Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Mer 1 Mai - 6:17

▬ Kimberly, autrefois dite Davis ♦
Il n'y en aura plus jamais deux comme moi
♣ feat : Élie Mcdowell, de Legend of Heroes

▬ Des trucs en vrac sur votre personnage


Heberger image

• NOM : Davis, mais elle ne l'utilise plus
• PRÉNOM : Kimberly
• ÂGE : 17 ans
• GROUPE & RACE : Démone - Succube
• MÉTIER (facultatif) : En trouvera un en jeu
• ORIENTATION SEXUELLE : Incertaine
• RANG (affiché sous l'avatar) :
Code:
écrire ici

• RP AVEC UN GUIDE ? (si humain et si nouveau venu - époque 2000) : J'aimerais bien

▬ Description Physique

Kimberly est un modèle de jeune fille à l'apparence presque idéale. Des cheveux blonds cendrés, de grands yeux verts, un corps bien proportionné, une peau impeccable. Un petit détail dérange d'ailleurs chez elle pour quiconque la regarde vraiment avec attention. Sa beauté ne semble pas naturelle. À la scruter sérieusement, il nous vient l'impression que ses traits sont empruntés à une autre. Et surtout, elle-même ne semble pas toujours à l'aise dans son propre corps, comme s'il la dérangeait. Détail pas si surprenant, ses pouvoirs de démone déclenchent un léger changement physique, ses yeux passant à une teinte de violet iridescent, rendant facile de prévoir, pour quiconque le sait, l'utilisation de son charme surnaturel.


▬ Description Mentale

Kimberly est une fille très simple. Elle n'a qu'un seul désir véritable, être acceptée, aimée, pour elle-même. Or, bien que ce désir soit très simple, il est bien difficile à combler, puisqu'elle sait que son physique l'avantage et que nombreux seront ceux qui seront intéressés par elle pour cela surtout, ou en tout premier lieu.

Elle aime les vêtements très féminins, le moment où le soleil se couche, quand le ciel se teinte de couleurs pastels, et le fromage (surtout le camembert). Elle n'aime pas les autres filles blondes, la pluie et les aliments trop épicés.

Ses plus grandes qualités sont le sens de l'humour et l'empathie. Elle peut facilement analyser les gens qu'elle rencontre. Enfin, elle a un talent inné et autodidacte pour la musique. Ses défauts sont l'indiscrétion par curiosité déplacée et la susceptibilité. Elle cache un secret qui, selon ses croyances et ses connaissances restreintes, pourrait mettre en jeu son existence dans l'après vie.

Elle s'accoutume lentement à sa nouvelle condition de succube. Ses pouvoirs lui offrent une forme de vengeance très intéressante et elle soupçonne ceux qui l'ont choisie pour être succube de connaître son secret et de lui avoir offert cette forme pour l'aider à évoluer dans son désir de vengeance. Elle est reconnaissante à Saytan de l'avoir choisie, elle, parmi tant d'autres et se demande même s'il n'est pas le premier à la voir, elle, pour ce qu'elle est, pour qui elle est.


▬ Pouvoirs & Arme

Comme toutes les succubes, elle peut faire jaillir de son dos une paire d'ailes faites d'une membrane noire dont la texture rappelle le cuir. Elle peut aussi se munir d'une queux à la pointe en flèche, pointue et tranchante. Enfin, en plus de sa grande beauté naturelle, le facteur démoniaque lui confère un charme magnétique et surnaturel. De par sa nature, elle a de très longs ongles aussi menaçants que la pointe de sa queue.



▬ Tell me your death

Une engueulade au téléphone, encore... Ma mère crie contre le combiné comme si elle espérait que sa voix fasse craquer le plastique blanc. Je n'écoute pas trop. C'est redondant, habituel. Elle parle de remboursement. Elle et papa sont tout le temps en train de dépenser, alors c'est pas une surprise. C'est pas comme s'ils avaient besoin d'être remboursés, en fait. Du fric, ils en ont bien assez.

