Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome in Hell... • Saytän

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Welcome in Hell... • Saytän   Dim 23 Juin - 12:14


"J'aime pas cet endroit..."


    Il faisait sombre. Mais c’était lumineux à la fois.
    La jeune fille à la chevelure dorée n’aurait su dire lequel de ces deux critères ressortaient le plus ici. Un mélange des deux certainement. De toute manière, elle ne parvenait pas à voir grand-chose… Il lui semblait que tout était noir autour d’elle. Mais elle n’en était pas sûre. C’était tout flou… Elle ne parvenait qu’à distinguer quelques silhouettes l’entourant. Elle n’aurait même pas su dire si c’était des hommes ou bien des femmes, et ne comprenait absolument rien à ce qu’ils disaient. Seules quelques paroles lui parvenaient comme des murmures inaudibles et surtout incompréhensibles.
    Il y avait autre chose, aussi. Une douleur. Non, plusieurs en fait. Elles lui martelaient le crâne, crispaient ses muscles et rendaient particulièrement douloureux le moindre de ses mouvements. Ses tympans hurlaient à la mort, sa gorge était si sèche qu’elle aurait été incapable de prononcer le moindre mot si elle en avait eu la force. Ses paupières se faisaient lourdes. Elle était incapable de bouger ne serait-ce que le petit doigt. Ses forces l’abandonnaient petit à petit… Elle savait que sa fin était proche. Pourtant, elle continuait de lutter. Elle serrait la mâchoire, elle serrait les poings. Elle faisait tout pour se maintenir éveillé malgré son regard vitreux qui prouvait des conséquences à venir.

    Un bruit suraigu retentit au loin. A moins que ce ne soit qu’un effet auditif venant de ses oreilles en très mauvais état ? Elle l’ignorait. Quoi qu’il en soit, elle devina en cette alarme assourdissante celle de l’ambulance. Elle espérait que ce soit pour elle. Mais qui aurait bien pu appeler le SAMU pour une enfant qui se faisait battre dans une ruelle sombre et de mauvaise fréquentation, où les disparitions et les meurtres étaient fréquents ? Personne. Elle était seule. Seule face à son Destin. Face à ce que tous redoutent : la Mort.
    D’ailleurs, pourquoi se faisait-elle frapper de la sorte déjà ?
    Le néant. Complet.

    Sa mémoire n’était que néant, pour être plus précis. Elle chercha un quelconque souvenir expliquant sa situation actuelle. Elle chercha une raison à ce qui lui arrivait. Sans succès. Elle fouilla au plus profond de son passé une image, un son, une parole. En vain. Avait-elle au moins un passé ? Elle se sentit totalement incapable de répondre à cette question dont la réponse semblait évidente.

    Où était-elle née ? Où était-elle maintenant ? Elle tenta de distinguer le décor qui l’entourait, sans y parvenir. Sa vue était trop floue.
    Qui étaient ces personnes qui l’encerclaient ? Là encore, elle était incapable de trouver une réponse à cette interrogation. Elles auraient aussi bien pu être des alliés que des ennemis, elle aurait été incapable de les différencier.
    Pourquoi était-elle là ? Quelque chose lui disait qu’elle avait tout fait pour fuir. Fuir, fuir, et encore fuir… Mais fuir quoi ? Quelle chose serait capable de l’apeurer au point de la pousser à se cacher, à avoir peur au point de faire preuve d’une telle lâcheté ?
    Qui était-elle ? Même à cela, elle était incapable de répondre.
    « Pathétique », se disait-elle.

    Quelqu’un sembla essayer de la ramener à la réalité. Elle sentait qu’on la secouait. Mais c’était trop tard. Elle ferma les yeux, observa sous ses paupières closes le noir qui s’offrait à elle. Puis elle s’y laissa glisser, cessant toute résistance face à la Mort. C’était fini, à quoi bon retarder le compte à rebours ?
    Elle poussa ce qu’elle pensait être son dernier soupir.


    Et se réveilla dans un sursaut.
    Toute douleur avait disparu. Sa vue n’était plus trouble. Elle entendait un silence troublant avec une grande netteté. Sa gorge était toujours sèche mais dans un bien meilleur état que l’instant d’avant. Elle était allongée dans la même position qu’une minute plus tôt, recroquevillée sur elle-même, les jambes ramenées à son torse.
    Elle se redressa lentement, toute trace de crampe et autres douleurs physiques dans ce genre ayant disparu. En regardant un peu partout autour d’elle, elle ne vit qu’un épais brouillard qui ne la laisser distinguer qu’un chemin de pierres colorées de blanc et de noir, la première couleur à droite et la deuxième à gauche.
    L’adolescente, une fois debout, porta son pouce et son index à son menton, l’air concentrée. Elle était morte, n’est-ce pas ? Alors que faisait-elle, parfaitement consciente, dans un lieu totalement différent du précédent, en parfaite santé ? Serait-ce… Le célèbre couloir de la mort dont on parlait tant pour décrire cette fameuse vie après la mort ? Non, ce ne devait être qu’un rêve. Mais trop réel pour en être un. Elle ne savait pas trop quoi penser. Elle était troublée. Et amnésique, d’après ce qu’elle avait cru comprendre. Néanmoins, elle n’avait pas à s’attarder sur ce « détail » pour le moment. Commencer par comprendre ce qui lui arrivait serait un bon début.

    Alors elle commença à suivre l’étrange tracé aux couleurs opposées. Pendant qu’elle marchait d’un pas lent et calculé, elle remarqua qu’elle était habillée d’une étrange tenue comportant une robe, des collants et des chaussures mélangeant du jaune et du noir, au style bien étrange mais qui lui plaisait. Elle sentait ses cheveux attachés solidement en une queue de cheval haute et un petit objet qui ornait cette coiffure, même si elle ignorait vraiment ce que c’était. Elle ne s’en préoccupait néanmoins pas bien plus longtemps, car elle découvrit ensuite que le chemin se teintait à présent uniquement de cette teinte sombre d’ébène. Elle plissa les yeux. Qu’est-ce que tout cela voulait dire ?
    Quelques minutes plus tard apparut un grand Manoir à l’air moyenâgeux. Elle s’arrêta pour observer cet édifice grandiose et pourtant particulièrement morbide. Elle aurait jugé que les quelques statues présentes ici –des gargouilles ou quelque chose comme ça, la fixaient de leur yeux vides. Elle pressa alors le pas, peu rassurée par l’endroit où elle s’était arrêtée. Quitte à avoir froid dans le dos, elle préférait que ce soit dans un bâtiment aux allures cauchemardesques plutôt qu’à découvert.
    Elle poussa la porte d’entrée, qui poussa un grincement semblable à un cri dans cette demeure sinistre. Un soupir s’échappa de la bouche de la demoiselle, qui entra finalement à l’intérieur, méfiante au possible. Et curieuse à la fois. Elle se posait tout un tas de questions au sujet du lieu dans lequel elle se trouvait mais aussi sur la raison de sa présence ici et de sa mort. Etait-elle réellement morte, au moins ? Elle n’en était pas certaine. Elle supposait cependant que ce qu’elle avait vécu il y avait à peine quelques minutes plus tôt n’était pas un rêve. Toutes les émotions qui étaient passées en elle à cet instant étaient bien réelles, à n’en point douter. De même pour la douleur atroce qu’elle avait ressenti.

    La blondinette, ne sachant que faire d’autre pour attire l’attention d’éventuels résidents, siffla entre ses doigts. Le son aigue qu’elle produisait résonna comme un écho dans le Manoir et se perdit dans le silence pesant qui régnait dans ce qui semblait être le hall. Elle remarqua qu’un long tapis rouge jonchait le sol et montait jusqu’à des escaliers bien entretenus mais qui ne lui disaient rien de bon. Elle fut d’abord tentée de les escalader, puis renonça. Si elle devait rester quelque part dans le coin, autant que ce soit ici : ce genre de pièce qui représentait la seule issue de sortie était quelque chose qu’elle ne devait pas perdre de vue en cas de problème. Sans compter que cela devait être un lieu de passage fréquent si quelqu’un habitait cette demeure, n’est-ce pas ? Enfin, elle doutait même que quelqu’un puisse vivre dans cet édifice. L’atmosphère était déjà insoutenable pour elle. Alors qui serait capable d’y passer des journées entières ?

