Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karyel

L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 20
Localisation : Ici & Là


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Membre du Conseil
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Dim 17 Mar - 22:47


    Tout le monde a ses moments de faiblesse. Mais oui, vous savez très bien de quoi je parle. Il s'agit de ces courts instants de votre existence durant lesquels vous doutez de tout. C'est lorsque votre quotidien vous semble amer, monochrome. Que les sourires n’apparaissent plus sur votre visage. Que vous trouvez que la nourriture n'a aucun goût et que votre quotidien n'est fait que des mêmes actions répétées, comme une boucle intemporelle.

    Et bien ce matin-là, j'étais dans une de ces situations. Je m'étais à nouveau réveillé en sueurs et donc avait répété le même stratagème que celui que j'observais lorsque mes cauchemars me hantaient. A savoir prendre une douche, demander à me faire masser et prendre un peu l'air sur mon balcon. Kioku s'était posée sur mon épaule, me piquait la joue avec son bec orangé. Je ne souris pas, comme à mon habitude normalement. Elle devait sentir que quelque chose n'allait pas. Je ne lui dis rien, ne voulant pas monologuer avec elle. Après m'être vêtu de ma toge, j'allai déjeuner rapidement puis allai à ma première et dernière séance de la journée.

    En effet, lorsque j'entrai dans la salle, je saluai Luciel et le Maitre Michael. Tous deux avaient sans doutes du remarquer mon air fatigué et déprimé car, après la séance, Luciel m'avait prit à part et m'avait dit que je pouvais prendre ma journée, à condition que je revienne en bonne forme, comme il me connaissait habituellement. Il ne voulait sans doutes pas que ma réputation soit salie par une petite déprime passagère. Très bien, quelle amabilité de sa part. Ce qui fit que je le remerciai en m'inclinant puis allai en direction du lac, conseil, là aussi, de Luciel. Il m'avait confier que le lac avait des vertus réparatrices et bienfaitrices, qu'un petit bain dans celui-ci me ressourcerait sans problèmes.

    Luciel, malgré son air froid, il se montrait parfois gentil avec les autres. Je ne le connaissais pas si bien que cela, finalement. Bon, et bien cela m'apprendra à ne me baser que sur des on-dit. Comme quoi, j'avais encore beaucoup à apprendre du monde qui m'entourait et de ses habitants.

    Sans me presser, j'allai dans ma chambre, afin de me changer. Je me vêtis de mon yukata préféré, le violet, pris avec moi un linge et sortit par la fenêtre de ma grande chambre, refermant celle-ci derrière moi.
    Kioku me suivait, par la voie des airs tandis que je lévitais, préférant cela au vol.

    Après plusieurs longues minutes, ayant traversé plusieurs endroits tous plus différents les uns que les autres, j'arrivai à l'extérieur de la Cité. D'après Luciel, le lac bienfaisant n'était donc plus très loin.

    "On y arrive bientôt Kioku, je ne tirerai plus cette mine maussade"


    avais-je lâché, aussi normalement que si une présence "humaine" se trouvait près de moi. Celle-ci avait piaillé, pour une fois de contentement. Elle devait sentir l'eau, car elle piqua un "sprint" dans une direction, bifurquant tantôt à droite, tantôt à gauche. J'essayai tant bien que mal de la suivre, la fusée, mais je ne l'égalais grandement pas niveau vitesse. Nous continuâmes comme ca notre course poursuite durant de longues minutes qui me parurent interminables.

    Finalement, je m'arrêtai, tournant la tête à droite et à gauche afin de voir ou elle était passée, mais rien.

    Je posai pieds à terre, continuant ma recherche frénétique jusqu'à entendre une douce mélodie dont la teinte  ne m'était pas inconnue. Je fermai les yeux, me laissant guider par cette voix qui n'était d'autres que celle de Kioku. Comme je marchai les yeux fermés, je trébuchai sur une racine, me retrouvant nez à nez avec l'herbe et la terre. De ma chute, je ne pus que rire. Comment avais-je donc réussis à ne pas sentir les irrégularités du sol?

    Je me relevai, m’époussetant puis me remis en route. Trouvant finalement ma petite fusée perchée sur la branche d'un grand hêtre. J'allai vers elle, lui caressant le plumage  :

    "Ce que tu es rapide, jamais je ne pourrais te rattraper"


    Elle vint se poser sur mon bras, remontant de biais jusqu'à mon épaule. Je me préparai à me remettre en chemin lorsque je vis un grand lac s'étendant a perte de vue devant moi. L'eau était cristalline, claire, pure, une légère brume flottait dans les airs, mais elle n'était que plus agréable. Il faisait bon, l'atmosphère me calmait, me détendait

    "Oh, tu as finis par le trouver, merci beaucoup Kioku"

    Je flattai encore plus ma colombe, la remerciant chaleureusement de m'avoir épargner des heures de recherche car, d'après une légende, ce lac n’apparaît qu'à ceux qui en ont réellement besoin. Après, cela n'est qu'une légende... Et aujourd'hui, j'ai l'occasion de la vérifier par moi même. Mais tout compte fait, peut-être cette fine brume était-elle nécessaire à la dissimulation de cet endroit calme et serein ?
    Sans doutes, finis-je par penser.

    Suite à cela, je me changeai, suspendant mon yukata à la branche d'un arbre proche du lac. Je pris la serviette que je fermai autour de ma taille et entrai dans l'eau, avec lenteur. Kioku, qui aimait l'eau, était toujours perchée sur mon épaule.

    J'avancai dans l'eau, ne prenant même pas le soin de me mouiller avant. Pour cela, je n'étais pas vraiment difficile. De mon vivant, je n'avais eus que rarement l'occasion de prendre un bain alors aujourd'hui, je profitais de chaque minute que je passais dans l'eau. Elle n'était pas froide, plutôt d'une température supportable. Bientôt, l'eau m'arriva aux genoux, puis à la taille et enfin un peu plus haut. Désormais, seuls mes épaules et ma tête dépassaient encore de l'eau. Je fermai les yeux, m'appuyant contre une pierre qui dépassait d'un bon mètre de l'eau. Mes cheveux, quant à eux était trempés, juste les mèches à qui j'avais laissé libre court.
    Quel calme, la béatitude totale. Mais c'était sans compter sur une présence qui allait bientôt perturber mon calme et ma remise en forme forcée.








[~Haitoku no Kioku ~]

Comment est la toge de Karyel ? C'est par ici ->
Spoiler:
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Karyel le Ven 5 Juil - 1:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ai-no-yuuki.skyrock.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Sam 23 Mar - 20:09

(désolé pour la qualité)

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas ressentit ce sentiment. Vous savez, cette impression qui fait que l'on pense que le temps est bien plus long que d'habitude, que plus rien ne nous intéresse et qu'aucun truc ne pourrait nous sembler amusant. Et bien ce sentiment que je ressentais ce jour ensoleillé n'était rien d'autre que l'ennui. Et en parlant de ceci, je ne peux pas passer sur l'occasion d'expliquer les différents types d'ennuis. Car oui, il y en a plusieurs et de toutes sortes: par exemple ceux qui nous prennent lorsque l'on est dans une pièce et que l'on à rien à faire, ceux qui nous rappellent à quel point les jours se ressemblent et ceux qui surviennent pendant une discussion qui ne nous intéresse pas le moindre.

Et bien pour moi, les trois se faisaient sentir. Et oui, je me trouvais là, dans ma chambre et plus précisément dans mon lit, couvert de mon draps en coton couleur arc-en-ciel. J'étais éveillé et d'ailleurs, j'avais même très peu dormi et je fixais un point qui n'était autre qu'un bol rose et bleu où il y était écrit « I'm Strong ». Cela faisait maintenant 7 jours que ce bol était là, sur ma table de chevet et que je ne l'avais pas débarrassé, oui je me souvenais encore de ce qu'il contenait il y a maintenant 1 semaine, c'était des céréales car oui, je m'étais permis de prendre mon petit déjeuné au lit.

