Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   Ven 28 Juin - 17:54

Le lever est bien dur aujourd’hui… Étrange. Et dire que d’habitude, Asakura est, dès le lever spontanée, heureuse, et pleine d’énergie. Aujourd’hui, elle fixait le plafond, la sueur lui perlant le front. Elle était comme fiévreuse, avec sa respiration haletante. Elle avait passé une mauvaise nuit. Cette nuit avait été remplie de cauchemars et, Apocalypse y était pour quelque chose. Apocalypse, s’était un peu son double maléfique qui sommeillait au fond d’elle-même. Asakura pourrait sans doute dire qu’Apocalypse la hantait, même si elle n’avait pas excessivement peur d’elle, seulement, Asakura détestait quand elle avait usage de ses pouvoirs, car, elle devait laisser son corps à sa double, ce qu’elle haïssait profondément . En fronçant les sourcils, Asakura se força à sauter de son lit, et devant son miroir se força à un beau sourire. Asakura coiffa ses beaux cheveux bleus, et se vêtue de son uniforme scolaire qu’elle avait gardé de sa vie d’avant. Puis, elle prit une jarretière, qu’elle mit à sa cuisse droite et y glissa son couteau Opinel. Afin qu’on ne voit pas la jarretière, Asakura lissa sa jupe de ses mains. Là, elle sortit de sa chambre en chantonnant. Pas question d’inquiéter les autres par ses cauchemars répétitifs venant qui plus est de son imagination. La jeune fille ne se séparait jamais de son couteau Opinel, par pure méfiance dirions-nous. Peu à peu, Asakura se dirigea vers le centre commercial, où elle rejoint ses deux amies. Elle sourit à celles-ci et s’installa près d’elle, sur des chaises d’un petit bar longeant le centre commercial. Ainsi, elles commencèrent à parler des derniers ragots ensemble. Les amies d’Asakura étaient composées d’Amy, jeune fille au caractère jovial, surexcitée, et très, très, bavarde. Elle portait deux longues couettes brunes sur les côtés et étaient surnommé la « Faucheuse de coeur» par son caractère séducteur mais infidèle. La seconde, se nommant Ayumi, était déjà plus calme qu’Amy, et était plus compréhensive et plus douce, même si, parfois, elle se laissait emporter par Amy. Elle avait un énorme succès auprès des garçons, même si elle ne s’en rendait pas compte. Elle portait une jolie tignasse brune, coupé en carré avec une tresse nouée sur le côté. Les trois amies parlèrent beaucoup, oh oui, mais Asakura ne laissa rien transparaître de sa nuit agitée, comme si elle n’avait jamais excitée. Puis, tout d’un coup, les deux amies d’Asakura abordèrent une discussion pour le moins étrange, Amy, excitée comme une puce dit à Ayumi, tandis qu’Asakura les regardaient en silence.
« Tu sais quoi ?
-Nooonnn ?
-Le jeu, tu sais… Eh ben devine quel nom de fille a été tiré au sort ? Asa’ ! Asakura ! NOTRE Asakura !
Voyant leur amie interloquée, Amy demanda à Asakura.
- Qu’est ce qui a Asa’ ? C’est l’émotion c’est ça ? T’as trop de la chance tu sais !
- Heu non… C’est... N’est pas ça, mais heu…
Ayumi coupa machinalement Asakura dans ses propos.
-Tu ne sais pas ce qu’est le jeu, c’est ça Asa’ ? –Asakura hocha la tête, muette; ça l'énervait qu'Ayumi sache lire en elle comme un livre ouvert; elle continua donc- Je vais t’expliquer, attends… En fait, le principe du « jeu » est simple… Un jour, un grand tirage a lieu, et pendant ce tirage, on tire non pas des nombres, comme au loto, mais… Des noms de jeunes filles ! Alors, parmi tous les hommes, le premier qui arrive à avoir un rencard avec la fille en question gagne un lot fabuleux d’après ce qu’on dit ! Même si on ne sait pas quel est le lot… C’est trop génial, t’as trop de la chance Asa’ !
Visiblement, Asakura était la seule personne à ne pas connaître le « jeu » à la Cité Angélique.
-Mais c’est débile ! Coupa presque immédiatement Asakura. Les garçons s’intéresseront juste à moi pour avoir un lot, c’est débile…
Les yeux des deux amies s’ouvrirent comme des soucoupes, ne comprenant pas le raisonnement ni la réaction de leur amie.
-Mais enfin Asa’ ! C’est une chance inestimable! Tu vas te faire aborder par pleins de garçons ! » Crièrent-elles en cœur.