    Youhou ?

    Ce fut le seul mot qu’elle parvint à murmurer en osant rompe le silence.


Dernière édition par Luce le Mer 26 Juin - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer 'Saytãn'

King Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
 King    Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
avatar

Messages : 1422
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23


Vos Infos
Race: Créature Magique
Fonction : Chef du Manoir
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 35
Magie50
Armes42

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Lun 24 Juin - 17:19

    Saytãn ne comptait plus le nombre de personne qu’il avait déjà accueilli dans le manoir. Il ne se rappelait pas de tous les visages, disons, il y avait des gens qui marquaient. Les pleurs ? C’était pas si courant que ça… Il ne se souvenait pas d’avoir vu quelqu’un pleurer car il était mort. Non, c’était plutôt les gens qui lui manquaient de respects ici… Il y en avait beaucoup trop. Juste parce qu’il se présentait comme étant le roi des démons, et le chef du manoir, certains le prenait en rivalité, ou n’aimaient pas son arrogance. Surtout depuis une cinquantaine d’année, avant, les gens étaient plus polis.

    Dans sa chambre, il se préparait pour faire sa petite entrevue assez théâtralisée, comme d’habitude, cette fois il voulait avoir une alliée, du moins quelqu’un qui ne le dénigrait pas, ou quelqu’un de normal, juste pas quelqu’un qui ne cessait de lui chercher des crosses… Parce que cela en devenait assez blasant au fil des années. Après, c’était le Manoir, là où venait en quelque sorte les personnes qui avaient trop péché ou que le conseil angélique ne voulait pas voir à la citée. Il était vêtu de son habituel pantalon noir – en tout plein d’exemplaire dans sa penderie sûrement- ainsi que d’un haut sans manche en cuir moyennement moulant avec deux boucles en métal sur le ventre. Et, pour finir, il mit sa grande cape noire. Il laissait ses longs cheveux un peu décoiffés – mais plaisant à voir, lui donnant un petit air- se balader jusque vers la fin de son dos. Il siffla, et, un corbeau entra dans sa chambre, par la fenêtre, pour venir se poser se l’épaule de son maître. Il prit le double des clefs de la future chambre de la nouvelle venue sur le porte-clef au-dessus de son bureau et sorti de la chambre.

    Il était temps d’accueillir cette dame, il lui avait laissé quelques minutes – il était un peu en retard, mais ce n’était pas comme s’il y avait une heure, si ?-. Avant le tournant qui le menait à l’escalier qui conduisait jusque dans le hall, il entendit sa voix… Un « youhou ». Oh tient, ça changeait par rapport au « Il y a quelqu’un ici ? » Quelle entrée en fanfare de cette nouvelle venue donc ! Il descendit assez lentement les escaliers tout en lui disant un « Bonsoir » assez polit tout en levant la main. Il restait cependant sur la troisième marche avant la fin.

    « Luce. Ravi de te rencontrer ~ Je suis Saytãn, tu es ici dans le manoir des démons. Bienvenue dans l’éternité. »

    Le corbeau sur son épaule se mis un peu à croasser et s’envola pour faire le tour de la pièce et tourner autour de la blonde.



awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Mer 26 Juin - 16:30


    Hrp:
     

    Etrangement, la jeune fille aux cheveux dorés s’était détendue au fil des minutes qui passaient. Les mains jointes derrière le dos, elle sautillait par-ci par-là en explorant peu à peu chaque recoin du Hall. C’était une grande salle aux couleurs sombres, décorée par quelques vases, statues et autres choses dans un style aussi moyenâgeux que l’était la structure du bâtiment. Malgré tout, elle ne pensait pas être retournée à une telle époque, ça l’étonnerait même beaucoup. Elle était censée être morte de toute façon, n’est-ce pas ? Alors elle ne pouvait pas avoir fait de retour dans le passé. Et puis, ce serait devenu de la science-fiction si c’était le cas, or cela n’existait que dans les films ou les livres. Ou dans l’imaginaire. Mais là encore, elle doutait de cette hypothèse. Elle n’avait nullement l’impression de rêver : la petite brume blanche qui s’échappait de sa bouche lorsqu’elle soufflait était bien réelle, de même que le froid ambiant. A moins que ce ne soit parce qu’elle était habillée légèrement ? Quoi que non, on pouvait dire qu’elle était bien protégée de la fraîcheur. Peut-être était-ce le tissu alors. Ou l’atmosphère lourde qui régnait ici. Elle n’en savait rien. Et elle se rendait compte qu’elle ne savait pas grand-chose.

    Etait-elle déjà venue ici ? Si c’était le cas, elle n’en avait décidemment aucun souvenir et rien dans cette pièce ne lui rappelait quoi que ce soit. Même en observant un peu mieux chaque détail de ce lieu, elle sentait qu’aucune réponse ne l’attendait ici. Du moins, pas les réponses qu’elle désirait avoir actuellement. Il fallait certainement changer de question alors. Arrêter avec les « Suis-je vraiment morte » et les « Je suis devenue amnésique… Vraiment ? ». Il fallait qu’elle arrête de cogiter comme ça. En plus, ça lui donnait un mal de crâne pas possible.

    Pour se distraire, l’invitée du Manoir s’amusa alors à détailler méticuleusement un vase posé sur une petite table ronde en bois. Sa mémoire lui disait qu’il était dans le même style que celui qu’utilisaient les romains à leur époque, sur un fond marron orangé. Quelques dessins noirs, simples, y étaient peints : une homme possédant deux ailes chauve-souris dans le dos semblaient ordonner quelque chose d’un geste de la main à une nuée d’oiseaux à l’air inquiétant. Elle plissa les yeux. Bizarre ce truc, quand même.
    Des pas lents et réguliers la sortirent de ses rêveries.

    « Bonsoir »

    L’intéressée se redressa avec un air curieux inscrit sur le visage et observa la source de cette voix grave et maîtrisée descendre les escaliers avec dignité. Ses gestes semblaient calculés et pourtant naturels, comme s’il était habitué à y mettre autant de soin et de grâce. Elle sentait presque une aura à la fois majestueuse et forçant le respect émaner de lui.
    L’homme à la chevelure de jais et aux yeux inquiétants d’un rouge écarlate s’arrêta sur la troisième marche. La demoiselle ne bougea pas d’un pouce, comme si elle cherchait la bonne attitude à adopter.

    « Luce. Ravi de te rencontrer ~  Je suis Saytãn, tu es ici dans le manoir des démons. Bienvenue dans l’éternité. »

    Le tout premier mot résonna en elle telle une petite clochette l’avertissant qu’elle était la concernée. Luce… ? Elle réagissait à cet étrange prénom comme s’il avait toujours été le sien, bien que quelque chose différait légèrement. Elle n’y fit cependant pas attention. Et puis, Luce, c’était un beau prénom, alors pourquoi pas ?
    Son interlocuteur était… Saytãn ? Aussi étrange que cela puisse paraître, elle fit aussitôt le lien entre ce nom et le dit « Satan » de la célèbre Bible. Sans compter qu’il venait de mentionner le manoir des démons. Et un certain bienvenue dans l’éternité.

    La dénommée Luce eut un genre de déclic en elle, qui la poussa à adopter un comportement presque instinctif. Elle sentait qu’elle avait toujours agit de cette façon, et n’opposa donc aucune résistance à ce naturel qui surgissait en elle.
    Elle laissa naître un grand sourire dans son regard, un sourire intrigué et méfiant en même temps. Dans ses yeux brillaient une lueur discrète où on pouvait lire une méfiance à peine dissimulée.
    Trottinant d’un air enjoué vers ce qui paraissait donc être le Maître de ces lieux, elle s’arrêta quand elle fut au pied des escaliers puis s’adressa à lui sur un ton plus ou moins cordial :

    Hey ! Saytãn, hein ? Ravie de te rencontrer moi aussi...!

    La jeune fille laissa passer un petit instant, escaladant les marches jusqu’à arriver au niveau de son interlocuteur, un peu mal à l’aise par la trop grande différence de taille. Elle remarqua du même coup qu’elle n’appréciait pas de se sentir inférieure. Bon, détail à noter pour la suite, juste au cas où.