Mais pourquoi cette nuit là mon sommeil n'avait pas voulu pointer le bout de son nez ? Me reprochait-il de ne pas avoir débarrassé mon bol? Ma conscience est vraiment étrange d'ailleurs je suis étrange. Alors je me leva et porta le bol dans l'évier pour me diriger vers la salle de bain où je pris un bain tout en jouant avec mes canards en plastique, tous de couleurs différentes.

Enfin bref, une fois mon bain fini, je me dirigea vers ma penderie pour prendre, comme à mon habitude, des vêtements colorés. Et plus tard, quand j'avais enfin fini de faire tout ce que je devais faire, je pu observer, sur mon emploi du temps qu'un conseil avait lieu aujourd'hui. Ma première réaction était : Encore ?! Mais bon, j'étais un archange et membre du conseil par la même occasion, donc je devais y participer sinon adieu à tous mes privilèges et à la côte que j'avais dans la cité. Donc je me rendis à la salle de conseil et fis ma technique du « dormir les yeux ouverts » pendant toute la séance enfin, comme toutes les séances devrai-je dire.

Mais passons, une fois tout ceci terminé, je n'avais nullement envie de rentrer chez moi et dormir -car après tout, j'avais déjà rattrapé mon sommeil pendant le conseil- j'avais envie d'évasion. Découvrir un endroit où je pourrai me relaxer et ne penser à rien. D'autant plus que ces temps ci mon « ami » me perturbait bien trop pour que je ne pense à rien. Et oui, car mon autre moi ne voulait qu'une chose : Tuer le maître des démons. Chose dont je n'avais pas vraiment envie pour le moment, certes, les démons ne sont que source de malheur et de tristesse mais était-ce une raison valable pour qu'ils ne vivent pas? Du moment qu'ils sont loin de nous, les anges, tout allait pour le mieux donc bon.

Enfin, après pas mal de marche, j'arrivais enfin à l'endroit souhaité. Ce magnifique lac, je l'entendais même m'appeler et me dire « Yoshi, viens », une telle tentation ne pouvait qu'éveiller mon appétit de découverte. Alors je me déshabilla, posant mes affaires derrière un arbre en ne gardant que mon boxer rose fluo sur moi. Je fis trois pas en arrière pour ensuite courir et plonger dans l'eau en mode « Bombe ». Une fois dans celle-ci, je revins à la surface, prenant une grand inspiration et plaçant mes cheveux mouillés hors de mon visage. La température était agréable, je me sentais comme un poisson dans l'eau, encore mieux que dans mon bain.

Après ceci, je plongea entièrement dans l'eau et je nagea vers le fond, raflant la terre avec mes doigts. Lors de mon vivant, j'étais très bon nageur, j'ai d'ailleurs toujours aimé nager depuis que je suis petit alors je faisais beaucoup de plongée et des trucs dans le genre. L'eau était l'élément que je préférais et de loin.

Et puis, un peu plus tard, en plein manque d'oxygène, je remonta rapidement à la surface, prendre une grande inspiration. Ce que je n'avais pas pu prévoir, c'est que quelqu'un serait là, juste devant moi. Et oui, alors que je venais de sortir de l'eau, j'avais atterrit devant un membre du conseil et donc un archange, je l'avais déjà vu là-bas et je l'avais reconnu grâce à ses longs cheveux violets et au fait que je le trouvais plutôt pas mal, d'ailleurs les membres du conseil étaient tous canons mais bon, ce n'est pas le moment de parler de ça. Alors je le regarda, le sourire aux lèvres et les cheveux mouillés dégoulinant sur mon visage.

« Salut ! Désolé j'ai du te faire super peur non?»

Je passa ma main dans mes cheveux pour placer à nouveau ceux-ci en arrière, dévoilant ainsi mon front, je m'éloigna ensuite un peu du jeune homme car nous étions vraiment très proches puis je reposa mon regard sur lui, un air plaisantin sur mon visage.

« Sinon t'es venu faire quoi ici ? J'espère que je te dérange pas, enfin même si je te dérangeais je partirai pas. »


Dernière édition par Yoshi Kojima le Sam 13 Avr - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Karyel

L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 20
Localisation : Ici & Là


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Membre du Conseil
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Lun 25 Mar - 17:48

[HRP: Aucun souci, ca me convient très bien. ^^]

Je savourais le calme et la sérénité qui flottaient dans l'air. Peu à peu, mes muscles fatigués s'apaisaient. Doucement, ma fatigue et mes peurs devenaient plus floues. Elles étaient toujours présentes, ça bien sur, mais n'avaient plus tant d'importance qu'auparavant pour moi. Petit à petit, j'oubliais tout. Mes cauchemars, ces détestables songes qui me pourchassaient depuis mon arrivée en ces lieux salvateurs. Cet endroit où j'avais pu donner une raison à ma seconde vie, une raison suffisante pour constituer la rédemption que je n'avais jamais espéré un jour trouver.
De mon vivant, la mort, je l'attendais à chaque coin de rue. Je la guettais, j'en devenais malade. J'avais toujours l'impression qu'elle me suivait. Dans ma douce ignorance humaine baignée des histoires les plus terrifiantes, j'avais retenu que la mort pouvait se présenter sous une forme où on ne la voit pas. Quand on l'attend le moins, elle apparaît et ne nous laisse aucun choix de fuite. Tout ce qu'il nous reste alors à faire, c’est de l'accepter. Parfois même, on ne la voit pas venir. Elle nous surprend, comme lorsque l'on croise un animal sauvage lors d'une ballade en forêt. Beaucoup imaginaient une grande silhouette encapuchonnée munie d'une gigantesque faux. La Grande Faucheuse, c’était le nom qu'ils lui donnaient. Bien sûr, je ne croyais ni au diable, ni en dieu. Je me disais que ces deux entités n’étaient que légende, répétées et racontées durant les siècles afin d'essayer de persuader les humains de se montrer sage et correct toute leur vie. Je me disais pourtant qu'il n’était pas possible d’être bon ou mauvais toute sa vie. La bonté, à la limite, était possible mais seulement pour une dizaine d’années.

"Si l'on ne veux pas périr dans les flammes ardentes des Enfers, il faut mourir jeune, afin d’être suffisamment pur pour rejoindre le Paradis" m'avait-on un jour dit

A cette époque-là, tout ce qui était intemporel et métaphysique n'avait aucune signification pour moi. Je ne croyais qu'aux choses que je voyais. Celles que je côtoyais jour après jour. La méchanceté, la pauvreté, la famine, la solitude, l'isolement, la glace des parents qui ne nous aiment pas. Telles étaient les choses qui formaient mon quotidien d'humain.
Lorsque je suis arrivé ici, pourtant, ma vision des choses a totalement changé. Dieu et le Diable existaient. Tout autant que le Paradis et les Enfers, sauf qu'ils portaient d'autres noms, ceux que nous connaissons.