- Tu n'es pas en train de pratiquer ton piano?

Ça c'est mon père qui rentre du boulot. Pas de bonjour, pas de "comment a été ta journée?" Juste "Va bosser!" comme si j'étais une machine qu'il fallait qu'il programme et que cette programmation passait par son insistance à me faire pratiquer un instrument ô combien noble que je déteste. Je déteste tout ce qu'on me demande de faire, parce qu'on dirait qu'à leurs yeux, ce devrait être normal que je sois douée au piano, une petite élève modèle remportant tous les mérites d'excellence. Et je ne cesse de les décevoir, presque volontairement. J'en ai marre d'être une petite fille sage.

Mais mon père me fait un peu peur et s'il se fâche autant que maman l'est déjà, je préfère ne pas en être la cause, alors je vais pratiquer, comme tous les jours.

Et soudain, comme par un don du ciel qui se serait trompé dans le dosage de son miracle, je suis par terre, pliée en deux. Mon ventre me fait mal à en crever. C'est comme si on m'avait ouverte d'un côté à l'autre au niveau des côtes flottantes. J'ai les larmes qui me montent aux yeux instantanément. Mon père m'a entendue tomber. Il se penche sur moi et j'ai à peine le temps de remarquer ses yeux froids qui me regardent de haut avec une expression de déception insoutenable. Je me laisse chavirer.

Je me réveilles à l'hôpital, du moins, c'est ce que je crois comprendre quand j'ouvre les yeux. Des murs blancs tout autour, c'est un milieu hospitalier, dans le sens d'hôpital, pas d'agréable. Parce que les draps me paraissent glacés. Je m'agite un peu. Ni maman, ni papa n'attendaient mon éveil près du lit. Si je ne leur sert pas, que je ne fais pas ce qu'ils me demandent, ne répond pas à leurs attentes astronomiques, je ne mérite pas qu'on me veille en me disant que tout ira bien.

J'ai horreur de la sensation de solitude qui me percute à chaque fois que je constate que mes parents ne m'aiment pas.

Je suis seule dans une chambre fermée. Aucune infirmière dans les alentours visible. Je remarque un dossier beige sur le bureau qui se trouve au fond de la pièce. Je me lève. La douleur n'est plus qu'un vague souvenir. Arrivée devant le dossier, je réalise que mon nom n'y est pas. C'est le nom d'une autre, le dossier médical d'une autre. Je l'ouvre par réflexe.

Il s'ouvre sur une photo de moi. Mais est-ce bien moi. C'est mon visage, ce sont mes yeux, mes cheveux, mes courbes, presque mon sourire. Mais quelque chose cloche. Le décor n'est pas dans mes souvenirs. Un montage?

J'entends des pas qui s'arrêtent devant la porte. Je m'approche à pas voilés, consciente maintenant que quelque chose d'anormal se trame et je veux savoir quoi. Je veux comprendre.

J'entends des voix, de l'autre côté de la porte, mon nom, le nom de l'autre. J'essaie de me concentrer très fort sur ces voix. L'une d'elle est celle de ma mère, l'autre est celle de mon médecin, que je vois chaque année, depuis toujours.

- Qu'est-ce qu'elle a docteur? C'est la première fois que ça lui arrive.

- Je dirais que c'est un phénomène semblable à celui rencontré chez Dolly. Le corps se met à se détériorer à une vitesse accélérée quand il approche de l'âge adulte. Comme si les cellules tentaient de poursuivre leur évolution au-delà de leur stade de maturité, vieillissant donc prématurément.

- Concrètement docteur. Je ne comprends rien de ce que vous me dites.

- Concrètement, votre fille n'en a peut-être que pour six mois à vivre. La douleur qui l'a jetée dans l'inconscience va recommencer, de plus en plus souvent, partout dans son corps. Et d'ici un grand maximum d'un an, elle va s'éteindre.

- Alors il faudra la remplacer. Est-on toujours sur la clause particulière de garantie prolongée? C'est bien un défaut de fabrication, je me trompe?