    Dis, j’aurais quelques questions. Mais je pense que tu les auras déjà deviné, tu sembles être habitué à recevoir des visiteurs comme moi. Expliqua-t-elle, nullement gênée par la familiarité dont elle faisait preuve.

    Ce fut seulement à cet instant qu’elle remarqua le corbeau posé sur l’épaule de Saytãn. Ce dernier était, sans surprise, couvert par un plumage aussi sombre qu’une nuit sans lune et possédant d'étranges yeux argentés qui la fixaient avec une lueur presque… intelligente. D’accord. Ce qui était certain, c’est qu’elle n’était plus dans le monde qu’elle avait dû connaître tout au long de sa vie, parce que ça ne lui disait rien, un oiseau au regard malin.

    Tout d’abord. Je suis morte. Donc ici, ça ressemble pas au paradis, j’en déduis que nous sommes en Enfer. Tu es le Maître de ces lieux ? Si c’est le cas, j’aimerais quelques explications. Claires et sans détour, si possible.

    Non, décidemment, l’adolescente n’était absolument pas impressionnée par la personne qui se trouvait en face d’elle. Elle ignorait totalement si cela risquait de le vexer, de lui plaire ou, dans le pire des cas, de lui donner des envies de meurtre –quoi qu’elle était déjà morte, donc bon, et à dire vrai elle n’en avait cure. Pourquoi ?
    Facile : ni une, ni deux, elle venait de s’emparer du corbeau après un petit saut fait à l’improviste et entourait maintenant de ses longs doigts les ailes repliées de l’oiseau afin de l’empêcher de se débattre avec trop d’hardiesse. Mais voilà, il y avait un petit problème : il ne se débattit que très peu avant de s’immobiliser et de fixer sa détentrice d’un air plein de reproche.

    Il est bizarre, ton corbeau. Pourquoi il se défend pas ? Il a pas peur que je le tue ? Demanda-t-elle en passant du coq à l’âne le plus naturellement du monde.

    Tous ces petits mouvements qu’elle avait fait, ce culot presque exagéré envers l’animal de ce… démon et envers ce dernier, tout cela, elle avait l’impression de l’avoir fait toute sa vie. Au sens propre. Alors à ses yeux, c’était tout à fait naturel et elle pensait que cela devait être son caractère habituel. Quoi qu’un peu casse burette pour son futur entourage, non ?


Dernière édition par Luce le Mer 26 Juin - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer 'Saytãn'

King Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
 King    Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
avatar

Messages : 1422
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23


Vos Infos
Race: Créature Magique
Fonction : Chef du Manoir
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 35
Magie50
Armes42

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Mer 26 Juin - 17:26

    Saytãn observait la petite gamine. Il aurait presque juré qu’elle s’amusait. Presque, il n’allait pas aller trop vite en besogne. Il se demandait si elle allait lui demander s’il était Satan, le Diable ou quelque chose comme ça… Pour le moment, elle s’avançait vers lui. Et puis elle parla ensuite. Le roi des démons avait bien deviné… mais, il ne pensait pas qu’il aurait si juste… Elle était… Terriblement impolie. Déjà, elle l’appelait par son prénom, un « Seigneur Saytãn » aurait été tellement… Mieux ? Enfin, il pouvait toujours l’oublier celui-là… Ce n’était pas vraiment le plus grave… Enfin… Grave, c’était… Juste qu’elle le tutoyait… Il avait l’habitude avec les têtes de mules, mais, ,il n’allait pas s’énerver, il restait juste amusé par ses réactions, elle comprendrait bien vite qu’il est le chef ici, et qu’on le respecte. Certes, ce n’est ni une dictature ni une monarchie, mais il fallait tenir en laisse certains de ces démons.

    « Je suis là pour répondre à tes questions. Et oui j'ai l’habitude, c’est moi qui m’en charge en général. »

    Ou les guides, mais il aimait bien jauger les personnes qui venaient ici, se présenter en bonnes et dues formes. Bon, elle semblait accepter le fait qu’elle était morte, ce n’était pas très simple parfois… Et oui, elle se trouvait dans ce faux lieu que les humains appellent ‘Enfer’. « L’Enfer c’est le mot que les humains ont inventés, ici, on préfère à l’appeler ‘Le manoir des démons’ tout simplement. Et oui, je suis le maître et bâtisseur de ce lieu. Il y a un autre ‘monde’, à part la Cité des Anges, qui ressemble plus à une ville, leur chef se nomme Michael, le Roi des Anges. Elle est interdite d’accès aux personnes ici, mais, il y a une grande salle qui les entoure, pour y aller, il faut emprunter cette porte-ci. » Saytãn pointa une des portes qui se trouvaient près des escaliers, sur la gauche. Si elle avait d’autres questions il y répondrait toujours.

    Cependant voilà… Luce fit quelque chose qui surpris le Roi. Elle attrapa le corbeau après avoir monté quelques marches. Tss, il aurait voulu encore caressé son petit corbeau. Elle tint des propros… qui auraient pu facilement le mettre, vraiment en colère. Tuer un corbeau ? Elle avait intérêt à ne jamais essayer. Sinon, il la tuerait dans la souffrance et les pleurs.

    « Bizarre ? Non, mais tu me sembles un peu trop impatiente. Ce corbeau est le tien. Il s’agit d’une sorte de guide pour que tu ne perdes pas, et tu peux envoyer des messages à d’autres, même jusqu’à la Cité. Cependant Le ton de Saytãn se fit beaucoup plus sombre, son aura démoniaque et maléfique d’autan plus déployée et effrayante. Ces corbeaux sont mes bêtes. Si tu tentes de leur faire quelque mal que ce soit, tu périras dans la souffrance pas ma main. » Une simple mise en garde, elle avait intérêt à faire attention.

    HRP : Y'a pas de problèmes, et ça reste rapide comme temps de réponse x3. Fait attention Saysay et les corbeaux c'est sacré XD. Et au fait hésites pas à répondre aux Awards =D Même si tu connais pas tout le monde =3



awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Mer 26 Juin - 18:11


    La jeune fille observa le corbeau sous tous les angles en faisant attention à ne pas trop le brusquer. Décidemment, il ressemblait à tous ceux qu’elle avait dû voir jusqu’à aujourd’hui. A part ce côté bien plus intelligent que n’importe quel autre oiseau, il était tout ce qu’il y avait de plus normal. Peut-être était-elle juste un peu fatiguée par sa mort ? Bon, cette théorie était un peu tirée par les cheveux, mais pourquoi après tout ? Déjà qu’elle ne s’attendait pas à vivre encore après cet étrange décès. Sans compter qu’elle se retrouvait maintenant dans un lieu qui ressemblait bien aux Enfers. Elle avait de la chance de savoir s’adapter rapidement aux situations, sinon elle serait encore intriguée et quelque peu apeurée par ce décor sinistre. Par ce corbeau, aussi. Et surtout par son Maître, qui bien que venu lui souhaiter la bienvenue ici, ne semblait pas enclin à lui offrir ne serait-ce qu’un petit sourire amical. Il restait juste poli. De quoi prouver qu’il avait l’habitude de ne rien laisser transparaître d’autre que de cette dite politesse devant ses… sujets ? Est-ce que le monde ici marchait de cette façon ? Elle l’ignorait. Il y avait encore pas mal de questions sans réponses.

    « Je suis là pour répondre à tes questions. Et oui j'ai l’habitude, c’est moi qui m’en charge en général. »

    Ces paroles la tirèrent de sa rêverie. Donc, elle avait bon. Il était celui qui se chargeait de présenter les lieux aux nouveaux venus. C’était un bon début, si on pouvait considérer cela comme un premier pas pour comprendre la logique de cet endroit. Mais un tout petit début, alors. Parce qu’elle sentait que c’était loin d’être terminé.
    L’intéressée recula un peu pour s’éloigner du jeune homme, étant donné qu’il allait bientôt passer aux explications, normalement du moins. Elle plissa très légèrement les yeux pour tenter de déceler la moindre émotion avant cela, sans grand succès. Il  gardait cette expression ferme sur son visage de marbre. De quoi l’aider à comprendre ses réactions, tiens. Elle n’avait pas un petit moyen de l’énerver ou de le surprendre ? Cela pourrait l’aider à mieux le cerner. Car elle n’aimait apparemment pas ignorer les choses et ne pas comprendre les gens. Autre détail à noter, pensa-t-elle, distraite.

