Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Juste un peu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Juste un peu   Mar 19 Aoû - 7:03

Aussi vrai que le plus grand des guerriers a aussi besoin de repos, que le plus cruel des meurtriers est capable d’aimer, le chaos apprécie également le calme…parfois.
Ayumi, lassée de voir des imbéciles agiter un bâton en clamant haut et fort qu’ils s’entraînaient dur et progressaient de manière fulgurante, avait pris la sage décision de s‘isoler, confiant –comme bien trop souvent- le reste à son adjoint. Ce dernier faisait preuve d’une loyauté envers sa personne dépassant toute celle de ses disciples jamais eu, et il détenait pour un esprit aussi embrasé et méticuleux que le sien une patience à toute épreuve ; ce qui était probablement la principale qualité qu’elle reconnaissait chez lui, en plus de celle d’être un excellent combattant particulièrement motivé. Pour cela, elle le respectait et l’avait gratifié du rang d’adjoint. Celui-ci était probablement la seule personne que la jeune fille tolérait à ses côtés et qui pouvait se permettre de déblatérer un monologue voire même de lui suggérer un conseil sans qu’elle ne le fît irrémédiablement taire sur le champ ; sans doute à cause de son cocktail d’hybride tigré. Il existait donc entre eux un solide lien de confiance malgré le fait qu’ils ne connaissaient –ou du moins lui- pratiquement rien de l’autre. Après tout, ils n’étaient pas amis ni amants mais ils partageaient la seule affiliation qui –pour n’importe quel guerrier honorable- se devait d’être éternelle, celle d’un maître et de son disciple. C’était bien pour cette raison qu’elle ne reconnaissait que très peu de personnes comme ses apprentis et ces derniers devaient très certainement se compter sur les doigts d’une main. Cependant beaucoup d’adeptes n’avaient pas suffisamment d’esprit pour constater le dédain qu’elle avait pour eux, et clamaient avec fierté être « le disciple du cavalier de la guerre », bien que cela la répugnait, elle laissait dire, souffrant cette insulte pour servir une meilleure cause : sa stratégie. Après tout un disciple qui admire son maître et qui ne cherche pas à l’éliminer, s’avère être un très bon protecteur ou à défaut de la simple chair à canon et ça…. La Guerre savait combien cela était précieux.

Son adjoint Fangs, c’est ainsi qu’elle l’avait renommé alors qu’il reniait son propre nom, s’était octroyé la mission de soulager la corvée à son aînée en prenant sur lui les entraînements, permettant ainsi à Ayumi de rester à observer et d’intervenir à son gré, ce qu’elle faisait lorsqu’elle repérait un quelconque potentiel, se concentrant d’ailleurs uniquement sur celui-ci, délaissant le reste qui ne méritait pas son attention. Néanmoins, il lui arrivait de diriger elle-même certains exercices, notamment lorsqu’il s’agissait de remettre à sa place quelques petits prétentieux en leur démontrant à quel point ils ne pouvaient qu’espérer frôler la cheville de certains de leurs camarades, et puis il y avait les Shiai, les jeux, les combats, qu’importe l’appellation, cette partie lui était bien souvent réservée et Fangs, lui, servait de catalyseur afin d’éviter qu’elle ne fasse un tri trop radicale parmi les élèves.

Allongée, le regard rivé vers un ciel déclinant vers les obscurités, Ayumi se demandait comment elle en était arrivée là. Pourquoi devait-elle se retenir de tuer ces faibles ? Pourquoi Fangs devait-il perdre du temps avec eux ? Pourquoi les démons et les anges se côtoyaient insoucieusement ? Pourquoi était-elle cantonnée à ce monde ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Elle sentait la frustration la ronger jour après jour, elle sentait ce vide la dévorer, la folie ne désirait que l’emporter et elle ne souhaitait que de s’y laisser bercer…. Mais il fallait encore attendre, un peu, juste encore un peu,  juste assez, elle était si proche de la fin. Sa stratégie finirait par voir le jour, et alors le chaos régnerait comme il n'a jamais comblé les enfers. Après tout, les humains redoutaient ce lieu fantasmagorique. Les âmes selon les croyances devaient hurler de souffrances, être rongées de culpabilité, se morfondre dans la peine et les remords, suffoquer dans les pleurs et au final ? Il n'y avait que le calme, la paix, la cohabitation... Cela l’écœurait et même si elle devait finir écartelée, brûlée, torturée, déchiquetée, humiliée, maltraitée, lapidée ou qu'importe quel autre sort Saytan lui réserverait, elle accomplirait ce que son âme toute entière lui hurlait de faire, la Guerre. Le sang devait couler à flot et la mort, douce et tendre, devait cueillir le fruit de son accomplissement. C'est ainsi que devait être le monde et il y avait en ces lieux bons nombres d'êtres qui n'attendaient que la possibilité d'assouvir leur soif quelle qu'elle fut.

Allongée, Ayumi sentait s'évader de sa personne une déferlante de puissance qu'elle ne pouvait plus contenir. Elle avait besoin de laisser s'échapper son pouvoir, et c'est pourquoi elle avait, sans réellement en être consciente, choisit ce lieu. Habituellement elle se rendait au quatrième étage du manoir, dans cette étrange salle de spectacles où défilaient des images contant une histoire d'un ou plusieurs habitants du manoir. Ces films étaient absolument instructifs tel le carnet de bord d'un général ennemi et elle pouvait y rester des heures durant, déversant son excès d'énergies en toute liberté, sans risquer d'atteindre une autre âme. Aujourd'hui elle avait opté pour l'air libre, c'est pourquoi elle se trouvait en ces lieux, au cœur du labyrinthe.