Aujourd'hui, je suis un subordonné du Maître Michael, un archange qui enchaînait les réunions du conseil, celles qui constituaient la majeure partie de mon quotidien. Celle qui faisaient que mes journées étaient toujours pleines et bien remplies, presque trop parfois. C'est la raison de ma présence ici: la volonté d'avoir un moment à moi, un moment où me détendre.. me changer les idées. Quel calme, quelle béatitude...
J'avais les yeux fermés, les sens trop engourdis pour ressentir quoi que ce soit. J’étais donc exposé aux dangers que la nature protégeait, les cachant aux yeux des étrangers.
Mes pensées n'avaient, pour une fois, aucune raison d'être. Aucun cours. Aucun sujet de réflexion. Je ne pensais ni à Claire, ni a ce démon de Glen. Cet homme, je voulais sa mort. C'était une obsession pour moi. Je voulais qu'il souffre, je voulais qu'il regrette, qu'il s'excuse devant moi à genoux. Qu'il me supplie de ne pas exercer une pression psychique sur son esprit. Celui-là, le jour où je le retrouve, qu'importe mon statut d'Archange, qu'importe mon haut grade au Conseil, qu'importe même qu'on m'arrache les ailes, qu'on me déchoie, je lui ferai endurer les pires souffrances imaginables. Oui, cela peut paraître étrange pour un ange de ressentir tant de haine et de rancoeur  à l'égard de quelqu'un, n'est ce pas?
Mais n'oubliez pas, je suis humain, à la base. Mes sentiments, ou plutôt ressentiments, n'ont donc pas déserté mon coeur.
Pour le moment cependant, je ne l'avais croisé nulle part. Je ne m'en inquiétais donc pas.
Pour le moment, je ne pensais même pas à lui. J'étais seul, seul avec ma détente psychique... Mais plus pour longtemps. Une voix masculine me fit ouvrir les yeux, il avait parlé sans que je m'y attende, sans même que je ne l'entende arriver. Tel la Faucheuse dont je vous parlais plus haut.
Cet homme, bien sûr, c'était Yoshi. Je le croisais parfois, au conseil, mais je ne lui avais jamais accordé grande importance. Mais pourtant, chaque fois qu'il pénétrait dans la Salle, il attirait mon regard, un peu comme un aimant.
A présent, il souriait. Ses cheveux dégoulinaient sur son visage. Il me parlait. Me demanda s'il m'avait fait peur.

"Bien sur que non... Même si... J'avoue ne pas t'avoir entendu arriver"

Il y avait de la gêne dans ma voix, signe que je regrettais m'être si faiblement laissé aller à mon réconfort et mon calme. Heureusement, Yoshi était un allié. Mais comment aurais-je réagit si ce n'était pas un ange qui avait surgit devant moi de la sorte ?
Il s'était quelques peu reculé, car il avait dû penser comme moi que nous étions trop proche l'un de l'autre. Quoi que, entre nous, la proximité d'un homme ne me dérangeait pas le moins du monde... Enfin bref.

Je le vis remettre ses cheveux en place, dégager son front. Ensuite, il me demanda ce que je faisais ici. Cela ne paraissait-il pourtant pas logique, lorsqu'il m'avait surgit devant ? Je venais chercher du calme bien sur !

"Et bien je suis venu soigner quelques... petits soucis psychiques... Et toi?" répondis-je poliment, même si on sentait dans ma voix l'irritation d'avoir été interrompu.
Je soupirai, pensant désormais que je pouvais dire adieu à ma tranquillité. Puis je me ressaisis, me dit que peut-être la présence de quelqu'un pourrait également devenir un remède à mon petit problème de songes.








[~Haitoku no Kioku ~]

Comment est la toge de Karyel ? C'est par ici ->
Spoiler:
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Karyel le Ven 5 Juil - 1:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ai-no-yuuki.skyrock.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Sam 13 Avr - 15:02

Ce que je faisais ici ? J'aurai très bien pu lui répondre quelque chose comme « Je me ressource dans cette eau clair. » Mais se serait bien entendu un mensonge. Si j'étais là c'était pour une seule raison : Ce lac m'avait tenté et comme un enfant j'ai plongé. Après tout, dans ma tête je n'étais encore qu'un gamin qui voulait découvrir toutes les choses passionnantes et amusantes de la vie, je n'avais jamais voulu grandir, comme Peter Pan, je voulais découvrir le monde tout en restant un petit garçon bien que dans ma tête, je savais que j'allais un jour vieillir, compter les rides tous les matins, voir apparaître des cheveux blancs et rétrécir. Ce moment de la vie ou un corps prend de l'âge me faisait vraiment peur, donc pour moi, je ne voyais qu'une seule solution: Rester jeune mentalement. Et donc, comme tout enfant qui se respecte, je devais attirer l'attention par mon attitude et mon physique, je devais jouer avec un tout et un rien, être ami avec tous. Bref, je devais être un enfant pour me préserver de l'âge qui empiétait petit à petit sur mon physique. Ce que je ne savais pas, c'est que la mort ne voulait pas m'avoir à ses côtés quand je serai vieux et chauve, non, elle me voulait jeune et donc ma vie s'arrêta rapidement alors que je venais de quitter le lycée. Triste vie ? Non, pas du tout. J'étais heureux d'être mort pour une seule et bonne raison : Je n'aurai plus besoin de me soucier de mon apparence, je n'avais pas non plus besoin de prévoir de l'anti-rides ni de commander une chaise roulante avec des petites lumières sur les roues. Oui, la mort me servait à quelque chose. Mais la vie me manquait également, je n'avais pas encore réalisé mon rêve après tout. Voyager dans tous les pays et découvrir toutes les cultures de chaque continents, c'était impossible de faire ceci à l'endroit où je me trouvais maintenant.

Donc bien que j'allais rester enfant toute ma vie, je ne pouvais faire ce que je voulais vraiment. Mais d'ailleurs, employer le terme de « vie » était un peu grossier non ? J'étais déjà mort, ma vie aussi donc que devais-je dire dans ce cas ? Toute mon existence ? Tant de questions pour très peu de réponses, après tout, on m'avait prévenu. Ici, rien n'a de réponse, il fallait juste ignorer nos propres questions. C'était je l'avoue, un peu dur à s'avouer mais je ne voyais pas d'autres solutions.

Alors je répondis, évasif, au jeune homme qui portait de sublimes cheveux violets en face de moi:

« Je ne sais pas vraiment ce que je fais ici. Je passe le temps. »

Mais maintenant que je n'étais plus seul ici, j'allais pouvoir trouver de nouvelles occupations. Je ne savais même pas si je le dérangeais ou non mais qu'importe. Il se trouvait avec moi, dans ce lac et rien ne pouvait nous perturber. Alors je m'approcha de lui, doucement, pour me retrouver à une distance presque minime puis je lui sourit d'un air candide et inoffensif dont j'avais le secret.

« Bien, que dirais-tu de t'amuser avec moi maintenant ? »

Mon air avait beau être celui d'un petit garçon, ma phrase pouvait néanmoins paraître louche. Mais il n'y avait rien d'étrange derrière mes mots, quand je disais ça je pensais bien entendu m'amuser avec l'environnement qui nous entourait. Une bataille d'eau, une course de natation, qu'importe. Je voulais m'amuser avec lui de n'importe quelle manière qu'il soit. Alors que je n'attendais même pas sa réponse, je plongea pour remonter à la surface derrière lui de manière à lui faire peur pour lui dire avec une voix forte.

«  Je pourrai t'aider à soigner tes petits soucis non ? »

Puis je le contourna pour arriver finalement devant lui et sourire avec un air confiant.

« Ou je veux bien t'écouter, raconte à Yoyo tes petits tracas ! Ne sois pas timide et dis moi tout tout tout !  »
Revenir en haut Aller en bas
Karyel

L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 20
Localisation : Ici & Là


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Membre du Conseil
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Sam 20 Avr - 11:53

