Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des livres, des plumes et des crocs [PV Alexender Rosebury]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Des livres, des plumes et des crocs [PV Alexender Rosebury]   Sam 5 Mar - 3:07






15 Juillet

Il y a un truc qu’il faut à tout prix savoir sur Zahra, c’est que les livres et elle, il existe une grande histoire d’amour. Durant son vivant, elle n’avait jamais eu la possibilité d’être très portée sur la lecture. On l’avait élevé à être coquette et à vivre comme étant une personne ornementale. Comment ça, ornementale ? Eh bien, il fut une époque, bien que la lecture et l’écriture existaient, c’était principalement réservé à l’élite et aux hommes, les femmes, elles, elles étaient là pour donner naissance aux héritiers et à faire jolie dans d’autre situation. Zahra est née princesse, ce n’est un secret pour personne et à l’époque, les princesses étaient éduquées dans l’optique de se marier pour son pays et de donner un héritier à ce pays. Bien souvent, la princesse en question épousait un prince ou un roi d’une autre contrée, en signe de pays ou en trophée de guerre. Il était donc dans le devoir de ces femmes de donner un héritier à leur nom et que ce dernier monte sur le trône si c’était le premier-né. En clair, pour une femme de l’époque, il n’était pas nécessaire qu’elle sache lire ainsi qu’écrire, tant qu’elle sache chanter, jouer de la musique, bref, ce genre de chose, s’était amplement suffisant, surtout que s’était la façon de chanter, danser ou jouer de la jeune femme qui faisait que leur époux s’intéresserait à elle ou non. Il était fréquent, qu’une femme qui n’intéressant pas son époux soit offerte à nouveau à l’un des conseillers, héros de guerre ou à un chef de clans en récompense… Zahra avait eu de la chance, si on peut dire, elle avait intéressé son époux, de plus, si elle avait pu vivre plus longtemps, elle aurait pu donner naissance au premier héritier mâle de la ligner, cependant, elle est morte avant même de savoir qu’elle était enceinte. Un bien comme un mal, vu qu’à sa mort, elle a pu, enfin, faire la connaissance des livres. Depuis qu’elle a appris à lire, elle ne se lasse pas d’un bon livre, même si elle avait déjà lu ce dit livre. C’était comme une revanche sur sa vie d’ornement, bien qu’elle ait gardé quelques habitudes de son ancienne vie, comme le fait de se faire belle en toutes circonstances.

Ce matin-là, pour une fois depuis longtemps, elle s’était réveillée complètement reposé, pas de mauvais rêve concernant le fait qu’elle n’avait pas pu voir son petit bébé, qu’elle n’avait pas pu le prendre dans ses bras, voir ses premiers pas, l’entendre dire ses premiers mots… Zahra aurait fait des pieds et des mains pour être mère, mais elle ne le sera jamais, c’était la triste vérité de son existence, une envie qu’elle ne pourra jamais satisfaire, alors, pour compenser ce manque, elle donnait son trop-plein d’amour maternel aux enfants de la cité, s’occupant d’eux du mieux qu’elle pouvait, faisant en sorte qu’ils aient une vie après leur mort joyeuse, pleine d’éclats de rire et de bonheur. Pour l’instant, elle se contentait de donner du bonheur aux enfants des autres, c’était sa thérapie à elle et puis, c’est petit ange avait besoin de l’amour de quelqu’un, alors autant leur en donner le plus possible.

