure, cependant il était important de leur faire essayer afin qu’ils comprennent l’importance de la persévérance et de la précision.

Tranquillement elle poussa la porte, son regard parcourut rapidement la pièce et compta dix-huit têtes en dehors de Fangs. Elle y trouva deux de ses disciples avancés qu’elle n’avait pas vu depuis un certain temps pour une raison inconnue et qu’elle estimait ne regarder qu’eux, ainsi que quelques autres anciens, le reste lui était encore étranger, probablement des nouveaux arrivants ou des débutants qu’elle n’avait pas encore eu l’occasion de croiser.
A son entrée, les aînés la saluèrent d’un signe discret qu’ils ne doutaient aucunement qu’elle remarquerait afin de lui montrer leur respect sans interrompre un seul instant l’exécution de leurs mouvements. Les nouveaux concentrés ou inattentifs à leur entourage ne lui payèrent aucune attention, et ceux à l’attention volatile se retournèrent pour l’observer et papoter, ce qui évidemment fit hurler l’adjoint qui distribua un coup de bâton au déconcentré le plus proche tandis qu’il se rapprochait d’elle.

Il était grand, bien trop grand pour que la gamine ne prenne la peine de le regarder dans les yeux lorsqu’il se tenait proche d’elle, ne tenant pas à garder la tête en l’air bêtement. L’homme nota le pot de terre qu’elle tenait en main, et bien que son sourcil s’arquât de curiosité, il n’en dit mot et se courba profondément devant elle avant de venir se tenir à ses côtés et de lui demander d’un ton chaleureux :

« Souhaites-tu prendre la suite ? »
Son regard parcourant les personnes une à une, chacune tentant d’effectuer l’exercice qui leur était demandé, Ayumi prit un instant avant de répondre paisiblement :
« Plus tard, poursuivez. »

La jeune fille alla s’installer dans un coin de la pièce qui lui était réservé. Elle défit Shieien de sa ceinture et le posa près d’elle. Assisse en tailleur, elle observa ; le duo parvenait à effectuer l’enchainement dans sa quasi-totalité avec une certaine hésitation que se laissait transparaître par endroit, les plus anciens quant à eux avaient chacun une avancée différente mais l’écart était incontestable autant avec leurs deux aînés  qu’avec les nouveaux. Fangs parcourait les rangs, apportant aide et conseils et elle l’entendait répéter encore et encore les mêmes paroles, quelque peu admirative du temps qu’il daignait accorder, elle avait encore beaucoup à apprendre elle-même, elle en était consciente.
* Un acier brut…* songea-t-elle en se remémorant la première rencontre de cette journée.

« Bien, prenez vos armes à présent et divisez-vous par deux. Trois attaques, un point. Les vainqueurs à droite» Ordonna le démon d’une voix forte et autoritaire avant de poser son regard sur son maître, l’interrogeant sans un mot.

Ayumi se releva tranquillement, sa main porta son sabre qu’elle rattacha à sa place.  Elle vint face à lui, et dans un sourire plus qu’heureux Fangs hurla à toute la salle le départ. Alors que tous les disciples s’élancèrent, les deux maîtres restèrent immobiles, se toisant du regard, analysant la moindre gestuelle, une micro seconde pouvait tout changer, un battement de cils pouvait devenir une ouverture, une hésitation, un souffle pouvait trahir une intention. Alors que le calme revenait autours d’eux, ils s’élancèrent, vifs, rapide, précis et dans un bruit métallique ils se retrouvèrent figés, et le rire de l’adjoint résonna amusé avant de se reculer de la lame de Shieien. Cette dernière logée contre son flanc, s’était arrêtée au millimètre près alors que l’arme de l’homme était encore à deux bons centimètres de sa cible. C’était cette différence qu’il devait un jour parvenir à combler. Il lui arrivait bien sûr de porter des coups à la jeune fille, voire même de remporter un duel mais ces moments étaient rares et bien trop souvent souhaités par  son maître.

« Nous avons de la visite » Susurra-t-il pour la démone avant de hurler haut et fort «Les vainqueurs par deux, même chose ! »


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille


Dernière édition par Ayumi Kumiko le Mer 21 Jan - 23:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 21
Localisation : Tu veux vraiment le savoir?