Depuis bien des décennies, elle avait appris à apprécier l'atmosphère quelques peu apaisante de ce délicieux endroit. Au début, elle s'y était égarée maintes et maintes fois, au point quelle manqua à de nombreuses reprises d'y rester ad vitam eternal mais ses instincts d'animal sauvage avaient toujours eu raison des méandres de ces dédales. Il ne fallait jamais sous-estimer les capacités d'un réel combattant dont les sens sont biens plus aiguisés que n'importe quelle autre créature ordinaire.
A présent, elle s'y repérait avec aisance et tel un majestueux félin, elle en avait fait par endroit ses lieux de repos favoris. Ainsi, en ce jour tout à fait quelconque, la jeune fille s'était allongée au sommet des ronces, un bras croisé sous la nuque tandis que l'autre reposait sur son abdomen, la main enlaçant Shieien. Une de ses jambes était repliée afin de gagner un temps en motion si jamais elle se devait d'agir pour une raison ou une autre. Les épines se faisaient ressentir tout contre son corps mais d'aucune n'avait égratigné sa peau de porcelaine durant l'ascension grâce à sa grande agilité. Elle semblait être la réflexion quelque peu un-conforme d'un fakir sur son lit de clous. Son regard observait sans réelle attention les cieux à présent rougeâtres tandis que son esprit traversait mille pensées.

Bien que son attitude ne laissait rien paraître, le cavalier avait ressenti l'approche d'une âme dont les sentiments noirs et néfastes devaient submergés tout son être tant Ayumi  déversait à flots son énergie sur les quelques mètres qui l'entouraient. Elle qui recherchait un semblant de calme ne s'était  pas attendue à ce qu'une autre personne puisse errer dans ces lieux particulièrement dangereux notamment à cette heure tardive.
Avec un peu de chance cet étranger ne la remarquerait même pas... Après tout elle était assez en hauteur, couchée dans d'épaisses ronces...
La jeune fille se concentra pour abaisser autant qu'elle le pu cette aura chaotique qui l'entourait, cherchant à se rendre invisible mais elle n'était pas dupe, si cette personne était un tant soit peu intelligente elle devait l'avoir ressentie depuis qu’elle était rentrée dans son périmètre de projection destructrice ou à défaut de comprendre, elle devait se douter que quelque chose se tramait sous cet excès de noirceur qui l’envahissait et qui doucement s’apaisait.


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille


Dernière édition par Ayumi Kumiko le Sam 30 Aoû - 19:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conquest

Cavalier
Cavalier
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2014


Vos Infos
Race: Démon
Fonction : Cavalier de l'Apocalypse
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Ven 22 Aoû - 0:33

La lumière déclinait lentement laissant le voile de l’obscurité se déposer sur leur monde sans bruit, presque avec délicatesse. C’était une chose si naturelle, tellement acquise que Conquest s’étonnait de venir encore assister à ce spectacle jours après jours. C’était une habitude qu’il avait prise lorsqu’il était encore dans le monde des vivants, il avait admiré les couchés de chaque endroit qu’il avait conquis, goutant à chaque fois à l’étrange beauté de l’instant qui résidait en grande partie dans le caractère unique qu’il revêtait à chaque fois, comme s’il avait vu autant de crépuscules différents qu’il avait vécu de jours. Tantôt la lumière perçait en de fin rayon entre les aiguilles des épineux s’accrochant au versant d’une quelconque montagne, tantôt c’était la lumière rougeoyante qui baignait une plaine remplie de cadavre et lui donnait l’impression de marcher sur une mer de sang, d’autre fois encore il se sentait simplement écrasé par ce ciel qui se teinté tout entier du simple fait de l’astre solaire et l’irradiait si complètement qu’il se sentait presque disparaître dans la lumière mourante.

Mais finalement, était-ce vraiment la beauté du spectacle qui le voyait ainsi y revenir encore et encore sans qu’il ne rate jamais un rendez-vous ou alors était-ce cette conquête sans fin de l’ombre sur la lumière et de la lumière sur l’ombre. Une conquête perpétuelle…sans fin, sans trêve, c’était peut-être là finalement qu’était la vraie beauté de la chose.

Depuis qu’il était revenu au Manoir il venait accomplir son petit rituel puisque c’était bel et bien de cela qu’il s’agissait ici, dans le dédale. Et cela pour un ensemble de raison assez simple en plus de la simple beauté et atmosphère relative au lieu en lui-même. Tout d’abord l’extérieur n’était pas visible de l’intérieur, il ne profitait que de la lumière et pas du reste du paysage ce qui était plaisant pour lui, ensuite, c’était un dédale qu’il soupçonnait de se réarranger seul de temps en temps, on ne risquait pas de croiser grand monde et cela avait son importance quand on y pensait.

En effet, notre Cavalier n’était pas des plus sociables. Trop de siècle de conquête, trop de mort, trop de perte pour qu’il éprouve encore le besoin de s’attacher peut-être. Peut-être tout passait trop lentement pour que cela ait encore de l’importance. Peut-être était-il simplement en train de dépérir dans ce manoir cruellement dépourvue de l’émotion qu’il affectionnait le plus.

Oh…bien sûr il y en avait quelques-uns qui se seraient bien vu faire régner la loi sur le manoir. Quoiqu’ils puissent en dire pour s’en défendre, Conquest le savait, il le sentait. Ils avaient en eux cette petite graine de révolte qui ne demandait qu’à pousser pour se muer en désir de conquête. Bien sûr il aurait pu au choix les donner en pâture au Saytan, faire fructifier ce désir de révolte pour lancer une guerre civile ou bien d’autre joyeusetés… Mais voilà, depuis qu’il avait été forcé de revenir Conquest se sentait un peu las de tout cela. Cela n’avait pas la même ampleur. Ce qui était bien avec les Hommes c’est que finalement un homme peut toujours en tuer un autre, il y a une part de mystère, d’inconnu, on peut s’amuser à changer le cour d’une guerre par simple envie, pour faire durer le plaisir. Chez les démons c’était bien plus compliqué…Un démon ne pouvait pas toujours en tuer un autre…bien souvent cela se terminait par un anéantissement pur et simple d’un voir des deux belligérant. Ce qui était loin d’être rassurant. Aussi ceux qui était assez puissant pour tenir tête à Saytan n’en faisait rien parce qu’ils savaient de quoi il était capable…et d’un autre côté les autres étaient juste bon à servir de chair à canon…tout cela ne présenter que peu d’intérêt finalement.
Un cliquetis métallique le sorti de ses pensées. Maintenant qu’il y prêtait attention, sa couronne qui se trouvait comme d’habitude attachée à sa ceinture battait mollement sa cuisse, donnant du son en butant doucement contre un des pendant à sa ceinture. Il n’y avait pourtant pas de vent…Pas assez en tout cas pour qu’elle réagisse de la sorte.

