Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 30 Déc - 3:37

Chapitre précédent : Baignade du soir, bonsoir ~



    Sans rien ajouter d'autre, ils cheminèrent tranquillement en direction du Manoir. L'agitation des lieux leur parvenait sous forme de cris joyeux, de musique bruyante et de silhouettes mouvantes aux fenêtres. Si des personnes parvenaient à dormir avec ce tintamarre, elles méritaient une belle médaille. Enfin, quand on vivait là depuis des siècles, soit on s'y habituait, soit on adoptait les boules quiès. Ingénieuse invention que voilà, et la demoiselle en avait toujours d'avance dans sa chambre, au cas où vraiment elle n'arrivait pas à trouver le sommeil. Mais là, pour le coup, elle n'avait nullement envie d'aller dormir. Les ennuis de la piscine lui semblaient déjà loin derrière et elle commençait déjà à passer l'éponge sur la petite altercation qui avait suivi, oubliant toute cette froideur qui n'avait plus lieu d'être. Il valait d'ailleurs mieux ne plus y penser, elle voulait que le japonais conserve son sourire, et que la bonne humeur refasse surface, légère et entraînante, écartant la fatigue, le stress et l'appréhension. Mais pour cela, ils ne pouvaient se permettre d'aller dans un lieu fréquenté. Et il était hors de question de se confiner dans un lieu trop intime. Bien évidemment, jamais elle ne mènerai un homme dans ses pénates, cela risquerait d'être mal interprété par les autres démons, qui pourraient alors penser que la gentille petite bibliothécaire se dévergonde...

    TILT ! Mais oui, bien sûr ! S'ils voulaient un endroit calme, elle en connaissait un parfait où ils ne seraient jamais dérangés. Vous l'avez sur le bout de la langue, je le sais... La bibliothèque, évidemment ! Hormis le Grand Maître des lieux, seule Elysabeth en possède la clé, il lui suffira donc de les enfermer à l'intérieur. Et puis, aucun démon n'aurait l'idée d'aller lire Shakespeare à une heure aussi avancée. La voilà, leur solution. Pendant qu'elle réfléchissait silencieusement, le duo était parvenu jusqu'à l'immense porte d'entrée et s'était arrêté. Elle se tourna vers Kazuki, et comprit qu'il lui laissait prendre les rênes, et c'était tant mieux. Agrandissant son sourire, elle secoua négativement la tête, lui prit le bras et l'entraîna à sa suite. Elle lui fit faire le tour du bâtiment, et, une fois de l'autre côté, grimpa un petit escalier en métal assez exigu, qui les menèrent à la sortie de secours de la bibliothèque. Une fois devant la porte, elle la déverrouilla, laissa entrer le jeune homme et referma derrière elle, les plongeant dans le noir total.

    " Ne bougez-pas, je vais aller allumer. " dit-elle joyeusement en passant près de lui.

    Ses yeux non plus ne voyait rien, mais elle connaissait chaque étalage, chaque recoin par cœur qu'elle pouvait se déplacer dans l'obscurité la plus totale. Elle dû toutefois tâtonner prudemment afin de trouver l'interrupteur central, et le pressa vivement. Une à une, les ampoules s'éclairèrent et noyèrent la salle de leur luminosité, faisant cligner des paupières la demoiselle. Du même pas vif, elle revint près de Kazuki, l'invita à s'asseoir sur n'importe quelle table, lui disant qu'elle allait chercher à boire. La perspective d'une bonne tasse de camomille traînait toujours dans un coin de son esprit, et elle était bien décidée à en déguster. Elle se dirigea donc vers la porte menant à sa petite salle de repos personnelle, mit de l'eau à chauffer et prépara le service.


Dernière édition par Elysabeth Braüns le Ven 18 Jan - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 30 Déc - 17:23

Alors qu'ils étaient sur le point d'entrer dans le manoir, Kazuki observa la demoiselle sourire et lui attraper le bras. Elle voulait sans doute l'emmener quelque part, mais ou ? Il n'y avait pourtant qu'une seule entré ici non ? A moins qu'elle n'ai changé d'avis. En tous les cas, l’épéiste décida de la suivre sans rien dire. Ils firent le tour du bâtiment et une fois de l'autre coté, ils montèrent des escaliers qui menait à une entré. Il n'était jamais venu par ici et fut assez surpris de voir une porte ici. Elysabeth déverrouilla la sortie de secours et l'invita à entrer. Ou étaient-ils ? Il l'ignorait, lorsqu'elle ferma la porte, ils furent tout deux enfermé dans une pièce totalement noir. Elle lui demanda de rester ici pendant qu'elle s'occupait d'allumer la pièce. Il ne l'écouta pas vraiment et marcha tout de même dans l'obscurité. Il heurta une étagère et resta bloqué un instant. Seulement quelques secondes, les lumières s'éclairèrent. Il reconnaissait cet endroit, c'était la bibliothèque. Il était déjà venu ici une fois et avait rencontré Rin, une petite fille aux capacités étonnantes. Elysa retrouva Kazuki et l'invita à s'asseoir sur l'une des nombreuses tables présentes. En y réfléchissant bien, il ne savait pas vraiment ce qu'ils allaient pouvoir faire ici. En tous cas, s'ils souhaitaient être au calme, il n'y avait pas meilleurs endroit.

Pendant qu'elle était partie chercher quelque boisson, notre jeune héros marcha à travers les étagères. Tout ces livres lui donnaient mal à la tête. Il se demandait comment des personnes pouvait se divertir en les lisant. Les chaises présentes ne l'attiraient pas vraiment et il décida de marcher encore un peu avant de tomber sur un coin plus doux. Il y avait des fauteuils et un canapé. Il s'installa confortablement sur l'un deux en fermant les yeux. La petite zone était loin des baie vitrés et ils ne pouvaient donc être vu de l'extérieur. Grâce au silence dans la pièce, il pouvait entendre de l'eau bouillir. Elle préparait sans doute un peu de café. Notre jeune héros en avait besoin bien qu'il préférait boire de l'alcool. Alors qu'il attendait sagement, il se releva et se dirigea vers une étagère devant lui. Lors de sa première arrivé, il avait découvert un livre datant d'une ancienne époque. Il avait découvert une épée légendaire se nommant Excalibur et dont la force serait égale voir même supérieur à celle de la Kusanagi.

Le livre était toujours là. Il n'avait pas vraiment lu les exploits du roi Arthur, et c'était contenter de regarder les images. Kazuki n'avait jamais lu de livre durant toute son existante, il savait lire certes, mais il y avait beaucoup de mot dont il ignorait la définition. D'ailleurs, il décida de ne pas rester là sans rien faire et explora la zone avant de retrouver la demoiselle qui était dans une petite salle de repos. Il entra à l'intérieur et découvrit la jeune femme en train de préparer du thé. Ce n'est pas qu'il n'aimait pas ça, mais cela faisait des année qu'il n'en avait plus consommé. De plus, lorsqu'il était encore dans le monde des vivants, il n'était pas habitué à boire cela. Le thé était plutôt destiné à son ami. Sans rien dire, il resta là à observer Elysa préparer le service.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 30 Déc - 17:56

    Concentrée sur ce qu'elle faisait, la jeune femme s'affaira plusieurs secondes avant de se rendre compte de la présence de l'épéiste. Elle releva la tête, lui offrant un sourire amical et un peu gêné, elle n'avait pas l'habitude d'être observée ainsi, ni même de voir quelqu'un dans cette pièce personnelle. Après tout, c'était son lieu de repos, l'endroit où elle grignotait rapidement un morceau le midi afin de laisser la bibliothèque au maximum disponible. Jamais il ne lui était venu à l'idée qu'une personne puisse jeter un oeil ici, aussi l'endroit était un peu négligé, même si le ménage était impeccable : des feuilles de notes traînaient sur la petite table, les murs étaient vides de toute décoration, rien de personnel n'ornait la pièce, hormis un petit cadre ancien qui était posé face contre terre, sur un coin de la table. Non vraiment, rien de gai ne sautait aux yeux, et la demoiselle s'en sentait légèrement confuse. Mais bon, cela n'allait pas durer longtemps, le thé était presque prêt et ils allaient pouvoir regagner le petit coin que le japonais aurait choisi. Ouvrant une armoire, elle commença à sortir une tasse et s'arrêta en se demandant si son invité aimait le thé. Oh, ce n'était pas parce qu'il était d'origine japonaise qu'il appréciait fortement cette boisson, il ne fallait mieux pas faire ce genre de raccourci.

    Après avoir sorti un grand plateau, Elysabeth posa dessus deux tasses, ainsi qu'un verre normal. Puis, elle sortit une cruche d'eau et une autre de vin sucré à la cannelle, ce n'était pas une boisson fortement alcoolisée, et elle était même assez féminine, aussi ne plairait-elle sans doute pas à l'homme. Et peut-être que Kazuki préférerait du café. Dans le doute, elle s'occupa de sortir du café déjà moulu d'avance et de le préparer également sur le plateau. La théière n'était encore qu'au stade de bouilloire, la demoiselle rajoutait toujours les ingrédients au dernier moment, quelques minutes avant de servir. Le goût en était alors plus doux, plus agréable pour ses propres papilles. Elle marqua un temps d'arrêt, réfléchissant. Avant de continuer, il serait plus judicieux de demander l'avis du principal concerné, non ?

    " Vous préférez une de l'eau, un thé ou un café ? "
    lui demanda-t-elle de sa petite voix fluette.

    Elle posa son grand regard émeraude dans le sien, attendant patiemment sa réponse, tout en rajoutant sur le plateau une petite coupelle de sucres, du lait ainsi que des petites cuillères. D'ordinaire, il était fortement interdit de consommer quelque chose près des livres, mais Elysabeth pouvait bien se le permettre de temps à autre, car plus que n'importe qui elle prenait grand soin de ce lieu. Et ce n'était pas comme si elle allait faire une gaffe, elle ne pouvait se le permettre.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 30 Déc - 18:39

Ce n'était pas comme si Kazuki la scruté dans les moindres détails mais il l'observait faire le service. Il avait déjà vu de nombreuses servante faire la même chose et il fallait dire qu'elle se débrouillé plutôt bien. Le concernant, il n'était pas doué pour ça. La délicatesse n'était pas son poing fort. A chaque fois qu'il avait essayer de rendre service il avait cassé les tasse ou fait renverser l'eau bouillante. Il valait donc mieux pas qu'il y touche avant que tout ne soit terminé. Un petit sourire amicale et Elysa était reparti dans sa préparation. En faite, ce qui lui aurait fait le plus plaisir aurait été de manger. Le japonnais consommé énormément de nourriture malgré son absence de graisse. Il fallait dire qu'il était toujours en grande forme et qu'il faisait régulièrement de l’exercice avec ces nombreux combats. L'endroit était assez banal, aucune décoration. Elle n'avait sans doute pas trouvait l'interêt de s'occuper de cette pièce. Au moins, il n'y avait pas de poussière et tout semblait en bon état. Cela signifiait qu'elle devait tout de même passer du temps ici. Isolé de la bibliothèque, elle devait s'en servir pour manger et se reposer durant la journée.

Après avoir sorti les tasse elle semblait avoir hésité sur la composition de ce qu'elle allait lui proposer. Il y avait de l'eau, au moins, elle pouvait être sur qu'il allait aimer ça. En tant normale, il n'aurait pas refuser de boire du saké, mais peut-être qu'Elysabeth n'aimait pas l'alcool. Au vu du contenu de ses placard, il avait saisit une partie de ses goûts. Une démone qui n'aimait pas ce genre de breuvage se faisait de plus en plus rare. Il y avait également du vin, il ne raffolait pas vraiment de ça, mais cela ne faisait pas de mal de temps en temps. C'est alors qu'elle s'empara d'un sachet de café, voilà autre chose qu'il aimait particulièrement, mais se soir, il n'avait pas envie d'en boire. Il n'allait pas l'embêter plus que ça. Elle avait déjà fait beaucoup et il était inutile de la faire travailler encore. Elle finit par lui demandait ce qu'il préférait, c'est sans hésiter qu'il lui répondit,

" Je me contenterais de ce qu'il y a déjà sur le plateau, ne te dérange pas pour ça. "

Le regard posé sur le sien, il se dirigea vers elle pour prendre le plateau entre ses mains, elle n'allait pas non plus tout faire. Cependant, il allait devoir faire attention et ne pas laisser tomber ce qu'elle venait de préparer.