    « L’Enfer c’est le mot que les humains ont inventés, ici, on préfère à l’appeler ‘Le manoir des démons’ tout simplement. Et oui, je suis le maître et bâtisseur de ce lieu. Il y a un autre ‘monde’, à part la Cité des Anges, qui ressemble plus à une ville, leur chef se nomme Michael, le Roi des Anges. Elle est interdite d’accès aux personnes ici, mais, il y a une grande salle qui les entoure, pour y aller, il faut emprunter cette porte-ci. »

    Les mots de son interlocuteur la poussèrent à reprendre sa mine pensive pour se plonger dans une certaine réflexion. Donc, elle ne pouvait se rendre que dans ce Manoir et dans la pièce derrière la porte qu’il avait désigné. L’autre « Monde » était destiné aux Anges et certainement aux Hommes bienveillants, si elle ne se trompait pas dans son analyse. Mais pourquoi une règle aussi stupide avait été installé ? Même si Ange et Démon ne s’entendaient pas spécialement, ils n’avaient pas à se séparer de la sorte. Et il ne fallait pas parler de Guerre possible dans ce cas-là, car elle ne doutait pas un seul instant que cette Guerre aurait déjà éclaté s’ils l’avaient vraiment voulu. Bah. Elle poserait ce genre de questions plus tard. Pour le moment, il fallait qu’elle tente de comprendre un peu mieux sa situation. Ensuite elle verrait sur une situation plus générale et qui la concernait moins.

    L’adolescente remarqua alors de la surprise mêlée à un soupçon de colère passer dans le regard du démon. Ravie, son sourire devint plus que joueur et elle sautilla presque d’amusement. Elle avait réussi à le faire réagir ! Certes, visiblement pas dans le meilleur des sens, mais elle venait de prouver qu’il avait une faille ! Laquelle, difficile à dire. Néanmoins, elle ne posa pas de questions, trop contente d’avoir réussi à briser ne serait-ce qu’un instant le masque de pierre du Maître des lieux. Voilà qu’il prouvait que ce n’était ni un insensible, ni un… Roi, qui se fichait bien de ses sujets. Elle supposait que c’était une bonne nouvelle. Mais pas forcément pour elle, étant donné qu’elle venait de l’offenser pour elle ne savait quelle raison.

    « Bizarre ? Non, mais tu me sembles un peu trop impatiente. Ce corbeau est le tien. Il s’agit d’une sorte de guide pour que tu ne perdes pas, et tu peux envoyer des messages à d’autres, même jusqu’à la Cité. Cependant »

    Le sourire joueur laissa place à un autre ravi en entendant les premiers mots. Un peu trop impatiente ? Sûrement. A dire vrai, elle n’en avait cure. Parce que là, elle venait d’apprendre qu’elle avait à présent un petit oiseau de compagnie qui lui été offert gratuitement… Enfin, vraiment gratuitement ? A cette pensée, elle se figea et fixa Saytãn d’un air méfiant. C’était involontaire, mais elle s’accorda presque à la manière dont elle aurait dû réagir en entendant la suite :

    « Ces corbeaux sont mes bêtes. Si tu tentes de leur faire quelque mal que ce soit, tu périras dans la souffrance pas ma main. »

    L’aura du Démon s’était faite menaçante, écrasante, noire de menace, tout comme ses paroles. Sentant cette soudaine autorité s’imposer devant elle, la demoiselle se recroquevilla bien malgré elle et se fit toute petite, comme si elle s’attendait à se prendre un coup ou quelque chose dans ce genre là. Et heureusement pour elle, il n’en fut rien. Elle comprit cependant qu’elle avait intérêt à rattraper cette, hum… gaffe, si elle ne voulait pas s’attirer ses foudres. Elle lâcha donc le corbeau, qui se redressa et posa ses pattes griffues autour du bras qu’elle lui présenta ensuite en arborant un grand sourire. Allez, il lui offrait quand même un oiseau pour son arrivée. Elle n’allait pas laisser un petit avertissement de rien du tout –ou presque- lui plomber le moral, n’est-ce pas ?

    Bon, eh bien, excuse-moi Monsieur le Corbeau ! Et désolée de t’avoir vexé Saytãn, loin de là mon idée… Mais j’en suis quand même contente ! Tu viens de me prouver que t’es pas aussi insensible que tu le laisses croire !

    D’un ton triomphant, telle une gamine qui viendrait de gagner un jeu contre un adulte, elle s’était adressée gaiement au jeune homme avec cette même familiarité. Il en faudrait beaucoup, beaucoup plus pour l’intimider suffisamment et la pousser à le vouvoyer, voir même à le craindre comme elle l’aurait certainement dû. Elle ressentait malgré tout un certain respect vis-à-vis de lui, mais pas au point de changer d’attitude. Et puis, si ce n’était pas elle, qui serait là pour surprendre quelqu’un habitué à être totalement obéi et  à ce que ses sujets le vouvoient, lui obéissent au point de ne jamais l’outrer ? Pas grand monde !

    Luce posa à nouveau ses yeux sur le corbeau. Elle sentait déjà qu’ils allaient bien s’entendre. Enfin, qu’elle allait bien l’aimer, plutôt. Elle ignorait si ce serait réciproque, étant donné sa réaction première face à lui.

    Bon, comme maintenant tu m’appartiens, il te faut un nom… Crismon ! Ca sonne bien et c’est tout simple. Je ne risque pas de l’oublier avec ça. S’exclama-t-elle toute contente.

    Une fois ceci dit, elle invita d’un petit mouvement de l’épaule son nouveau compagnon à s’installer là, comme il l’avait précédemment fait avec le Maître des lieux. Il obéit sagement et en quelques coups d’elle se retrouva près de la tête de sa nouvelle maîtresse. Elle le regarda une fois de plus d’un air satisfait.

    Dis donc, c’est toi qui les dresse les corbeaux ? Ils sont drôlement obéissants ! Puis ils ont l’air plus intelligent que ceux que j’ai vu jusqu’à aujourd’hui… Enfin, j’dis ça, mais j’en ai pas vraiment de souvenirs concrets pour l’affirmer.

    L’espace de quelques secondes, la mine de la jeune fille s’assombrit alors qu’elle se rappelait déjà être amnésique. Mais ce ne fut que l’espace d’un instant, car elle ne tarda pas à reprendre sa bonne humeur et son ton joyeux, quoi qu’elle se montra soudainement intriguée :

    Mais, hum… Je dois faire quoi maintenant ?

    Certes la question n’était que peu précise, mais il n’y avait pas grand-chose à faire pour la rendre plus facile à comprendre. Ce qu’elle faisait là, c’est-à-dire la raison pour laquelle elle était en Enfer, elle s’en fichait pas mal, pour le moment du moins. Elle préférait comprendre ce qu’elle devait faire à présent… Essayer de vivre normalement ? Obéir aux ordres de Saytãn ? Elle l’ignorait totalement…
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer 'Saytãn'

King Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
 King    Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
avatar

Messages : 1422
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23


Vos Infos
Race: Créature Magique
Fonction : Chef du Manoir
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 35
Magie50
Armes42

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Mer 26 Juin - 19:11

    Saytãn était… Un peu de mauvaise humeur ? Jsute un peu dans ce cas, il n’allait pas la tuer parce qu’elle avait osé menacé son corbeau, mais il ferait attention, et puis il surveillait toujours ses petites bestioles de loin, il les nourrissait parfois et les cajolait comme s’ils étaient ses enfants. C’était les petites choses qui avaient toute son affection. Ses petits corbeaux qui le connaissaient depuis des milliers d’années et qui connaissaient la tristesse de leur maître plus que quiconque, plus que Michael et Alastryos. Non, elle e l’avait pas vexé, il ne l’était pas… Vexé, ça aurait été… Constester son autorité ? Non, il ne savait pas comment être vexé, il savait qu’il était puissant, et il n’était pas courant qu’un autre comme lui se pointe… Alors, si quelqu’un devrait le vexer, ce serait Michael. Mais, pourquoi son meilleur ami le vexerait-il ? il était trop gentil avec lui pour ça.