Non…Il y avait autre chose…quelque chose de ténue, une ondulation tout au plus de là où il se trouvait il avait presque du mal à en situer la source mais ça n’était pas quelque chose qui se trouvait là habituellement…pas dans ces circonstances en tout cas. N’allant pas rester planter là en attendant que le monde s’écroule il décida de faire quelques mètres dans la direction présumée de l’émanation.
Un mince sourire se dessina sur ses lèvres, il était dans la bonne direction, il sentait maintenant avec un peu plus de précision ce qu’il avait en face de lui.

L’émanation faisait doucement danser les pans de son surcot noir corbeau, le tissu de celui-ci étant de bonne facture sans sembler pour autant d’une préciosité excessive, long, il arrivait à mi longueur de ses mollets, eux même pris dans des chausses de cuir noir montant jusqu’à ses genoux. Le reste de sa tenue était tu même acabit, une simple tunique noire et un pantalon noir légèrement bouffant au niveau des cuisses. Il n’avait pas vraiment changé de style depuis le 15eme siècle.

Le tout ceint par une épaisse ceinture en cuir sombre elle aussi au motif argenté. Quelques pendentifs cabalistiques et bracelets tout aussi ésotériques venaient compléter sa mise. Sur ses épaules une épaisse cape de laine surmontée d’une fourrure dont les pattes imposante de la bête, quoi que ce fut, reposait de chaque côté de son torse.

Dans cet ensemble si sombre la blancheur de sa peau contrastait violemment si bien que son visage encadré par ses longs cheveux noir de jais attirait forcément le regard. Ses traits qui de base se remarquait de par leur étrange mélange de délicatesse et de dureté qui n’était pas dénué de toute beauté s’en trouvait être presque hypnotique. Et cela sans parlait de ses deux rubis ardent qui brillait dans ce visage de pierre.

Conquest continua de s’avancer tranquillement malgré les assauts rageurs de puissance noire et démoniaque qui s’écrasait contre lui au fur et à mesure de sa progression vers le noyau de tout ce déferlement. Sans chercher à répondre par une démonstration de sa puissance il ne chercha pas non plus à la masquer, il n’en avait cure. Il ne cherchait pas conflit…il était juste curieux, même s’il avait de par la nature de ce qu’il avait ressenti une vague idée de ce qu’il allait trouver en face de lui.
Soudainement les assauts cessèrent et l’énergie se dispersa dans l’air aussi rapidement qu’elle l’avait assaillit un instant plus tôt. Ainsi donc il avait été repéré…à en juger par sa distance du centre de la puissance il n’était pourtant pas très loin…

Heureusement que je ne viens pas te tuer…

Ne put-il s’empêcher de penser pour lui-même. Il parcourut les derniers mètres qui le mettraient à découvert et calmement sans qu’aucune émotion ne trahisse sur son visage si ça n’était ce feu couvant dans son regard qu’il leva directement vers la présence en hauteur sans pour autant chercher à engager la conversation. Pour le moment il se contenter de la jauger du regard en se demandant bien malgré toutes ses suppositions ce qu’il avait en face de lui, légèrement surpris de trouver ce qui semblait être une jeune fille au milieu de toutes cette énergie résiduelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Sam 23 Aoû - 1:52

Les derniers rayons de l’étoile disparurent dans un océan rouge sang, emportant avec eux lumière et chaos. Le calme envahissait à nouveau ces lieux plongés dans les obscurités, seule la lune telle une gardienne bienveillante diffusait sa faible lumière, dessinant les contours de toute chose. Cependant l’obscurité n’avait jamais eu d’emprise sur la jeune fille que ce fut de son vivant à ce jour, bien au contraire elle s’y sentait plus forte, moins oppressée, et comme tout bon démon ses yeux tels ceux d’un chat étaient adaptés à la nuit.
Les derniers résidus de son aura furent étouffés tandis que la créature approchait encore. Consciente qu’elle était découverte et intriguée par ce qu’elle percevait, elle se redressa afin de mieux observer cette chose curieuse. Assisse sur ce lit de ronces, Shieien à ses côtés, elle baissa le regard et y découvrit non loin un homme. Ce dernier se déplaçait en sa direction, il n’était plus très loin. Elle le scruta, inexpressive mais pourtant bien attentive.

Il émanait de sa démarche une légèreté incontestable, offrant cette dérangeante impression qu’il flottait au-dessus du sol plus qu’il ne marchait. Elle ne doutait guère qu’il devait être un excellent chasseur par ses déplacements aussi silencieux et discrets qu’une douce brise en hiver, malgré un tintement qu’elle ne parvenait nullement à identifier. La fluidité de ses mouvements trahissait une agilité qui devait très certainement être fascinante fut-il combattant, ou danseur… mais la seule danse qui intéressait réellement la gamine était celle de la guerre, et elle souhaitait le voir exécuter un tel acte, par simple curiosité… Curiosité qu’elle ressentait d’ailleurs à travers lui depuis qu’il était en liaison avec sa puissance. Elle l’intriguait, il l’intriguait et c’est tout naturellement qu’ils se retrouvèrent les yeux dans les yeux, les ténèbres de son regard dans les flammes du sien.

Ses pensées voguaient d’une idée à une autre, semant une tendre zizanie dans son esprit alors qu’elle songeait avec une forte certitude qu’elle connaissait cette personne. Certes, elle ne l’avait jamais vue -si elle avait un jour croisé ne serait-ce qu’une seconde un être de cette prestance, elle s’en serait souvenue, elle qui oubliait rarement - et pourtant il lui semblait que ce visage d’une perfection insolente lui était familier. Elle cherchait dans sa mémoire, dans les méandres de ses archives, quelques parts, au fond de sa bibliothèque cérébrale devait résider la confirmation de cette idée obsédante.
Ses ébènes délaissèrent les ardents rubis, dévisageant ce qui se tenait là, elle avait besoin d’être sûre, il lui fallait dessiner les moindres détails de cet envoutant faciès. Elle le fixa longuement, millimètre par millimètre, de la racine de sa somptueuse crinière à la pointe de ses bottes pour enfin venir à nouveau croiser ses deux merveilles couleur sang.