" Je vais m'en occuper, tu en a déjà assez fait. "

Il se redressa alors pour emprunter le petit hall et se diriger vers le coin salon qu'il avait vu tout à l'heure. Il y avait une table basse situé entre deux canapé et quelques fauteuil. Il posa le plateau dessus avant de s'asseoir et attendit que la belle face de même. Il espérait aussi qu'elle soit la première à engager la conversation, car il ne savait vraiment pas quoi dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 30 Déc - 23:50

    Pas de café ? Très bien, il n'y avait aucun problème à cela, il y aurait de la vaisselle en moins et ce n'était pas un élément négligeable. Lorsqu'il s'avança vers elle, elle dû se retenir pour ne pas reculer, réflexe un peu étrange mais qu'elle avait fini par développer dans ce milieu hostile. Il lui prit le plateau des mains, et elle fut soulagée intérieurement de ne pas avoir cédé à son instinct et d'être ainsi restée immobile, souriante comme à l'accoutumée. Quand on vit dans un tel lieu, il était normal de développer ce genre d'automatisme dès qu'une personne pénétrait votre bulle personnelle, et qui plus est quand on se retrouve seul à seul dans un lieu désert. Elle le regarda quitter la pièce, avant de se tourner vers le café qu'elle avait commencé à préparer. Elle rangea donc chaque chose à sa place, avec une minutie particulière, pas vraiment pressée de le rejoindre. Oui, car elle réfléchissait à ce qu'elle pouvait, ou ne pouvait pas, se permettre de lui demander. L'option 'souvenirs' était à proscrire, tout comme l'avenir et le Manoir. Chouette, ça réduisait sensiblement le nombre de sujets possibles. Bon, le principal c'était qu'elle se trouvait dans son élément, elle pouvait toujours avoir l'espoir qu'il soit un lecteur, même médiocre.

    Juste avant d'éteindre la lumière, la demoiselle eut une idée qui la retint cinq petites minutes de plus. Elle prit en hâte une petite corbeille en osier, couvrit le fond d'un petit napperon blanc et fouilla à nouveau dans ses armoires. Et victoire ! Il lui restait bien deux ou trois petits trucs à grignoter, ce serait sobre, mais c'était toujours mieux que rien. Surtout que la hongroise avait une conception bien spécifique de la frugalité. Elle éteignit donc la lumière et ramena sa corbeille bien remplie de divers bretzels, beignets, chouquettes, scones et autres gâteaux qui nourrissaient et qui calaient bien l'estomac. La gourmandise était un vilain défaut, mais cela ne comptait plus une fois que l'on habitait en Enfer. Elysabeth avait toujours été terriblement friande de pâtisseries et petits gâteaux sucrés, et si elle ne tenait pas sa ligne à l’œil, elle ne dirait pas non à ne plus manger que des sucreries.

    S'avançant parmi les rayonnages surchargés d'ouvrages, elle chercha du regard Kazuki, et le trouva installé dans le coin détente, celui où étaient installés une table basse, deux canapé et quatre gros fauteuils moelleux à souhait. Combien de fois ne s'était-elle pas endormie là, prise en traître par le sommeil alors qu'elle relisait Tolkien ou King ? Rien que d'y penser, elle eut envie de bailler, mais se retint avec force afin de ne pas incommoder son invité. Elle déposa la corbeille à droite du plateau et prit place que le canapé qui faisait face au jeune homme, croisant ses deux longues jambes tout en le regardant et l'invitant à se servir. Ce n'était qu'une manière de gagner du temps et de trouver quoi dire.

    " Et bien, il me semble que l'on parlait d'un sujet fâcheux avant la petite... escarmouche, autant changer de sujet. Lisez- Enfin, lis-tu de temps en temps ? "

    C'était à nouveau une question comme une autre, un truc un peu passe-partout dans l'attente d'ouvrir d'autres sujets plus élaborés. Elle souhaitait simplement qu'il ne lui donne pas une vulgaire petite réponse monosyllabique, ou alors cela signifierait qu'il valait mieux se taire et seulement apprécier le thé en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Lun 31 Déc - 12:55

Spoiler:
 

Kazuki avait rejoint le coin détente et venait de placer le plateau sur la petite table. Étrangement, il n'avait pas fait attention à Elysabeth qui n'était plus derrière lui, il avait pourtant juré la voir a ses coté durant tout le trajet. Elle ne pouvait s'être perdu puisqu'il s'agissait de son "chez elle". Elle était la bibliothécaire après tout. Et a moins de souffrir d'une maladie de perte de mémoire, elle aurait dû être derrière lui ! Oh non ! Et si elle avait été attaqué sans qu'il ne s'en était rendu compte ? Un démon sombre et silencieux, cela ne paraissait pas si illogique que cela lorsque l'on rencontré des démons de flamme ou de vent. Restons réaliste, il fallait éviter de toujours tout prendre au drame. Kazuki allait donc patienter gentiment, car la demoiselle était peut-être partie se changer ou se sécher les cheveux. Après tout, la gente féminine apportait une grande importance à leur apparence. Toutefois, elle ne se faisait belle que pour leur "prince" c'est un jour ce que lui avait dit son ami. Cela signifiait que... Non, il ne fallait pas que Elysabeth tombe sous le charme d'un homme comme Kazuki ! Elle méritait beaucoup mieux qu'un épéiste sans intérêt et qui n'avait pas d'autre loisirs que de se battre. Leurs cultures générale devait être opposé, la bibliothécaire devait être la personne qui avait le plus grand savoir du manoir, tandis que le japonais se classé sans doute à la dernière place de cette catégorie.

Cinq minutes c'étaient écoulé et Kazuki avait eu le temps de s'imaginer tout les scénarios possible. Il ne s'inquiétait pas pour elle, car ils étaient tout les deux enfermé dans la bibliothèque. Cependant, il trouvait que cela faisait long. Non pas qu'il voulait la revoir, mais... il avait hâte de de gouter à ce vin. Sans l'autorisation de l'hôte, il n'allait pas commencer sans elle. De plus, il aimerait bien continuer la conversation qu'il avait eu. Cependant, cette fois, il espérait pouvoir parler d'autre chose. Il y avait beaucoup de sujet de conversation qu'ils pouvaient aborder. C'est alors qu'elle fit enfin son apparition, elle n'avait pas changer mais avait apporté une petite corbeille avec sans doute quelque choses à grignoter. Elle avait lu dans ses pensés ?! En tous cas, c'était une bonne chose. Elle était donc partie chercher quelque sucreries. Seul un idiot aurait pu imaginer qu'elle se soit fait enlever... hein ?

Elle se posa en face d'elle, croisant ces deux belle jambes. Kazuki ne put que détourner les yeux un instant avant de les poser sur le visage de la demoiselle. Elle avait lancer une conversation concernant les livres, voilà déjà quelque chose de bien plus... différent. Au moins, ils allaient pouvoir discuter sans que l'un des deux n'adopte un visage triste avec des pensés nostalgiques. Malheureusement... Kazuki n'y connaissait strictement rien ! Lire un livre ? Jamais cette idée ne lui aurait effleuré l'esprit. Alors il fallait être honnête avec elle, il n'était pas l'homme intellectuel qu'elle recherchait certainement.

" Pour être honnête, je n'ai jamais lu de livre. Je ne m'intéresse pas vraiment à l'histoire ni au récit des écrivains. "

Et voilà, ça c'était dit ! Sec et direct, il n'avait bien sûr pas voulu mettre un terme à cette discutions de la sorte, toutefois, il n'avait rien à dire. les livres lui donnaient mal à la tête et il préférait écouter plutôt que faire la lecture. A vrai dire, cela ne le dérangeait pas qu'on lui compte un livre au contraire, même si c'était pour faire plaisir au lecteur. Néanmoins, Kazuki s'il avait apprit une chose c'était de ne pas parlé de lui mais plutôt de la personne qui se trouvait en face de lui. Il se tourna vers les étagère rempli d’œuvre avant de lui demander,

" Ces livres, tu les as déjà tous lu ? "

Question banal pour un homme ordinaire...



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Bonne Année ! J'espère que ce post t'a plu xD, j'ai mis un peu tout ce qui me passé par la tête :p et vu que c'est mon dernier rp de l'année, enfin bref :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Lun 31 Déc - 14:57

    Ses yeux se détournèrent du jeune homme, non pas par appréhension ou par dédain, mais par un étrange sentiment de timidité. En y repensant bien, jamais elle ne s'était trouvée seule ainsi, la nuit, dans un lieu clos en compagnie d'un homme. Bien sûr, le temps passé aux côtés de feu son époux ne comptait pas, puisque de toute manière ils n'avaient jamais partagé le même lit et puisqu'elle s'était toujours arrangée pour qu'une servante soit toujours présente. Sauf ce fameux jour. Bien qu'elle repensait vaguement à cela, la nostalgie ne se présenta pas. C'était assez étrange, d'ordinaire, le simple fait de penser à sa vie antérieure était source de mélancolie. Mais là, rien. Son sourire demeurait, étincelant de franchise et de bonne humeur. Était-ce à cause de cette timidité ? Pourtant, ce n'était pas comme si elle faisait déjà confiance au japonais, ce n'était pas du tout son genre. Alors pourquoi se sentait-elle bien ? Parce qu'il l'avait sauvée. La prise de conscience fut brutale : si elle avait encore sa fleur c'était parce qu'il avait été présent, qu'il avait été prêt à affronter une demi-dizaine de démons au risque d'en payer les frais. Et il s'était inquiété. Oh, il ne fallait pas se leurrer, il n'avait sans doute agit ainsi que par intérêt : on sauve la jeune femme en danger et on attend une récompense spéciale... Elle se gifla mentalement. S'il avait voulu ce genre de récompense, il aurait pu la forcer, après tout, il était largement plus costaud qu'elle. Non, ce n'était pas ça qui l'intéressait...

    Mais qu'avait-elle à penser tout ça ?! Comme si ça pouvait l'intéresser ce qu'il pensait d'elle... Comme si un homme pouvait l'intéresser de toute manière... Bien sûr qu'elle avait du mal à le regarder, il avait son charme et impossible de le nier. Mais elle n'avait pas de cœur, ou tout du moins elle le pensait. Si elle venait à se souvenir de sa douce étreinte, quand il l'avait couvert de sa serviette, ou quand il lui avait posé sa veste sur ses épaules alors qu'elle tremblait de froid, elle aurait rougi, sans aucun doute. Alors mieux valait se concentrer sur l'instant présent et faire bonne figure. Mais diable que cela était dur ! Elysabeth pouvait sentir le regard de l'épéiste posé sur elle, et elle sentait sa timidité croître de manière incompréhensible. Heureusement, il finit par lui répondre, et même s'il s'agissait d'une réponse négative, la jeune femme conserva sa bonne humeur et ne fut pas étonnée de la question qui suivit.

    Bien évidemment, elle ne s'était pas non plus attendue à ce qu'il soit un fin lecteur, il paraissait plus manuel et ce n'était pas spécialement dérangeant. Après tout, chacun avait son domaine et il n'y avait pas de mal à échanger leurs positions. Certes, la démone n'était pas très attirée par les armes, et hormis sa fidèle pelle, elle avait déjà dû mal à se battre avec un simple poignard. En même temps, elle n'avait jamais pris la peine de vouloir s'améliorer, elle avait un bon swing, et c'était généralement suffisant pour assommer un ou deux démons, et ainsi fuir allégrement.

    " Oui, et certains une bonne douzaine de fois. Il y a un rayon spécial sur les armes et les techniques tu sais, jettes-y quand même un oeil à l'occasion, il y a de très bons schémas. "

    Elle disait cela par expérience, ou tout du moins, elle avait essayé de s'entraîner via ce genre de livres, mais elle était définitivement trop maladroite avec une arme dans les mains. Ah, il rirait sans doute s'il l'avait vu rater aussi grossièrement le pantin d'entraînement, lui qui avait sans doute une excellente maîtrise de l'épée. Ou alors il la regarderait avec mépris, après tout, il préférait sans doute la compagnie de femmes plus sportives, plus fortes physiquement et mentalement... Allons Ely' ! Ressaisis-toi un peu ma fille, il était hors de question de retomber dans ce genre de questionnement. Il ne fallait pas avoir confiance, et pourtant, elle savait qu'il ne lui ferait pas de mal. Il n'allait pas se pencher et tenter de l'étran-

    Elysabeth cligna vivement des yeux et s'empara doucement de la théière, remplissant sa propre tasse de son infusion à la camomille. Elle laissai Kazuki se servir, il était assez grand pour choisir ce dont il avait envie. Elle prit une soucoupe, posa sa tasse dessus et se redressa, reprenant joyeusement le cours de la discussion.

    " En parlant d'armes, tu en possèdes plusieurs ? "


    Peut-être les collectionnait-il, le combat était son dada, alors pourquoi pas ?




- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Bonne année à toi aussi ~ Et j'adore ton post, surtout le spoiler xD
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Mar 1 Jan - 19:13

Elysabeth avait retrouvé son sourire naturel et resplendissant, rien de mieux que pour détendre l'atmosphère et faire oublier ce qui c'était produit. Bien sur, cette scène restera gravé dans leurs mémoire, car même s'ils avaient été importuné, c'était tout de même cette nuit là qu'ils se rencontrèrent. Kazuki penser à de choses toutes simples et n'essayait pas d'imaginer ce que pouvait penser la jeune femme de lui. Malgré sa réponse qui en disait long sur son intérêt concernant la bibliothèque, la demoiselle avait conservé sa bonne humeur. Lire était une perte de temps ! Il préférait faire autre chose même si... comme l'avait dit tout à l'heure Elysabeth, ce monde n'était pas en guerre. A sa naissance et jusqu'à sa mort, notre jeune héros n'avait connu que ça. Des combats et des entrainement à répétition. Pour devenir l'homme extraordinaire qu'il était, il avait dû passer de nombreuses épreuves et avait frôlé la mort à plusieurs reprise. Cependant, il ne regrettais pas d'avoir vécu à cette époque, car sans l'aide de son ami, il ne serait jamais devenu celui qu'il est aujourd'hui.

La jeune femme avait donc lu tout les livres présents ici. Elle avait du passer de long moment ici, il y en avait pourtant tellement qu'il avait été surpris par sa réponse. Toutefois, il fallait dire que trois siècle pouvait être suffisant pour survoler chaque ouvrage. Elle disait même les avoir lu plusieurs fois ! Elle était courage pour ça, ou alors, tout simplement passionnait. Si on remplaçait les livres par des épées et que l'on changer les tables et les chaises par des adversaires plus coriace les un que les autres, il se serait certainement acharné ici durant ses neuf siècles. Elle parlait des livres et des techniques de quelques œuvres. En effet, Kazuki en avait lu une il n'y a pas si longtemps. Enfin, il ne l'avait pas vraiment lu, il avait plutôt regarder les illustrations et les photo. Bien sûr qu'il regrettait de ne pas pouvoir affronter le porteur d'Excalibur, mais à chaque grande génération, il avait l'impression qu'un "héros" capable de porter ses épées légendaires faisait leurs apparition. Il était fier d'être le seul avec le roi Arthur à porter une lame mythique. Concernant les techniques qu'il pouvait y avoir dans ces livres, Kazuki n'était pas près d'aller y jeter un œil. Quelque soit les capacités qu'il pouvait avoir, il préférait de loin se battre avec ce qu'il avait apprit sur terre. De plus, il avait prouver à de nombreuses reprises que ses techniques avaient suffit à faire fuir tout ceux qui c'était dressé sur son chemin au manoir.

" J'y veillerais, merci, "

Elysabeth avait compris que les armes intéressait Kazuki, mais en la regardant bien, il avait vite compris qu'elle n'était pas une experte dans ce domaine. Bien sûr, elle avait voulu faire des efforts pour parler un peu de lui. C'était gentil de sa part, mais il pensait qu'il serait bien mieux de ne pas parler de cela. Après ce qu'il c'était passé dans la piscine, mieux valait qu'elle ne sache pas qui était réellement Kazuki. Heureusement, dans les quelques livres ou était mentionné l'empereur Antoku et l'épée de Kusanagi ne faisait pas référence à lui. Les récits raconté que son ami avait péri et que l'épée avait été porté disparu depuis ce jour, la vérité était tout autre bien sûr, car rien ne c'était passé de la sorte. Un jour ou l'autre, si Elysabeth l'apprend, elle décidera de s'éloigner de cet assassins. Certes Kazuki avait tuer pour son pays, mais il avait également commis des crime dont il n'était pas fier. Des innocents et des morts par centaines. Lorsqu'elle s'empara de sa tasse pour y verser du thé, Kazuki lui versa du vin dans un verre vide. Il n'avait pas encore prit la peine de le boire car il fit de nouveau questionnait concernant les armes qu'il avait en sa possession.

" Non, je n'ai que cette épée que tu as pu apercevoir. Cependant, j'évite de m'en servir et j'utilise fréquemment celle qui sont à disposition dans le manoir. "

Ce fut les seuls explications qu'il lui avait fournit, après tout, elle n'avait pas besoin d'en savoir d'avantage. Il prit alors une gorgé du breuvage coloré avant de baisser la tête et fermer les yeux, il avait alors prit un regard un peu plus mystérieux tout en restant naturel. Alors que la conversation semblait être devenu plus sérieuse, Kazuki déposa son verre de vin sur la table et décida de changer. Il voulait essayer le thé, son ami lui avait toujours dit que les arôme végétale était les meilleurs. Il se leva alors légèrement pour prendre la théière qui était posé un peu plus loin sur la table. Cependant, n'ayant pas l'habitude de prendre ce genre de chose, il ne fit pas attention à la manière de porter la théière... la main brulante, il la jeta par réflexe devant lui... là ou se trouver Elysabeth ! Rapidement, il sauta sur la théière pour tenter d'éviter de la brûler et frappa l'objet rempli d'eau bouillante pour la faire tomber plus loin ! Malheureusement, il n'avait pas freiner sa chute et tomba sur la jeune femme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Ven 4 Jan - 23:44

    Il n'était pas un collectionneur, et quelque part c'était tant mieux. Après tout, un passionné de lames en aurait sans doute profité pour continuer sur cette voie et lui asséner un tas de détails sans importance et qu'elle retiendrait pourtant sans le moindre problème. Autrefois, son frère avait été ainsi. Mais il avait toujours pris soin de ne pas trop s'emballer, conscient que ce n'était pas le genre de sujet qui plaisait à la demoiselle. C'était le bon temps, le temps où elle était humaine et qu'elle n'avait pas encore été donnée en mariage. A cette époque, les soucis étaient aussi légers que du coton, cela lui importait peu d'être fragile et de ne pouvoir sortir, après tout elle avait les livres et, plus important, son cher frère. Jusqu'à ce qu'il se maria, avant de quitter le domicile familial. Il n'y avait alors eu plus que Perrault et autres écrivains du moment. Mais cela n'avait pas été non plus une tragédie, il s'agissait des remous de la vie, et l'oiseau devait bien quitter son nid un jour ou l'autre. Toujours était-il qu'elle n'aurait pas mal au crâne à force d'écouter les moindres détails de telle ou telle épée, et c'était une très bonne chose. Après tout, elle détestait s'endormir avec des maux de tête, à chaque fois cela la poursuivait le lendemain, et les migraines l'empêchaient généralement de lire le moindre ouvrage, ce qui était fort rageant quand il s'agissait de notre raison de continuer à exister. Et puis, un arrivage était prochainement prévu, il lui fallait terminer ceux qu'elle avait encore en stock afin de pouvoir se consacrer pleinement aux nouveautés.

    Cherchant ce qu'elle pouvait rajouter, elle porta sa tasse à ses lèvres afin de gagner du temps. L'ennui était qu'elle commençait à être à cours de sujets. Normal après tout, elle n'avait pas pour habitude de passer autant de temps en compagnie d'une même personne, ni de devoir alimenter ainsi une conversation. L'avantage des livres était qu'ils n'attendaient pas de vous que vous leur parliez. Un livre se contente simplement d'être ouvert, lu, épousseté une fois par mois et rangé respectueusement parmi ses semblables. Avec un humain, c'était extrêmement différent. Pas question de rester trop longuement silencieux, cela peut être pris pour de l'impolitesse, et pas question non plus d'enchaîner les questions à un rythme affolant, elle était curieuse certes, mais respectueuse avant tout. Cependant, il fallait bien avouer que même en se triturant les méninges sans relâche, les mots ne lui venaient plus. Pas question d'aborder-ci, pas question d'aborder-ça ; son cerveau l'élançait un peu, et elle dut reposer sa tasse sur la table basse, au risque de faire un faux mouvement et de la renverser. Mais elle n'était pas la seule personne maladroite de la pièce...

    Ses yeux s'agrandirent en voyant la théière s'envoler légèrement dans sa direction, théière qui contenait de l'eau bouillante. Quelques gouttes s'échappèrent justement du goulot, devancèrent l'objet et s'écrasèrent méchamment dans le décolleté de la demoiselle. Celle-ci avait une mine surprise, d'autant plus que tout se déroula assez vite et que quelque chose de bien plus lourd avait également atterri dans sa poitrine. Un visage plus précisément. Ses joues, d'ordinaire bien pâles, s'enflammèrent et on aurait presque pu dire qu'elles étaient de la même teinte que la robe. Un, deux, trois, on se ressaisit et on prend conscience de la situation. Tête d'homme, poitrine, lieu intime, pas toucher en temps normal, pelle. Sauf qu'il eut de la chance, la pelle en question n'était pas à portée de main, et la demoiselle resta stoïque de surprise encore cinq bonnes secondes. Après quoi elle le repoussa vivement sur le côté, se releva et alla voir là où la théière s'était écrasée.

    Bien évidemment, les mots ne venaient plus du tout. Son visage avait toujours cette couleur tomate et elle tremblait de tous ses membres. Ce contact avait intentionnel, n'est-ce pas ? ... N'est-ce pas ? Elle s'agenouilla près des débris de la théière et entrepris d'en ramasser les morceaux, sans remarquer qu'elle se brûlait les doigts et que les tessons lui entaillaient la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Sam 5 Jan - 0:26

Oh non ! La chute était inévitable ! même pour lui, il n'y avait plus rien à faire. Le pauvre Kazuki allait lourdement chuter... enfin du moins c'est ce qu'il pensait ! Tout était devenu noir, lorsqu'il heurta le corps d'Elysabeth. Pour être plus précis, son visage termina sa course sur la poitrine de la jeune femme. C'était doux et agréable... Non mais ! Qu'est-ce qu'il faisait là au juste ?! En tous cas c'était plutôt chaud et humide dû aux gouttes de la théière qui c'était renversé sur son décolleté. Il resta quelques secondes sans bouger, en essayant de réaliser ce qu'il c'était passé. Il se repasser la scène en boucle pour comprendre qu'il avait laissé échappé la théière et qu'il avait malencontreusement chuté sur elle. La chute avait été plus délicate que prévu et lorsqu'il leva ses yeux vers le visage de la demoiselle pour voir son attitude, il détecta en elle une certaine gêne ! Évidement, ce qui venait de se passer était un accident, un pur accident ! Kazuki fut repoussé mais se dégagea également en même temps. Il n'avait jamais voulu faire ça ! Se jeter de la sorte n'était pas dans ses habitudes.

Après cette scène, la jeune femme qui tremblait se dépêcha d'aller ramasser les morceaux. Cependant, elle semblait tellement absorbé par ce qui venait de passé qu'elle en avait oublié que ses doigts se faisait couper par les petit bout. Il n'y avait pas que cela, l'eau bouillante était encore chaude et elle faisait cela sans rien. Kazuki était tout aussi perturbé qu'elle, en repensant à cet atterrissage, il ne put s'empêcher de rougir. Le corps d'une femme était plutôt fascinant et il comprenait maintenant pourquoi son ami avait eu des dizaine et des dizaine de partenaires. Notre jeune héros n'avait jamais eu de relation amoureuse avec une femme. Il n'avait pas eu le temps pour ça et il devait avouer qu'il ne s'y était pas vraiment intéressait. Cette fois c'était différent, un sentiment qu'il n'avait jamais connu avait fait son apparition, son cœur battait plus vite que la normale et il n'avait connu cela que lors de ces plus grand combats. Évidement, la situation était différente, mais pourquoi était-il parcouru par un sentiment si étrange ?... Bref, il devait s'excuser pour ses manières ! Même s'il n'avait été pour rien, il avait créé cette situation assez gênante pour eux deux.

Il se rapprocha d'elle discrètement pour éviter de l'effrayer avant de l'aider à ramasser quelque morceaux. Même s'il venait à s'excuser est-ce qu'elle le prendrait au sérieux ? Elle pouvait tout à fait imaginer qu'il l'avait fait exprès. Après tout, pour un expert en combat comme lui, il était assez facile pour lui de provoquer ce genre "d'accident".

" Je... Je suis vraiment désoler, je... enfin je n'ai pas voulu... "

C'était mal barré ! Voilà qu'il se mettait lui aussi à paniquer ! Non mais ! C'était bien la première fois qu'il se trouvait autant en difficulté ! Que faire dans ces cas là ?... il devait improviser, mais il ne trouvait pas les mots pour lui faire comprendre que tout cela n'avait pas était programmé. C'est alors qu'il retrouva son calme d'un seul coup en voyant le sang de la jeune femme couler sur le sol. Son état en disait long sur ce qu'elle pensait... elle avait l'esprit complètement ailleurs..