    « Je suis très loin d’être vexé. Et tu auras l’occasion de me connaître au fil des années et des siècles. »

    La seconde et dernière phrase, c’était la réaction à sa prétendue insensibilité. Il n’avait jamais dit ça… Il essayait juste de ne pas trembler ni faiblir en face de ces êtres humains, car, sinon, ils sauront ses faiblesses. Bien sûr tout le monde savait le règlement sur les corbeaux, mais personne n’osait l’enfreindre. Ils connaissaient tous Chikage comme étant un tortionnaire, le chef tortionnaire des enfers et ami de Saytãn, mais Saytãn avait une réputation encore pire en ce qui concernait le sadisme. Luce avait tremblé comme tous ces autres. Enfin, comme ceux qui le craignaient. C’était rassurant de voir qu’elle n’avait pas une si grande bouche qu’elle essayait de le prétendre, au moins il saurait comment régler s’il y avait un soucis avec elle. Luce nommait donc son corbeau. Elle avait l’air heureuse de l’avoir, tant mieux, ça veut dire qu’elle s’en occuperait bien. C’était, rassurant ça aussi. Ce n’était pas une mauvaise personne même si elle avait attérit ici.

    « Ce sont mes créations. Ils m’obéissent, mais ils ont aussi leur propre conscience, certains sont plus dociles que d’autres, ça dépend de son maître. »

    C’est qu’avec son délire sur les corbeaux, il faillit oublier l’essentiel, quelques autres indications qui lui permettraient de vivre ici et de ne pas se faire tuer par les démons, il fouilla dans sa poche pour lui tendre une clef puis une jolie bague argentée avec un une pièce ambrée sur le dessus qui allait bien avec son style et ses yeux.

    « Tiens, voici la clef de ta chambre que tu partageras avec deux personnes… Les deux prochaines à arriver au manoir. Et voici ta bague. Les démons ont des pouvoirs, et nous avons choisi avec Michael de donner un moyen aux humains pour se défendre en cas d’attaque. Tu apprendras vite à l’utiliser, cependant, tu ne dois pas la perdre, on ne peut pas en refaire de nouvelle, pareil si elle se brise. »



awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Jeu 27 Juin - 16:00


    La jeune fille caressa de ses longs doigts le plumage du corbeau avec une soudaine délicatesse, comme si elle avait peur de lui faire du mal. D’un certain côté, c’était le cas. Pourquoi ? Parce que l’avertissement du Démon, contrairement à ce qu’elle laissait paraître lui avait donner un de ces frissons mémorables qui rappelaient à quel point il fallait se méfier des gens capables de rayonner d’une aura aussi noire et menaçante. Elle supposait donc qu’il valait mieux l’avoir dans ses amis, voir même seulement dans ses alliés, plutôt que dans ses ennemis. Et ses paroles affirmaient sans nul doute que la dernière chose à faire avec lui était don cde faire du mal à ses… protégés, si elle osait les qualifier de cette façon. Et puis, qui sait, elle allait peut-être bien s’entendre au final avec Crismon ? Ce dernier semblait même apprécier les petites caresses qu’elle lui offrait, elle pouvait l’affirmer car il appuyait légèrement sa tête sur sa main lorsqu’elle lui gratouillait le cou. En fait, avoir un corbeau ici, c’était comme avoir un chat sur Terre, non ?

    « Je suis très loin d’être vexé. Et tu auras l’occasion de me connaître au fil des années et des siècles. »

    L’intéressée offrit un sourire plus pensif à son interlocuteur. Elle ne savait pas si elle devait en être heureuse ou déçue : autant elle était un peu plus sûre de ne pas partir sur un trop mauvais pied avec lui, autant elle se demandait de quelle manière on pouvait bien blesser sa fierté. Parce que le Maître des lieux avaient forcément une fierté, n’est-ce pas ? Il ne pouvait en être autrement lorsqu’on possédait une telle autorité et un tel pouvoir, supposa-t-elle.

    Ooh… Pourquoi tu étais si menaçant alors ?... Bah, peu importe. N’empêche que je doute que les siècles pourraient me permettre de te connaître d’avantage aussi facilement que je le voudrais ! Après tout, tu dois être très demandé et ne pas avoir beaucoup de temps à m’accorder, n’est-ce pas ? Demanda-t-elle, la mine songeuse.

    Dans sa tête passa quelques autres détails auquel elle aurait bien aimé ne pas penser. Elle parlait qu’il n’aurait pas beaucoup de temps pour elle, ce qui était tout à fait logique et compréhensible. Mais elle, elle allait faire comment une fois qu’il serait parti ? Elle ne connaissait vraiment personne et doutait de pouvoir demander de l’aide à ce jeune homme pour la présenter à tous ses compagnons démoniaques. Il allait falloir qu’elle se débrouille toute seule en attendant. Et en espérant qu’elle n’aurait pas trop de mal à s’intégrer ici. De toute manière, elle n’aurait pas le choix. C’était son nouveau chez elle, qu’elle le veuille ou non. Alors autant accepter rapidement cette idée et s’y adapter comme elle sentait qu’elle l’avait toujours fait jusqu’à présent.

    « Ce sont mes créations. Ils m’obéissent, mais ils ont aussi leur propre conscience, certains sont plus dociles que d’autres, ça dépend de son maître. »

    Sur ces paroles, les doigts de l’adolescente cessèrent de glisser entre les plumes noirs du corbeau alors qu’elle réfléchissait au sens exact de cette précision. Donc, s’il le souhaitait, le Démon pouvait se servir de cet oiseau et lui ordonner de l’espionner ? Oh, si cette hypothèse se confirmait, elle n’apprécierait absolument pas cela. Elle ne fit cependant aucune remarque à ce sujet. Il avait d’autres chats à fouetter, elle était loin d’être le centre du monde après tout.
    Après, il disait que le caractère de l’animal volant dépendant de celui de son maître. Donc… Elle supposait qu’elle devait être rancunière et obéissante, si elle se fiait vraiment à ces mots et au comportement premier de Crismon. Mais ces deux traits de sa personnalité restaient à vérifier malgré tout. Elle n’envierait cependant pas celui qui oserait subir sa vengeance. Quant à celui qui lui donnerait un jour des ordres… Elle se disait que cela devait dépendre de qui viendraient ces directives. Seul le futur lui confirmerait ou non cela.

    « Tiens, voici la clef de ta chambre que tu partageras avec deux personnes… Les deux prochaines à arriver au manoir.  Et voici ta bague. Les démons ont des pouvoirs, et nous avons choisi avec Michael de donner un moyen aux humains pour se défendre en cas d’attaque. Tu apprendras vite à l’utiliser, cependant, tu ne dois pas la perdre, on ne peut pas en refaire de nouvelle, pareil si elle se brise. »

    La demoiselle, perdue dans ses pensées, n’avait même pas remarqué que le Démon avait fouillé ses poches pour y sortir une clé et une bague en argent incrustée d’une pierre précieuse jaune aux reflets orangés. Elle prit ces deux objets entre les mains, portant le second au majeur de sa main droite. Elle l’observa ensuite longuement, alors qu’elle sentait quelque chose d’étrange se produire en elle puis comme sortir de son esprit pour l’entourer… Comme un genre de sphère à l’atmosphère étrange mais agréable pour elle. Elle plissa les yeux. Quel genre de pouvoirs pouvaient contenir cette bague… ?

    Que c’est rassurant de se savoir menacé par des Démons… Mais si j’en juge par tes paroles, je devrais être capable de me défendre maintenant. Mais elle donne quoi comme pouvoir cette bague ?