Ayumi était agacée. Cette créature ici présente était l’incarnation même d’une gravure qu’elle avait pu admirer dans un livre particulièrement ancien, retraçant les légendes des Cavaliers qui existaient ou avait pu exister depuis les débuts des temps –bien qu’elle soupçonnait une part de mythe et de fantaisie de l’auteur- et pourtant elle ne pouvait affirmer son identité. Il était telle une sculpture parfait à la description, taillé sur mesure aux maintes et diverses, quoi que finalement rares, esquisses, gravures, peintures qu’elle avait pu contempler cependant il lui manquait quelque chose… Un objet qui avait son importance et qu’elle savait en sa possession, d’après les écrits : une couronne, symbole de son pouvoir.
Si les textes étaient vrais, où était donc cette relique en question ? Se pouvait-il qu’il s’en soit délaissé ? Cela était peu probable. Peut-être était-elle cachée sous ses vêtements ? Nulle trace n’en dévoilait l’existence.

La Guerre n’avait pu trouver la réponse ni même éclaircir ses pensées mais ce qu’elle ignorait, permettait probablement au calme de garder son autorité sur le labyrinthe. Après tout si elle avait pu confirmer sa réflexion, celle que cet être majestueux était effectivement le Cavalier dénommé Conquest, elle serait fort probablement devenue intenable, imaginez-vous la soif de conquête en relation avec le désir ardent de combattre, la volonté de posséder embrasé par les sentiments qu’elle pouvait exacerber….

Fort heureusement, Ayumi n’avait pas vu la couronne. La vérité était qu’elle ne pouvait pas la voir.
La couronne : relique réputée pour changer d’apparence selon l’être qui la contemple, tantôt précieuse, tantôt symbolique, suivant l’image que chacun se représente de l’autorité absolue, de la puissance suprême, du monarque incontesté était pour la jeune fille inexistante. Le fait est que le cavalier guerrier ne reconnaissait aucun objet comme effigie de la souveraineté fut-elle par le nom ou par les armes ; l’être incarnait sa propre puissance, et s’il était au-dessus de tous alors elle ne pouvait que l’admirer, le respecter et l’affronter. Ainsi était les choses.

Bien qu’elle brûlât de connaître la nature de cet être dont elle avait certes une idée mais qu’elle ne pouvait confirmer, Ayumi garda le silence, attendant de connaître la raison qui le poussait à rester là, outre sa curiosité. Son corps tout entier était sur ses gardes, comme à son usuel, et Shieien l’incitait sournoisement à s’élancer sur cette chose mystérieuse afin de toiser quelque peu sa force qu’elle sentait imposante. S’il était ce qu’elle pensait…Elle préféra oublier cette réflexion.

La jeune fille se laissa gracieusement tomber de son perchoir, atterrissant sans un bruit sur le sol terreux du dédale. Sa posture droite et fière, elle n’avait pas quitté l’homme ne serait-ce qu’une seconde du regard.


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conquest

Cavalier
Cavalier
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2014


Vos Infos
Race: Démon
Fonction : Cavalier de l'Apocalypse
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Sam 23 Aoû - 20:32

S’il avait jusque-là douté de ce qu’il allait trouver en face de lui en se découvrant il était maintenant sûr de qui était ainsi débout en face de lui. L’aura ne lui était pourtant pas inconnue, elle ne lui était pas connue pour autant un peu comme l’impression que nous laisse un plat qu’on n’aurait jamais gouté mais dont on reconnaîtrait certain ingrédient. Et ce qu’il avait en face de lui avait l’air tout à fait délicieux ne put il s’empêcher de penser en esquissant l’ombre d’un sourire.

C’était une chose étrange que de le voir sourire. Aussi maigre soit-il, son visage, ne semblait pas fait pour accueillir la moindre trace d’émotion autre qu’un froncement de sourcil. Pour autant cela ne gâchait rien, bien au contraire. Pour autant ceux-ci ne duraient jamais bien longtemps et on se retrouvait bien vite en face de ce visage immobile presque froid ou la seule chose vraiment vivante était ce regard qu’on aurait dit rougeoyant d’une lumière qui lui était propre tant il était intense.

En parlant de regard, depuis qu’il avait capté celui de la jeune fille en face de lui leurs yeux ne s’étaient pas détaché l’un de l’autre. Sachant qui elle était cela ne l’étonnait même pas, il se sentait jaugé, analysé par-là cette jeune fille dont il ignorait le nom. Etait-elle si jeune que cela d’ailleurs ? Il n’était pas aisé de le déterminer ici, personne n’avait vraiment l’âge qu’il semblait avoir ce qui rendait malaisé l’identification de certain…Cherchez un démon millénaire et vous trouverez un jeunot à l’allure mal dégrossit qui pourtant pouvait vous arracher le visage d’un revers de la main. En tout cas, par rapport à lui il était à peu près sûr que c’était une jeunette.

Il lâcha un instant le regard ébène qui se noyait dans le sien, elle aurait pu en profiter pour l’attaquer, il ne craignait pourtant pas qu’elle le fasse et cela se voyait dans sa manière de se tenir, parfaitement détendue. Pourtant si elle s’était à cet instant jeté sur lui il aurait prêt à la recevoir. Il profita donc de ce que ses yeux ne soient plus braqués sur les siens pour laisser couler son regard sur ce qu’il avait en face de lui, il détailla sa chevelure presque aussi sombre que la sienne pour ensuite descendre sur sa nuque, sa gorge, de là glissa sur sa taille gracile avant de laisser tombers son regard sur ses jambes. Il s’intéressa ensuite à son visage et se fit la remarque que si elle abordait une mine moins sévère elle aurait pu être belle…

De son inspection rien ne n’apparût sur son visage. Il se contenta de ramener son regard de rubis dans la noirceur de celui du cavalier de la guerre…Car c’était bien lui ou plutôt elle qu’il avait en face de lui. Il devait bien avouer qu’il ne s’attendait pas à la trouver ici, d’après ce qu’il en avait entendu et aperçu de loin la guerre qui était maître d’arme ne semblait pas prêter spécialement d’intérêt à la beauté contemplative du crépuscule. Cependant, il ne connaissait que de réputation le nouveau cavalier de la guerre puisqu’il n’avait jamais été amené à lui parler directement. Il n’avait appris que peu que l’ancien était mort d’ailleurs…Il n’était pas spécialement sociable il ne passait donc pas ses après-midi à aller prendre le thé avec ses camarades cavalier…