Vos Infos
Race: Démon mineur de la Force
Fonction : BOurrin
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 38
Magie10
Armes27

MessageSujet: Re: Différence    Mer 21 Jan - 22:35

La porte du dojo s'ouvrit, et la silhouette gigantesque de Rhadamante se profila dans l'encadrement de la porte. D'abord, on voyait l'armure légère, ressemblant fortement à une version très allégée des armures de samouraï. Puis vient le visage. Ce visage... Totalement indescriptible, tant il est androgyne. Et un simple coup d'oeil au reste de la silhouette confirme cet à priori: genre indéfini...
La monstrueuse silhouette s'avance, comme si son propriétaire avait tout les droits du monde de se trouver en ces lieux. Les yeux noirs ne perdent rien de l'environnement alors même qu'un sourire narquois se dessine sur le visage. Du haut Dr ses deux mètres dix, Rhadamante observe l'intégralité des occupants de la pièce. Puis son sourire s'élargit alors même qu'il pointe du doigt l'un de ceux qui combattaient à son arrivée. La voix qui résonne est absolument masculine.
-Toi! Montre moi ce dont tu es capable!
Le guerrier en question hésite, puis se met en garde. Bien que cela paraisse impossible, le sourire de l'intrus s'élargit encore.
-Parfait! Donne-toi à fond!
Et aussitôt, la chair de son visage semble se consumer. Des lambeaux de chair s'envolent en fumée, révélant un masque qui ne couvre que la moitié du visage.
En face de Rhadamante, le novice hésite, puis raffermit sa poigne sur la garde de son arme. Son adversaire, lui, reste nonchalant.
L'élève s'élance. Au même moment des chaînes enflammées jaillissent du dos de son adversaire et commencent à s'enrouler autour du bras de son adversaire. Celui-ci pare donc le coup sans la moindre difficulté.
-Et c'est tout?
L'instant suivant, l'élève est soulevé de terre puis envoyé contre le mur.
-À fond, j'ai dit!
D'autres élèves tentent de venger leur camarade. Mais au moment ou ils entourent le colosse, des dizaines de chaînes supplémentaires jaillissent de son dos et enserrent les disciples. En moins de cinq minutes, tous les occupants de la piece sont immobilisés. Tous, sauf la fille et le maître d'armes.
Rhadamante soupire. Son sourire à disparu.
-C'est donc cela, la future armée des Enfers? Ils ne feront pas bien long feu contre l'armée des Anges...
Et patiemment, il attend la réaction des maîtres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Différence    Dim 25 Jan - 19:11

Ayumi acquiesça d’un simple mouvement de tête aux paroles de son adjoint ; elle le savait déjà, il le savait. Elle avait pris conscience de sa présence alors qu’il errait encore dans le couloir, parfumant l’air d’arrogance et de vanité. Quand à Fangs ses sens s’étaient mis en alerte, et comme le gros chat qu’il était l’entrée d’un étranger agressif sur son territoire lui donnait envie de sortir les griffes. Cependant à sa remarque son maître était resté silencieux, l’ordre était clair.
Les disciples s’affrontaient, un troisième tour venait de commencer lorsque l’inconnu entra. Imperturbables et peu désireux de se faire réprimander une nouvelle fois, nul ne daigna lui payer attention sauf les nouveaux qui patientaient. Des murmures commencèrent à se faire entendre mais un simple éclaircissement de gorge suffit à ramener le silence. Alors qu’il s’avançait à travers la pièce, les dualistes finirent leurs dernières passes avant de s’intéresser à la situation, l’un d'eux se fit interpeler.

Fangs serra les dents, il sentit ses canines se prolonger. Asgeir posée sur le rack qui lui était dédié se trouvait à un mètre de lui, Byrghir en revanche reposait sur son dos, elle était donc l’arme à favoriser, les quelques mètres de distances pouvaient être parcourus en un battement de cils, et la tête de cet importun aurait gouté de son fer avant même que son œil ne transmette l’information… mais il devait s’en tenir aux ordres.
Le disciple hésitait, il jeta un regard vers l’adjoint, incertain de ce qu’il devait faire. Il chercha une information, un conseil sur le comportement à aborder face à cette situation cependant nulle réponse verbale ou physique ne lui parvient et prenant son courage à deux mains, il s’élança sur son adversaire. Il était imprudent, lent, sa garde médiocre laissait maintes ouvertures, et son attaque maladroite, ce qui n’était guère étonnant puisqu’il n’avait commencé les entraînements que trois jours auparavant et n’avait de son vivant jamais tenu d’armes. Sa défaite était inévitable.