Bref, la jeune femme se prépara, comme chaque matin, fit manger les petiots qu’elle avait chez elle et les déposa chez une ami ange qui travaillait chez elle, le temps qu’elle-même travaille. Il ne fallait pas oublier que Zahra avait certaine responsabilité au conseil. Elle rejoignit donc Ilbani à la tour qui lui parla d’une mission urgente à faire, fallait amener des documents importants aux manoirs. Ce dernier ne savait pas quoi faire, les messagers étaient tous pris et les autres membres du conseil avaient des masses de travail, lui-même avait des choses à faire qui ne devait pas trainer. Zahra se proposa d’y aller, après tout, ça ne la dérangeait pas plus que ça. Ça pourrait même lui permettre un petit détour vers son lieu favori, la bibliothèque ! Surtout qu’elle n’avait pas énormément la possibilité d’y aller, les fois où elle va en mission, elle doit tellement se presser, entre aller au manoir, déposer les papiers, rentrer, s’occuper de ses taches administratives (même si ça ne l’ennuie pas tant que ça), aller s’occuper des petits, voir les prochaines arrivées d’enfant, voir s’il y en as à leur trouver un logement, bref, rare sont les fois où elle a un peu de temps pour trainer dans ce lieu qu’elle affectionnait, malgré que les livres eux même avaient tendance à la rendre ridicule. Si vous êtes déjà allez à la bibliothèque du manoir, vous comprendrez bien vite pourquoi !

Elle avait pris les dossiers, donc et se mit en direction du manoir, il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour s’y rendre, surtout qu’elle y avait été par les airs en matérialisant une paire d’ailes, plus simple, plus rapide, bref, tout bénef ! Dossier en main, elle traversa le manoir et alla déposer le document à destination, elle échangea quelques banalités avec la personne en face et repartie, mais ce coup-ci, pas en direction du hall et de la porte d’entrée, mais vers cette bibliothèque hantée ! Il ne fut pas longtemps à l’ange pour la trouver, évidemment, vu le nombre de fois où elle y a été, la jeune femme connaissait le chemin. Bon, par contre, son entrée se fit en fracas, première chose qu’elle se reçoit en entrant est un livre en pleine face… Elle ne l'avait pas vu venir celui-là… Enfin si, puisqu’à chaque fois qu’elle mettait un pied-là, elle s’en recevait un dans la tronche, une sorte de bienvenue, peut-être ? Qui sait. Elle attrapa le livre, le ferma et regarda le titre de ce dernier… Fascinant… Un livre qu’elle avait déjà lu venait de l’accueillir en lui offrant un joli nez rouge suite à la collision. Elle le posa sur la première table qu’elle trouva et se dirigea vers un rayon, cherchant, le déclic qui lui dirait que le livre de ses rêves est là. Ça arriva assez rapidement, Zahra eue ce fameux déclic au bout du troisième rayon, dépassant alors le meuble, mais elle tomba nez à nez avec un homme, plutôt grand d’ailleurs, c’est à ce moment-là qu’un livre lui tomba sur le crâne… Décidément, ils l’aimaient aujourd’hui, eux… On ne peut pas trouver meilleur situation pour avoir l’air ridicule… Pauvre petite princesse Zahra !
Revenir en haut Aller en bas
Alexender Rosebury

Torturer jusqu'à entendre hurler. Faire souffrir jusqu'à en prendre plaisir.
Torturer jusqu'à entendre hurler. Faire souffrir jusqu'à en prendre plaisir.
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : Ailleurs qu'ici tout en étant ailleurs que là-bas


Vos Infos
Race: Démon/ Vampire
Fonction : Tortionnaire
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 26
Magie17
Armes29

MessageSujet: Re: Des livres, des plumes et des crocs [PV Alexender Rosebury]   Mer 16 Mar - 21:21

Alexender n'avait pas l'habitude de sortir bien souvent. En réalité, depuis sa mort, il ne supportait plus les humeurs des gens, disons qu'il lui arrive de perdre patience dans ces cas-là. Il évitait donc de se rendre dans les étages supérieurs. Même les démons pouvaient l'insupporter. Il avait déjà fait la rencontre d'un être des plus désagréable. Lui avait-il déjà demandé son nom ? Il n'en avait aucun souvenir. Mais peu importait du moment que l'autre énergumène ne revenait pas, lui et son narcissisme. Le vampire aussi était un être égocentrique, cependant, qu'un autre le prenne de haut comme il venait de le faire… Lui tapait sur les nerfs. Cela faisait parti de sa propre personnalité, lui aussi pouvait être un homme totalement insupportable. De plus, son amour qu'il avait développé pour le meurtre lors de la guerre faisait de lui un être difficilement appréciable. Cette folie peu commune le rongeait de l'intérieur. Peut-être était-ce dû aux horreurs de la guerre ? A son infiltration dans le camp des nazis ? Lui-même ne s'en rendait pas compte, il avait tant changé depuis son enrôlement dans l'armée…