C’était au détour d’un couloir qu’il s’était bousculer par deux jeunes démons qui loin de s’excuser lui avaient plutôt conseillé de s’écarter s’il ne voulait pas avoir maille à partir avec des disciples du cavalier de la guerre leur maître d’arme. Cela l’étonna…le cavalier de la guerre qu’il connaissait n’aurait jamais pris ce genre de poste, cela ne l’intéressait pas. S’ils partageaient autre chose en dehors de leur goût pour le combat c’était cette lassitude que l’on trouve souvent chez les vieux guerriers. Intrigué il avait donc demandé poliment aux deux jeunes démons où il pouvait trouver ce maître d’arme avant de laisser leur corps inanimés au coin du couloir. Oh ils n’étaient pas morts mais ils en étaient sortis avec une vilaine migraine et des courbatures pour deux semaines…Il ne fallait pas être trop dur avec les jeunes.

C’est ainsi qu’il avait pu observer de loin la jeune fille qu’il avait maintenant en face de lui mettre à mal tous ses ‘’disciples’’ qui ressemblaient plus, de là où il était, à des sacs de frappe ambulant mais après tout chacun sa méthode d’enseignement n’est-ce pas.

Il se souvint de ce qui lui avait traversé l’esprit la première qu’il l’avait vu alors que le souvenir de son ancien compagnon d’arme s’était vivace dans son esprit. Ce démon imposant, ses cheveux presque aussi sombre que les siens, la peau presque rouge de tout ce sang qui ne partait jamais vraiment, sa mâchoire carrée son regard franc et aussi noire que le siens était rouge, toutes ces cicatrices qui couraient sur son corps comme autant de page de son histoire…Quand il regardait cette jeune fille, la seule chose qui s’imposait vraiment dans son esprit était la suivante.

« Le visage de la guerre à bien changé. »

Il avait parlé d’une voix calme. Il n’y avait dans cette phrase ni raillerie, ni déception, c’était une simple constatation et l’on sentait un brin de tristesse tout de même…Pour lui c’était encore un camarade qui était tombé…au combat l’espérait-il…peut-être même contre la jeune fille qu’il avait en face de lui.

« Puisses-tu t’en montrer digne. »

La voix était calme, posée, étrangement douce et grave. Un mélange agréable à l’oreille, une voix qu’on en s’attendait pas entendre sortir de quelqu’un ayant son apparence et pourtant quand on l’écoutait cela semblait presque…logique…naturel, ce qui manquait pour parachever l’harmonie de son être.

C’est ainsi que débuta la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Dim 24 Aoû - 0:20

La grimace qui déforma les traits de l’étranger ne passa nullement inaperçu au regard de la jeune fille qui, en quête de savoir, se retenait paisiblement de lui arracher de gré ou de force son identité afin d’ôter ce doute qui envahissait ses pensées. Elle restait impassible, se demandant néanmoins en son for intérieur l’origine de ce rictus aussi éphémère fut-il. Il y avait quelque chose d’inattendu dans ce sourire, sans doute était-ce l’acte lui-même qui surprenait ; cette moue pouvait être bien mystérieuse, parfois hasardeuse et surtout elle restait incompréhensible. Pourquoi certaines personnes souriaient-elles tout le temps en toutes circonstances et d’autres jamais ? Pourquoi certaines souriaient au lieu de pleurer ? Pourquoi d’autres ne souriaient-elles que partiellement ? Et quelle était l’utilité de se forcer à sourire ? Le sourire était encore une expression qui était propre à chacun et avait diverse utilité que ce fusse pour montrer sa joie, son contentement, ou bien pour cacher sa peine ; pour approuver ou encore se moquer… Chacun y trouvait son compte et parfois il était bien difficile de comprendre ce que cela pouvait bien signifier mais pour Ayumi, ceci n’avait pas la moindre importance. En effet, elle pouvait se reposer sur une aptitude digne de confiance afin de percer les sentiments d’autrui avec une précision qui frôlait l’effroi.

Le cavalier se baignait dans le sang de ses deux iris, y plongeant avec délectation alors qu’il percevait tout au fond, bien caché derrière une vague de profonde lassitude, un fervent désir. Le bel inconnu brûlait donc d’un vif appétit, il souffrait d’une insatiable soif qu’il parvenait à dissimuler dans les abîmes de son être. La gamine se demandait d’ailleurs comment il lui était possible d’ensevelir à ce point un tel brasier ardent ; même le plus sage des fous cédait un jour à la psychose, il lui fallait juste réaliser à quel point celle-ci lui était nécessaire, il en était de même pour ce qu’elle ressentait en lui, il suffirait d’un déclic, un tout petit cran à faire sauter…. Il lui était difficile de connaître avec exactitude ce dernier, il lui faudrait alors tâtonner quelque peu mais si cet homme s’avérait être celui qu’elle pensait, elle aurait déjà la réponse à ce dilemme ci. La clef résidait donc dans son identité. Cela ne fit qu’enflammer un peu plus son envie de la découvrir véritablement.

L’étranger parla et dans sa voix elle discerna un soupçon de mélancolie. Etait-ce l’évocation de la Guerre qui l’emplissait d’une quelconque nostalgie ? Se pouvait-il qu’il eut été proche de son prédécesseur ? Ou bien, comme bon nombre d’anciens, connaissait-il tout simplement le précurseur sans vraiment d’affiliation particulière ? Cette seconde option n’expliquait en rien cette tristesse qui perçait alors il était fort probable qu’il eut partagé une relation avec son aîné…. Peut-être même avait-il son âge ? S’il était effectivement ce qu’elle pensait, l’âge ou plutôt le temps pouvait être la raison à cet enfouissement de cet appréciable désir qu’elle détectait dans les tréfonds de son âme. A force d’être renié, refoulé, enterré, un sentiment s’amoindrissait et somnolait dans les méandres, attendant d’être réveillé. Il fallait donc suscité son intérêt et parfois de manière vive et radicale.