" T'es mains... tiens, essuie toi avec ça et laisse moi faire. "

Il attrapa une petite serviette sur le bord de la table pour la tendre vers Elysa, il espérait ne pas avoir gâché cette nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Sam 5 Jan - 1:20

    Une étrange sensation l'envahissait peu à peu, et la mettait mal à l'aise, sans pour autant qu'elle ne soit effrayée. Elle n'avait pas peur. Rien que cela était étonnant. D'ordinaire, quand un démon posait sur elle sa sale patte maléfique, la demoiselle se sentait oppressée, prête à sortir bec et ongles pour se protéger. Bien sûr, si elle l'avait eu sous la main, elle lui aurait donné un coup de pelle ; mais quand elle ne l'avait pas, elle n'hésitait pas à gifler ou même à donner des coups de têtes. Là, rien. Elle l'avait seulement repoussé, elle n'avait même pas levé la main, que dalle ! Ce n'était pas normal, non, pas normal du tout ça... Peut-être avait-elle de la fièvre, peut-être était-ce à cause de ce qui s'était passé auparavant, peut-être qu'il ne s'agissait que d'un bête rêve et qu'elle avait piqué du nez au milieu de la conversation. Cela ne pouvait être que ça, même si elle avait encore l'étrange impression d'un poids sur sa poitrine et que son cœur battait en un rythme désordonné et incroyablement rapide. Ce sentiment lui était totalement inconnu, et elle tentait désespérément de trouver un qualificatif ou un nom à poser dessus. Rien ne venait. Les mots étaient dérisoires et s'envolaient comme le vent emporte une fleur légère et libre. Son esprit se vidait, il n'y avait plus que l'étrange émotion qui pulsait au milieu du néant.

    A l'extérieur, rien ne trahissait le trouble émotionnel dans lequel la jeune démone se trouvait. Son regard était neutre de toute pensée et il fixait un point invisible, tandis qu'elle continuait d'amasser des morceaux avec ses doigts sanguinolents. La douleur était lointaine, étouffée par ce qu'elle ressentait. Elle ne remarquait rien de particulier, son corps fonctionnait tout seul, jusqu'à ce qu'elle tressaillisse en sentant la présence de Kazuki à ses côtés. Elle tourna vers lui ses grands yeux inexpressifs, sans cesser de ramasser la théière, et fut un peu soulagée de l'entendre bégayer. Qu'est-ce que cela avait de rassurant ? Mais c'était évident ! Quand on pelote intentionnellement une fille, on n'est pas gêné par la suite, on est juste... Oh, elle n'en savait pas grand chose, elle n'avait jamais peloté qui que ce soit et ce n'était pas demain la veille que ça allait arriver !

    D'autres mots vinrent attirer son attention. Ses mains ? Qu'avaient-elles ? Pourquoi paraissait-il légèrement soucieux ? Elle baissa les yeux et déglutit avec peine en voyant l'hémoglobine qui coulait sur sa peau et qui tâchait le tapis, les débris de la théière, rouge, tout était rouge, ROUGE, et le rouge qui envahissait son regard et qui menaçait de la faire tomber dans les pommes. Entrouvrant les lèvres, la jeune femme sembla murmurer quelques mots, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Elle n'allait pas bien, sa tête lui tournait dangereusement, comme à chaque fois qu'elle voyait du sang. Elysabeth dut faire un effort surhumain pour détacher son regard de ses plaies et tendre ses mains au jeune homme.

    " J... Je peux p... Peux pas... " articula-t-elle faiblement en tremblant de plus belle.

    Elle garda ainsi les yeux fermés, si elle le rouvrait, ce serait pour les fermer dans les secondes qui suivraient, évanouie à coup sûr. Elle voulait bien passer l'éponge sur son rattrapage d'infortune, parce que là, elle ne pouvait par faire autrement que compter sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Sam 5 Jan - 2:00

Que c'était-il passé ? Alors que Kazuki venait de tendre un morceau de serviette à la demoiselle, celle-ci se comporta d'une façon anormale. Elle semblait avoir peur de quelque chose mais quoi ? Avant de se retrouver dans cette position, elle avait jeté un œil à ses mains. Oui elle était blessé et alors ? Elle venait de se faire légèrement coupé par les morceaux de la théière. Ce n'est pas comme si elle risquait quelque chose... Toutefois, il remarqua une anomalie dans son regard. A la vue du sang, elle avait prit peur et avait même fermé les yeux. Ces fines lèvres donnèrent l'impression qu'elle avait murmuré quelques mots mais aucun son n'était sorti. Elle avait vraiment l'air touché et cela n'était pas dû à leurs petit contact de tout à l'heure. Cette fois c'était sérieux. Les mains tendu vers lui, elle n'avait même pas eu la force de s'essuyer elle même. Peut-être qu'elle était effrayé par le sang ? C'était étonnant... il ne connaissait personne qui avait les même symptôme. Après tout, le sang et les cadavres faisaient partie de son quotidien. C'est avec une grande délicatesse qu'il attrapa une des mains de la belle avant de lui essuyer son sang de façon à ce que cela ne puisse pas lui faire mal. Ce n'était pas facile car il n'était pas médecin et la plupart du temps, lorsqu'il se blesser, il s'infligeait lui même les douleurs de ses soins.

Il devait faire ça avec une grande attention pour éviter de la perturber d'avantage. La douleurs semblaient toutefois bien faible part rapport à sa phobie. Après lui avoir essuyé une main il s'occupa de l'autre de la même manière. Ce n'était pas évident d'arrêter le saignement d'un seul coup, il fallait du temps pour que la peau puisse se régénérer. Il était inquiet et triste pour elle, tout ce qui se passait été de sa faute... S'il n'avait pas était aussi maladroit, rien de tout cela ne serait arrivé. Il s'en voulait de s'être montrait aussi négligeant. Il avait plaqué les serviette contre les mains de la demoiselle pour arrêter l'écoulement du sang. Heureusement que les entailles n'était pas profonde. De plus, il savait que les cellules se régénéré plus vite au manoir que dans le monde des vivants.

" Détend toi, ça va aller. "

Se voulant réconfortant, il plaça une main sur son épaule durant quelque seconde avant d'aller s'occuper de ce qui était par terre. Il ramassa les morceaux un par un avant de les posé sur une petite serviette. Il se leva pour rejoindre la petite pièce personnelle de la bibliothécaire afin de jeter tout ça, au moins une bonne chose de faite ! Maintenant qu'allait-il pouvoir bien faire pour la calmer ? Elle avait l'air vraiment atteinte par ce qui c'était passé. Pourtant... il avait juré voir du sang dans l'eau de la piscine et elle n'avait pas eu cette réaction. Peut-être qu'elle n'avait peur que par la vu de son propre sang ? En tous cas, il l'avait rejoint assez rapidement pour éviter de la laisser seule trop longtemps. Il se posa près d'elle avant de reprendre,

" Je suis désoler, c'est de ma faute. Si tu veux que je m'en aille... je m'en irais "

L'épéiste n'avait pas pour habitude de fuir, mais quand il causait autant de soucis à une personne, il préférait de loin s'en éloigner pour la protéger. Évidement qu'il préférait rester auprès d'elle pour tenter de la rassurer, mais c'était déjà la deuxième fois qu'il venait de l'effrayer et ce... en une nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Sam 5 Jan - 3:08

    Fermer les yeux avait été comme une délivrance, son esprit tourmenté lui évitait de revoir sans cesse ce sang qui était sien, ce sang qu'elle n'avait jamais supporté. Cela remontait à loin, encore une fois, les principaux traumatismes viennent de l'enfance n'est-ce pas ? Une bonne tripotée de philosophes auraient sans doute leur avis sur la question, mais pour le moment, cela importait peu, tout comme le pourquoi et le comment elle en était venue à craindre ainsi chaque grosse blessure, chaque petite tâche écarlate qui proviendrait de son corps, ou d'un autre. Certes, quand il s'agissait d'une autre personne, il lui suffisait bien souvent de simplement détourner le regard pour reprendre constance ; en revanche, savoir que c'était d'elle-même que ce rouge s'écoulait... Rien que d'y penser, elle frissonna et repoussa les images qui voulaient lui sauter aux yeux. Ses tremblements s'atténuèrent cependant au fur et à mesure qu'elle sentait les mains chaudes et réconfortantes du jeune homme, il s'était occupé de chaque main, une à une, avec une douceur un peu rustre. Il ne devait pas être habitué à devoir s'y prendre ainsi, elle l'imaginait plutôt refermer ses propres plaies de manière guerrière, c'est-à-dire sans la moindre finesse et sans chercher à atténuer la douleur. Elle réprima une grimace lorsqu'il appuya un peu trop lourdement sur une plaie, il était déjà un saint de bien vouloir l'aider.

    Aurait-il rit dans une autre situation ? Se serait-il moqué d'elle pour son inaptitude, sa bêtise ? Peut-être pas ouvertement, mais en lui-même, qui sait ? Oui, elle était faible. Ce qui peut paraître très étrange pour une démone, mais personne à part Saytãn ne savait qu'elle avait choisi cette voie toute seule. La jeune femme sentit la serviette entourer ses mains, sans doute pour atténuer l'écoulement du sang. Cela n'allait pas durer longtemps. Il y avait eu tellement de rouge... Quand elle se coupait, avec une page, ou un carton, elle saignait énormément moins. Là, les plaies avaient été multiples, Elysabeth commençait à sentir les élancements venant des coupures, et il n'y avait rien de moins agréable qu'une entaille aux doigts, c'est toujours quand on a mal à ce genre d'endroit qu'on se rend compte par la suite à quel point on peut les utiliser...

    La demoiselle finit par rouvrir doucement les paupières, et constata avec une joie non dissimulée que les petites meurtrissures s'étaient refermées, bien qu'elles soient encore assez douloureuses. Elle remarqua également qu'il ne restait aucun tesson et que Kazuki s'était esquivé dans la petite salle de repos. Malgré cette vive émotion, elle ne parvenait pas à se remettre de ce qui avait précédé ce petit interlude. Il devait la mépriser, lui un grand guerrier, et elle, même pas fichu de ramasser correctement des débris. Ce n'était pas comme si cela importait la jeune femme, n'est-il pas ? Ou peut-être que si, finalement, mais... Il valait mieux arrêter d'y penser. Le japonais revint dans la pièce, s'installa à ses côtés, et proposa de partir.

    " Ce n'est pas de ta faute voyons, c'est moi qui suis pas très dégourdie ! "

    Elle avait pris un ton joyeux, amusé, mais également un tantinet forcé. Elle n'avait pas envie de rire, pleurer à la rigueur, mais pas devant un homme. Jamais devant un homme. Les larmes n'étaient pas faites pour la vie en société, on doit les garder pour soit, surtout quand on est une incarnation maléfique. Toutefois, c'était peut-être trop d'émotions pour un soir, et il fallait qu'elle vide son sac, maintenant, ou sinon son cœur allait lâcher, même si cela n'était plus possible bien sûr.

    " Tu dois trouver ça pathétique, penser qu'une démone aussi faible n'a pas sa place ici... " murmura-t-elle avec un piètre sourire.

    Son ton s'était fait tout aussi léger, mais elle avait détourné la tête. Que lui avait-il pris de dire ça ? Bien sûr qu'il s'en foutait d'elle ! Il n'avait qu'une envie : partir. Ce serait probablement mieux ainsi, la nuit avait pourtant tellement bien commencé, affreusement banale et pourtant devenue si singulière...
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Sam 5 Jan - 13:54

Pas très doué pour agir avec délicatesse, il avait sentit que ses soins n'avaient pas été exceptionnelle et qu'il aurait pu éviter de la voir grimacer ainsi. Ceci étant fait, lors de son retour, il se rapprocha de la demoiselle qui tremblait encore un peu. S'il voulait partir c'était simplement pour éviter de lui faire du mal. Cela faisait déjà deux fois, et à la troisième les choses pourrait être différents. Malgré ça, elle refusa de le pointé du doigt, pour elle, ce n'était pas sa faute alors que si. S'il avait été plus délicat, rien de tout cela ne se serait passé. Elysabeth ne lui aurait pas dévoilé sa phobie du sang. A force de s'excuser à chaque fois, nos deux protagoniste n'allait jamais en finir. Kazuki resta passif et à l'écoute. Elle avait prit un ton plus joyeux mais cela n'était certainement que pour cacher son mal aise. Peu de personne devait connaitre son secret. Chacun d'entre nous disposez d'une faiblesse, lorsque celle-ci était découverte, on pouvait se sentir gêné. Toutefois, cela ne semblait pas être vraiment le cas, en effet, quelque chose d'autre avait l'air de tourmenter son esprit. Peut-être que leur petit contact de tout à l'heure était encore incruster dans ses pensés.