En haussant les épaules et faisant la moue, Asakura les laissa faire, continuant dans leurs discussions très mouvementées quoique complètement futiles. Finalement, au bout d’une heure de discutions mouvementée –il paraîtrait même que Michael serait amoureux d’une fille !- Asakura laissa ses amies discuter entre elles, sous prétexte qu’elle avait à faire. En vérité, elle allait à la volière, voir sa colombe dont elle n’avait pas le temps de s’occuper. Sur le chemin, elle rencontra deux hommes, qui, tous deux, lui demandèrent un rendez-vous. La jeune fille ne savait pas comment ils savaient qu’elle était la fille qui avait été tiré au sort. Il est inutile de dire qu’Asakura refusait tous les rendez-vous, cependant, elle restait un peu avec les garçons pour discuter, pour faire du social mais ; la minute d’après, elle s’éloignait volontairement d’eux, afin d’être seule. Le social, c’est bien, mais trop, ce n’est pas bon. Au fond, ils venaient faire une déclaration à Asakura juste par intérêt, et, cela énervait profondément la jeune fille. Jouer avec les sentiments des gens est impitoyable. Heureusement qu’Amy et Ayumi avait été là, sinon Asakura n’aurait rien sut du « jeu » et n’aurait pas pu deviner les réelles intentions des hommes. C’en était désolant. Finalement, rejetant encore quelques rendez-vous d’hommes sur son chemin -avec tout le même traitement, cela va de soi-, la jeune japonaise arriva à la volière, où elle ferma la porte presque sèchement, énervée. Elle n’aimait pas qu’on joue avec les sentiments des autres, et encore moins avec ses sentiments. Là, sa colombe se dirigea vers elle, et se posa sur son épaule, ce qui eut pour effet d’apaiser sa colère. La jeune fille aux cheveux bleus câlina sa colombe de ses doigts délicats, et resta ainsi quelques minutes dans la volière, calmant sa rage. Puis, Asakura prit sa colombe entre ses doigts fins et la remit dans sa cage, avant de lui adresser un petit geste de la main et de repartir à contre-coeur. La japonaise repartit en chemin pour retrouver ses deux amies, quand elle se fit une nouvelle fois aborder par des hommes. Cinq pendant tout le temps du trajet. Asakura leur réserva le même sort qu’aux autres. Finalement, énervée, sans pour autant agresser ses prétendants, la jeune fille se détourna de son chemin pour aller ailleurs. Aveuglée par la rage, elle n’avait pas fait attention où elle allait. Ah, voilà que maintenant, elle regrettait amèrement de ne pas avoir pris sa colombe avec elle. Elle l’aurait apaisé. Finalement, la jeune japonaise traversa la colline, et se calma. Elle fixa la vue pendant quelques minutes puis, sentant encore un peu la colère monter en elle, elle descendit la colline à toute allure, s’enfonçant, sans s’en rendre compte, dans la forêt. Étrangement, sans vraiment savoir comment, Asakura arriva devant le lac bienfaisant. Elle se rappelait de ce qu’on lui avait dit, une fois « Le lac apparaît pour ceux dans le besoin. » Ah ? Pourtant, Asakura n’était pas dans le besoin, à ce qu’elle savait. Peut-être à cause d’Apocalypse ? Non, elle, ce n’est qu’un souci mineur, vraiment. La mine surprise, Asakura s’avança et toucha l’eau de ses doigts fins et blancs. Elle la trouva étonnement chaude, mais pas trop, juste à la bonne température. Finalement, avec un petit sourire, la japonaise enleva ses chaussures et ses chaussettes avant de baigner ses mollets dans l’eau cristalline. Fermant les yeux, elle essaya de calmer la colère qui montait encore en elle…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Saizou Kirigakure

Protecteur du Temple et Garde
  Protecteur du Temple et Garde
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 17/02/2013


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Garde de la cité et du temple
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 27
Magie20
Armes30

MessageSujet: Re: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   Dim 30 Juin - 15:30

    Aujourd’hui était un jour habituel pour Saizou… Hum… Quoi qu’un peu moins, il était en repos aujourd’hui, il ne devait pas se lever trop tôt pour aller surveiller, bien que cela l’inquiète toujours qu’il se passe quelque chose, cela ne le dérangeait pas du tout d’aller travailler, après tout, il n’était pas payé, il faisait cela pour protéger les gens ici, pour que tout se passe bien , mais aussi pour sa petite protégée, Mizuiro. Elle n’avait pas le temps des se protéger toute seule la demoiselle, il fallait qu’il fasse quelque chose pour elle.