La jeune fille écouta ce qu’il avait à lui dire, et, ne ressentant nul agressivité ou rejet de la part de cet être, elle inclina légèrement la tête en guise d’approbation. Il était évident qu’elle était digne d’être l’incarnation même de la Guerre, sans quoi il lui aurait été tout à fait impossible de vaincre l’ancêtre dont les années, les siècles et les millénaires mêmes avaient forgé son âme et sa puissance. Après tout si éliminer un cavalier était chose aisée, cela se saurait par les nombreux ambitieux qui tentaient leur chance dans l’espoir de peut-être parvenir à obtenir plus de pouvoir. D’une certaine manière elle avait fait partie de cette catégorie-ci. C’était l’ambition qui l’avait poussée à affronter l’ancien cavalier de la guerre, c’était sa confiance en elle, mais avant tout c’était ce sentiment…. Celui qui la persuadait que cette place lui revenait de droit et qui l’avait hantée jusqu’à ce qu’elle l’obtienne. La puissance appelle à la puissance, et l’essence même de la Guerre l’avait attirée à elle en éveillant sa soif de confrontation, son appétence pour le chaos. Toute chose à une fin, mais cette fin n’est pas définitive car rien ne disparaît vraiment mais revêt plutôt une autre forme…. Tel était le cas. L’ancêtre, bien que son âme n’était plus, existait encore à travers elle, à travers ce qu’il fut et ce qu’elle est : La Guerre et tout le savoir même qui en résultait.

« Permettez-moi donc de me présenter, Kumiko Ayumi… »

Bien qu’elle ne posât la question, il était évident qu’elle attendait pareil politesse.
La jeune fille s’avança de quelques pas. Les socles de ses chausses se posaient avec délicatesse sur la terre, ne laissant qu’une petite empreinte derrière eux. Ayumi s’arrêta à une distance raisonnable, à peine plus grande que celle de son périmètre d’attaque. Non pas qu’elle souhaitait lancer l’assaut mais il lui avait été pénible de résister au besoin de se rapprocher. La vérité était que son être entier la démangeait ; et malgré le doute qu’elle gardait, son esprit dément ne souhaitait qu’une chose, affronter cette créature dont la prestance était à elle-même de la pure provocation, il était inutile de dire qu’elle ressentait sa puissance, elle pouvait aisément la deviner et par la démarche qu’il avait eu tantôt, et par sa posture. Elle savait après tout reconnaître un guerrier quel que fut son nom et il lui était tellement insoutenable de ne pas affronter tout combattant qui pouvait être digne de la divertir, de lui faire ressentir qu’elle était, que son essence brillait encore un peu dans chacun de ces êtres malgré l’amoindrissement de sa puissance.

*Qui que tu sois, laisse régner le chaos en ton âme* songeait-elle en se retenant de l’inviter à un duel. Il n’était pas bon de céder à ses pulsions, et puis elle avait été tant déçue déjà…. Peut-être se trompait-elle après tout, peut-être n’avait-il qu’un potentiel guerrier qu’elle savait voir mais qu’il ignorait ? Peut-être…


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conquest

Cavalier
Cavalier
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2014


Vos Infos
Race: Démon
Fonction : Cavalier de l'Apocalypse
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Dim 24 Aoû - 1:23

Aussi convaincue qu’elle puisse être de ne laisser transparaître aucune émotion la jeune Kumiko Ayumi puisque tel était son nom ne pouvait masquer aux yeux de Conquest l’envie, non, la fébrilité qu’elle avait de connaître son identité. Il le voyait à  la façon qu’avait son regard d’essayer, il le sentait, de percer en lui pour découvrir ce qu’il pouvait bien se cacher en lui, il le voyait également au fait qu’elle venait de s’avancer vers lui. Il évalua rapidement sa taille et la taille présumée de ce qui lui servait d’arme. Elle venait de se placer s’il ne se fourvoyait pas juste à portée pour passer à l’attaque. Etait-ce là ce qu’elle cherchait ? Le combat ? Peut-être…Après tout elle n’était autre que le chevalier de la guerre et s’il devait bien y avoir quelque chose dont elle avait envie c’était d’un combat…D’un vrai combat, de ce qu’il avait pu en voir, les disciples qu’elle trainait n’étaient pas vraiment à la hauteur.

Il n’avait nul doute que la jeune fille espérait qu’il soit…eh bien…Tout simplement lui. Le cavalier de la conquête. Il prit un instant pour essayer de déterminer quelle type de réaction il allait provoquer en lui donnait son nom…Allait-elle se jeter sur lui sabre au clair pour essayer de le trancher en deux ? Il voyait bien qu’elle en avait envie, cela se sentait, cela se voyait. Mais aurait-elle le cran pour le faire. Elle avait tué le cavalier de la guerre, elle avait pris sa place, voulait-elle ajouter la tête du cavalier de la conquête à son tableau de chasse ? Il décida que non, il sentait son envie de combattre mais pas spécialement d’envie de tuer. Il avait passé assez de temps sur les champs de bataille pour savoir que dans le cas présent il pouvait se fier à son instinct.

Cependant…l’air était presque alourdit par ce qu’il sentait émaner d’elle, en avait-elle seulement conscience ? Avait-elle conscience de cette énergie qui aurait fait suffoquer par sa simple pression n’importe lequel de ces soit disant disciple ? Même diminués les cavaliers restaient après tout de redoutables adversaires, plus encore quand il s’agissait du cavalier de la guerre qui en plus de son habilité aux armes voyait toute son âme tournée vers cet unique but qu’était le combat. Elle avait soif de se battre, soif de mesurer sa puissance. La puissance appel la puissance, son désir ardent appelait le siens tout aussi brûlant mais enfoui bien plus profondément. L’air autour d’elle semblait vibrer de son envie de combattre, et dans ses yeux brulait un feu qui ne semblait jamais pouvoir mourir.

Etait-ce donc cela qui avait décidé l’ancien cavalier de la guerre à lâcher prise ? Valait–elle donc tant, pour que tu meures sous ses coups mon vieil ami ? Pensa-t-il .