Lui, visiblement, il était là par choix. Moi non, car c'était Luciel qui m'avait envoyé ici. Il devait trouver que je me surmenais. Moi ? Me surmener ? Je ne trouvais pas pourtant, c'était normal de travailler dur et de remplir ses fonctions du mieux que l'on pouvait, quit à diviser par deux ses heures de sommeil et ne plus réellement avoir de temps pour soi. Vous ne trouvez pas ? Bon, d'accord, peut-être que j'abusais un tantinet. Peut-être que je prenais mon travail trop au sérieux mais j'estime que c'est la moindre des choses lorsque, toute sa vie, on l'a passée à devoir être un exemple pour tout le monde. Vous savez, si j'avais continué de vivre, j'aurais sans doutes tiré mes parents de l'impasse. Au début, ils étaient des gens de bonne famille avec une fortune plutôt sympathique. Mais comme l'argent entraine l'argent, ils ont finalement perdu bêtement leurs ressources. Moi, en tant qu'ainé de sexe masculin, j'aurais dû me marier avec une fille de bonne famille afin que les fortunes de nos familles soient mises en commun. Il parait que j'étais un garçon attirant, qui n'aurait aucun mal avec les femmes. Hors, ma première relation amoureuse n'en est pas restée une longtemps. Quand je l'embrassais, quand je la serrais contre moi, quand je la regardais. Je pensais l'aimer, mais mon corps lui n'était pas d'accord. Je finis par ne plus rien ressentir à son égard, et l'ai quittée. Ma seconde copine, ce fut pareil. Cela ne dura qu'un temps, éphémère. Dans la rues, ce n'étaient pas les femmes que je reluquais, mais les hommes. Alors, quelques mois plus tard, un homme est entré dans ma vie. Il m'attirait, plus que n'importe qui avant. J'aimais tout de lui, et nous avons finit par nous fréquenter. A ce moment-là, j'ai pensé que je savais ce qu'aimer signifiait véritablement. A ce moment-là, j'ai compris que les femmes ne m'intéressaient plus, que je préférais les hommes. Mais, par peur de la réaction de mes parents, je ne leur ai pas avoué mon homosexualité. Eux, ils me réservaient un avenir tout tracé, avec une belle femme. Chaque fois qu'ils en parlaient devant moi, je baissais les yeux ou je trouvais n'importe quel prétexte pour m'en aller. M'en aller rejoindre ma cadette, qui elle n'avait pas l'intention qu'elle aurait dû avoir. Mes parents étaient tellement occupés à me confiner une belle vie qu'ils oubliaient totalement ma jeune soeur, qui passait son temps à me pleurer dans les bras en demandant toujours de sa petite voix "pourquoi papa et maman ne m'aiment pas ?" Je lui caressais les cheveux, essayant de la rassurer comme je pouvais. Disant qu'ils l'aimaient mais qu'ils n'étaient pas démonstratifs. Alors, elle continuait "Mais toi, tu seras toujours avec moi pas vrai ? Tu ne me lâcheras jamais, hein, Grand Frère ?"
Je la rassurais, lui promettant que je serai toujours avec elle, quoi qu'il arrive. C'est pourquoi lorsqu'elle s'est faite abandonnée, je n'ai pas hésité à la suivre. Je voulais la protéger, l'aider. Mais j'étais encore naïf sur beaucoup de choses. Alors je me suis laissé convaincre par les paroles de ce Lucifer aux yeux d'ange... Et que cela à causé ma mort. Que j'ai abandonné ma soeur, sans même avoir pu lui dire au revoir. Sans même lui avoir dit qu'il fallait qu'elle fasse attention à tout ceux qui lui proposeraient de l'aide, qu'ils n'étaient que des hypocrites.... Que la personne désormais la plus proche d'elle avait causé ma mort. Qu'elle aurait dû fuir, fuir loin et se trouver un endroit où se cacher. Mais non, je n'ai pas eus le temps. Je suis devenu un ange sans avoir eut le temps de dire ouf, puis un archange, et enfin je me suis élevé au rang de membre du conseil. Je voulais servir à quelque chose, ne plus commettre d'impairs avec personne. Je m'en voulais. Je me détestais plus même que Glen, pour avoir abandonné ma pupille entre ses griffes acérées.

Cela me hantait, depuis une centaine d'années, des cauchemars teintaient mes nuits sans lune.
Hors, là, ce qui me déstabilisait le plus, c'était de me retrouvait pratiquement nu en présence d'un autre homme, plutôt mignon, il ne fallait pas le cacher. Il a plus d'une centaine d'années que je n'ai pas aimé, que je n'ai pas eus d'homme à mes côtés. J'étais trop absorbé par mon travail pour que je pense à avoir une relation amoureuse avec quelqu'un. Et même, le péché de la chair est strictement prohibé ici. Les anges sont synonyme de pureté et de chasteté, non ? Voilà pourquoi cela ne m'intéressait pas plus que ça. Même aujourd'hui, dans cette situation, ce n'était pas mon but premier.
Lorsqu'il s'approcha de moi et me sourit d'une manière aussi innocente en demandant si je voulais m'amuser avec lui, je faillis pouffer de rire. Moi ? M'amuser ? M'avait-il donc bien regardé ? Sans doutes pensait-il que, moi aussi, j'étais là pour passer le temps mais il n'en était en réalité rien. Il était sérieux. Sans même me laisser le temps de répondre, il avait plongé. Je regardai la surface de l'eau, le cherchant du regard. Mes longs cheveux violets toujours collés à mon dos, parce que mouillé sur les pointes et donc tirés en bas.

Je l'entendis en suite remonter derrière moi et proposer d'une voix forte de m'aider dans mes petits problèmes. Il avait parlé fort, sans doutes pour me prendre par surprise mais il n'en fut rien car désormais, mes sens étaient à nouveau en action et je l'avais entendu sortir de l'eau. Il se plaça ensuite devant moi et me sourit. Ce sourire... J'aimais bien, il ne cachait aucune douleur, il était juste sincère, enfantin. C'était un sourire comme je les aimais, parce qu'ils ne mentaient pas. Je lui répondis alors de ma voix suave

" Je n'ai pas grand chose à raconter, juste des cauchemars qui pourrissent mes nuits depuis... plus d'une centaine d'années"
Je le regardai un moment avant de continuer "Je préférerai apprendre à te connaitre avant de te confier plus en détail quelque chose d'aussi personnel, qu'en dis-tu ?"
Puis, par simple et pur amusement, je fis gicler de l'eau en sa direction de ma main, rapidement.








[~Haitoku no Kioku ~]

Comment est la toge de Karyel ? C'est par ici ->
Spoiler:
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Karyel le Ven 5 Juil - 1:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ai-no-yuuki.skyrock.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Jeu 4 Juil - 21:48

Me connaître ? En quoi cela pouvait-il bien l'intéresser de savoir qui je suis pour me dire ce qui pouvait bien le tracasser à ce point? Après tout, ici tout devait se savoir non? Donc il n'avait rien à me cacher. Il parlait de cauchemars mais est-ce que ces choses horribles que l'on imaginent la nuit pouvaient à ce point nous faire autant de mal ? Je n'en avais jamais vécu ni jamais vu, chacune de mes nuits étaient bercées par des rêves aussi beaux les uns que les autres mélangeant l'arc en ciel aux licornes et les anges aux couleurs. Toute ma vie et toute mon existence étaient rose fushia et bleu turquoise, j'aimais les couleurs et c'était comme ça. J'avouais que dans ma vie humaine les gens ne me comprenaient pas. Ils ne voyaient pas pourquoi un beau garçon devait se grimer à ce point avec des colorations et des vêtements qui sortaient de l'ordinaire. Ils me prenaient pour un homosexuel et j'affirmais ne pas l'être, du moins, pas entièrement. Les hommes m'attiraient mais les femmes également. Mon coeur ne faisait pas de différence et mes yeux encore moins, j'observais tout le monde et tout le monde m'observait, dans un sens cela ne me déplaisait pas, j'aimais que l'on me regarde, que l'on me jalouse ou que l'on m'envi mais je n'aimais pas particulièrement qu'on me critique et qu'on me frappe pour ma différence. D'ailleurs c'était ceci qui avait causé ma mort mais qu'importe maintenant. Je quitta mes pensées pour observer cet homme qui avait du connaître un sort bien pire que le mien et lui fit gicler une énorme quantité d'eau pour me venger avant de tirer la langue et de lui dire, fier de moi :

"Alors faisons connaissance, je veux bien ! "

Je replongeais encore une fois, expirant dans l'eau, des bulles sortaient de ma bouche et m'amusaient étrangement, avant de remonter je pris l'initiative de garder de l'eau dans ma bouche pour la cracher à la tête de mon partenaire de baignade:

"Bien, j'me présente alors : Yoshi Kojima, archange qui affectionne les trucs colorés et les peluches, j'suis un gamin et exclusivement chieur à mes heures perdues que dire d'autre ... Bisexuel et libre comme l'air ! Voilà j'ai tout dit, à toi de te présenter histoire que j'en sache plus aussi. "