    Un sourire figé et énigmatique s’était inscrit sur son visage, lui-même assombri par un regard certainement trop pensif en cet instant même. Pendant ce temps, elle fit tourner l’air de rien le petit rond de fer qui tenait la clé autour de son index, la tête dans les nuages. Elle se posait soudainement beaucoup de questions. Des questions que ses lèvres brûlaient d’envie de poser. Elle les aurait bien toutes envoyé à la fois, mais cela n’aurait fait qu’embrouiller son interlocuteur. N’empêche que… Pourrait-il suivre ses questions et y répondre sans s’emmêler les pinceaux ? Ou peut-être lui arracherait-elle un petit froncement de sourcils quant tant d’interrogations. Elle ria à cette pensée, mais n’en fit rien et ne l’interpella finalement que pour une question, celle qui lui semblait pouvoir l’aider le plus à cet instant :

    Eh… Je peux savoir comment tu connais mon nom ? Tu t’es informé sur moi ? Tu sais ce que j’ai fait pour finir en Enfer ?

    Aussi surprenant que ce soit, ses pensées s’étaient aussitôt retournées vers son amnésie. Elle pensait qu’elle prendrait plus aisément ses repères ici si elle en savait plus sur elle-même, si elle réapprenait ce qu’elle avait vécu autrefois. Mais d’une certaine manière ce n’était pas si important… Elle ne pensait pas qu’on lui poserait des questions sur son passé, pas lorsqu’on était en Enfer. Elle ne savait quelles questions poser pour se repérer le mieux dans ce nouveau Monde. Elle se doutait cependant que le Maître des lieux n’aurait pas toute la journée à lui accorder pour répondre à mille et une questions qui seraient certainement pour lui sans intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer 'Saytãn'

King Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
 King    Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
avatar

Messages : 1422
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23


Vos Infos
Race: Créature Magique
Fonction : Chef du Manoir
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 35
Magie50
Armes42

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Ven 28 Juin - 12:25

    Elle lui demandait pourquoi il avait été si… Menaçant ? Elle n’avait pas compris pour ses corbeaux. Ils étaient ses amis. Oui, Saytãn était un ami des animaux, et alors ? On peut être un faux diable et aimer les animaux ? Il n’y a pas vraiment ici, des chats qui peuvent trainer, mais il y en a beaucoup à la cité des animaux… Ca lui manquerait presque. Mais il ne pourrait pas y faire un tour si facilement, parce que sinon tout le monde allait le savoir. Et pour certains anges, ou autres la cité ne serait plus rassurante si le roi de l’autre monde pouvait y entrer comme bon lui semblait non ? Dire que c’était chez lui aux premiers jours… Ca faisait longtemps, il y a cinq ou six milliers d’années de cela.

    Il trouvait tout de même ça bizarre que Luce veuille le connaître… Il avait fait quoi au juste pour qu’elle veuille le connaître ? C’était son air charismatique ? Il était le roi… Il dégageait quelque chose qui vous faisait vous incliner devant lui si vous étiez assez réceptif. Bref, il ne comprenait pas cette mentalité, mais ça l’intéressait. Elle ne pouvait pas avoir de mauvaises intention elle n’a que 15 ans… Cette pensée lui effleurait l’esprit… Oui, mais, il avait déjà vu plein de plus jeunes assez fous… Quoi qu’elle n’avait pas ce genre d’antécédents… Bon, il l’écouterait alors… Un peu… Et passerait du temps avec elle.

    « Mes corbeaux. Et je préfère parler avec quelqu’un qui souhaite me connaître plutôt que de ceux qui veulent profiter de mon influence. Et je trouve toujours du temps… Après tout nous sommes dans l’éternité. »

    Il était… un peu plus gentil ? En tout cas il était moins froid. Il serait presque content intérieurement, mais ceci il n’allait pas le montrer, pas à une nouvelle venue et pas comme ça, il avait une image à conserver. En privé, il serait plus enclin à sourire. Il la regardait pendre sa clef et sa bague. Oui, elle devait être intriguée, il avait l’habitude, elle allait sûrement lui poser des questions sur ce qu’elle pouvait faire… La question ne se fit pas longue à être posée, et il y répondit comme d’habitude, utilisant presque les mêmes mots.

    « C’est à toi de découvrir le pouvoir de ta bague. Je ne les connais pas tous. Il devrait te correspondre. En ce qui concerne de possibles attaques des démons, c’est… un peu comme dans ton ancien monde en sommes… Il y a des idiots partout. Mais tous les démons ne sont pas de mauvaises personnes, c’est la même chose pour les anges, ils sont bons, mais certains non. Il n’y a pas à les craindre. »

    Il disait maintenant cela à tous les nouveaux venus à cause de la réunion du conseil… Il devait lui aussi essayer d’apaiser ces tensions et faire même qu’elles n’existent pas, ce monde ne devait pas finir en guerre lui aussi…

    « J’ai quelques informations oui, mais c’est le conseil angéliques menés par les archanges qui décide quelle âme va où. En l’occurrence, toi tu es ici, et on m’a envoyé les informations sur toi pour que j’en sache un peu… »



awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Ven 28 Juin - 13:22


    « Mes corbeaux. Et je préfère parler avec quelqu’un qui souhaite me connaître plutôt que de ceux qui veulent profiter de mon influence. Et je trouve toujours du temps… Après tout nous sommes dans l’éternité. »

    La jeune fille fut tout à fait ravie par la réponse de son interlocuteur, quoi que n’ayant pas très bien compris ses premiers mots : « mes corbeaux ». Elle repassa la scène dans sa tête, repassa ses paroles… Ah ! Elle avait peut-être trouvé. C’était la perspective qu’elle fasse du mal à un de ses oiseaux qui l’avait tant énervé ? Elle n’en était pas certaine, et à dire vrai elle ne souhaitait pas s’étendre d’avantage sur ce sujet, étant donné qu’un autre plus intéressant à ses yeux avait été abordé. Elle répondit cependant avec un grand sourire satisfait à cette phrase :

    Alors je peux te rassurer, j’en ai rien à faire que tu sois le dernier des démons ou leur roi à tous ! Tu m’intrigues juste et j’ai envie de mieux te connaître !

    Vint ensuite sa question sur la bague, auquel le Démon répondit au tac à tac. Elle devina alors que ce qu’elle venait de dire était exactement la même interrogation que tous les autres nouveaux venus devaient poser. Elle se demandait si ce n’était pas ennuyant tout de même, de toujours répéter les mêmes choses, de toujours rencontrer des gens comme elle qui avaient besoin des mêmes réponses pour s’y retrouver dans ce nouvel univers dont elle ne connaissait strictement rien, ou presque. Du moins le peu qu’on le lui avait expliqué quelques minutes auparavant.

    « C’est à toi de découvrir le pouvoir de ta bague. Je ne les connais pas tous. Il devrait te correspondre. En ce qui concerne de possibles attaques des démons, c’est… un peu comme dans ton ancien monde en sommes… Il y a des idiots partout. Mais tous les démons ne sont pas de mauvaises personnes, c’est la même chose pour les anges, ils sont bons, mais certains non. Il n’y a pas à les craindre. »

    L’adolescente porta son index sur ses lèvres, les yeux levés vers le ciel et la mine réfléchie. D’accord, elle avait bien compris ce qu’il lui avait dit. Mais… Concernant le pouvoir de la bague, elle était extrêmement curieuse de savoir ce qu’elle pourrait en tirer. Quelque chose de surpuissant serait le bienvenu ! Pensa-t-elle, songeuse.
    Puis, le coup des démons gentils et des anges méchants, ça l’embrouillait un peu. Supposons donc. Il existerait des criminels bienveillants et des sauveurs tyranniques ? La théorie était un peu tirée par les cheveux et n’était pas facile à comprendre, mais elle imaginait qu’en effet, il devait exister tout type de personnes ici comme dans cette cité appartenant aux anges… Elle arrivait même à comprendre pour quelle raison on serait capable de tuer quelqu’un, par exemple. Tuer une personne pour en défendre une autre n’aurait rien de surprenant. Mais comment pouvait-on devenir un ange en ayant été méchant dans sa vie ? C’était surtout cela qu’elle n’arrivait pas à cerner correctement. Bah, au pire, ce n’était qu’un détail parmi tant d’autres. D’après ce qu’avait dit à plusieurs reprises le Maître des lieux : « elle avait l’éternité ». Assez de temps pour trouver des réponses à toutes les questions qu’elle se posait…

    Oh, je ne pense pas avoir quelque chose à craindre. Pour le moment du moins. Je n’ai pas d’ennemis à ce que je sache ! Et puis, je serais tellement forte qu’on osera pas toucher à un seul de mes cheveux ! Lança-t-elle en mimant quelques coups de poings, l’air amusée.