Il se décida tout même à répondre, il l’avait suffisamment faire attendre comme cela. Bien que cela n'ait pris que quelques secondes, il avait l’impression qu’elle était prête à imploser et que s’il ne s’exprimait pas très vite elle allait lui sauter à la gorge.

Plongeant son regard de rubis dans les ténèbres des yeux de la jeune fille  il décida de citer des écritures d’un peuple sur lequel il avait déferlé peu avant d’être rappelé au manoir. Allait-elle comprendre ? Elle n’avait pas l’air bête, et il voyait bien qu’elle savait, ou plutôt qu’elle espérait la réponse qu’il allait lui donnait. Elle avait dû lire déjà ces écrits, il était autrement impossible que la situation soit ce qu’elle était.

« Et ma vision se poursuivit. Lorsque l'Agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j'entendis le premier des quatre Vivants crier comme d'une voix de tonnerre "Viens !". Et voici qu'apparut à mes yeux un cheval blanc. Celui qui le montait tenait un arc. On lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore. »

Entendre ces mots de sa bouche avait quelque chose de saisissant. Il prenait une autre ampleur que simplement couchés sur une feuille de papier ternie par le temps.

Il savoura un instant l’effet de ces mots sur la jeune démone. Puis dans un sourire il se détourna et s’éloigna de quelques mètres comme s’il s’apprêtait à partir.  Avant qu’elle ait pu dire quoique ça soit il se retourna vers elle. Son visage avait changé, il avait perdu l’ombre de douce lassitude qu’il avait avant, ses yeux semblaient plus que jamais briller d’une inquiétante lueur pourpre. Plus du tout il n’avait l’air d’un simple combattant, il avait maintenant l’attitude d’un authentique combattant sur le chemin de la guerre. Non c’était bien plus que cela, le regarder ainsi était comme voir toute une armée se mettre en marche. C’était à la fois beau et terriblement effrayant, fascinant et inquiétant. Il baissa les yeux et  détacha le lourd fermoir de sa cape et la jeta négligemment sur le côté. Quand celle-ci tomba mollement sur les feuilles tapissant le sol Ayumi pu voir que dans son dos une épée était ceinte. Doucement il soupira et sa main gantée de noir vint se poser sur celle-ci.

L’air s’alourdit soudainement. Le vent ne soufflait plus, les feuilles ne bruissaient plus. Un silence de mort s’était abattu sur le dédale tout entier. Une puissante aura combattive balaya l’air autour du cavalier de la guerre avant de se mêler à la sienne tandis que deux rubis ardent se posait sur elle et que d’une voix de tonnerre le premier des quatre Vivant, le cavalier de la Conquête lui cria :

« Viens ! »

Il avait décidé de répondre à cette envie de combattre qui émanait d’elle, il n’avait aucunement l’intention de la tuer , le simple fait qu’il n’ait qu’une simple épée et non l’arc d’apollon en était une preuve suffisante. La question était de savoir maintenant qu’il se dressait devant elle dans la quasi-totalité de son écrasante grandeur muée par la volonté de conquérir sa victoire elle allait oser répondre à son tour par les armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Dim 24 Aoû - 12:38

Et les mots chantèrent comme la plus belle des mélodies… La vision du livre apparut sous le voile de son regard, et les écrits semblaient danser et s’élever dans les airs tandis qu’il les récitait mot pour mot comme une romance apprise à cœur. Alors elle se souvient du couplet suivant ‘Alors surgit un autre cheval, rouge feu ; celui qui le montait, on lui donna de bannir la paix hors de la terre, et de faire que l'on s’entrégorgeât’. Ainsi elle ne s’était pas trompée, cela dit il était rare que ce fusse le cas mais elle n’était pas non plus à l’abri d’une erreur, après tout elle n’était qu’un démon, voire même originellement une humaine, et l’expression ne disait-elle pas que l’erreur est humaine ?
Ayumi à cette révélation resta parfaitement immobile et étrangement son aura combattive s’apaisa et disparut, Shieien se tût, son regard se fit lointain. L’espace d’un instant le calme trônait et si la Conquête venait à fermer les yeux, elle pourrait croire qu’elle n’était plus. Il n’y avait à ce moment plus la moindre trace ne serait-ce qu’une once de sa présence, comme si elle avait tout simplement disparut.

Doucement la jeune fille baissa la tête, la secouant légèrement de gauche à droite. Son regard vint se poser sur son sabre puis sur sa main. L’odeur du sang chatouilla son palet, les cris résonnèrent dans son esprit, elle entendait les pleurs, elle ressentait la haine, la peine, la folie ; elle était noyée dans un flot de souvenirs, chaque guerre, chaque combat, chaque duel, chaque meurtre, chaque individu, tout lui revient à l’esprit jusqu’à la lueur mourante dans le regard du cavalier terrassé. Une ombre de sourire perça sur son visage de porcelaine et lentement, comme un fléau qui se propageait envahissant paisiblement la lumière son aura se diffusa. Cette fois-ci elle était en contrôle, maintenant que le doute s’était propagé, maintenant qu’elle connaissait son identité, elle parvenait à maitriser sa soif de connaissance, son désir dévorant de l’affronter. Non pas qu’elle n’eut plus envie de le faire, loin de là, mais le fait de savoir lui avait permis de se calmer. Croyez bien qu’il n’y a rien de plus agaçant pour elle que de chercher à cacher ses attentions et de ne pas y parvenir à cause de son aura, de sa flamme qui brillait et qu’elle ne pouvait dérober. Cela dit, il était presque impossible à un guerrier de se camoufler entièrement face à un autre guerrier, il y avait toujours un résidu, aussi infime puisse-t-il être.

Ayumi laissa sa combattivité envahir les alentours, elle n’avait plus rien à dissimuler, ni même une raison de le faire. Il connaissait son nom, il connaissait sa volonté et le fait qu’elle sache à présent qui il était n’avait strictement rien changé, bien au contraire, il n’avait qu’attiser un peu plus le feu qui la consumait. Alors qu’elle relevait lentement la tête, ses yeux observant le sol puis remontant tranquillement sur les courbes de Conquest qui venait de faire demi-tour, s’en allant ou du moins feignant l’acte car presque aussitôt il se retourna. Le rictus déforma un peu plus le faciès de la gamine avant de totalement disparaître, ne laissant apparaître qu’un visage de marbre, dont les hématites brillaient d’une seule et unique lueur : le désir.