Ma présentation ressemblait à celle que l'on fait dans les sites de rencontre, ou bien dans les centres d'alcolos anonymes ! Il ne me manquait plus que de rajouter : "ça fait 2 jours que j'ai pas bu" et c'était dans la poche, mais je n'avais pas envie de plaisanter plus que je ne le faisais déjà, après tout le monsieur devant moi n'avait surement pas envie de partager son bain avec un petit démon que l'on voudrait enfermer ! Alors j'essayais de rester calme malgré moi, tournant autour de lui comme un prédateur tournait autour de sa proie, j'avais le visage à moitié dans l'eau et je surveillais le bellâtre d'un air avisé, guettant ses mouvements et ses paroles, ses clignements d'yeux et sa respiration. Je voulais le comprendre rien qu'en le regardant et je pensais que cela marchait. Alors je m'arrêta de tourner autour et m'approcha de lui en sortant ma bouche de l'eau :

"En t'observant je pense savoir que t'es du genre froid mais sympa, que t'étais un mec plein aux as, que t'avais des tonnes de nanas à tes pieds et que t'aimes qu'on te laisse tranquille. C'est vrai ? "

Je trouvais ça amusant à force. J'espérais le faire stresser pour découvrir une nouvelle émotion sur son visage. Je le trouvais calme, trop calme même, tout ce que je faisais ne le surprenait pas et je ne comprenais pas ce qu'il ressentait. Il m'énervait mais m'attirait pour autant, je voulais en savoir plus sur lui, cet homme attisait ma curiosité et je ne voulais maintenant plus le lâcher. Je me plaçais derrière lui, collant mon d'eau humide au sien, ses cheveux me chatouillaient et j'enviais ce bellâtre de les posséder.

Sooorry for the quality, LOVE.
Revenir en haut Aller en bas
Karyel

L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 20
Localisation : Ici & Là


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Membre du Conseil
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Ven 5 Juil - 10:31

Hum. Comment pouvait-on faire preuve d'une aussi grande.. Joie de vivre alors que l'on est mort ? Je me le demandais bien. Ca me faisait étrange, de voir un homme doté d'un tel entrain, mais cela ne me déplaisait pas. Ca mettait de la couleur dans mon horizon si rapidement assombrie. Mais après tout, je ne pouvais rien reprocher à personne, moi, l'éternel insatisfait. Il fallait toujours que quelque chose me déplaise, et ce partout. Que ce soit venant de mes parents et de leur désir ardent de me voir marié-deux enfants ou de ces amis qui ne me trouvaient rien de plus intéressant que les richesses de ma famille. Et ma soeur. Ô, ma soeur. Cette pauvre enfant maudite des Dieux qui n'était pas née sous le bon toit. Elle en avait pâtit, et j'avais été là pour le voir, pour le constater... Pour la rassurer un peu plus chaque jour, sans que rien ne change jamais. Oh, comme je m'en voulais de ne pas avoir su la protéger, comme je m'en voulais de ne pas m'être comporté en grand frère. Bon, après tout, c'était le passé. "Oui, mais un passé qui te poursuit dans tes cauchemars" ne cessait de me rappeler une petite voix à chaque fois que j'essayais de tirer un trait sur ma soeur et mon incompétence à la protéger. Assez parlé d'elle. Cela ne ferait que dépérir mon humeur déjà bien basse en ce moment. Cependant, j'étais convaincu qu'avec un pitre pareil pour compagnon, je n'allais pas rester bien longtemps déprimé. Encore, il retourna sous l'eau et je regardais avec la curiosité d'un enfant les bulles qu'il faisait. Je l'écoutais ensuite se présenter, au moins, j'en savais plus sur lui et c'était déjà une situation que je préférais. Je n'aimais pas tout ignorer des gens que je rencontrais. Sans doutes cette méfiance me venait-elle de la trahison que j'avais essuyée il y a si longtemps. Après l'avoir entendu, je finis par me présenter également, bien que soupirant un peu

"Je m'appelle Karyel.. Du moins, c'est le nom que l'on me donne ici. Je suis un membre du conseil.. Hum.. Je suis homosexuel et je préfère vivre un peu en solitaire, même si la présence des autres ne me dérange pas vraiment"

Je le regardais ensuite tourner autour de moi, le perdant parfois de vue car je ne tournais pas la tête et le voyant réapparaitre ensuite, pour à nouveau disparaitre et réapparaitre. Lorsqu'il se lança sur des affirmations hasardeuses à mon propos, je ne pus que laisser un vague sourire passer sur mes lèvres. Je commencais à bien l'apprécier, ce Yoshi. Il était tout ce que je n'étais pas et cela me plaisait. Son enthousiasme me faisait vraiment chaud au coeur, en effet, il aimait les couleurs et mettait des couleurs dans la vie des autres.

"Presque tout juste, excepté le fait que, même si j'avais plusieurs filles à mes pieds, je ne sais pas en apprécier leur compagnie." a ces mots, je regardais l'eau, si claire et presque transparente. Un instant, je restais silencieux, un peu ailleurs. Il avait déjà un bon sens de l'analyse, mais n'avait pas tout juste pour autant, c'était ça qui me faisait bien rire. Se lancer dans des propositions hasardeuses n'est jamais bon, mais qu'importe, je finirai toujours par lui apprendre la vérité, et sans doutes qu'ainsi, il se rendrait compte de ce que c'est. Lorsque je le sentis se coller à moi, je ne me sentis pas vraiment.. gêné, mais plutôt surpris. Je ne m'attendais pas à ce qu'il fasse cela, surtout que ce n'était pas comme si nous nous connaissions depuis longtemps. Cependant, je n'en dis rien, attendant de voir ce qu'il ferait avant de me faire... de fausses idées. Je n'étais pas du genre à me lancer dans des propositions hasardeuses, à vrai dire, je détestais même cela. Je soufflais silencieusement en le sentant contre moi... Je me demandais bien ce qui lui prenait, c'était peu commun, que l'on m'aborde de la sorte.








[~Haitoku no Kioku ~]

Comment est la toge de Karyel ? C'est par ici ->
Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ai-no-yuuki.skyrock.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Ven 5 Juil - 15:49

J'étais dos à lui, toujours. Mes mains jouaient avec l'eau et essayaient d'en garder dans leurs creux, c'était passionnant comme ce liquide s'échappait si facilement de mes mains, je n'avais qu'à écarter les doigts pour que tout s'en aille. Le domaine aquatique me passionnait de plus en plus, l'eau semblait libre sans vraiment l'être et acceptait tout le monde sans les repousser, elle était mon contraire, moi je n'acceptais pas tout le monde et encore moins les démons. Je ne savais pas pourquoi mais je les repoussais au fond de moi, je sentais que je n'étais pas seul dans ma tête mais je n'étais pas fou, non, je n'avais seulement aucune limite, aucun milieu, j'étais soit le Yoshi sympathique, celui qui souriait à tout le monde et qui aimait la couleur et les farces soit j'étais le Yoshi froid et cruel qui voulait voir tous les démons au bout d'une corde et je savais que si quelqu'un l'apprenait je serai puni sévèrement. Alors je gardais continuellement le sourire et affirmait à tous aimer tout le monde. J'étais un bout d'entrain à moi tout seul, un clown que l'on ne pouvait jamais arrêter et je voulais le crier à mes parents, crier que même après ma mort je faisais chier les gens et je le faisais bien !