Ce jour-là, cependant, le jeune homme dut sortir de sa salle de torture, non pas pour aller se chercher un calice afin d'assouvir sa soif, mais plutôt… Afin de récupérer un jeune démon à punir. Ce n'était pas une chose qui le dérangeait. Alexender savait se faire respecter et même si cela pouvait dégénérer il avait des manières bien à lui afin de parvenir à ses fins. Il ne lui avait été pas bien difficile de maîtriser ce garçon. Encore jeune et nouveau dans ce monde et n'étant pas à son premier « péché » ici bas, Alexender le connaissait bien. Malheureusement il se débattait toujours et proférait des menaces. Menaces auxquelles il ne portait aucune attention. Alexender considérait qu'il ne craignait rien. L'ancien militaire l'avait finalement traîné jusque dans sa salle sans réelle douceur. Les quelques personnes qu'il avait pu croiser l'avaient simplement regardé passer. Les humains du manoir les plus sensibles n'osaient, quant- à eux, même pas croiser son regard. Avaient-ils peur que cela se retourne contre eux ? Ce sentiment de supériorité l'enivrait. Lui ayant fait enlever sa chemise, le vampire l'avait attaché à ses fers suspendus au plafond. Seuls ses orteils mis à nus pouvaient toucher le sol froid. Les chaînes qui le maintenaient debout le faisait déjà assez douloureusement souffrir puisque tout son poids le tirait vers le bas. En soi, l'être infernal aurait pu le laisser ainsi pendant quelques minutes voir quelques heures afin de le laisser s'essouffler et commencer sa séance de torture mais… Ce n'était pas suffisant pour lui. Ce garçon ne cessait de recommencer. Il avait décidément besoin de comprendre où était sa place en ces lieux. Un faible sourire avait étiré les lèvres de l'aristocrate. De ses mains gantées, il avait déposé une plaque de fer sous les pieds du jeune homme puis l'avait fixée. Un tison de fer était simplement allongé sur la plaque et reliée à la cheminée où brûlait déjà dans l'âtre un feu orangé. La chaleur ferait chauffer le tison qui transmettrait cette énergie chauffante au fer de la plaque. Ainsi le prisonnier verrait ses orteils se faire brûler. Afin de ne pas trop souffrir il tenterait de se tenir sur la pointe des pieds ce qui fatiguerait encore plus ses muscles. Mais pour se faire… Alexender devait s'armer de patience. Le laissant ainsi seul avec ses tourments, le tortionnaire partit s'occuper l'esprit.

Le vampire était un homme cultivé. Ayant grandi au sein d'une famille noble et ayant reçu cette certaine éducation, les livres avaient toujours fait parti de sa vie. Il connaissait toutes les œuvres des plus grands auteurs et se plaisaient encore aujourd'hui à lire des pièces de théâtre. Il aimait cependant par dessus tout les jouer. Ce qui était assez paradoxal puisque depuis sa mort il ne voyait plus personne. D'un homme aimant son public il était devenu un homme asocial. Il n'avait plus jamais joué aucun pièce mais l'amour du théâtre vivait toujours en lui. Cependant, le vampire ne haïssait pas les gens, bien au contraire. Il avait toujours apprécié la compagnie des femmes, c'était elles qui s'éloignaient de lui. Les femmes avaient toujours été à ses yeux des créatures extraordinaires, bien plus intéressantes que les hommes. Elles avaient cette raffinerie, cette coquetterie que lui-même n'arriverait jamais à avoir. C'était pour cela qu'il n'avait pas abandonné la galanterie d'autrefois. Elle faisait de lui un homme distingué malgré sa profession qui avec un peu d'effort pouvait plaire facilement aux femmes.