    En ce moment, il était dans son temple, en sa compagnie, il buvait un thé. Et, voilà qu’elle était presque en train de lui crier dessus, mais gentiment, d’une façon mignonne, elle lui disait des choses comme « tu devrais te trouver quelqu’un ! ». Et elle l’informait sur un jeu à la cité aujourd’hui, une jeune femme avait vu son nom tiré, Asakura Hatsegawa. Okay, il ne la connaissait même pas. Mizuiro se contenta de la décrire un peu –disons qu’elle l’a déjà vue probablement avec de amies venir chercher des talismans… Moyenne, cheveux longs et bleus, l’air gentil… Ca n’allait pas l’avancer tout ça notre garde… Hum… Bon, il allait aller se promener pour arrêter d’entendre Mizuiro lui raconter des conneries sur l’amour et sur le fait qu’il devrait combler une jeune fille parce qu’il était très gentil quand on le connaissait un peu… Mouai… SI elle voulait. Elle lui refila même un bouquet de fleur « va la trouver ! » Saizou ne l’avait même jamais vue… Enfin, il l’avait sûrement croisée, elle devait peut-être même le connaître… Parce que physiquement le garde avait… Du succès ? Fallait dire qu’il était plutôt beau gosse et se promener avec une hallebarde dans le dos… Ca faisait son effet aux filles ? C’était possible, il ne comprenait pas cette logique, mais il prit tout de même le bouquet de fleur de Mizuiro, il l’aurait vexée sinon.

    Le voilà donc qui partait pour un endroit assez relaxant, et surtout, prometteur pour ne rencontrer personne en mal d’amour : le lac ! Il aimait se coucher devant le lac, sur l’herbe un peu fraîche et.. dormir. Oui, Dormir. Pas pour faire on ne sait quoi. Bref, il allait donc en direction du lac. Oh… Il y avait déjà quelqu’un, qui trempait ses pieds, une fille avec de longs cheveux bleus… Hum… non, ça ne pouvait pas être la fille qui venait d’être tirée au sort, elle ne devrait pas être dans un lac… Hum… Il tout cas, il lâcha un « Salut ? » On fait un peu plus polit, certes… Mais bon. Il ne s’en inquiéta pas plus et en profita pour s’asseoir sur l’herbe, à quelques mètres d’elle avant de s’y coucher pour regarder le soleil, posant le bouquet à coté de lui. Mizuiro et ses idées…

    HRP : Saizou #006699 et je marque jamais les paroles en ce qui me concerne x3 et j'espère que ça va comme rp '^' Mp moi au soucis.



Spoiler:
 

Saizou's fighting▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   Lun 1 Juil - 16:24

Alors que l’eau apaisante venait d’attendrir la colère de la jeune japonaise, des bruits de pas se firent entendre. Ouvrant ses yeux bleus vivement, Asakura tâta à travers sa jupe, sa jarretière ainsi que son couteau Opinel. Les pas se firent plus intenses encore, tandis que la jeune fille baissait sa tête comme pour se replier sur elle-même. Un homme se présenta alors dans les parages. Il était grand, par rapport à la jeune lycéenne. Il était même imposant, et musclé par-dessus tout. Tournant davantage son regard bleuté vers lui, Asakura put l’examiner encore. Elle le reconnut plus facilement quand il s’approcha, avec sa hallebarde. S’était Saizou, un garde. Amy bavait constamment sur lui, et récemment Ayumi s’y état mise aussi. Contrairement à elles, Asakura était complètement désintéressée sur l’Amour.  Peut-être par manque de maturité, ou peut-être parce qu’elle l’était plus qu’elles, on ne sait pas vraiment. Elle s’imaginait dire à ses amies qu’elle avait croisé le beau garde, assurément, elles en seraient vertes ! Le visage de la jeune fille se durcit lorsqu’elle vit le garde porter un bouquet de fleur. Ainsi, il était donc comme tous les autres hommes ? Complètement désintéressés de l’Amour mais plutôt par le fabuleux lot ? Elle le dirait à ses copines ça aussi, en fait, Saizou ne valait pas mieux que les autres. La jeune japonaise serra ses dents, sentant la rage revenir en elle. S’attendant à ce que le jeune homme vienne l’aborder, elle se prépara mentalement. En effet, il s’adressa bien à elle, dans « Salut » très peu poli. Un autre point négatif à parler avec ses amies. Pas très gentleman en somme. Puis, il vient se poser dans l’herbe, non loin de la demoiselle. Et posa son bouquet de fleur à côté de lui. Asakura ne comprenait pas… A moins que le bouquet de fleur ne soit pas pour elle, mais pour une autre fille ? Ah ! Enfin une bonne nouvelle, soulagement. Enfin quelqu’un qui ne s’occupait pas d’elle ! En plus, si Amy et Ayumi savaient que Saizou avait une petite copine, elles arrêteraient de casser les pieds à Asakura. En fin de compte, ça fait deux bonnes nouvelles. Asakura soupira de bonheur et de soulagement. La japonaise posa son regard sur l’eau, trempant toujours ses mollets dans celle-ci. Silence. Les minutes passèrent alors que rien ne se passait. A plusieurs reprises, Asakura jeta vivement son regard sur le bouquet de fleur, mais rien ne se passa. Il n’avait pas bouger, idem pour Saizou. La jeune japonaise ne comprenait pas, si s’était un rendez-vous amoureux, la petite amie de Saizou devrait déjà être arrivée depuis longtemps. Ou alors, Saizou était très en avance, ce qui était très improbable. En revanche, si ce n’était pas pour la raison de la petite amie, quel intérêt pour Saizou d’apporter un bouquet de fleur ? A moins…  Qu’il n’est pas reconnu Asakura ! Ah, le rêve ! C’est parfait ! A ce moment précis, une idée germa dans l’esprit dans la jeune fille. Un léger sourire aux lèvres, la japonaise sortit de l’eau, remit ses chaussure, et se dirigea froidement vers Saizou, lui répondant ainsi :