Après avoir jouer avec cette eau que je ne pouvais garder dans mes mains, je posa ma tête sur l'épaule du dit Karyel en souriant fièrement d'avoir trouvé une petite partie de sa personnalité avant de prononcer quelques mots d'un ton taquin :

"J'suis balèze ! Enfin presque, j'ai presque tout trouvé sur toi et j'aimerai bien savoir comment un mec comme toi à bien pu mourir, j'adore savoir les morts des autres alors raconte moi la tienne ~ "

Je replongea d'un coup, vif comme l'éclair et silencieux comme un nuage, je remontais à la surface un peu plus loin de lui, quelques mètres à peine. J'aimais entretenir une distance pour la casser ensuite, j'aimais qu'on me croit proche et loin à la fois, accessible et inaccessible. J'étais joueur tout simplement et prétentieux peut être, c'était ce que laissait penser mon sourire en coin en tout cas, provocateur ? Totalement. Il n'avait pas bougé depuis son arrivé ici et je voulais qu'il bouge un peu, qu'il me montre qu'il n'étais pas qu'une simple buche inexpressive mais quelqu'un de joyeux et vivant. Alors je replongea et lui attrapa les jambes pour le faire basculer dans l'eau. Comme ça, parce que j'en avais envie simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Karyel

L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 20
Localisation : Ici & Là


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Membre du Conseil
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Ven 5 Juil - 21:01

Je ne savais pas vraiment quoi en penser, de cette étrange situation. Il y a longtemps que je ne m'étais pas retrouvé dans ce genre de situation, avec un homme en particulier. Généralement, les baignades de ce genre, je les faisais seul. Et encore. De mon vivant, je n'avais pas forcément l'occasion de me baigner, car malgré ma famille et leur richesse, nous n'avions pas de douche ainsi que de bains comme aujourd'hui. Non, il s'agissait plutôt de se laver le plus rapidement possible pour que l'eau chaude ne se refroidisse pas. A la limite, parfois, je m'échappais en compagnie de ma soeur et nous allions dans la rivière, mais c'était tout. Je vivais à une toute autre époque, ou on se baignait avec des linges de cotons et ou on se lavait avec des seilles. Rien à voir avec ce que j'avais pu découvrir en venant ici. Le plaisir d'aller dans l'eau aussi, était changeant. D'ailleurs, jamais l'eau de la rivière ne m'aurait autant apaisé qu'en cet instant. J'avais fermé les yeux, sentait mon coeur retrouver un rythme normal. Cette eau.. devait vraiment avoir des vertus salvatrices et bienfaitrices. Malgré le fait que je n'étais pas seul comme je l'aurais voulu, cela ne me dérangeait pas. Il n'était pas du genre à gâcher mon plaisir, autant bien visuel que le calme pour lequel j'étais venu ici. Et voilà.. Je me mets à penser à ce genre de choses alors que je viens à peine de le rencontrer... Quel idiot je pouvais faire, surtout que je m'étais formellement interdit d'aimer à nouveau. Pour cela, il faudrait me convaincre. Me séduire... Me vouloir tout entier et pas seulement pour ma beauté extérieure ou ma richesses, comme dans mon passé. Mon stupide passé. Oh, déjà à mon époque, la beauté comptait bien plus que n'importe quoi, presque plus que la richesse. D'un côté, avoir quitté la vie me faisait plus de bien que si j'étais resté vivant.
Tiens, d'ailleurs, le voilà qu'il me demande comment était ma vie passé. Je soupirais un peu. Je n'aimais vraiment pas parler de cela.  Cela représentait tant de mauvais souvenirs que j'aurais préféré effacé à tout jamais pour recommencer à neuf. On s'étonne que je ne puisse pas faire mon deuil de cette infamie, avec des gens qui me demandent encore et encore comment je suis mort. Car non, ce n'était pas la première fois que l'on me ramenait sur le sujet depuis que j'étais ici, et chaque fois, je répondais tout de même, malgré le plus de lassitude que j'éprouvais à mesure que je répétais mon histoire.
Aussi, je sentis sa tête se poser sur mon épaule, mais cela ne me dérangeait pas vraiment, en faite. Au contraire.

"Je me suis fait assassiné par un... ancien ami lorsque ma soeur et moi fuyions.. Et toi, tant qu'on y est ?"


Non, pas cette fois. Cette fois, je ne racontais que la chute de l'histoire, le reste m'était trop insupportable. Les raisons de ma fuite, ma naïveté, les méfaits que j'avais accomplis. Je n'étais pas fier de tout cela, il n'avait qu'à demander si cela ne lui convenait pas, comme explication.
Qu'il fasse comme s'il n'avait pas écouté mon explication me vexa un peu. Sans doutes ne faisait-il pas exprès. Mais bon. Il ne se rendait sans doutes pas ce que ca faisait de parler de ça comme ça, surtout lors d'une première rencontre... Soudain, je sentis quelque chose prendre mes jambes, je perdis l'équilibre et je finis entièrement dans l'eau. Je mis un moment à comprendre qu'il fallait que je remonte à la surface, et je nageais ensuite jusqu'à sortir la tête de l'eau, puis je dégageais mes cheveux de devant mon visage, un peu révolté. Je resserrais ma serviette autour de ma taille.

"Alors toi..." susurrais-je pour moi même avant de plonger dans l'eau et de prendre sa direction. Là, je lui pris les jambes pour le soulever hors de l'eau, je le regardais ensuite, et un vague sourire passa sur mon visage avant que je ne le tire sous l'eau, sans le laisser revenir à la surface avant quelques minutes. De toute évidence, ni lui ni moi ne risquions grand chose car nous étions déjà morts. Je finis par ouvrir mes yeux sous l'eau, et mis quelques temps à m'y habituer. En effet, cela semblait bien mieux que de mon vivant, l'eau ne dérangeait pas. Je le retenais toujours, mais l'enserrant à la taille cette fois. Finalement, nous nous laissâmes emporté et je finis par me cogner à un rocher, ce qui fit qu'il m'arrivait contre... Sans que je ne comprenne pourquoi, mes lèvres frôlèrent les siennes, et je retournais à la surface avant d'avoir eut le temps de le réaliser.




[nah <3]








[~Haitoku no Kioku ~]

Comment est la toge de Karyel ? C'est par ici ->
Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ai-no-yuuki.skyrock.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Mar 9 Juil - 19:34

"Que..." Je ne comprenais pas, après que l'archange me martyrisait joyeusement je sentis ses lèvres toucher les miennes sans vraiment comprendre. Un frisson et beaucoup d'étonnement. Je restais là, sans bouger les yeux grands ouverts essayant de retrouver mes esprits sous l'eau. Je croisais les bras et observait l'homme remonter avant de penser qu'il serait grand temps que je remonte à la surface aussi. Aussitôt dit, aussitôt fait, je mis rapidement la tête hors de l'eau, soufflant comme je pouvais en fermant les yeux, je poussais d'un geste vif mes cheveux qui dégoulinaient sur mon visage d'ange et ouvrit les yeux pour observer l'autre ange. Étonnamment je lui souriais tout content, après tout ce "baiser" n'étais pas voulu alors ne devait en aucun cas me gêner et j'espérais qu'il n'était pas intimidé non plus d'avoir posé mes lèvres sur les siennes. Nous étions des adultes alors ce genre de choses ne devaient pas nous déranger plus que ça, ce n'était pas comme si je lui avais roulé une pelle, non, alors moi je ne réagissais pas et je décidais même d'en rire :

"Eh ben, j'dois dire que je m'y attendais pas ! Enfin bon, c'est pas grand chose ! J'espère que t'es pas gêné d'avoir embrassé un gamin comme moi sans le vouloir."