Elle se trouvait pathétique et faible pour une démone. Son petit sourire en disant long sur son état psychologique. Pourtant Kazuki ne la trouvait pas si nul que ça. Bien sûr il y avait des choses dans lequel on était meilleur. Pour lui, il s'agissait des combats. Elle avait l'air tellement bouleverser que notre jeune héros ne pu s'empêcher de s'adosser contre le canapé avant de laisser échapper un léger soupir. Cela ne signifiait pas qu'il en avait assez, mais simplement pour lui permettre de réfléchir. Les mains derrière la tête il se mit à regarder le plafond d'un air songeur. Que devait-il lui dire ? Il devait faire attention à ses paroles pour ne pas qu'elles soient mal interprété. C'était une première pour lui de consoler une personne, il n'avait jamais fait cela auparavant... d'ailleurs, y avait-il un mode d'emploi pour ça ? Certes, il ne voulait pas la vexer, mais lui mentir serait également faire preuve de mauvaise foi et il n'y avait rien pire que cela. Le fait qu'elle soit terrorisé par son propre sang ne le choquait pas vraiment, il fallait dire que la première fois qu'il avait vu le sien coulait, la panique c'était emparé de lui. Cela remonté à longtemps évidement, lorsqu'il n'était qu'un enfant. Ses souvenirs ne devait pas ressurgir maintenant, car il avait autre chose à faire ! Il se tourna alors vers sa belle avant de reprendre,

" Je ne penses rien de cela. Tout le monde à ses faiblesses et désire les cacher. "

Vite, vite, il devait trouver un exemple, quelles étaient les faiblesses de Kazuki ? Bonne question ! Il connaissait ses qualité, mais pour le reste... il avait bien des choses qui lui faisait peur... voyons voir... non, il ne trouvait absolument rien ! Il devait rapidement rebondir sur autre chose.

" Allez... ne penses plus à ça tu veux. Je te trouve très bien comme tu es. "

Pardon ?! Non, il c'était trompé de phrase ! Enfin... il ne voulait pas insinuer qu'elle lui plaisait comme ça, enfin si, mais non. Il avait lâcher ses propos d'un coup sans se rendre compte des conséquence que cela pouvait engendrer ! La situation était déjà délicate et voilà qu'il en rajouter une couche !

" Enfin je veux dire... tu n'a pas à t'en vouloir, car tu es... "

De pire en pire ! Il venait de s'aventurer dans un chemin dangereux ! Maintenant il ne pouvait plus faire marche arrière, il reprit alors son sang froid et reprit avec le sourire,

" Bref, simplement pour te dire que tu n'as pas à t'en faire pour ça. "

Kazuki n'était vraiment pas doué pour ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Sam 12 Jan - 23:03

    Quand avait-elle vu pour la dernière fois de l'embarras dans un regard masculin ? Hormis son frère, ce qui ne comptait évidemment pas, elle ne parvenait pas à s'en souvenir. De toute manière, elle n'en avait pas non plus spécialement envie non plus. Elle commençait à se détendre, et surtout, un épais voile obscurcissait peu à peu l'image des plaies ensanglantées, et de tout ce désagréable rouge. Pourtant, c'était une couleur qu'elle adorait, la preuve : elle ne portait plus que ça. Mais rien à faire, dès que ce rouge était liquide, ça ne passait plus. Mais là n'était plus sa principale source de préoccupation, pour le moment, il s'agissait de Kazuki. Contre toute attente, elle avait fini par trouver sa compagnie agréable, et même sympathique, malgré tous ces désagréables inconvénients qui étaient survenus au cours de la soirée. Il avait fait preuve de tellement de politesse, de patience, de courtoisie. Son comportement n'était pas celui d'un habitant du Manoir, il était certes un peu renfermé au premier abord, mais nul doute qu'il devait cacher son vrai visage. Sa place n'était pas ici, enfin, peut-être le méritait-il du fait de son passé, mais cela n'intéressait pas la jeune femme. A quoi ça l'aurait avancé d'ailleurs ? Qu'importe ses anciennes actions, cela n'avait aucune importance à ses yeux car le passé était révolu, le temps n'existait plus ici, alors il n'y avait pas de raison de s'ennuyer avec.

    Plus il essayait de s'en sortir, plus il s'empêtrait. Cela en devenait même touchant, cette façon maladroite qu'il avait d'essayer de la réconforter. Oui, peut-être qu'elle ferait mieux de ne pas s'en faire, même si certains jours, cela était difficile à supporter. L'envie était l'un de ses pêchés, et c'était peu dire que parfois elle enviait la simplicité de certaines femmes, la légèreté des succubes, et principalement le fait que toutes ces personnes semblaient être à leur place ici. Mais pas elle. Le seul endroit où elle se sentait invulnérable était cette vieille bibliothèque, son unique bastion contre le doute et le vice. Elle devait quand même se battre contre ça, ce n'était pas parce qu'elle était au Manoir qu'elle allait transgresser ses règles de vie, son éducation était encore sa fierté... Et elle se rendit compte qu'elle évitait le sujet. Son grand regard se plongea dans celui du japonais alors qu'elle se tournait vers lui, et l'expression d'étonnement laissa place à un soudain élan de gaieté alors qu'elle se mettait à rire. La situation était tellement cocasse qu'elle ne pouvait s'en empêcher, mais surtout...

    " Tu es mignon quand tu t'emmêles ainsi. "
    dit-elle entre deux petits éclats de rire.

    Se rendant compte de ce qu'elle venait de dire, elle se redressa brusquement, et en aurait presque rougi si sa peau ne laissait pas aussi peu passer ses émotions. Oulah, ce n'était pas forcément ce qu'elle avait voulu dire, il avait du charisme, d'accord, mais de là à dire cela... Non, non, quelqu'un d'autre avait parlé à sa place, c'était la seule explication possible. Manque de pot, ces mots étaient vraiment sortis de sa bouche. Elle agita légèrement la main, gênée, et détourna le regard.

    " Je veux dire... c'est gentil de me réconforter... "

    Pas question de s'enfoncer d'avantage, il fallait vite trouver une diversion. Non mais qu'est-ce qui lui avait pris ? Comme si elle pouvait se montrer aussi familière, et faire de pareils sous-entendus. D'accord, le jeune homme avait quelque chose de spécial, mais elle ne devait pas perdre sa méfiance. Pourtant, elle pouvait lui faire confiance, et elle le sentait, ce qui était assez paradoxal à ses yeux. Allez, on se reprend, et on combat sa timidité ! Elysabeth reprit un sourire étincelant et se releva prestement, retrouvant toute sa bonne humeur et dissipant totalement les dernières traces de mélancolie qui traînaient sur son visage. Elle se convainquit intérieurement d'être sage à partir de maintenant et de cesser d'être aussi idiote et casseuse d'ambiance. Elle tendit alors sa main à Kazuki, dans le but de l'aider à sa relever.

    " Le thé va refroidir, il vaudrait mieux se dépêcher un peu monsieur l'épéiste. "

    Son rire cristallin transparaissait légèrement dans le petit surnom qu'elle venait d'emprunter. Ce n'était, certes, pas un surnom très inventif, mais c'était déjà un record qu'elle en emploie un aussi rapidement. Et puis, qu'importe, elle se sentait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Sam 12 Jan - 23:54

Habile avec une épée, maladroit avec les mots. Voilà qui résumé bien sa situation. Réconforter une autre personne n'était pas si évident que cela, il fallait trouver les bon mots. Cependant, il ne savait pas que le plus important était la manière de faire. On sentait l'épéiste sincère et c'est sans doute ce qui l'avait fait sourire, ou alors elle se moquait de lui ! Cela pouvait aussi être la raison de ce petit rire. En tous cas, il était heureux de lui avoir redonné ce beau sourire. Il ne savais pas vraiment comment il était parvenu à un tel résultat, mais le principale avait été atteint. Au moins, elle avait complètement mis de coté ce qui venait de se passer. Son regard se tourna vers le sien. Il resta silencieux et contempla ses yeux. Si clair et si beau... il avait l'impression d'être comme éblouis par ce visage si gaie. Il lâcha à son tour un léger sourire en guise de réponse. En prenant du recule, c'est vrai que la situation était plutôt amusante. Il se remémorait ses phrases assez maladroites qui avait cependant eu un effet assez particulier.

Mignon ? Lui ? Kazuki n'avait pas percuté sur le coups et plaça une main derrière la tête avant de détourner les yeux. C'était assez étrange comme réponse. Il était gênait qu'elle lui est dit cela. D'ailleurs, c'était bien la première fois qu'une femme lui disait ce genre de chose. Comme il n'était pas habitué à recevoir ce type de compliment il resta muet. N'ayant même pas eu le temps de réfléchir au sens de la phrase d'Elysa, celle-ci se redressa brusquement. Tout comme lui précédemment, elle cherché à se rattraper. En effet, elle avait prononcé le mot mignon, alors elle le trouvait certainement charmant et attirant. Au moins c'était clair, de plus il trouvait que sa compagnie était agréable. Attention a ne pas se faire des idées non plus ! Même si Kazuki ignorait encore tout cela puisqu'il n'avait jamais été rejeté par une femme. En même temps, il n'en avait pas approché une seule depuis sa naissance. Pour ce qui était de se reprendre, elle était bien plus doué que lui, elle termina par lui dire qu'il avait été gentil. En effet, rare était les personnes avec qui il se montrait aussi sympathique. D'ordinaire, il l'aurait certainement déjà laissé tombé au bord de la piscine. Cependant, avec elle c'était différent... il ne savait pas pourquoi, mais il sentait bien en sa présence, le cœur apaisait et léger.

La demoiselle semblait bien plus libéré et familière, sans doute commençait-elle à lui faire confiance. En tous cas, elle était bien plus jolie avec son sourire. Kazuki devait absolument éviter de faire une nouvelle bêtise. C'est simple, il devait se maitriser et ne pas tout casser. Rester délicat devait également faire partie de sa nouvelle vie. Il devait apprendre à se contrôler. La main tendu, elle proposa à notre jeune héros de continuer à boire leurs thé qui avait sans doute bien refroidit. Enfin... il ne restait plus que celui d'Elysa, puisque monsieur Kazuki avait tout fait tombé. Ce n'était rien, il allait se contenter de finir son verre de vin qui n'était pas mauvais, même s'il aurait préférait du saké. Il était persuadé que s'il venait à en boire maintenant il le trouverait bon. Comme le disait son ami, lorsque le saké avec bon gout, c'est que tout allait bien. Son nouveau petit surnom le fit sourire, il reflété bien sa personnalité.

Il tendit sa main à son tour pour s'agripper à la sienne. Les petites entailles avait cessé de l'ennuyer. Ils allaient enfin pouvoir poursuivre tranquillement. Cependant ! Il n'avait pas penser à la différence de poids entre les deux ! Il était bien plus lourd et fort qu'elle. D'habitude, lorsque l'un de ces alliés l'aidé à se relever, il n'avait qu'à s'appuyer sur lui pour se redresser. Mais là ! Il n'avait pas prit en compte tout cela. Au lieu de simplement utiliser la main d'Elysa comme soutient, il força et la fit basculer sur lui ! Dans le même temps, il perdit l'équilibre et tomba sur le dos par terre. La situation était devenu encore plus délicate...

" Dé... désoler ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 13 Jan - 0:46

    Mignon... Ce mot tournait encore dans sa tête, cherchant à s'associer à une signification acceptable. Un bouquet de fleurs était mignon, un enfant malicieux et souriant était mignon, mais rien de tout cela ne convenait à ce qu'elle avait ressenti en le regardant. Un mélange bouillonnant s'était emparé de sa poitrine et avait étrangement accéléré son rythme cardiaque. De l'extérieur, rien n'était visible, cependant, elle ressentait chaque pulsation avec une précision étonnante. Chaque battement résonnait dans sa tête, sans qu'elle n'y comprenne quoi que ce soit. Peut-être s'était-elle trop ouverte ? Peut-être avait-elle passé trop de temps en sa compagnie, si bien qu'elle ne voyait plus les limites ? Aucune réponse ne vint combler ses questions, et la jeune femme dut les reléguer dans un coin de son esprit, avec l'espoir qu'un jour elle puisse y trouver la solution. De toute manière, il commençait à se faire tard, ils n'allaient sans doute pas tarder à regagner chacun leur chambre... Après quoi, ils pourraient éventuellement se croiser au détour d'un couloir, ou bien ne plus se voir avant plusieurs siècles si leurs emplois du temps respectifs étaient trop chargés. C'étaient les aléas du Manoir, à moins de vraiment s'organiser, on ne savait jamais quand on allait retomber sur un visage familier. Parfois cela pouvait être utilise, mais dans d'autres cas, cela pouvait être une torture. Enfin, elle imaginait que cela pouvait se ressentir ainsi, jamais elle n'avait tissé de lien assez fort ici pour qu'une personne vienne à lui manquer. Les sentiments étaient tellement compliqués à définir et à comprendre...