« Bonjour. »

C’est en s’approchant de celui-ci qu’Asakura se sentit étrangement troublée. Sûrement par la taille de Saizou pensa-t-elle. Il dormait, ou du moins, semblait dormir. L’herbe ondulait à la force du vent. On aurait dit qu’il était dans un berceau douillet. Asakura le regarda longtemps, dans le silence complet. Puis, la jeune fille, méfiante attrapa le bouquet de ses doigts délicats. Elle jeta un dernier regard vers le dénommé Saizou avant de regarder de plus près le bouquet, qui non sans dire, était magnifique. Il était remplit de multiples couleurs aussi belles les unes que les autres. Légèrement, Asakura renifla le bouquet, se cachant ainsi derrière les fleurs, voulant absolument se cacher de Saizou. Seulement, la méfiance de la japonaise l’en empêcha. Quelque chose la troublait, et ça émanait de lui, Saizou, elle en était sûre. Finalement, Asakura reposa le bouquet près de l’homme et finit par déclarer, en s’éloignant légèrement de Saizou par pure méfiance.

« Ce bouquet est magnifique… Il est pour qui ? »

Oui, Asakura essayait de faire du social, mais autant vous dire que s’était pas gagné, surtout avec elle. Surtout que, dans la mesure où elle essayait de se sociabiliser, elle allait quitter le dénommé Saizou d’une minute à l’autre si elle le trouvait trop futile, ou trop… Débile. S’était vraiment pas gagné. A moins que le dénommé Saizou soit convenable et gentil, mais ce n’est pas prouvé non plus. Oh ! Et voilà que maintenant Asakura regrettait d’être venu parler à ce Saizou. Elle aurait mieux fait de rester là-bas, à se baigner. Et tandis que les oiseaux chantaient, Asakura regretta amèrement son geste et ses paroles.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Saizou Kirigakure

Protecteur du Temple et Garde
  Protecteur du Temple et Garde
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 17/02/2013


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Garde de la cité et du temple
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 27
Magie20
Armes30

MessageSujet: Re: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   Lun 1 Juil - 17:24

    Saizou était juste… Tranquillement couché dans son herbe… Il n’y avait pas que Asakura qui avait les cheveux bleus non ? il y avait d’autres personnes… Et sérieusement, donner un bouquet à une fille qu’il ne connaissait pas… Non en fait, déjà donner un bouquet à une fille c’était pas son truc. A la limite, à Mizuiro, mais c’était pas une fille ça, c’était juste, Mizuiro, sa meilleure amie sa confidente, et voilà tout… Bien sûr que si elle était féminine, mais il y avait un écart entre « fille » et Mizuiro quoi… Enfin, il réfléchissait trop sans doute…