Plaisantin, j'aimais ce mot. C'est ce que j'étais. Je n'avais jamais manqué d'auto-dérision et donc je n'hésitais pas à dire haut et fort que je n'étais qu'un pauvre gamin. Des lèvres il devait en avoir toucher d'autres après tout, que se soit celles d'un homme ou d'une femme d'ailleurs. Moi aussi j'avais embrassé beaucoup de personne, des femmes la plupart du temps c'était donc mon premier baisé avec une homme et je devais dire que la sensation n'étais pas si différente. Je me mordillais les lèvres en m'adossant contre un rocher avant de repenser à la mort de cet homme. Un assassinat ? C'était grave en effet, j'avais toujours aimé découvrir la mort des autres bien que les personnes ne voulaient pas m'en parler ou s'énervaient à l'idée de me le dire, mais j'arrivais toujours à le découvrir et c'était donc une mort de plus qui s'ajoutait à mon panel. Je me posais des questions : "Pourquoi avait-il été assassiné ? " "Par qui ? " bref, trop de questions qui auraient pu énerver l'archange devant moi. Puis je me rappelais qu'il m'avait demandé ma mort alors je gardais le sourire et je lui répondis :

"Au faite, pour te répondre aussi, moi je suis mort tabassé par des gens qui me trouvaient trop différent et trop libre. J'me souviens qu'ils étaient costauds et puis quand ils m'ont frappé au niveau du crâne bah j'me suis endormi pour plus jamais me réveiller. "

Après mon annonce, je me rapprochais lentement de lui, souriant comme à mon habitude et je m'arrêtais à quelques centimètres de son visage, mon souffle était régulier et mes bras flottaient sur l'eau claire, j'essayais de garder le sourire, toujours, mais c'était impossible. Alors je baissa subitement les yeux et perdit mon éternel sourire :

"J'suis donc différent au point d'en crever."

[Pffffff ! Contre attaque ! <3 Sorry pour la qualité, j'suis pas motivée à donf ... ]
Revenir en haut Aller en bas
Karyel

L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 20
Localisation : Ici & Là


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Membre du Conseil
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Mar 9 Juil - 21:45

Je n'en revenais pas vraiment, il s'était passé ce que j'aurais aimé éviter. Mes lèvres frôlant les siennes, et cette sensation de plaisir aussi inattendu qu'agreable. Ce fut alors que je me rappelais du plaisir que cela représentait, d'avoir quelqu'un à ses côtés, de pouvoir l'embrasser et tout ce qui s' en suivait. A vrai dire, cela me manquait, même si je ne voulais pas l'avouer. J'avais prohibé ce genre de relations de ma carrière de membre du conseil, mais le souci, avec le plaisir. C'est quedès qu'on y regoute après une longue abstinence forcée, on redécouvre ce qui nous y plaisait tant. C'est qui se produisait actuellement chez moi

Je restais un moment sans bouger, en essayant de me rappeler à quand dataot ma dernière relation, et mes souvenirs me ramenaient à l'époque ou mes paremts se seraient tués pour me trouver une femme à épouser. J'étais jeune, à l'époque, et j'avais préféré fuir la maison familiale en compagnie de mon amant du moment, qui m'avait rapidement délaissé pour une autre. Cette déception m'avait rendu amer vis-a-vis de l'amour, et j'avais décidé de me consacrer exclusivement au soutien de ma soeur. Cependant la, tout s'était évaporé. J'en voulais encore, des contacts physiques de ce style. Et j'en aurais.
Si ce lac était réputé pour que l'on se retrouve à soi-même, et bien c'etait le cas. Pendant une demie-seconde, devant moi, je ne vis plus Yoshi maos une représentation plus jeune de moi. Avec son petit sourire séducteur et son habillement destiné à draguer. Cet air sur de lui, cette envie profonde d'éprouver quelque chose de physique. J'avais devant moi l'Alexander que j'aurais parfois aimé oublier. Celui que je ne m'autorisais plus à être. Dans ma tête, une voix m'aurait répété "vas-y, lance-toi" tandis qu'une autre ripostait "ressaisit-toi, tu n'es plus cet homme-là."
Je posais mes mains sur mes tempes et fermais les yeux, en proie au doute. Je n'étais pas calme du tout, oh non. Ooh. Si j'avais su, je me serais plutôt fait masser par la petite Iami au lieu de venir ici et d'être encore plus perturbé. Mais en même temps, je n'aurais pas eus la chance de le rencontrer. Sa voix me fit rouvrir les yeux. Je l'écoutais, le vis sourire et en rire. Pourquoi ne pas en faire autant ? Je lui adressais un sourire poli et dit

"oh, tu sais, cela ne m'a pas dérangé... au contraire, j'aurais presque honte de te dire avoir apprécié. Et puis, tu n'as pas l'air si gamin que cela"
Le rassurais-je alors tandis que je lui adressais un nouveau sourire et me rapprochais de lui. Oui, mes mots avaient dépassé mes pensées, mais tant pis. Je me rassurais en disant que l'eau me rendait plus direct, qu'elle ne voulait pas que je me cache. Au fond, que j'oublie le temps d'une journée mon devoir d'archange...

C'est alors que je l'entendis parler de sa mort, et j'eus un pincement au coeur à mesure qu'il me révélait des détails sur le dernier instant de sa vie. Lui aussi avait du souffrir, ca s'entendait au ton qu'il employait. En même temps, cela ne devait pas être facile, comme mort, cela non plus. Mes sourcils se froncerent lorsqu'il mentionna sa différence. Je pensais alors que les êtres humains n'avaient aucune tolérance, et qu'ils méritaient tous l'Enfer. Telles étaient les pensées humaines qui me traversèrent l'esprit, et je me pincais le dos de la main en me rappelant que le Maitre n'était pas comme dans les légendes, et que je côtoyais des démons plus souvent que je n'osais l'avouer. Alors, les intolérants méritaient sans doutes de vivre, mais dans un endroit restreint où ils se meurtriraient les uns les autres.
Je le vis également se rapprocher de moi, baisser les yeux, ne plus sourire.

"tu n'es pas bien différent de moi, ce sont eux, les idiots"

Puis, dans un élan de compassion, je pris son menton pour le relever lentement et poser mes lèvres sur les siennes, d'une manière intentionnelle mais douce. J'en avais vraiment envie, et je n'étais pas d'humeur à lutter contre... Intérieurement, je m'en voulais déjà d'avoir osé.








[~Haitoku no Kioku ~]

Comment est la toge de Karyel ? C'est par ici ->
Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ai-no-yuuki.skyrock.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Mer 10 Juil - 20:52


Whaoh. Voilà le seul mot que je voulais sortir de ma bouche actuellement couverte par celle de l'archange. Je ne savais pas vraiment ce qu'il lui prenait tout à coup ni pourquoi il faisait ça alors que nous venions de se rencontrer mais j'étais surprit à vrai dire. Mes yeux restaient écarquillés, toujours sous le choque de ce baiser, je sentais mes joues rougirent et mon coeur battre un peu plus chaque seconde. Je ne savais pas comment réagir, écouter mon coeur qui me guidait de continuer ou ma raison qui me conseillait d'arrêter, dans ma vie je faisais ce qui me plaisait uniquement et donc à ce moment je suivis mon instinct. Mes yeux se fermaient lentement, mes mains entouraient délicatement le corps de l'ange aux cheveux violets et je répondais à son baiser sensuellement. Cela faisait longtemps, très longtemps même que mon coeur avait battu à ce rythme je l'entendais cogner contre ma poitrine qui elle même frissonnait avec le reste du corps. Je savourais ce moment comme si c'était le dernier que je vivais, je voulais qu'autour de moi le temps cesse et que ce baiser ne dure éternellement. Mais toute bonne chose avait une fin et je décidais moi même de cesser ce moment intense, relâchant l'archange et reculant ma bouche de la sienne, je colla mon front contre le sien avec un sourire aux lèvres avant de prononcer d'un chuchotement que seulement lui ne pouvait entendre :

" Moi je peux te dire sans honte que j'ai préféré ce baiser par rapport à l'autre et que je pense qu'avec le temps je pourrai ne plus m'en passer. "