Je ne comprends toujours rien, mais les liens se forment lentement dans ma tête, très lentement. Je ne fais plus attention à ce qu'ils disent. Défaut de fabrication? Qui c'est Dolly? Je retourne vers le dossier, sans me soucier qu'ils soient derrière la porte. Si j'ai raison... Si j'ai raison, ils vont payer.

La photo est datée de l'année de ma naissance, à l'endos. Les papiers dans le dossier sont principalement incompréhensibles. Un ramassis de bêtises se bousculent dans ma tête, mais je cherche quelque chose de concret. Je finis par trouver une adresse que je note à l'endos d'une feuille du dossier, recouverte de notions scientifique que je ne peux déchiffrer. Les pas de ma mère s'éloignent, je les reconnais aux talons hauts qu'elle porte tout le temps. Je ne prends même pas la peine de m'éloigner du dossier, de cacher que j'ai cru comprendre la vérité.

Le docteur entre, me regarde, remarques le dossier, ouvert, éparpillé parce que je ne me suis pas gênée pour l'étaler, pour essayer d'y trouver mes réponses.

- Il y a une explication.

Il dit ça comme si je ne le savais pas. Mais je sais qu'il y en a une, je ne sais pas encore laquelle, c'est tout.

- Et je l'attends.

J'ai croisé mes bras sur ma poitrine, en signe de bravade. Il me regarde comme on regarderait un oisillon qui tente de s'envoler du nid, sans succès. Et il se met à parler, vulgarisant tous les termes scientifiques du dossier et mettant au clair tout ce qui clochait, toutes les interrogations que j'avais toujours eu.

Je ne suis pas la fille de mes parents. Je ne suis pas une Davis. Je ne suis même pas réellement humaine. Ce que j'ai de plus humain, c'est le nombril. J'ai un code génétique emprunté. Je vomis. Mon corps tente d'extraire de force cette information de mon corps, d'extraire cette autre de moi. Je veux croire que je suis moi, que je suis un être humain à part entière, mais je ne le peux pas. Je suis une pâle copie de l'original.

Je regarde mon médecin. Il me semble que c'est la première fois que je le vois, j'ai l'impression de voir un imposteur à sa place, un faux.

- Vous en faites beaucoup, des comme moi?

Il a l'air surpris de la question. Mais il se reprends rapidement.

- Environ un par année. Depuis plusieurs années. Disons que c'est un processus difficile, et complexe, ça ne réussit pas toujours comme on le voudrait.

- Et ça ne vous fait rien? Vous ne vous souciez pas qu'il meurent, si jeune, dans la douleur?

- Nous faisons notre possible pour que ça n'arrive pas.

- Et vous ne vous souciez pas qu'ils soient aimés? Comment un enfant peut-il être créé sans prendre en compte qu'il aura besoin d'amour? C'est inhumain, c'est purement inhumain!

- Je sais!

Il a commencé à perdre son sang froid, il faisait tout pour garder la tête froide, mais je l'ai sorti de son rôle. Il semble essayer de se remettre dans le personnage, mais j'insiste.

- Alors pourquoi vous faites ça!

- Pour les enfants! Même si je partais, ils continueraient. Depuis Dolly, malgré la controverse, le Roslin Institute a décidé de poursuivre les recherches de manière clandestine, encouragé par de riches mécènes qui voulaient profiter des résultats. Pourquoi avoir un enfant naturellement quand il peut sortir tout beau tout frais d'une mère porteuse, et qu'on peut choisir d'avance ce qu'il sera? Les gens riches, ils s'en foutent de l'amour! Mais pas moi!

Il reprend son souffle. Ça lui pèse, c'est évident.

- Moi, je veux juste que les enfants s'en sortent. Je veux juste faire ce que je peux pour les garder en santé et en vie le plus longtemps possible. Je suis pas l'un de ceux qui vous crée, je suis juste le médecin attitré. Je m'assures qu'ils aillent bien. Et je souffre chaque fois que je vois qu'ils dégénèrent comme toi. Si j'avais un remède, je te l'aurais donné. Je te le jure.