    Elle lui répondait aussi, par un jour, elle avait l’air plus polie que lui. Elle allait vers lui.. Mais il avait déjà les yeux fermés, il ne la regardait plus vraiment, il ne regardait rien, il était juste calme, il sentait se pas, mais c’est pas comme si elle allait l’attaquer ? Rah, cette méfiance, elle n’était qu’une petite fille… Enfin, elle pouvait avoir des milliers d’années si ça se trouve, il était bien vieux lui aussi déjà… Il entendait des bruits à coté de lui… Elle était en train de faire quoi au juste ? Bon… Tant qu’elle ne tuait pas son bouquet… Et puis, à quoi bon devoir offrir un bouquet à une inconnue… C’était stupide. Elle finit par lui demander pour qui était ce bouquet… Oh bah tient… Elle était intéressée elle aussi ? Saizou ne voulait pas d’une fille qui lui tourne autour… Bon, il leur parlait, mais il restait froid avec un peu tout le monde, méthodique et professionnel. Il n’y avait qu’avec Mizuiro qu’il parlait un peu plus que ça… Enfin, fallait dire que ça lui arrivai qu’elle lui saute dessus aussi – au sens propre- donc, avoir une autre attitude avec elle était obligatoire.

    « Ah ça ? Il finit par ouvrir ses yeux océans pour la regarder. C’est Mizuiro, la Miko qui me l’a donné. Elle veut que je l’offre à la fille qui a été tirée au sort… Sauf que je ne la connais pas et que l’amour n’est pas ma priorité. » Il avait dit cela d’une manière assez blasée, et peut-être même vexé, mais, c’était gentiment vexé…

    HRP : C'est pas grave si tu as pas le temps de te relire :)



Spoiler:
 

Saizou's fighting▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   Mer 3 Juil - 14:56

Il était si calme. Si paisible. Rien ne semblait tracasser le jeune Saizou. Si s’était un gros nounours, Asakura n’aurait pas hésité à lui faire un gros câlin. Mais s’était un homme. Et une victime d’Amy qui plus est. Alors, Asakura ne voulait pas faire de peine à son amie, essaya de rester très neutre envers Saizou, ne voulant pas le séduire ni avoir trop de contact avec celui-ci. Finalement, la jeune fille, le plus délicatement et discrètement possible, posa le  bouquet à sa place, c’est-à-dire à côté de Saizou. Sur un ton froid, assez professionnel, Saizou finit par répondre en ouvrant ses magnifiques prunelles bleutées. Lorsqu’elles se posèrent sur la jeune japonaise, celle-ci se recula encore, quelque peu troublée, voulant s’échapper de ce regard qu’Amy convoitait tant. Ce qui la bloquait complètement, s’était Amy. Même si elle savait qu’Amy se lasserait probablement de Saizou à un moment, elle ne pouvait pas s’empêcher de penser à elle. Elle ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’Amy désirait Saizou, et qu’ainsi, de ce fait, Asakura ne devait avoir de contact avec le jeune homme. Soit, ce n’était pas un problème.  Mizuiro la Miko ? Ah oui ! Mizuiro ! Le visage de cette jeune fille aussi gentille vint dans la tête de la japonaise. Asakura se rappelait parfaitement de cette journée où avec ses deux acolytes inséparables –Amy et Ayumi-  elle était venue chercher des talismans.  D’ailleurs, elle avait toujours son talisman, il était dans sa chambre. Ainsi, la miko et Saizou étaient amis ? Voire même plus ? Intéressant…  Mais ce qui était encore plus intéressant, s’était ce que disait Saizou juste après. Alors comme ça, il n’était pas intéressé par l’amour ? Si Asakura n’était pas aussi méfiante, elle lui aurait déjà sauté dessus et aurait criée de joie. En temps normal, elle faisait ça, du moins. Quand elle était avec ses amies.  Sauf que là, méfiance oblige. Alors, Asakura ne fit qu’écarquiller légèrement ses yeux et feindre un mince sourire. Un problème se posa alors… Dire qui elle est vraiment ou feignait l’ignorance ? Elle ne voulait pas causer de gêne à son interlocuteur… Croisant ses mains derrière son dos, la jeune fille tourna sur elle-même et repartit  en direction du lac pour se baigner, limitant ainsi la conversation avec le dénommé Saizou. Là, sur le rivage, elle enleva ses chaussures et ses chaussettes. Puis, elle glissa ses membres dans l’eau chaude. Finalement, elle finit par répondre lentement, choisissant soigneusement ses mots et étant retourné, dos au jeune homme.