    Ensuite, Saytãn se décida à répondre à la question auquel la demoiselle attendait le plus impatiemment une réponse. C’est pourquoi elle l’écouta avec une attention toute particulière.

    « J’ai quelques informations oui, mais c’est le conseil angéliques menés par les archanges qui décide quelle âme va où. En l’occurrence, toi tu es ici, et on m’a envoyé les informations sur toi pour que j’en sache un peu… »
    Quel genre d’informations ? Tu peux me les donner ? Oh, et j’ai failli oublier le petit mot magie : s’il te plait ! Répondit-elle au tac à tac

    Pendant qu’elle parlait, Luce avait laissé l’espace d’un instant son regard s’assombrir. Quelles informations avait-on pu divulguer sur elle ? Son prénom certainement, mais après ? Son âge ? Ses origines ? Les causes de son arrivée ici ? Il y avait tant de possibilités qu’elle ne savait pas lesquelles seraient sélectionner par la suite. Et comme apparemment c’était ces fameux anges qui possédaient toutes ces informations, elle risquait d’être dans l’incapacité d’aller parler à l’un d’entre eux… Après tout, le Manoir et la Cité restaient deux lieux bien séparés, n’est-ce pas ?
    Elle réfléchit longuement. Elle pourrait violer deux ou trois règles si elle le devait. Elle n’hésiterait pas si c’était dans un but qui lui semblait juste. Oh que oui. Elle sentait que les lois, elle les respectait tant qu’elles lui convenaient. Et qu’elle n’aurait aucun problème à les enfreindre si besoin était. Néanmoins, ce n’était pas la meilleure chose à faire pour quelqu’un qui arrivait tout juste dans ce Monde. Elle serait mal vue par les Anges, qui refuseraient catégoriquement de lui faire une fleur en lui permettant de fouiller un peu son passé. Les Démons pourraient s’en prendre à elle en croyant qu’elle voulait simplement devenir une de ces entités ailés « du bien ». Non, à ce stade-là, cela lui apporterait bien trop de problèmes. Mais elle était loin de posséder une patience à toute épreuve. Elle n’aimerait pas rester amnésique trop longtemps, cela était certain. Alors, elle pouvait peut-être demander directement à voir ce dit Conseil Angélique afin de retrouver les archives de sa vie ? De toute évidence, cela durerait bien trop longtemps. Elle voyait déjà les tonnes de papiers à remplir, les justificatifs, et autre choses aussi ennuyantes les unes que les autres.

    Il ne lui restait pas trente-six solutions, de toute évidence.

    Saytãn… Tu as déjà eu affaire à un arrivant amnésique ?

    Elle remarqua qu’avoir une mine légère en posant une telle question n’était pas des plus aisés. Elle était même persuadée que le jeune homme se douterait de quelque chose face à une telle interrogation, même si au mieux elle préférait ne pas être forcée à lui révéler ce petit détail d’elle-même… Si elle voulait lui dire simplement, elle ne ferait aucun détour. Quoi que, ne pouvait-elle simplement pas le faire ? S’il acceptait de l’aider, ce serait une bonne chose. Mais pour le moment, elle voulait voir sa réaction face à ces mots, elle aviserait simplement par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer 'Saytãn'

King Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
 King    Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
avatar

Messages : 1422
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23


Vos Infos
Race: Créature Magique
Fonction : Chef du Manoir
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 35
Magie50
Armes42

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Ven 28 Juin - 14:16

    Elle voulait le… rassurer ? Bon, c’était comme elle voulait… Enfin, c’était toujours agréable de savoir qu’elle n’était pas une fille lèche botte non ? Il pourrait peut-être compter sur elle dans un futur… proche comme éloigné. Comme elle pourrait compter sur lui si elle avait un problème, après tout, il était là pour aider les gens ici tout de même, certains l’avait un peu oublié… Il n’était pas aussi méchant que selon les rumeurs. Il intriguait… un peu tout le monde, mais il aimait la franchise de cette nouvelle locataire. Son estime d’elle augmentait un peu… C’était tant mieux pour elle.

    « Sinon, je souhaiterais rajouter quelque chose. Vu que tu parles de Roi. Il y a une hiérarchie ici, je suis le plus haut gradé. Directement en dessous de moi il y a Alastryos, un démon supérieur de feu et le chef de ma garde qui assure la sécurité ici. Tu les rencontreras sûrement… Y’en a qui trainent souvent au salon. Autrement, il y a Yamiko, ma secrétaire, et Chikage, le chef Tortionnaire… Si tu es curieuse à propos de la cité je peux te raconter aussi. »

    Il n’allait pas lui raconter des trucs sur les anges si elle n’en avait pas envie, mais elle devait savoir des choses sur ce monde pour y vivre alors il n’allait pas laisser cette maintenant presque sympathique demoiselle. C’est presque un sourire qui s’affichait sur ses lèvres lorsqu’elle disait qu’elle allait gagner contre les démons… Contre certains débiles c’était bien possibles, mais ceux qui avaient plusieurs millénaires étaient… Bien plus coriaces…

    « A vrai dire je ne peux te donner ces informations. J’en ai que quelques unes… » Il se doutait que quelque chose n’allait pas… Ca arrivait … Parfois. Sa pensée fut affirmée lorsqu’elle posait la question. Cette jeune fille devait être amnésique oui, ça arrivait. « C’est donc ce que tu es donc ? Dans ce cas, oui, ça arrive, tu peux retrouver tes souvenirs au fur et à mesure ou jamais, sinon, tu peux aller dans la salle au troisième étage, dernière porte, tout au fond, elle peut te réveler ton passé sous forme de ‘film’ comme vous appelez ça chez vous. Mais aussi ceux des autre personnes parfois, fait bien attention à ce que tu peux y avoir. » Saytãn était intelligent oui, et puis, c’était pas bien difficile de deviner qu’elle l’était après ses deux questions.



awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Dim 30 Juin - 18:43

    La jeune fille prêta une oreille plus attentive à son interlocuteur lorsque celui-ci commença à lui expliquer un détail important. Son sourire s’effaça presque tant elle s’appliquait à retenir les prénoms qu’il cita. On ne savait jamais, cela pourrait lui servir. Et puis, si jamais elle se trouvait face à ces personnes citées, elle penserait certainement à se montrer un tout petit poil plus respectueuse. Mais vraiment un tout petit poil hein, parce qu’elle n’était décidemment pas très affectée par ce genre de hiérarchie…

    « Sinon, je souhaiterais rajouter quelque chose. Vu que tu parles de Roi. Il y a une hiérarchie ici, je suis le plus haut gradé. Directement en dessous de moi il y a Alastryos, un démon supérieur de feu et le chef de ma garde qui assure la sécurité ici. Tu les rencontreras sûrement… Y’en a qui traînent souvent au salon. Autrement, il y a Yamiko, ma secrétaire, et Chikage, le chef Tortionnaire… Si tu es curieuse à propos de la cité je peux te raconter aussi. »

    Alors. Alastryos, un Démon… supérieur –autrement quelqu’un dont il fallait se méfier si jamais elle le voyait comme un adversaire- du feu, chef de garde. Lui, il valait mieux ne pas l’offenser. Chef de garde, ce n’était certainement pas un titre donné à n’importe qui. Il devait savoir se battre, et pas qu’un peu. Et… pourquoi devrait-elle sûrement le rencontrer ? Etait-elle destinée à devenir un genre de garde ? Ou était-ce tout bêtement parce qu’il allait et venait régulièrement dans le Manoir, apparemment plus dans le salon ? Elle l’ignorait mais ne tarderais pas à poser la question.
    Yamiko, une secrétaire… Honnêtement, ce rang ne lui disait strictement rien. Elle n’avait aucun préjugé sur elle, si ce n’est que cette femme devait être drôlement bien organisée pour aider le Maître des lieux à diriger cet édifice moyenâgeux.
    En revanche, le Chikage, elle ne l’oublierait certainement pas. Oh que oui, elle était inconsciente, oh que oui elle était familière et se fichait pas mal de la hiérarchie. Mais pas au point de se montrer suicidaire. Ce genre de gars, elle les sentait comme de gros sadiques qui profiteraient de la moindre occasion pour faire souffrir les habitants de ce Monde. Grosse caricature ? Sans aucun doute. Mais dans l’instinct de survie, elle préférait être paranoïaque que morte à cause d’un petit détail foireux auquel elle n’avait pas fait attention en lui adressant la parole. En imaginant qu’elle ne tienne plus suffisamment à sa nouvelle vie pour le faire.