- Pourquoi me dire tout ça à moi?

- Parce que tu as le droit de savoir.

Mes parents ne sauront pas que je sais?

-Non.

- Merci!

Je prends une grande inspiration. Je suis un clone. L'information ne passe pas. Je suis un humain créé en laboratoire. La nouvelle essaie une fois de plus de remonter mon œsophage. Je réprime le goût de bile et je me retiens de pleurer.

- Ils m'attendent?

- Dans la salle d'attente.

- Merci encore!

Je sors de la pièce. Ils vont payer. Je ne quitterai pas ce monde les mains vides. Je ne quitterai pas ce monde s'ils n'ont pas payé pour ne pas m'avoir aimée. J'étais une enfant quand même, j'avais droit à une famille heureuse, j'avais le droit d'être considérée comme une humaine à part entière, non?

Je les rejoins dans la salle d'attente. Il me regardent avec une dernière étincelle d'impatience. Je leur fait perdre du temps. Je leur fait honte. Ils veulent me remplacer. La colère gronde en moi, mais je la retiens avant qu'elle ne paraisse sur mon visage. Ils ne savent pas que je sais tout.

Ça fait deux semaine que je sais. J'ai retrouvé l'autre. Avec Facebook, ça a été un jeu d'enfant. Elle m'a même acceptée comme amie sans se poser de question, sur son profil de pianiste. Trop facile. Je sais où et quand a lieu son prochain concert. Je me demande quelle réaction elle aura en se retrouvant devant sa propre image, devant qui elle était il y a de cela 17 ans.

Mes "parents" refusent que j'aille voir le concert, évidemment. Ils ne veulent pas que je comprenne. Même si j'insiste en leur disant que ce serait enrichissant pour ma propre pratique du piano. Tant pis pour eux j'irai quand même.

Le soir du concert approche, j'ai déjà tout prévu.

Le concert est dans quelques heures. Mes "parents" sont dans le salon, ils écoutent un film, tranquilles, en attendant ma prochaine crise. Ils savent que je n'en ai plus pour longtemps à vivre, j'ai déjà eu quelques crises de plus depuis la première. Ils savent que je suis sur le point de mourir et qu'il pourront essayer d'avoir une nouvel enfant de rêve après que je sois partie. Ils ne me forcent même plus à pratiquer, ils attendent patiemment ma mort, sans regret, sans remord, sans émotion quelconque, sauf peut-être un peu d'impatience. Comment peut-on attendre la mort de celle que l'on appelle sa fille sans une once de tristesse, seulement un peu de hâte qu'elle finisse par trépasser et qu'il puisse passer à autre chose? Ils me dégoûtent. Je sors de ma chambre, sans bruit. Je suis furieuse et dégoûtée de les voir là, dans le salon, indifférents à mon agonie.

La première balle a traversé le crâne de ma "mère" sans même lui arracher un cri. Elle a pris un peu d'élan vers l'avant, et s'est affalée sur le tapis du salon, enfin, un trou de bord en bord de la tête, net. Mon "père" se retourne, me voit, ne sait plus comment réagir. Je vois qu'il hésite entre la colère et l'hypocrisie entre me crier dessus, parce que c'est ce qu'il a envie de faire, ou s'humilier en jouant la carte du père qui tente d'amadouer sa fille dérangée. Mais ça ne prends pas. Avant même qu'il soit passé par dessus le choc, c'est son cœur qui est traversé d'une balle.Il retombe sur le divan dans un bruit mat et ses yeux s'éteignent sans comprendre. Je ne leur ai pas expliqué leur crime, d'autres s'en chargeront bien en enfer. Je range le fusil de mon père dans mon sac à dos, deux balles en moins dans le chargeur.