    Son esprit s'embrumait un peu, la fatigue voulait faire valoir ses droits et lui intimait silencieusement d'aller rattraper tout ce sommeil qu'elle avait loupé. Dans une autre situation, la démone n'aurait pas été spécialement contre, mais à cet instant, c'était différent, elle allait lutter contre la torpeur, il ne pouvait en être autrement. Après tout, il était tellement rare qu'elle ait un invité, et qu'elle passe un aussi bon moment en étant en compagnie de quelqu'un de vivant. Ses principaux compagnons étaient des livres inanimés, un peu de changement ne faisait de mal à personne, n'est-ce pas ? Enfin, pour le moment, elle dissimulait sa somnolence derrière un grand sourire et battit vivement des cils pour chasser les zestes de sommeil qui voulaient l'assaillir. Il était hors de question d'abréger ce têt-... ce rende-... cette entrevue improvisée, oui, on pouvait voir cela ainsi et s'était moins embarrassant. Cela l'était toujours, mais bon, elle ne trouvait pas d'autre appellation pour le moment, et elle chassa bien vite tout cela de sa tête, au risque de replonger dans sa timidité.

    Son sourire allait pour s'agrandir encore en sentant la main de Kazuki se saisir de la sienne, mais son expression se figea et elle se sentit happée vers l'avant. Il avait sans doute mis qu'une partie de sa force, mais cela avait suffit à déstabiliser la demoiselle qui s'étala de tout son long sur le jeune homme. Elle n'avait jamais été de bonne constitution, et la force n'était pas une de ses qualités. Cela se voyait nettement maintenant. Sa tête atterrit dans le creux du cou masculin, et elle resta ainsi cinq bonnes secondes, interdite et secouée, incapable de bouger. Elle parvenait tout juste à respirer, mais cela suffisait à cet qu'elle s'imprègne du parfum du japonais. Suave et- Elle se gifla mentalement. Ce n'était pas du tout le moment de laisser son esprit vagabonder et analyser les informations qu'il obtenait. Ses paumes de mains prirent appui sur le sol de chaque côté de l'homme et elle se redressa du mieux qu'elle put.

    " Ton dos ! Tu ne t'es pas fait mal ? "

    Une pointe d'inquiétude perçait dans sa voix ainsi que dans son regard. Elle se sentait plus préoccupée par le mal qu'elle avait pu lui causer en lui tombant dessus, plutôt que par la proximité de leur situation. Fidèle à elle-même en somme.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 13 Jan - 1:22

Lors des combats, chaque secondes passé à terre pouvait être fatale ! C'est pourquoi se relever rapidement devait faire partie de leurs entrainement. Ces guerriers à la soldes de l'empereur Antoku était réputé pour être les plus fort de tout le japon. Kazuki avait grandit à leurs coté et c'est pourquoi il forcer à chaque fois qu'il devait effectuer une action. Ce n'était pas à cause de lui, disons qu'il avait toujours eu pour habitude de faire les choses ainsi. Il espérait seulement que cela ne soit pas mal vu par la jeune femme. La pousser ainsi contre lui pouvait signifiait de nombreuses choses... Malheureusement, Kazuki était toujours aussi maladroit. Il ne fallait pas lui en vouloir, rare était les moments qu'il avait pu passer à discuter ainsi. D'autant plus qu'Elysabeth était séduisante, surtout lorsqu'elle souriait. Son ami Antoku lui avait au moins apprit une chose concernant les femmes. Lorsqu'un homme était capable de la faire sourire, alors cela signifiait qu'il était capable de la protéger. Il n'y avait pas seulement la force, mais il devait également se montrer capable de la soutenir quelque soit la situation.

Plus il passé son temps avec elle et plus toute ces histoires trottaient dans sa tête. Pourquoi se posait-il autant de questions ? Elle tomba le long de son corps et resta ainsi quelques secondes, ce laps de temps semblait avoir duré une éternité. Il sentait les battement de son cœur ainsi que la chaleur de son corps. C'était une sensation étrange... Son doux parfum était agréable. Il resta immobile en attendant que quelque chose se passe. Son cœur avait aussi accéléré sans qu'il ne comprenne. Il avait l'habitude de sentir l’adrénaline monter lors de ses combats, mais là... il n'y avait pas d'adversaire, seulement Elysa... Sa tête avait atterrit près de son cou et il pouvait même l'entendre respirer. Que faire ?... se relever et mettre fin à cette accolade ? Évidement ! Kazuki ne devait pas laisser ses émotions prendre le dessus. Après tout, n'avait-il pas dit qu'il ne souhaitait pas changer ? Que ce monde n'était pas fait pour lui ? Il s'en était persuadé et pourtant... La seule présence d'Elysa l'avait contredit. Les bras complètement bloqué, seul ses mains avait légèrement bougé. Lorsqu'elle se redressa en posant ses mais de chaque coté de son corps il resta sous le... charme, ou bien sous le choc, les deux mots étaient valables.

Aucune remarque, aucun reproche. Lui qui pensait en prendre plein la vue n'avait rien reçu. Au contraire... elle c'était inquiété pour lui. Est-ce qu'il avait eu mal au dos, a vrai dire, il n'y avait même pas pensé. La douleurs était insignifiante, ou alors, il avait oublier d'avoir mal en la sentant contre lui. Et puis, elle n'était pas non plus très lourde. S'il était capable de se battre habillement avec deux épées en argent massif, alors supporter le poids d'une jeune femme n'était rien. On pouvait entendre au son de sa voix qu'elle avait vraiment l'air préoccupé par son état de santé. Pourtant, ce n'était pas ce genre de petit chute qui pouvait mettre à mal un guerrier tel que Kazuki. L'épéiste ne trouva pas les mots, il resta comme bloqué par le fait qu'elle puisse être si proche de lui. Que faire ? Que répondre ? Tout se précipitait dans sa tête et pourtant rien ne sortait, pourtant, il n'avait qu'à lui dire que tout allait bien. Son regard c'était perdu dans les yeux et la demoiselle. Elle avait des lèvres si fine et si attirante... Soudain, il reprit ses esprits ! Il ne devait pas céder ! Non mais !

" Je vais bien ne t'inquiète pas, j'ai connu bien pire. "

Il avait dit cela avec le sourire sans pour autant chercher à se redresser, la voix calme avec un air décontracté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 13 Jan - 2:18

    Cette chaleur qu'il dégageait était réconfortante, et sans ressentir la moindre gêne, elle se souvint du sentiment de protection qui l'avait apaisé au bord de la piscine alors qu'il l'avait légèrement enlacé puis défendu contre les incubes, elle repensa également à sa douceur maladroite lorsqu'il s'était occupé de ses blessures. Et, avec un petit pincement au cœur qu'elle ne comprenait pas, elle conclut qu'il devait s'agir d'une amitié. Après tout, il s'agissait également d'une notion qu'elle ne connaissait pas, tout était tellement flou à ce sujet. Mais bon, il ne fallait pas se leurrer, après tout, il était gentil et protecteur, comme un ami pouvait l'être, non ? Alors oui, ça ne pouvait être que ça, après tout, ils ne se connaissaient pas tant que ça et le bien-être pouvait être ressenti avec de simples compagnons. Si son cœur s'emballait ainsi, c'était sans doute à cause de la chute. Même si son rythme s'était déjà accéléré juste avant... Cela ne devait être que de l'amitié, rien de plus, elle ne pouvait se permettre plus. Et à quoi pensait-elle d'ailleurs ? Ces pensées n'avaient pas lieu d'être, il était hors de question de s'imaginer ce genre de relation, ce n'était pas du tout en accord avec celle qu'elle avait été jusque là. Sa carapace vacilla et se fissura légèrement. Peut-être qu'au fond, elle se foutait de suivre à la lettre toutes les lois qu'elle s'était auto-dictées. Peut-être même qu'elle pouvait, avec un peu de volonté, chasser toutes ces idées étranges et inconnues, et simplement vivre le moment présent. C'était une perspective envisageable.

    Ses grands yeux verts conservèrent encore un peu leur lueur soucieuse même si son visage se retrouvait à nouveau éclairé par son sourire. S'il allait bien, c'était tant mieux alors. Elle s'en serait voulu qu'il se soit blessé par sa faute, mais ce n'était pas le cas, et ce à son grand soulagement. Il y a longtemps, on lui avait inculqué qu'elle ne devait causer aucun tort à un homme, surtout à un homme bien placé. Certes, ici la notion d'échelle hiérarchique était assez chamboulée et sinueuse, mais le fait était que son éducation perdurait. Toutefois, son inquiétude était sincère, il n'y avait rien de forcé ou de purement automatique dans son attitude. Le fait qu'il était homme avait sans doute joué un rôle, mais il y avait toujours cette pression qui lui comprimait la poitrine et qui avait jaillit dès qu'elle s'était rendu compte que son dos avait heurté le sol. Le fait qu'il avait été, et qu'il était d'ailleurs toujours un guerrier, ne lui avait même pas effleuré l'esprit, ni le fait que cela ne devait être qu'une bagatelle pour lui. Elle n'y songea pas un seul instant.

    En le voyant sourire, elle agrandit le sien, heureuse de vraiment constater qu'il n'avait rien. Elysabeth n'avait jamais aimé voir quelqu'un s'amocher, elle était assez sensible et trop imaginative, si bien qu'elle avait toujours l'impression de ressentir la douleur. Ce qui était parfois assez terrible quand elle lisait des romans sanglants ou parsemés de détails crûs. Mais à force on s'y habituait, aux romans bien sûr. Ses lèvres s'entrouvrirent légèrement, comme si elle s'apprêtait à parler, et elle allait justement élever la voix. Le sommeil la prit alors soudainement en traître, et profita de l'état d'épuisement général de son corps pour s'emparer d'elle. Elle vacilla, à peine consciente pendant un bref instant. Cela suffit à la faire chuter sur le côté, elle se retrouva allongée contre le japonais, la tête sur son épaule, les paupières closes. Ce n'était pas un évanouissement total, juste une petite perte de contrôle. Faisant un effort surhumain, elle parvint à rouvrir les yeux et à prendre faiblement la parole.

    " Excuse-moi, je-je vais bouger, d... donne moi une minute... "


    La traîtresse fatigue se voulait de plus en plus puissante, si bien que la jeune femme ne se rendait même pas compte de l'absurdité qu'elle venait de sortir. Comme si elle pouvait rester ainsi ! Ce n'était pas correct, même entre amis. Pourtant, elle n'avait pas le choix. Elle se sentait tellement las, il lui était impossible de se souvenir depuis combien de temps elle n'avait pas sereinement dormi, et qu'importe. Elle était tout simplement incapable de bouger. Oh, dans une minute, une longue minute, elle pourrait sans doute essayer de se traîner jusqu'au canapé et y fermer les yeux jusqu'au lendemain matin. Mais pas tout de suite...
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 13 Jan - 3:17

La distance qui les séparaient ne devait pas se raccourcir. Ils étaient bien ainsi. Kazuki n'était pas une personne qui pouvait se permettre de se lier à d'autre personne. Il était différent et incapable de prendre soin de quelqu'un d'autre. Il avait vécu plus de neuf siècle seul, alors pourquoi changer maintenant ? Il n'avait pas besoin de ça. Cela pouvait être beau à vivre, mais cette expérience ne ferait sans doute que souffrir la demoiselle. Il devait se redresser, et la laisser seule. C'était sans doute mieux, s'ils venaient à se séparer maintenant il pouvait éviter le pire. Ses émotions ne devait pas prendre le dessus sur la raison. Il avait toujours fait ça et cela avait bien fonctionné jusqu'à présent. Néanmoins, il ne pouvait s'échapper de cette situation. Il était impuissant face à la présence de la belle. Il n'avait jamais ressentit quelque chose d'aussi puissant. Son regard avait suffit à l'envouter. Antoku était son ami et la personne qu'il avait toujours voulu protéger. Retrouver un but dans sa vie... serait-ce ce qu'il était venu chercher ici ?... Peut-être qu'il avait sans le savoir voulu se rapprocher d'Elysa pour la protéger et ainsi perpétuer ce qu'il n'avait pu accomplir par le passé...

Non c'était complètement stupide de penser à cela maintenant. Il devait seulement partir. Il était rester trop longtemps à ses cotés et avait perdu le sens des réalités. Son sourire si sincère montrait à quel point elle c'était inquiétait pour lui, cela signifiait-il qu'ils étaient amis ?... En tous cas, sans s'en rendre compte, il sentit tout à coup la fatigue l'atteindre. Il est vrai qu'ils avaient déjà passé un long moment ensemble. Aucun d'entre eux ne pouvait dire avec précision quel heure était affiché. Kazuki n'avait pas dormit hier soir... cela signifiait qu'il était resté éveillé plus d'une journée entière. Ses lèvres commencèrent à s'écarter lorsque soudain, elle perdit l'équilibre. L'une de ses mains qui la maintenait au-dessus de lui glissa et elle tomba sur lui. Enfin, elle avait plutôt basculer sur un coté. Elle semblait épuisé et Kazuki l'avait regarder tomber sans rien dire. Il avait même volontairement levé l'épaule pour lui servir de coussin. Elle avait les yeux fermés et semblait complètement vidé. Il se pencha vers elle pour voir qu'elle avait fait l'effort de le regarder et de lui dire qu'elle allait bouger, mais qu'elle avait besoin d'une minute. Bien sûr, cela ne pouvait se refuser.