« Je suis Asakura Hatsegawa, la jeune fille tiré au sort. Pour son plus grand malheur. »

Finit-elle par rajouter. Serrant ses dents et ses poings, elle essaya une nouvelle fois de contenir sa colère contre les prétendants, aussi futiles les uns que les autres.  Elle frappa de son poing contre l’eau qui lui gicla légèrement au visage. La poitrine se soulevant au rythme de sa respiration irrégulière, Asakura réussit peu à peu à dompter sa colère. En un soupir, elle expulsa toutes ses émotions. C’est alors qu’un bruit sourd vient capter l’attention de la jeune fille. Son couteau, avait glissé de sa jarretière et était tombé dans l’eau. Là, il glissa jusqu’au centre du lac, où l’eau est la plus profonde. Embêtée, Asakura songea d’abord à laisser le couteau où il était, mais elle ne s’en séparait jamais habituellement, alors ce n’est pas maintenant qu’elle allait s’en séparer. Se sentant complètement, totalement, absolument désarmée, la japonaise revint sur la rive et s’écroula presque par terre, assisse sur le rivage de l’eau et dos à Saizou. Qu’allait-elle faire maintenant? S’était tellement humiliant. Asakura cacha finalement ses yeux sous ses mains, réfléchissant, encore et encore… Comment récupérer son couteau sans demander de l'aide à qui que ce soit?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Saizou Kirigakure

Protecteur du Temple et Garde
  Protecteur du Temple et Garde
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 17/02/2013


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Garde de la cité et du temple
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 27
Magie20
Armes30

MessageSujet: Re: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   Dim 7 Juil - 20:32

    Saizou lui avait dit que c’était Mizuiro qui lui avait donné ce bouquet, à la tête qu’elle faisait, elle avait l’air de la connaitre. Elle se demandait si elles étaient amies toutes les deux. C’était bien possible, Mizuiro était amie avec tout le monde et connaissait beaucoup certaines personnes qui venaient parfois se confier à elle, elle était une miko et elle écoutait les gens. Et, c’était Saizou qui écoutait Mizuiro. Il regardait l’inconnue qui finalement allait vers le lac. Bon, de toute façon ce n’était pas comme si sa présence ou sa non présence allait le déranger.

    C’est alors qu’elle lui avoua… Quelque chose à laquelle il ne s’attendait pas. Elle était la fille qui avait été tirée au sort. Et bien, si ça c’était pas une coincidence, il était venu ici pour ne pas la croiser, et finalement il la voyait. Enfin, ce n’était peut-être pas une si mauvaise rencontre, il s’était trompé, elle était sans doute venue chercher le calme, apparemment ça ne l’intérressait pas et il comprenait. Il n’aurait pas aimé que l’inverse se passe. Du coup, il ne savait pas… Il devrait lui donner le bouquet de fleur ? Ou pas ?

    « Saizou. Je suis Kirigakure Saizou. Un des gardes de la Cité. et comme il ne savait pas quoi faire, il finit par lui poser la question. Tu le veux, ce bouquet ? »

    Oui, Saizou n’était pas très habile, mais si elle le voulait il lui offrirait. Il ne savait pas qu’elle connaissait déjà son nom, mais, il restait tout de même assez poli pour se présenter. Il entendit un espèce de.. bruit d’eau ? Puis un « plouf » pour voir son couteau s’enfoncer dans l’eau. Elle avait l’air… assez bizarre ? Saizou se levait, soupirant un peu, il allait vers elle et enleva son arme avec la lanière de cuir et planta le tout dans l’herbe, avant d’enlever son étole en cuir, de la poser sur le manche et de faire pareil pour son haut. « Surveille-ça tu veux ? » C’est donc torse-nu et en pantalon qu’il rentrait dans le lac, et il regardait, mettait un peu le début de la tête sous l’eau, ou pouvoir se trouver cet objet. Sentant quelque chose sous son pied, il tendit la main pour prendre la petite. Il était trempé jusqu’au ventre, et ses cheveux étaient un peu humide, son pantalon était devenu assez collant. Il sortit ensuite pour lui tendre le couteau. « C’est ça que tu as laissé tomber ? » Quel… homme sexy !




/O/ FANGIRLISME.



Spoiler:
 

Saizou's fighting▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   Ven 12 Juil - 12:00

L’horrible confirmation arrivait. Si ça trouve, ce n’était pas Saizou, Asakura était sauvée, elle aurait pu se conduire comme bon lui semblait sans se préoccuper d’Amy. Le seul problème, c’était qu’Asakura avait la certitude qu’à 90 % l’homme qui se tenait devant elle était le fameux garde. Asakura ferma ses prunelles bleues pendant quelques minutes semblant réfléchir. Malheureusement, le sort en fut autrement. L’homme devant elle était bel et bien Saizou. Ah, non ! Asakura soupira en levant les yeux au ciel, l’air malheureux. Ce n’est pas vrai, ça n’arrivait qu’à elle. Puis, il posa la question de vouloir ou non le bouquet. A vrai dire, la jeune japonaise ne savait pas trop. Elle l’aurait volontiers pris pour Amy, mais si elle le prenait, Saizou penserait qu’elle serait intéressée par lui, ce qui était faux ! Bon, tant pis, Asakura le refuserait poliment, comme elle a toujours su le faire.