Le concert est commencé. J'ai volé assez d'argent à mon "père" pour être à l'avant. Elle joue très bien. Bien mieux que moi, quoi que... En fait non, si je l'avais voulu, j'aurais pu jouer aussi bien qu'elle... si j'avais voulu.

Le concert se termine enfin, mais j'ai un passe VIP, je peux aller la rencontrer en backstage. Lui acheter un disque autographié, prendre une photo avec elle, tout ce que n'importe quel grand fan voudrait. Mais je ne suis pas une grande fan. J'arrive devant elle. Elle ne réagit pas tout de suite. Elle a l'air confuse. Elle a remarqué, c'est certain, que c'est elle qu'elle regarde, avec quelques 17 ans de différence.

- Qui es-tu? Que... Qu'est-ce que tu me veux?

- Tu ne sais vraiment pas? Tu ne sais pas ce qu'il ont fait, il y a 17 ans?

- De quoi tu parles?

- Ya des gens qui t'ont cloné, il y a 17 ans. Mais ne t'en fais pas, je suis venu rectifier la situation. Il ne devrait jamais exister deux fois la même personne, non?

- N... non... C'est pas... C'est complètement ridicule! C'est quoi cette histoire!

Elle recule, sous le choc. Nous sommes seules, j'ai attendu d'être la dernière. Le fusil est calé contre mon ventre et je m'en saisis. Il n'y en aura qu'une, une seule, comme moi.

Le coup l'a touchée dans le ventre. J'ai raté ma cible, elle a réagi trop vite. Le deuxième coup l'a achevée, mais j'ai eu le temps de la voir souffrir, et j'ai compris que j'avais fait erreur. Ce n'est pas elle qui devait mourir. Ce n'était pas elle, l'erreur. Elle ne faisait pas partie des coupables. Je suis partie en courant, sans comprendre ce qui m'arrivait. Je pleurais.

J'ai oublié le fusil là-bas. Le choc m'a tétanisée, j'ai oublié l'arme sur les lieux. Quelle importance? Ils vont me retrouver, me mettre en prison? À quoi bon? Je vais mourir dans moins d'un an. J'ai tué une innocente. Je l'ai vu dans ses yeux, elle n'en savait rien. Elle ne savait pas qu'ils avaient utilisé son ADN. Elle n'avait pas à mourir. Je suis la seule, mais c'est elle qui aurait du rester.

J'espère qu'elle n'est pas morte. Est-ce que deux balles dans le ventre, ça tue nécessairement? Est-ce que c'est certain? J'espère qu'elle est encore en vie.

L'eau tout en bas est bien tentante. J'ai oublié le fusil là-bas. J'espère que je n'en ressortirai pas vivante. Je sens la crise qui arrive. La douleur me secoue de l'intérieur, je lâche le rebord de métal. Je perd connaissance avant d'avoir eu le temps de crier.


▬ Des trucs en vrac sur vous



• PRÉNOM : Hélène
• ÂGE : Début vingtaine
• Ce que vous pensez du forum, que faut-il changer ? : J'ai pas encore joué, je vous le dirai quand j'aurai commencé le RP
• Comment avez-vous trouvé le forum ? : J'ai mes sources
• Plutôt salé ou sucré ? Sucré


Dernière édition par Kimberly Davis le Dim 12 Mai - 3:05, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Karyel

L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
L'Ange Tyrannique, ou le masque qui s'otera
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 20
Localisation : Ici & Là


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Membre du Conseil
Puissance:
PuissanceX/50
CAC
Magie
Armes

MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Mer 1 Mai - 11:10

Hellcome ~








[~Haitoku no Kioku ~]

Comment est la toge de Karyel ? C'est par ici ->
Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ai-no-yuuki.skyrock.com
Cyrcus


avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 15/04/2013


MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Mer 1 Mai - 11:13

  • Bienvenue parmi nous Kimberly !
    J'aime déjà ton perso' ! Vivement la suite ! :)
    Bon courage. ♥



Sois une gentille fille et tais toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer 'Saytãn'

King Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
 King    Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
avatar

Messages : 1422
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23


Vos Infos
Race: Créature Magique
Fonction : Chef du Manoir
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 35
Magie50
Armes42

MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Jeu 2 Mai - 23:07

Bienvenuuuuue ! Hésites pas à prévenir quand tu as fini :D



awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Dim 12 Mai - 3:06

Juste un petit Reply pour prévenir que j'ai terminé!