" Ce n'est rien... "

Il sentait que le sommeille l'avait également gagné mais... il n'était pas question pour lui de dormir avec elle. Cela n'était pas très correcte. Le sourire au lèvres, il posa ses yeux vers le plafond avant d'attendre un peu. Il n'était sans doute pas aussi confortable qu'un matelas, mais au moins, elle pouvait dormir en toute sécurité. Une minute c'était sans doute déjà écoulé et la belle ne semblait pas apte à se remettre sur pied. Il se pencha vers elle avant de la regarder quelque instant avec ce même sourire. Elle était vraiment insouciante ou alors elle devait avoir une grande confiance en lui.

" Prend le temps qu'il te faudra... "

L'épéiste passa alors une main derrière l'épaule d'Elysa avant de se redresser lentement sans faire de mouvement brusque. Il voulait à tout prix éviter de la réveiller. Il ne prit même pas la peine de passer par une posture intermédiaire et passa directement du coucher au debout. Il était bien assez fort physiquement pour faire cela avec le poids de la jeune femme. Il avait également prit la peine de placer un bras sous ses jambes pour la porter sans plus facilement et laisser dans une bonne posture pour qu'elle puisse continuer son voyage au pays des merveilles.

Il la posa ensuite délicatement sur le canapé où ils avaient prit le thé et l'allongea en faisant cette fois bien attention à ne pas la brusquer. Toujours endormit, il plaça sa veste sur elle pour éviter qu'elle ne prenne froid. C'était déjà ça, car il n'imaginait pas voir des couvertures par ici... Il l'observa quelque instant avant de faire le tour de la bibliothèque pour chercher cet interrupteur. Cela n'allait pas être évident au vu de la taille de la pièce... Néanmoins, après quelques minutes il fit pas éteindre les éclairage. Victoire ! Mais... qu'est-ce qu'il allait faire ? Il ne pouvait pas retourner dans sa chambre ni sortir d'ici... les portes étaient fermés et les clés devaient certainement être sur Elysa. L'idée de la fouiller ne lui était pas venu à l'esprit et il préféra donc la rejoindre pour s'asseoir par terre. Adossé contre le canapé ou elle dormait, il ferma les yeux à son tour avant de s'endormir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 13 Jan - 13:28

Egy, kettő, harom, négy... Les nombres résonnaient dans sa tête d'une voix enfantine. Sous ses yeux, au delà de la frontière de verre, quatre enfants couraient et jouaient ensemble, bien solides sur leurs deux jambes. Des garçons, dont un avait une étrange et pourtant magnifique chevelure blanche. Elle ne pouvait le quitter du regard, lui qui était son modèle, lui qui était son protecteur, son ami, et surtout son frère. Elle était fascinée par leur vitalité, leur force, et surtout par le fait qu'ils pouvaient bouger, marcher et courir comme ils voulaient. Ils étaient hors des murs. Et de son côté, elle demeurait comme un oiseau en cage, un oiseau privé d'ailes et qui ne pourra jamais fendre l'étendue azurée. Un frêle oiseau dont on peut tordre le cou si facilement. Une pression entoura son cou, serrant et affermissant sa prise. Le visage du jeune garçon se brouilla sous ses yeux, et elle bascula, à bout de souffle.
A bout de vie.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Ses yeux s'ouvrirent brusquement, agités par ce cauchemar. Cependant le reste de son corps était demeuré inerte, sa poitrine se soulevait faiblement, comme si elle avait réellement manqué d'air. C'était fort probable, combien de fois ne s'était-elle pas réveillée en sueur, se tenant elle-même la gorge et meurtrissant son cou de ses propres doigts ? Au bout de quelques minutes, elle finit par se redresser, se frottant les paupières où recommençait à se déposer le sommeil. Il faisait terriblement noir, les lumières étaient éteintes et l'éclat de la lune passait à peine à travers les épais rideaux qui couvraient les fenêtres. Mais Elysabeth se sentait rassurée, elle reconnaissait le moelleux du canapé où elle se trouvait, et elle devinait la forme des étagères ainsi que des livres rangés au garde à vous. Un maigre sourire se dessina sur ses lèvres, bien que sa tête lui tournait un peu. Elle n'arrivait pas encore à se rappeler de la veille, enfin, principalement de comment elle avait fait pour atterrir ici. Elle se souvenait avoir demandé une minute à Kazuki et... Visiblement, elle avait dormi un peu plus longtemps que cela. Oh, la nuit était encore loin d'être passée, ce mauvais rêve devait l'avoir réveillé seulement une heure ou deux après qu'elle soit tombée de fatigue. Toujours était-il qu'elle ferait mieux de regagner sa chambre.

    Son bras se décala un peu sur le côté, alors qu'elle tentait de se tourner pour quitter le canapé, mais quelque chose de doux vint lui frôler la peau. Des cheveux ? Son cerveau, encombré par le sommeil, parvint tout de même à se dire que cela ne pouvait être que Kazuki. Quelle idiote elle était ! Elle avait gardé les clés sur elle, si bien qu'il n'avait pu sortir. Et maintenant il dormait dans une position plus qu'inconfortable, c'est-à-dire assis. Ses doigts pressèrent ce qu'elle n'avait pas lâché et ce qui l'avait couvert le temps qu'elle dormait : la veste du japonais. Il devait avoir froid sans elle, surtout que la nuit, la bibliothèque n'avait nul besoin d'être chauffée. Avec précaution, la demoiselle se leva sans bruit et se dirigea instinctivement vers la salle de repos. Là, à tâtons, elle ouvrit une petite malle bien dissimulée et parvint à en extraire deux grosses couvertures bien chaudes. Il dormait, et ce n'était pas dans les habitudes de la demoiselle de réveiller les gens. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était de faire en sorte qu'il n'attrape pas froid.

    A pas de loup, Elysabeth revint auprès du coin détente et s'agenouilla auprès de l'endormi. Un faible rayon de lune tombait sur son visage, et il paraissait assez serein. Elle lui sourit, même s'il ne pouvait pas le voir, et l'entoura de la plus grande des deux couvertures. Après quoi, par instinct, elle lui embrassa le front d'une manière presque maternelle ou fraternelle, comme elle l'avait autrefois fait avec son frère, ou avec l'homme avec qui on l'avait marié. Il n'y avait rien de dérangeant à ses yeux à travers ce geste, d'abord parce qu'il dormait, et ensuite parce que cela n'avait aucun but particulier. En vérité, c'était son étrange manière de dire bonne nuit. Retenant un bâillement, elle se releva et retourna sur le canapé, serrant toujours contre elle la veste et ce sans s'en rendre compte. Elle somnolait déjà à moitié. Une fois la couverture restante étendue sur elle, la démone prit dans sa poche le trousseau de clés et le posa en évidence sur la table basse, à côté des tasses et des verres qu'elle n'avait pas la force de ranger. Elle verrait ça demain, chaque chose en son temps n'est-ce pas ?

    Apaisée, elle se rendormit, certaine de ne pas refaire de cauchemar, mais également de ne pas voir l'épéiste au réveil. Après tout, il allait sans doute s'en aller dès qu'il serait sur pied. C'était la dur réalité des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 13 Jan - 14:15

Malgré cette soirée plutôt paisible, Kazuki c'était rapidement endormit. A peine les yeux fermés qu'il fut dans un profond sommeille. L'épéiste n'avait jamais eu besoin de beaucoup dormir. Il lui arrivait de rester éveiller plusieurs jours d'affilés. Lors de certain évènement, il était resté éveillé les nuits pour pouvoir protéger son ami. Tout comme durant la guerre... les soldats devaient être amené à surveiller le camps jour et nuit. Cependant, il n'était pas non plus infatigable, lorsque notre jeune héros faisait ça, il lui arrivait de dormir une journée entière ! Et son sommeille était toujours profond. Il fallait donc vraiment y aller fort pour le réveiller. C'était dangereux, car en faisant cela, il devenait une cible plutôt facile à éliminer. Heureusement, ce n'était pas le cas ici et c'est sans doute pour cela qu'il c'était laissé aller. La plupart de ses rêves étaient loin du manoir... il se revoyait souvent sur les champs de bataille au coté d'Antoku. Voilà la vie qu'il voulait avoir... les combats lui manquaient et cette sensation de survie également. Se battre sans sans enjeu était complètement inutile. Kazuki voulait parier sa vie.

C'est seulement lorsque l'on était sur le point de mourir que l'on pouvait se surpasser et progresser. Il aurait aimé mourir sur un champs de bataille et non pas par la maladie. En prenant du recule, il se demandait même si quelqu'un ne l'avait pas empoisonné. A la base, Kazuki était une personne avec une très bonne santé, il n'était jamais tombé malade avant le jour de son décès. Bref... ce rêve était comme tout les autres, il mettait en scène une situation qu'il avait déjà vécu. Des paroles et des pensés identiques, du sang... l'odeur des cadavres qu'il venait d'assassiner. Soudain, le décors changea brutalement. Il était au manoir et les démons étaient tous par terre. Les corps inerte et rempli de sang. Il se dirigea alors vers la bibliothèque pour voir de nombreuses personnes sans vie. Ils semblaient tous avoir était tué par un épéiste. Il y avait des trace de coupure un peu partout. Un cri ? C'était la voix D'Elysa ! Il se précipita pour se rendre au coin détente lorsque... Cette scène... il ne pouvait y croire ! La personne en face de lui venait de transpercer le cœur de la demoiselle. Le plus terrible était que l'assassin n'était autre que lui...

Brusquement, le japonais se réveilla ! Il était en sueur. C'était un cauchemar. Il était toujours assis près du canapé. La seule différence était qu'il était couvert par une couverture chaude. Il se tourna vers Elysa qui était toujours endormit. C'était sans doute elle qui les avaient couvert. Il ne pouvait plus dormir après avoir eu cette vision et le mieux était de vite l'oublier. C'était étrange, c'était la première fois qu'il rêvait d'une personne du manoir. La nuit était déjà bien avancé et l'aube n'allait sans doute pas tarder à arriver. Il se releva en plaçant la couverture sur Elysa. En se penchant sur la table, il aperçut les clé du manoir. Elle avait du les laisser ici pour lui permettre de rentrer. Il attrapa alors l'objet en ferraille avant de finalement le reposer, près de la belle. En y repensant, elle lui avait parlé de livre assez intéressant concernant les épées. Puisqu'il avait du temps libre, pourquoi ne pas aller y jeter un œil ? Il se dirigea donc vers le rayons approprié avant de chercher.

Il en trouva un plus intéressant que les autres... C'était celle de la légende de l'épée de Kusangi et de son dernier propriétaire, le seigneur Antoku. Voulant lire les exploit de son ami, Kazuki attrapa le livre pour aller s'asseoir devant le canapé d'Elysa. Confortablement installé, il se mit à ouvrir les première page et à lire son contenu. Les récits résumé assez bien les faits, même si les détails n'étaient pas dévoilé. Comme il le pensait, il n'y avait rien qui le concernait. Il avait été effacé de l'histoire. Seulement, a la fin du livre, il avait pu lire une phrase qui le fit sourire. L'auteur écrit que le seigneur Antoku n'avait cessé de répété qu'il n'avait eu confiance qu'en une seule personne, un serviteur mais également son meilleur ami. Un grand sourire sincère et nostalgique fit son apparition sur son visage, tandis que les premiers rayons du soleil venaient de traverser la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Dim 13 Jan - 16:26

    Le reste de sa nuit se fit sans le moindre rêve, ou tout du moins, rien de désagréable ou rien qui ne marquât son esprit. Ce fut un sommeil paisible quoi qu'un peu trop court : il lui manquait trop d'heures pour pouvoir tout rattraper en une seule fois. Mais au moins elle avait dormi, et si on oubliait son premier réveil, elle s'était même assez bien reposée. Elle n'avait pas bougé de la position fœtale qu'elle avait prise lorsqu'elle s'était recouchée, signe incontestable que son sommeil n'avait pas été agité. Prenant son temps pour sortir doucement de sa torpeur, la demoiselle mit un petit moment avant d'oser ouvrir les yeux. C'était certain, elle était seule. Soit la soirée précédente n'avait été qu'une partie d'un long rêve, soit l'épéiste était parti. Les meilleures choses ont toujours une fin, voilà pourquoi elle ne voulait pas se lever, et encore moins affronter la dure réalité. C'était étrange, il fallait l'avouer, mais elle voulait retarder le plus longtemps possible l'impression de solitude qui ne tarderait pas à surgir dès qu'elle ouvrirait les paupières. Jusque là, elle n'avait jamais souffert d'être seule, elle l'avait toujours été et c'en était devenu une habitude. Mais passer d'un moment de compagnie au vide était toujours difficile. Les livres étaient très bien, mais les livres ne parlaient pas, les livres ne faisaient pas tous rire, ou pleurer, ou se sentir bien. Les livres ne changeaient pas, immobiles dans le temps comme elle l'était à présent.