    Alors… Ala-machin, pourquoi je devais certainement le rencontrer ? Je dois rentrer à son service ou quelque chose comme ça ? Et, ce Chikage… Rassure-moi, ce n’est pas un gros sadique comme je l’imagine ? Demanda-t-elle d’un air suspicieux.

    Elle n’attendit que quelques secondes avant d’ajouter une petite précision quant à la proposition que le jeune homme lui avait faite :

    Oui, j’aimerais beaucoup en savoir plus à propos de la Cité ! Quitte à devenir un genre d’humain méchant, autant que je sache à quoi m’attendre face aux anges…

    Sur ces bonnes paroles dont l’origine provenait sans aucun doute de son instinct de survie mélangé à une goutte de préjugée et de paranoïa, elle se tut. Et puis, il fallait bien qu’elle laisse un peu parler le Démon. Elle lui avait également posé une question, et fut d’ailleurs à peine surprise lorsqu’elle comprit qu’il avait deviné qu’elle était elle-même amnésique. N’empêche que… Elle aurait pu être plus discrète, sur le coup. Elle aurait aussi bien pu partir de ce détail que cela n’aurait strictement rien changé. Néanmoins, elle ne regretta pas de se faire démasquer car il lui révéla une information des plus importantes… et alléchantes :

    « A vrai dire je ne peux te donner ces informations. J’en ai que quelques unes… C’est donc ce que tu es donc ? Dans ce cas, oui, ça arrive, tu peux retrouver tes souvenirs au fur et à mesure ou jamais, sinon, tu peux aller dans la salle au troisième étage, dernière porte, tout au fond, elle peut te révéler ton passé sous forme de ‘film’ comme vous appelez ça chez vous. Mais aussi ceux des autres personnes parfois, fait bien attention à ce que tu peux y avoir. »
    Merci beaucoup ! Pour un peu, je te prendrais dans mes bras… Mais je ne pense pas que cela convienne à Monsieur le Diable…! Répondit-elle au tac à tac avec un clin d’œil complice.

    Voilà qui était plus que satisfaisant. Dans peu de temps, elle pourrait se rendre à cette dite salle et y retrouver son… Hm… ‘film’, qui lui permettrait de se souvenir de ce qu’elle avait vécu jusqu’à sa mort. Et cela lui permettrait également de comprendre pour quelles raisons elle avait été envoyée chez les Démons... Elle ne se considérait pas comme quelqu’un de foncièrement méchante, pourtant. C’était bien pour cette raison qu’elle avait encore plus besoin de savoir ce qu’elle avait fait de si mauvais dans sa vie pour qu’elle finisse au Manoir. Oh, pas qu’elle soit déçue d’être ici, au contraire. Elle avait ainsi obtenu un joli corbeau bien bué sur lequel elle passerait –gentiment, cela va de soi- ses nerfs en cas de besoin. Même si elle se doutait qu’elle allait devoir faire attention de ce côté-là… Saytãn semblait très attaché à ses petits protégés. Alors si elle embêtait son corbeau, même en rigolant, elle préférait rester sur ses gardes.
    Quoi que le Démon ne lui paraissait pas non plus très cruel. A moins que ce ne soit un fin manipulateur et qu’il soit en train de l’embobiner pour qu’elle se montre plus encline à lui obéir par la suite ? C’était tiré par les cheveux mais tout a fait possible. Si c’était le cas, elle ne tarderait certainement pas à le découvrir… Et à se venger comme il se devait. Mais comme elle ne pensait pas que ce soit le cas en vue de la sympathie et de l’intrigue sincère qu’elle éprouvait à son égard, elle ne s’attarda pas sur cette étrange pensée et se concentra une fois encore sur ce qui l’entourait.

    Attendant la réponse de son interlocuteur plus ou moins patiemment, elle ne trouva rien de mieux à faire que de faire à nouveau quelques papouilles à Crismon, qui, elle était sûre, aurait ronronné comme un moteur s’il avait été un chat. Seulement, comme ce n’en était pas un, elle se contentait de lire les brèves émotions qui passait dans ses yeux d’argents…
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer 'Saytãn'

King Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
 King    Papa Vice ▬ MES CORBEAUX ♥
avatar

Messages : 1422
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23


Vos Infos
Race: Créature Magique
Fonction : Chef du Manoir
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 35
Magie50
Armes42

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   Lun 1 Juil - 17:48

    Saytãn avait dû mal dire ou expliquer quelque chose parce qu’elle posait une question bizarre. Si elle devait… rencontrer « Ala-machin ». Ouhla… Elle avait intérêt à ne pas l’appeler comme ça… Oui, surtout en vrai, en face, parce c’était pas qu’il soit susceptible le démon supérieur de feu… mais si un peu quand même… Fallait pas trop le chercher, et puis ne pas savoir prononcer son prénom, c’était un peu un manque de respect non ? Et puis… La parole sur Chikage, c’est bon, il ne pouvait qu’exploser de rire notre Saytãn, et c’est ce qu’il se passa, il se contenta de rire… Pauvre Luce, ne rencontre jamais Chikage.

    « C’est Alastryos. Je n’ai pas dis que tu devrais le rencontrer, mais que tu le rencontreras certainement quelque part dans le manoir. Saytãn pris quelques instant aussi pour le lui décrire, grand, cheveux rouges mi-long te une tenue un peu spéciale. C’était toujours ça de gagner pour elle non ? Et en ce qui concerne Chikage, si, il est vraiment sadique. Il a pour ordre de ne pas attaquer ceux qui n’ont rien fait… En général il ne me désobéi pas. Le en général, c’était pas vraiment rassurant, il ne fallait juste pas qu’elle aille le voir. Et il prit le temps de le décrire aussi, cheveux mi-long et blond, un katana a la taille et habillé de kimono…oh, et le regard de braise aussi, il mentionna en dernier. En ce qui concerne Chikage, c’est un incube. » En soit, c’était un très bel homme, il avait beaucoup de filles qui voulaient faire des… choses avec lui. Et, il ne fallait pas qu’elle prenne cela pour une invitation pour aller l’observer.

    Elle voulait ensuite en savoir un peu plus sur la Cité. C’était rassurant cette curiosité, parfois les gens en avaient rien à faire des anges, alors il finit par dire. « La citée est gouvernée par Michael. Celui directement en dessous de lui se nomme Luciel, le chef du conseil. Ceux qui choisissent où vont les humains qui meurent. Tu peux parfois croiser des anges ici, ce sont les missionnaires qui viennent apporter des messages à Alastryos ou moi-même. Sunao par exemple. Et les anges ne sont pas que des créatures toutes gentilles ou pures qui punissent et haïssent les démons. »

    Avec cela, l’explication sur la cité et l’enfer devait être terminée. Elle ne devrait plus avoir de question. Et voilà qu’elle le remerciait… Un peu trop joyeusement, mais bon, c’était déjà ça d’être remercié. Ca faisait longtemps d’ailleurs… Ca faisait du bien ? « Saytãn, je ne suis pas le Diable, il n’existe pas. » Finit-il tout de même par dire. Il savait qu’elle rigolait sûrement, mais il voulait mettre les choses au point avant. Tout en la regardant papouiller le corbeau, il lança un dernier « Bon et bien, je pense que j’ai fini, à une prochaine fois Luce. » Et il finit par remonter les escaliers, pour disparaître dans un des couloirs.


HRP : Et voilà tu peux vadrouiller maintenant ! =D



awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Welcome in Hell... • Saytän   

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome in Hell... • Saytän

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell :: Hall-