« Heu, non, merci quand même… Mais j’ai déjà assez de bouquet à la maison… »
Puis, son couteau tomba. Allez, on enchaîne ! Elle poussa un second soupir, désespérée. Et stressée. Sans son couteau, elle devenait très nerveuse, un sentiment d’insécurité l’envahissait ; tandis qu’elle voyait son couteau dévaler le lac à toute vitesse jusqu’à son centre. Asakura se brisait intérieurement. C’est fou, comme juste la perte d’une arme peut vous faire ressentir des émotions. Asakura se remit au bord de l’eau, quand elle entendit un bruit venant de derrière elle. Sur le vif –encore plus qu’habituellement, avec son couteau-, la japonaise se retourna rapidement. Qu- ? Qu’est ce qui se passait ? Bon sang ! Voilà que Saizou enlevait son haut, et, torse-nu allait dans l’eau. Il adressa quelques mots à Asakura avant d’aller dans l’eau.

« Oui… » Dit Asakura presque dans un chuchotement. Elle jeta un regard à tout ce qu’il avait laissé par terre, et occasionnellement à ce qu’elle devait surveiller. Il y avait, bien sûr, son arme, avec ce qui semblait être une étole, en cuir. Il y avait aussi le T-Shirt de Saizou. Inutile de dire que si Amy était là, elle se serait jetée comme une fangirl sur le T-shirt du garde. Puis, la japonaise reposa son regard sur Saizou. Là, elle le voyait, avec son torse bien musclé… D’un visage crispé et froid, elle pensa intérieurement en elle, répétant dans sa tête « Pardonne-moi Amy, pardonne moi Amy, pardonne-moi… ». Elle le voyait, se penchant et touchant presque l’eau de son visage froid. Puis, il saisit l’objet et revint sur ses pas, en tendant le couteau vers Asakura. Oh mon dieu. Soulagement. La japonaise fixa le couteau dans la main de Saizou. Ah… Son regard venait de se poser, inconsciemment, sur le pantalon mouillé et collant à la peau du jeune homme. Puis, il remonta sur son torse impeccablement musclé et mouillé. La japonaise cligna plusieurs fois des yeux. C’était juste impossible de décoller son regard de la musculature de Saizou. Bon sang, en plus d’être déjà troublée par la présence de Saizou, là, en regardant son torse, elle avait l’impression d’être une perverse. La sortant de ses pensées, le garde lui demanda si c’était ça qu’elle avait fait tomber. Oui, c’était bel et bien ça, son couteau chéri. Son regard se posa sur son couteau qu’il lui tendait. Dans un soupir de bonheur et de soulagement, Asakura prit le couteau dans la paume de Saizou, la touchant, et enlevant sa main aussitôt après. Puis, elle retroussa sa jupe et glissa son couteau à l’intérieur de sa jarretière, dévoilant ainsi, un peu plus sa jambe droite. La seconde d’après, le couteau rangé, elle lissa sa jupe et la remit droite, normalement. Enfin, le plus poliment possible, de son ton neutre et habituel, en faisant une petite révérence japonaise, Asakura dit :
« Arigatou gozaimasu. »
Et voilà, ce fut tout. Puis, adressant un dernier regard au garde, la japonaise se détourna, et, d’un pas léger, alla dans l’herbe. Dans celle-ci, elle se coucha, fixant le ciel bleuté. Et laissant aussi Saizou en plan dans l’eau, occasionnellement. Là, elle ferma ses jolies prunelles bleues avant de se laisser emporter dans les bras de morphée.  Elle tâtonna une dernière fois son couteau à travers sa jupe avant de s’endormir définitivement. La seule chose qu’elle avait oublié, c’était Apocalypse. Il lui fallut plusieurs minutes avant de tomber réellement dans les rêves. Aussi le silence s’installa. Peu à peu, on pouvait commencer à voir quelque chose. Il faisait entièrement noir. Des sortes d’éclairs multicolores allumaient l’espèce de pièce dans laquelle Asakura se trouvait. Des cris viennent faire sursauter Asakura, et là, au loin… Une jeune fille aux cheveux bleus, sort de la pénombre. Dans sa main droite, elle tient un couteau, et sur son visage, déformé par un sourire carnassier, des tâches pourpres de sang. Un œil rouge se dessine sur sa face, tandis que l’autre est bleu. Elle marche lentement, mais elle s’approche rapidement. Apocalypse est là. Asakura se détourne et cours, c’est tout ce qui lui reste à faire, comme dans tous ces cauchemars. Elle saute, tombe, dans ce monde sans dimension. Elle ne distingue pas le sol du plafond, tout est noir. Apocalypse se téléporte, la nargue en arrivant devant elle. Le cœur battant, la japonaise se détourne et tourne dans le sens contraire. Un grand bruit, un grand fracas. De la lumière. Asakura ouvre les yeux. Un cauchemar. Ce n’était rien d’autre qu’un cauchemar. Portant sa main à son front, elle regarda les oiseaux s’envoler brusquement au loin, comme apeurés par quelqu’un… Ou quelque chose. Il se peut que ce bruit qui l’ai réveillé soit de cette personne ?
Revenir en haut Aller en bas
Saizou Kirigakure