Et comme je l'ai dit, j'aimerais bien un petit RP pour dire comment ils sont venus me chercher pour que je devienne succube (pour mes crimes odieux!) Et pour me remettre dans le bain. J'ai pas fait de RP sur Forum depuis... des années!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Dim 12 Mai - 4:38

Bon, pour ta fiche, il y a des points à modifier dans l'histoire. Bien que le contexte du forum ne soit pas réel, la vie avant la mort de ton personnage elle l'est et le monde est pareil à celui présent. Et nous n'en sommes pas encore à cloner les humains. Il a donc falloir enlever/modifier cette information. Oui il y a des moyens de faire des enfants en laboratoire, mais il est impossible d'en faire deux identiques, ni même de savoir à quoi ils vont ressembler.

Tu peux aussi remplir la zone "rang", ce qui te permet d'avoir une petite phrase en plus de l'image.

Pour ton rp d'accueil, le staff est présentement assez occupé avec les examens, mais si ça ne te dérange pas que le rythme de réponse soit un peu lent (1-2 semaines), je peux te faire un PNJ qui vient te chercher. Et terminer l'accueil avec Yamiko, qui te ferais visiter le manoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Dim 12 Mai - 5:32

Si ça ne va pas du tout, je modifierai, promis.

C'est pas tant pour protester, et je vais réfléchir à comment retravailler l'histoire.

Mais comme j'ai fait des recherches, je peux quand même donner l'information.

En fait, les recherches en sont rendues pas mal là, et ça s'est pas encore fait officiellement, seulement parce que le peuple a un sens moral qui contrevient aux expériences. Le laboratoire mentionné est celui qui a cloné Dolly, une brebis. L'information est facile à trouver. Sinon, y a plusieurs sites qui parlent de clonage et quelques organismes se prétendent déjà, à notre époque, capables de le faire, dont les raéliens. Pas que je leur accorde foi, mais ça reste qu'il y a quand même des ouvertures pour la fiction sans quitter le domaine de possibles dans une certaine mesure.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Clonage_humain
http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/reprod/hc-sc/legislation/clon-fra.php
http://terresacree.org/raelien.htm
http://www.clonaid.com

Disons que les idées pour le personnage me sont venues pendant que je faisais un travail sur le clonage pour un cours, donc c'est clair que j'ai été inspirée. mais comme j'ai dis, je ne vais pas me débattre s'il faut que je change l'histoire.

Je m'occupe de ça demain, par contre. Ce soir, je vais aller dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Lun 13 Mai - 16:02

C'est très bien de donner des sources pour supporter ton histoire ^^
On en parle entre membre du staff et on te reviens sur le sujet :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Mar 14 Mai - 2:03

(Vive les DC! C'est pas un double post techniquement XD)

Nous en avons parlé et voici ce qu'on en pense:

Kimberly a 17 ans, donc est née en 95-96 (environ, considérant qu'on est en 2013)
Dolly a été clonée en 1996.
Selon tes sources, c'est en 2002 que la première annonce d'un clone humain à été faite, donc il y a 11 ans. Et ce ne sont pas des clones qui ont survécu.

Donc oui, peut-être que maintenant, il serait possible de créer un clone humain viable, mais pas il y a 17 ans. Il faudra donc modifier la fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   Mar 21 Mai - 18:25

Désolé du retard que j'ai pris pour officiellement te dire allo et bienvenue, mais voilà :

Bienvenue! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kimberly, autrefois dite Davis, la seule (Terminée!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Charlène Alexandra Davis : Fiche terminée :D
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell ::  Administration  :: →Résurrection-