Pénétrant donc dans l'immense bibliothèque il eut à peine le temps de balayer la pièce de son regard irisé qu'un livre fit un vol-plané vers lui, toutes pages devant. Il ne lui fallut qu'un centième de seconde pour laisser son instinct de vampire réagir et bloquer son agresseur avec la main. Refermant d'un coup sec le livre il observa le personnel et inclina la tête d'un geste silencieux, respectueux. Peut-être qu'il ne leur parlait pas cependant il conservait le respect qu'il avait toujours eu envers les êtres qui conservaient le savoir et la culture. Marchant son autre main sur son katana Alexender chercha l'étagère qui servait de refuge à ce malheureux bouquin. Bouquin qui ne l'intéressait pas. Le déposant vers le second rayon, il fit le tour des étagères et se mit à la recherche d'un livre pour se détendre. Voulait-il lire du Shakespeare ? Du Wilde ? Peut-être du Aristophane ? Molière ? Réfléchissant devant les différentes œuvres il se passa en revue celles qu'il avait déjà lu, lu et relu. Enfin, il se rabattit sur la poésie et hésita. Rimbaud, Verlaine, Baudelaire ? Il se sentait d'humeur à lire de la noirceur. Ce fut sans réelle surprise qu'il prit dans ses mains les Fleurs du Mal. Cela faisait longtemps. Contemplant la couverture il se retourna et percuta sans réellement le vouloir une jeune femme qui se faisait agresser à son tour par un livre. Clignant des yeux il finit par la rattraper par le bras et l'aida à se relever. Son regard vert électrique croisa le sien. Elle était bien petite face à lui, sa carrure, sa taille et son allure avec son accoutrement. Vêtu de cuir principalement il n'appelait pas à la sympathie. Comme toute attente, alors qu'il l'aurait fusillé du regard dans un jour normal il lui sourit et attrapa au vol un livre qui avait décidé, d'une manière très sauvage, de les atteindre en pleine tête.


- Vous allez bien ?

Se permettant de glisser une main dans les longs cheveux de la belle pour les arranger et se rendant compte qu'un livre d'une telle envergure pouvait assommer, il la guida jusqu'à la chaise la plus proche et se baissa vers elle pour être à sa hauteur. Il serait ainsi moins intimidant, effrayer les jeunes femmes ne l'intéressait pas.

- Vous devriez faire plus attention ici My Lady, les livres peuvent parfois être de bien mauvaise compagnie.

Son sourire s'effaça, parler de manière agréable n'était plus son fort depuis un long moment. Cependant elle attisait sa curiosité. Cette demoiselle ne semblait pas être européenne de plus… Elle dégageait une sensation de… C'était indescriptible mais ce dont il était sûr c'était qu'ici entre eux deux c'était lui l'enfant, le plus jeune. Une lueur d'intérêt brilla dans son regard. Peut-être était-elle une mine d'informations ? De quelle époque venait-elle ? Qui était-elle ? Posant les Fleurs du Mal devant lui, il enleva son katana de sa ceinture qu'il déposa debout contre la table et détacha les menottes accrochées à son pantalon qu'il déposa tout près de son arme blanche. Il lui demanda alors :

- Etes-vous venue chercher un livre en particulier ?

Avec ses réflexes il ne lui était pas bien difficile d'éviter les livres cependant elle… Semblait ne pas être à sa première agression littéraire de la journée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thebloodmoon.forumactif.org/
 

Des livres, des plumes et des crocs [PV Alexender Rosebury]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Retour sur le GN de plumes et de crocs.
» Les livres Star Wars
» Livres ou Films???
» Adaptation des livres au cinéma ???
» Mes livres albums souvenirs...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell :: La bibliothèque-