Fangs soufra de regarder ses protégés se lancer un à un contre cet étranger -certains l’interrogeant du coin de l’œil avant de se lancer et d’autres ne réagissant qu’à leurs désirs- il avait envie de leur ordonner de cesser, de leur dire de se mettre à l’écart et d’observer ce qu’ils pourront à force d’entraînements acharnés un jour accomplir en réduisant par lui-même ce monstre en lambeaux. Ayumi sentait la frustration de son disciple. Elle sentait la rage qui l’animait mais elle se garda de prononcer le moindre mot. Elle analysait paisiblement la situation, amusée par l’abus de confiance que le démon portait en lui. Se pensait-il si fort parce qu’il venait de maîtriser quelques jeunes combattants qui venaient tout juste d’apprendre à tenir une arme ? La gloire de vaincre plus faibles que lui, lui était-elle suffisante ? Le cavalier se souvenait de son propre parcourt. Elle avait massacré bien des âmes médiocres, répugnée par leur impuissance mais le seul plaisir qu’elle en avait tiré était celui de leur avoir démontré leur arrogance. Que l’on cris sur tous les toits d’être le plus fort combattant que cette terre ait porté était une chose, que l’on n’en assume le titre en était une autre surtout pour elle qui était en quête depuis toujours de véritables guerriers avec lesquels elle pouvait rivaliser.

La Guerre observait la réaction de ses anciens après qu’ils eurent ordonné aux nouveaux de se mettre en ligne de fond ; cinq encerclaient le grotesque quasimodo à distance d’attaque, quant aux deux aînés, ils se tenaient à l’extérieur de ce cercle, l’un à l’est, l’autre à l’ouest du centre de l’attention.  Ils ne se quittaient pas des yeux, laissant à penser que l’affrontement était entre eux. Elle esquissa un infime rictus avant que tous ne se retrouvèrent étreints par les armes de leur opposant qui ne tarda pas à clamer haut et fort sa victoire, portant son attention sur Fangs et Ayumi.
Ces derniers restèrent immobiles, si le visage de la gamine était impassible, celui de l’adjoint présentait un sourire amusé malgré la frustration qu’il pouvait ressentir, et lorsque son regard croisa celui de l’être difforme, il se contenta de secouer très légèrement la tête de gauche à droite.

Un bref sifflement se fit entendre, suivit d’un lourd bruit métallique alors qu’à la seconde même, l’aînée à gauche tira de tout son corps sur ses liens jusqu’à s’amener à terre. Dans le même mouvement, les anciens se déplacèrent -selon leurs possibilités- tous, sauf un, vers l’ouest, tendant au maximum leurs liens et posant un genou à terre. Certains nouveaux réactifs suivirent le mouvement tandis que les autres s’effondrèrent bêtement. A droite, l’aîné profita de cette diversion pour se propulser. Ses pieds prirent appui sur les épaules de son cadet resté devant afin de lui permettre de s’élever en hauteur malgré l’entrave.
Alors qu’il s’apprêtait à frapper de ses membres inférieurs la partie supérieure de la créature, deux restés à terre, effectuèrent ensemble dans un mouvement de rotation coordonné un fauchage aux chevilles et poplités ce qui entraina la réaction naturelle de flexion et déséquilibrage que l’aîné termina par son coup aérien. Il chuta avec son opposant, son genou frappant involontairement par l’élan le menton de ce dernier puis enfin son dos heurta violemment le sol. Il sentit les chaines s’enfoncer dans sa chair et une de ses cotes, peut être deux, céda sous le choc. Il étouffa un grognement sourd mais dans la grimace de douleur, il laissa transparaitre un rictus. Sa lame, à moitié dégagée des chaines, avait atteint sa cible. Placée sous la gorge de l’ennemi, elle le menaçait, et dans l’incertitude du mouvement finale, elle avait superficiellement entaillé la chair.

« En guerre, les prisonniers sont à surveiller. » Déclara l’aîné tandis que ses camarades s’approchaient sur leurs gardes malgré les liens qui limitaient leurs mouvements. A défaut, ils pourraient toujours se jeter sur lui pour l’immobiliser. Les nouveaux restés dans leur coin tentaient de se débarrasser de leurs chaines, gesticulant en tous sens.

« Tyr, Assez. » Ces simples paroles se firent entendre dans un murmure froid qui bien qu’à peine audible résonna suffisamment fort pour être autoritaire et obligea l’aîné à ôter son arme de la menace qu’elle exerçait, le remettant également  à sa place pour le propos qu’il avait tenu.  