Protecteur du Temple et Garde
  Protecteur du Temple et Garde
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 17/02/2013


Vos Infos
Race: Archange
Fonction : Garde de la cité et du temple
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 27
Magie20
Armes30

MessageSujet: Re: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   Ven 12 Juil - 17:43

    C’était donc torse-nu que Saizou était en train de passer le petit couteau à Asakura. Il se demandait comment elle pouvait vraiment se défendre avec quelque chose comme ça. Face à l’épée de Saizou par exemple, c’était complètement inutile. Enfin Saizou n’allait pas l’attaquer évidemment, ce n’était qu’un exemple voyons, pourquoi ferait-il cela ? Il était trempé, il y avait un peu de terre dessus, mais il fut vite nettoyé. Elle le remettait ensuite dans sa poche, soulevant un peu sa jupe. Non, il ne regardait pas. Il s’en fichait. Menfoutisme, il avait déjà fait le coup à Mizuiro, et pour un bon combattant, il s’était prit la raclée de sa vie. Elle lui avait l’air assez timide et il ne comprenait pas pourquoi, mais bon. Et puis en plus, la fille l’observait vraiment. Elle avait du mal à retourner son regard de son torse. Il était si beau que ça ? Pourtant, il faisait tout pour ne pas attirer les filles… Oui, physiquement il s’entretenait depuis des années, et il était froid avec les gens, pourquoi les filles le voulaient ? C’était à se demander…

    Voilà qu’elle s’inclinait, tout en le remerciant d’une manière assez formelle. Toujours torse-nu d’ailleurs, il leva la main pour lui dire que c’était bon et rajouta « Ce n’est rien, mais fait attention à tes affaires, ce n’est pas vraiment un bon emplacement. Et puis, on ne risque pas de t’attaquer à la cité. » Après ce trop pleins de paroles, il prit son épée et ses habits, et il allait la planter plus loin à un mètre ou deux du bord de l’eau pour s’y allonger. Il veillait sur la cité avec les autres gardes, le conseil aussi parfois, et d’autres archanges. Il n’y avait aucune raison de s’inquiéter d’une attaque. Même des démons, les gens qui venaient étaient des personnes choisies méticuleuses, même s’il y avait toujours un risque, venant de tout le monde, c’était pour cela qu’ils étaient là.

    Saizou ne prenait pas la peine de se rhabillé, il était trempé, il allait attendre de sécher un peu. Vous trouverez que c’était un peu stupide de n’avoir pas enlevé le pantalon, il l’aurait fait mais… Hum… Il était quand même respectueux de la fille qui se trouvait là. Déjà qu’elle était en train de scruter son torse, alors imaginez… En bas. Bref. Passons sur cette discussion intéressante pour se rencontrer sur ce que faisait le bourreau des cœurs. Il regardait son bouquet de fleur, elle l’avait refusé, en même temps, il ne fallait pas dire qu’il l’avait donné d’une manière très.. Hum… Normale ? Au pire il irait les planter ! Enfin non quoi que c’était pas trop son style… Plus tard, il l’entendait un peu brailler et lorsqu’elle se réveilla, il lui dit.

    « Tu vas bien gamine ? »



Spoiler:
 

Saizou's fighting▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jouer avec les sentiments des autres est cruel. Très cruel. [PV Saizou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» KIKI VEUT JOUER AVEC MOI~
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
» A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell :: Le lac bienfaisant-