    Doucement, elle entrouvrit les paupières. Le jour n'inonda pas son regard, il faisait encore assez sombre grâce aux épais rideaux, et de toute manière, l'aube ne faisait que pointer le bout de son nez. Encore une journée de plus qui commençait, aussi banale que les précédentes... Au détail près qu'elle avait sous les yeux une chevelure en épis couleur d'ébène, et qu'il y avait évidement quelqu'un au bout. Étonnée, Elysabeth ne bougea pas d'un millimètre, fixant les cheveux noirs et écoutant la respiration paisible du jeune homme. Il y avait également ce petit bruit significatif d'une page qu'on tourne, et qui attira bien évidemment l'attention de la démone. Il lisait. Il n'avait pourtant pas montré un engouement particulier pour cela, alors peut-être passait-il le temps ainsi. En tout cas, elle devinait facilement le genre d'ouvrage qu'il avait entre les mains : sûrement un livre sur les épées, ou un sujet dans la même veine. Cela n'aurait rien d'étonnant, mais c'était toujours mieux que rien.

    Après avoir passé une demi-dizaine de minutes à l'observer silencieusement, elle se redressa en s'appuyant sur ses coudes et se pencha par dessus l'épaule de Kazuki pour mieux voir ce qu'il lisait. L'épée Kusanagi... Il y avait longtemps que la bibliothécaire ne l'avait pas lu ce livre là. A vrai dire, les récits guerriers ne l'avaient jamais vraiment fascinée, elle préférait les romans qu'on appelait thrillers, ou les recueils de poèmes. Et les contes, évidemment. Mais les goûts, c'était comme les couleurs, personne n'avait strictement les mêmes, et il en fallait donc pour tout le monde. Elle tourna son regard vers le japonais, et se dit qu'il avait peut-être vécu à la même période que le seigneur dont ce livre racontait l'histoire. Ce qui, éventuellement, expliquait ce sourire si nostalgique qu'il avait. Cependant, elle se retint de poser la moindre question, cela ne la regardait pas après tout. A son tour, elle sourit, se redressa complètement et se leva. Elle était pieds nus, ses chaussures avaient glissé lors de son sommeil, mais cela n'était guère incommodant. Et puis, marcher de temps en temps sans talons soulageait ses chevilles, et surtout, cela la faisait paraître un peu moins grande, même si elle l'était déjà naturellement.

    " Bonjour bonjour ! " dit-elle joyeusement en repliant soigneusement la couverture.

    Retrouvant la même bonne humeur qu'elle avait lorsque la soirée avait touché à sa fin, elle remit joyeusement les restes de la veille sur le plateau et remporta le tout à la salle de repos. Après quoi elle entreprit de moudre du café, et fit bouillir de l'eau. Ce début de journée ne ressemblait à aucun autre, et cela l'enchantait étrangement. Elle était donc là, à tourner la moulinette, quand l'effroyable idée qu'elle avait dormi dans la même pièce qu'un homme lui tomba sur la tête, tel un couperet. Ses gestes se figèrent et elle pencha la tête sur le côté, assimilant difficilement l'information. Qui ? Que ? Quoi ? Comment ? ... Non, ce devait être une erreur, ahah ! Ahah...
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Valandil

Swordmaster
Swordmaster
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 30
Localisation : Avec Ely


Vos Infos
Race: Humain
Fonction : Aucune
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Mar 15 Jan - 19:44

Concentré sur le livre, il ne fit pas attention au réveil de la demoiselle. Il falalit dire qu'elle c'était montré très discrète. Évidement, il aurait préférait qu'elle ne puisse voir ce qu'il était en train de lire. Enfin... Ce n'était pas très grave, en faisant le lien entre son âge et l’œuvre qu'il avait entre les mains, Elysa pouvait facilement comprendre qu'il avait vécu à cette époque. Il se tourna vers elle lorsqu’elle bougea du canapé pour finalement se redresser. Un simple bonjour avec un sourire était amplement suffisant pour le mettre de bonne humeur. C'était la première fois qu'il dormait avec une personne, enfin, du moins, dans la même pièce.

" Salut... "

Salut ? Il n'avait rien trouvait d'autre à dire ? En faite, il aurait aimait lui demander si elle avait passé une bonne nuit mais... après son rêve assez étrange, il préféra ne rien rajouter. Tandis qu'elle pliait la couverture, l'épéiste se leva pour éviter de la gêner. Il remarqua qu'elle n'avait plus ses chaussures, en effet, dormir sans procuré une tout autre sensation de confort. Malgré le fait qu'elle soit aller chercher de quoi se couvrir, elle avait gardé sa veste contre elle, c'était quelque chose d'assez étrange mais il trouvait ça attachant. Elle avait l'air de bonne humeur, certainement parce qu'elle avait bien dormit. En la voyant ainsi, il ne pouvait arrêter de repenser à son cauchemar. Il l'observa ranger les tasses de la veille et préféra ne pas l'aider. Non pas qu'il ne voulait pas, mais il ne souhaitait pas tout casser une nouvelle fois. Il avait compris la leçon et resta à distance. Néanmoins, il ne put s'empêcher de la regarder faire, il n'y avait pas de mal à ça. Après tout, il n'avait aucune arrière pensé, il aimait simplement la voir joyeuse. Elle se dirigea ensuite vers la petite salle de repos pour certainement leur préparer un café. Même s'il n'était pas un adepte de cette boisson, il aimait parfois en prendre le matin.

Kazuki resta dans ce petit coin détente et rangea le livre dans un premier temps. La lumière du jour était encore faible même s'il fallait avouer que les rideaux n'aidait pas les rayons du soleil à entrer. Il se dirigea donc vers les fenêtres avant de lever les rideaux. Voilà, il faisait déjà plus clair. Il aéra également la pièce en ouvrant l'une des fenêtre. L'air était frais et la brise agréable. Il était certes encore tôt, mais il ignorait à quel heure Elysa ouvrait sa bibliothèque. Kazuki ne voulait surtout pas la déranger dans son travail. Au lieu de rejoindre le coin détente, il prit la direction de la petite salle de repos ou se trouvait la jeune femme. Il commençait à bien connaitre le chemin et à voir à peu près comment la salle était constitué. Toutefois... alors qu'il était prêt à entrer pour la "déranger". Il fit volte face pour retourner au coin détente. Qu'est-ce qui lui prenait à toujours lui courir après ?... pourquoi voulait-il aller la voir ? Il devait se se sortir tout cela de la tête et vite se reprendre. Elysa n'était qu'une amie ! de retour au coin détente, il ramassa les clés que la jeune femme avait oublié. Ils les déposa sur la table avant de rejoindre la fenêtre qu'il venait d'ouvrir en grand. Kazuki posa ses coudes sur le bord avant de regarder les démons qui commençait à se lever. Il y avait les jardiniers et d'autre servant qui s'occuper de la propreté.

Qu'allait-il bien pouvoir faire aujourd'hui ? Il ne savait pas vraiment... peut-être allait-il retourner dans son coin perso et attendre que le temps passe. Boire du saké et se battre contre les démons qui viendraient le provoquer. Tel était son quotidien... ce n'était pas aujourd’hui que tout allait changer. Surtout que Elysa semblait bien plus intéressait par les livres que par les êtres vivants. Le vent matinal était frais, mais cela lui permettait de se réveiller en douceur. Il n'avait pas beaucoup dormit et se sentait un peu fatigué. Sortir pour aller se battre lui couterait sans doute une défaite. Il n'était pas en forme pour affronter un quelconque adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-anthologie.com/forum
Invité

Invité




MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   Ven 18 Jan - 19:55

    Ses mains restaient immobiles, suspendues à quelques centimètres de la manivelle ; son regard fixait le mur qui lui faisait face. Il fallait qu'elle se ressaisisse, elle devait finir d'ordonner le petit déjeuner, mais également se préparer en vue de la journée de travail qui s'annonçait. Mais il lui était impossible de bouger. Même si il ne la voyait que comme une amie, il restait un homme, et cela la choquait de se rendre ainsi compte qu'elle avait pu dormir aussi sereinement alors qu'il était dans la même pièce. Peut-être se ramollissait-elle avec le temps ? Ou peut-être dégageait-il une aura protectrice suffisante pour la mettre en confiance... Elysabeth secoua vivement la tête, chassant ainsi ces idées embarrassantes, et se remit à sa tâche. Elle expédia la vaisselle en deux coups de cuillère à pot, donna un coup sur le plateau, et dressa à nouveau dessus les tasses sur leur soucoupe. Puis, alors qu'elle allait remplir le panier de viennoiseries, elle remarqua qu'elle n'avait malheureusement plus rien en stock, pas le moindre scone, le moindre petit pain au lait... Qu'à cela ne tienne ! Généralement, la jeune hongroise n'employait pas son pouvoir pour si peu, mais il s'agissait d'un cas de force majeure : l'hospitalité parfaite avait été un point important de son éducation, et elle ne pouvait s'y soustraire.

    Le carnet qu'elle sortit de sa poche était d'une banalité affligeante : sa couverture en cuir ne présentait pas la moindre inscription, tout comme les feuilles qu'il contenait. De jolies feuilles un peu jaunies, comme si elles avaient été usées par le temps. Mais il ne fallait pas s'y fier, car une fois entre les mains de la demoiselle, ce simple petit carnet se révélait d'une utilité étonnante. Elle l'ouvrit, prit le stylo qui lui était raccordé par une fine cordelette dorée, et inscrivit plusieurs noms de viennoiseries à la suite. L'encre subsista quelques secondes, avant de disparaître, tandis que le panier s'était tout à coup retrouvé rempli de tout ce qu'elle avait écrit. Étonnant, mais surtout pratique, n'est-il pas ? Satisfaite, la démone esquissa un fin sourire et ajouta le panier bien garni au plateau. Après quoi, elle retourna finir de moudre calmement le café, le fit infuser. Une fois terminé, elle le mit dans une petite cafetière italienne, qu'elle déposa à côté du reste. Ce n'était pas le plus luxueux des petits déjeuners, mais c'était tout de même ça. Et puis, si cela ne convenait pas au japonais, elle pouvait toujours faire apparaître d'autres mets, tant que cela n'était pas vivant...

    Après s'être emparée du plateau, la jeune femme revint vers le coin détente de la bibliothèque. Elle cligna fortement des paupières quand la lumière de l'aube l'éblouit. Kazuki avait apparemment tiré les rideaux, ce qui n'était pas plus mal après tout. Il en était de même pour la fenêtre ouverte. Les étagères avaient tendance à accumuler la poussière, même si elle passait la majeure partie de son temps à les épousseter, ce n'était évidemment jamais suffisant. Un peu de fraîcheur pour aérer n'était pas de refus, surtout avec ce beau temps que le ciel annonçait. Un temps à rester dehors toute la journée. Mais il était hors de question de quitter ces murs, elle avait trop de rangement de prévu... Certes, une journée de repos ne lui ferait pas de mal, elle avait d'ailleurs déjà essayé, mais cela s'était toujours soldé par un échec. A chaque fois, elle avait tourné en rond au bout de quelques heures, et avait finalement regagné la bibliothèque. Comme quoi, sa vie tournait essentiellement autour de ça. Elysabeth s'avança jusqu'à la table basse et posa dessus le plateau du petit déjeuner. Elle avait encore largement le temps avant d'ouvrir.

    En se redressant, son regard se posa sur la silhouette de l'épéiste. Il paraissait pensif. Sans doute cherchait-il une bonne excuse pour partir... Elle se frappa la tempe du plat de la main et éloigna ces idées négatives. Bon sang ! Il était juste sagement en train de regarder dehors, rien de plus ! La demoiselle se redressa et rejoignit son invité en quelques courtes et légères enjambées. Pour attirer son attention, elle posa sa main sur son épaule et lui adressa un sourire.

    " Tu as faim ? Oh, et tu aimes le café ? Sinon demande, je peux te préparer n'importe quoi d'autre. "


    Elle avait dit cela sur un ton joyeux, même si elle savait pertinemment qu'elle n'aurait aucun scrupule à employer son carnet pour faire apparaître ce dont il avait envie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: "Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Père Kazu', raconte-moi une histoire ~"[Pv. K. Valandil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Père Castor, raconte-nous une histoire
» Père Castor, Raconte-moi une histoire !
» Père Castor, raconte nous une histoire! - Neal
» Raconte-moi ton histoire. Je te dirais quelle est ta voie et qui tu deviendras. [Terminé]
» Père Lochon, raconte-nous une histoire, père Lochon~~♫
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell :: La bibliothèque-