Les plus avancés reconnurent la voix de leur maître et se détendirent quelque peu. La guerrière s’avança, elle vint se placer proche. Son bras gauche reposant sur Shieien, l’autre relâché le long du corps. Son regard se posa sur le géant. Elle dévisagea ce faciès arlequin, par quelle abomination une telle chimère avait-elle pu voir le jour ? Difforme, ridicule, quelle époque avait pu la porter ? Avait-elle été poursuivie de son vivant pour être exécutée ? Ou peut-être avait-il servit de bouffon pour un seigneur quelconque ? De nombreuses pensées se bousculaient dans sa tête mais ce qui lui importait réellement pour le moment était de connaître les raisons de sa venue.

« Déclinez votre identité et intentions. »  Ce fut la voix forte et autoritaire de Fangs qui tonna à ses côtés. Ce dernier connaissant son maître peu enclin à la discussion avait pris la parole, comme il leur en était coutume.

D’aucun ne se vanta d’avoir remporté la victoire, ni même n’en fit allusion. Un guerrier mal informé contre sept préparés, le combat avait été déséquilibré et le résultat évident, et outre les nouveaux qui murmuraient leurs enthousiasmes, exaltés par leur réel premier combat, les anciens restaient silencieux, patientant pour le dénouement ; assurément, les maîtres lui proposeront un duel afin de réajuster la situation, mais la question qu’ils se posaient était quel opposant choisiraient-ils ? A moins qu’ils n’avaient d’autres plans.  

La Guerre attendait sans agressivité aucune la réponse de l’étranger. Elle était curieuse de savoir ce qu’il était venu faire en ces lieux, avait-il tenté un suicide ou était-ce un test étrange qu’il avait voulu expérimenter ? Même Saytan lui-même n’aurait jamais eu l’audace de se présenter ainsi en sa salle dédiée pour prouver sa puissance sans craindre d’y laisser des plumes (tous savaient qu’Ayumi n’attendait que de pouvoir y gouter) et aurait-il voulu de l’action qu’il serait venu de manières plus respectueuses.
Alors elle patientait.


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 21
Localisation : Tu veux vraiment le savoir?


Vos Infos
Race: Démon mineur de la Force
Fonction : BOurrin
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 38
Magie10
Armes27

MessageSujet: Re: Différence    Lun 26 Jan - 23:08

Le sourire avait-il manqué à ces chers apprentis? Aucune importance, car il était bel et bien de retour.
-Et vous vous prétendez guerriers?
D'une impulsion, Rhadamante saisit la lame qui le menaçait entre ses dents...et la brisa, aussi incroyable que cela puisse paraître. Puis l'enfer se déchaîne. Du sol, des murs, du plafond, des chaînes s'abattent sur les novices et resserrent les entraves déjà existantes. Les plus fragiles ne peuvent retenir des gémissements alors même que leurs os craquent. Mais l'un des novices ne gemit plus, ne voit plus, n'entend plus: il est mort.
Mais soudain, les captifs commencent à s'agiter. Tous, sans exception, commencent à répondre à des commandements qu'eux seuls peuvent entendre. Alors même que les chaînes les relâchent, ils vont tous s'aligner au fond de la salle, l'air complètement absent. Rhadamante s'est redressé.
-Observez attentivement...
Il serre le poing. Aussitôt, tous les novices, comme si leur corps ne leur obéissant plus, degainent leurs armes dans un même mouvement parfait et commencent, chacun de leur côté, à effectuer des enchaînements d'armes. Les mouvements sont fluides, efficaces, parfaits.
Le géant se tourne vers Ayumi.
-Tel est le pouvoir des Chaînes de la Damnation. Mais revenons plutôt à toi.
Il marque une pause dramatique.
-Tu te trompes de maitre, Kumiko. Celui que tu crois servir n'est pas ton maître véritable.
Te souviens-tu de celui de qui tu tiens tes pouvoirs? Sais-tu qui il est réellement? Te souviens tu de ce démon puissant qui fit plier l'échine de toutes les légions du paradis? As-tu oublié son nom, Ayumi? Pas lui!
Il marqua une nouvelle pause.
-Car il est de retour... Apocalypse revient, et il a choisitl neuf dentre tous les démons pour préparer sa venue. Car vous, les quatre Cavaliers, êtes aujourd'hui tombés en disgrâce à ses yeux.
Il s'incline.
-Je me présente: Rhadamante, Chevalier de la Damnation. Et accessoirement, tout premier Black Rabbit des Enfers...
Il fixa la Guerre dans les yeux.
-Me suivras-tu, Guerre? M'aideras-tu a préparer la venue de notre maître commun?
Il attendit patiemment la réponse de la Guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Différence    

Revenir en haut Aller en bas
 

Différence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell :: Salle de Combat-