Je plongea mon corps dans l'eau en ne faisant ressortir uniquement ma tête, mes cheveux humides me caressaient le visage. Je n'arrivais toujours pas à retirer ce sourire plaisantin de mes lèvres. J'agitais mes bras sous l'eau pour provoquer des vague qui venaient taper contre son torse avant de décider de l'arroser entièrement. Je voulais avant tout m'amuser avec lui et lui enlever cette mine triste et froide de son visage. Alors avant qu'il ne dise ouf je prenais déjà mon élan pour lui sauter dessus et le faire basculer dans l'eau, le serrant dans mes bras sans vraiment être un câlinage agréable. Une fois tous les deux dans l'eau, je le lâchais pour nager un peu plus loin en le laissant seul un instant avant de remonter à la surface pour crier, alors que je me trouvais à l'autre bout du lac :

"T'es toujours vivant ? Et surtout t'es assez rapide pour me rejoindre ? "
Revenir en haut Aller en bas
Karyel

L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 20
Localisation : Ici & Là


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Membre du Conseil
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Jeu 11 Juil - 20:49

Je fus agréablement surpris qu'il me suive. Ca me fit vraiment plaisir de voir qu'il n'était pas un homme fermé à ce genre d'approches, au contraire, il semblait même de mon bord... ou du moins, malgré sa surprise passagère, il avait répondu tendrement à mon baiser tout en passant ses mains autour de mon corps, et je l'enlacais au niveau de la taille, l'attirant tout contre moi. Au combien j'étais heureux qu'il ne fasse pas parti de ces homophobes et qu'il ne m'avait pas rembarré d'une claque sur la joue ou un coup de pied dans le ventre, chose qui m'aurait fortemwnt deplu, surtout s' il s' etait laissé embrassé une fois. Bon, certes, cela avait été totalement inattendu. Je ne l'avais pas vu venir, malgré mon coeur qui brûlait d'envie de me rapprocher de lui. J'avais moi aussi fermé les yeux, pour en profiter comme il se devait. Oh combien cela m'avait manqué,  ce genre de choses. Désormais, il semblait que je les retrouvais. De mon passé, et même avec tous les hommes que j'avais embrassé , jamais je n'avais été si heureux de retrouver quelqu'un qu'en cet instant. Je me demandais bien comment j'avais pu être aussi fermé,  aussi droit durant plus de cent ans. Sans doutes avait-ce été la peur de décevoir Michael et le rôle qu'il m'avait confié. En effet, le plaisir de la chair était quelque chose que les anges n'arborait pas souvent, mais les démons s' en donnait a coeur joie. Eux ne devait pas connaitre l'amour à un degré égal au notre, ou trouvaient-ils plus de satisfaction au plaisir.
Les yeux fermés,  le souffle court, je le sentis éloigner ses lèvres et rapprocher son front du mien, jusqu'à l'y coller même. Je levais ensuite les yeux en sa direction, apaisé, et l'écoutais me murmurer quelques paroles. Avant qu'il ne parte, j'eus juste le temps de lui glisser

"On ne peut plus dire que j'en aie honte, puisque je ne suis plus le seul à avoir apprécié"

Je posai ma main sur sa joue, la laissa un peu caresser ses cheveux avant qu'il ne s' echappe pour s' enfoncer dans l'eau cristalline et a demi-transparente du lac. Je le regardais s'y enfoncer, puis nager. Je le suivis des yeux, et lorsque je sentis des vaguelettes s' ecraser contre mon ventre, un sourire se passa sur mes lèvres. Sourire qui disparu lorsqu'il se mit à me gicler, mais je ne me genais pas de lui rendre la pareille, amusé. Peu à peu, je retrouvais un peu de ma bonne humeur, moi qui étais à deuy doigts de m'enfermer dans ma chambre pour quelques jours tant je n'avais plus ni motivation ni envie de rien faire. Il était visiblement une de ces personnes joyeuse et joviales qui rendait ma vie un peu moins sombre.
Je continuais d le gicler, jusqu'à ce qu'il aille sous l'eau et qu'il nage jusqu'à arriver à ma hauteur et me sauta dessus. Je finis par tomber, me laissant aller sous son poids et me laissant couler avec lui. Lorsqu'il se décida enfin à me lâcher, je remontais à la surface et remit mes cheveux en ordre. Le temps que je fasse cela,  il avait déjà atteint l'autre côté du lac et me cria de le rejoindre. Sans attendre, je plongeais sous l'eau, à environ 5 mètres au dessous de la surface et me mit à nager d'une manière rapide et constante, jusqu'à arriver à sa hauteur. Là, je lui adressais un sourire, un vrai. Comme longtemps je n'avais pas souris et murmurai

"J'ai été assez rapide à ton goût ?"


Je pris une de mes mèches violettes et humides et la lui passa sous le nez pour le chatouiller, puis descendis le long de son torse, l'air d'un hommr apaisé sur le visage. Pendant quelques instants, je redevenais le jeune Alexander, celui qui savait s' amusrr. Mais c'était bien parce que Yoshi me donnait envie de m'amuser, et que l'eau faisait ses effets.








[~Haitoku no Kioku ~]

Comment est la toge de Karyel ? C'est par ici ->
Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ai-no-yuuki.skyrock.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   Dim 28 Juil - 18:32

Eh bien, je remarquais petit à petit que l'homme qui me paraissait coincé et froid au premier abord de notre discussion pouvait très bien s'amuser comme quiconque et c'était donc avec une joie certaine que je continuais de faire l'enfant avec lui, l'eau m'amusait et mon camarade de jeu l'était maintenant également. Alors pourquoi est-ce que je serai gêné d'être comme j'étais tous les jours avant notre rencontre ? Je l'observais avec admiration lors de sa nage, le dévorant des yeux comme une groupie amoureuse et trouvant un certain équilibre comme un enfant avec sa mère, j'étais étrange sans vraiment l'être et je ne savais pas vraiment quoi faire d'un côté. Après tout il venait de m'embrasser sans compromit, sans aucun accident ni aucun doute, oui je me souvenais encore du baiser qu'il m'avait donné et je ne savais donc pas vraiment pourquoi avait-il fait ça. Je voulais lui demander, certes, mais je ne voulais pas non plus avoir l'air complètement à côté de la plaque, après tout demander à quelqu'un, en l’occurrence un homme que je supposais hétéro il y avait encore quelques minutes, pourquoi il m'avait embrassé et surtout ce que ça signifiait me ferait surement paraître pour un gamin plus qu'autre chose.

Alors je ne disais rien sur le moment et essayais de retrouver le sens des choses sur le coup. Je sortais lentement de mes pensées, répondant à l'archange avant d'éternuer à cause de sa mèche de cheveux qui me passait sous le nez. Je reniflais à présent, bruyamment. Avant de lui répondre enfin :

"Ouai, t'es rapide ! "

Puis je plongea le corps entier dans l'eau en observant le bel ange devant moi, sans aucun sourire et plutôt gêné même. Après tout j'allais lui poser ma fameuse question qui ne voulait pas sortir de ma tête comme toutes les autres, alors j'ouvris la bouche, non sans bégayer bien sur :

"Je-je ... Enfin voilà, j'voulais savoir pourquoi tu m'as embrassé avant et ce que ça signifie..."

Je secouais la tête comme un enfant, fermant les yeux en pensant avoir demandé quelque chose de totalement idiot avant de me frotter celle-ci avec les mains pour ensuite rouvrir les yeux en évitant les siens :

" 'Fin, j'voulais juste savoir ça parce que bon, on s'connait depuis pas super longtemps ..."

Eh oui, selon mon éducation et surtout selon ma mère, une personne ne peut pas t'aimer en moins de temps qu'une publicité ! Alors je ne comprenais pas pourquoi ses lèvres avaient touché les miennes s'il n'y avait pas une once de sentiments dans l'acte. Bien que je devais l'avouer, je n'avais pas détesté, pas du tout même. Mais je n'aimais pas ne pas savoir ce que ressentait l'autre. C'était comme ça et j'y pouvais rien, alors j'attendais patiemment une réponse ou même un acte pour savoir quoi penser de tout ceci.

-pas relu par contre, scuze me-
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsque le calme n'est qu'illusion [PV Yoshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» Finalement le calme est revenu.
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]
» tout est calme, reposé....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell :: Le lac bienfaisant-