L’air s’alourdit. La jeune fille se laissa englober par l’écrasante puissance de la créature qui lui faisait face. Son corps tremblait, un frisson parcourait la moindre parcelle de sa chair et si certains prétentieux pouvaient prendre cette réaction pour de la pure peur et s’en régaler avec cruelle moquerie, il n’en était rien. Seule l’excitation habitait son être, et celle-ci était décuplée par l’illusion que lui procurait l’homme, celle d’avoir toute une armée de valeureux guerriers face à elle. Légions… elle en avait réduit bien plus d’une que ce fusse par soif de pouvoir, pour l’amour d’une femme, par crainte ou mépris d’un peuple, par simple vengeance… Oui, des bataillons étaient tombés par milliers juste pour son bon plaisir.

Bien que le silence régnât, Ayumi percevait le fracas de leur aura s’entrechoquant. Le duel avait déjà commencé, mais ce fut ce simple mot qui éclata tel un soudain tonnerre, qui enflamma la Guerre par cette enthousiaste invitation à laquelle d’un susurre aussi glacial et tranchant que le vent du Nord, elle répondit :

« Puisque tel est votre souhait. »

Et elle s’élança, droit sur lui, la main sur son sabre, toujours logé dans le fourreau.
Il était de coutume qu’elle encaissa le premier coup lorsqu’elle le jugeait possible afin d’évaluer ne serait-ce qu’un peu la puissance à laquelle elle pouvait s’attendre, même si celle-ci n’était pas encore à son paroxysme, même si ce n’était qu’un échantillon. Cependant elle doutait qu’elle puisse en faire de même cette fois-ci….

Ayumi était dévorée par le désir insatiable d’affronter Conquest, mais bien que folle, elle n’était nullement inconsciente. Ce duel, elle le savait perdu, du moins partiellement, car il fallait être bien trop arrogant pour penser qu’elle puisse vaincre ce cavalier. Certes, elle avait pris la vie d’un de ses frères mais seulement parce que leur essence même s’accordait et que les temps avaient changé.

*La Guerre ne peut vaincre la Conquête, celle-ci est son aînée, son parent, sa mère nourricière.*
Après tout, combien de guerres trouvaient son origine dans la recherche de conquête ?
Ayumi par nature éprouvait un respect pour la créature qui lui faisait face mais cette nature même la poussait à la braver. Il lui fallait goûter de cette puissance, il lui fallait ressentir les coups, la chair, le mordant. Depuis toutes ces années qu’elle attendait un duel qui en mérite le nom, elle devait se montrer à la hauteur, quitte à finir sous la lame du Premier de son espèce. Elle n’était que combat.

Ayumi dans un geste commença à dégainer Shieien, mais alors que son sabre chantait délicieusement à l’air libre, elle élança son pied gauche vers le cou de son adversaire ; prête si son attaque venait à échouer à pivoter entièrement sur elle-même et à trancher dans le même mouvement.
Son esprit calculait les possibilités d’esquives, de parades, de contre-attaques, analysant la taille, le poids, la force. Tout était pris en compte, et le résultat donnait un éventail de choix et de scénario que l’imagination même ne suffisait à créer mais elle s’attendait à tout, éveillant ses sens et son instinct.


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conquest

Cavalier
Cavalier
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2014


Vos Infos
Race: Démon
Fonction : Cavalier de l'Apocalypse
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Dim 24 Aoû - 13:43

7500 ans d’existence, presque autant à combattre. Pourtant c’était bien la première qu’il voyait quelqu’un d’aussi enthousiaste à l’idée de l’affronter, plus que cela même, c’était la première fois qu’il voyait quelqu’un se jeter sur lui avec autant d’ardeur.

Comme un souffle de vent le cavalier de la guerre s’élança vers lui tout en dégainant son sabre. Conquest pu presque entendre la lame de la jeune guerrière fendre l’air tant celui-ci était rendu épais par l’affrontement de leurs auras tandis qu'elle commençait à le dégainer. S’il se dressait face à elle lui donnant l’impression d’une armée prête à fondre sur son ennemie, la jeune fille lui donnait l’impression que c’était la violence à l’état pure et la sauvagerie du combat eux même qui se jetaient sur lui.

Pour la première fois depuis bien longtemps il se surprit à sentir son cœur battre un peu plus vite. Aussi profondément que soit enfoui en lui ce qu’il était, quelle que soit l’épaisseur de la chape de lassitude qui s’était abattue sur son âme il n’en restait pas moins un combattant et pouvoir combattre contre la guerre en personne était toujours quelque chose de motivant.

Il avait déjà combattu par le passé contre son prédécesseur, l’un et l’autre motivés par leur incarnation propre, néanmoins Ayumi lui renvoyait une impression bien différente que tout ce qu’il avait pu connaître avec l’ancien cavalier. Là où il n’y avait que sauvagerie et puissance pure, hurlement et débordement de puissance aberrante, la jeune fille se montrait significativement moins démonstrative. Malgré l’aura de violence qui émanait d’elle on voyait dans sa manière de bouger que la sauvagerie avait laissée place à la technique et que l'affrontement n’allait pas se baser uniquement sur la puissance pure.

Comme pour illustrer son propos, il ne vit non pas la lame arriver sur lui mais bel et bien le pied du démon en face de lui, manœuvre surprenante qu’il n’avait que rarement rencontré, la plupart des guerriers ne se battaient qu’avec leurs armes et rarement avec leur corps entier. Mais après tout il était en face de l’incarnation de la guerre, que son corps soit lui aussi une arme en soit n’était que logique après tout.
Le coup était rapide, précis et il voyait dans la manière qu’avait le tissus des vêtements de son adversaire d’être tendu par les muscles de celui-ci, qu’il ne manquait pas de force non plus. Devait-il parer ou simplement éviter ? Il était évident que dans tous les cas la lame du sabre n’allait pas tarder à suivre pour un enchaînement ou une contre-attaque.

Ses yeux rubis plongeaient dans ceux d’Ayumi, Conquest avait ainsi une vision globale de son adversaire, sa vision périphérique lui permettant de mieux capter les mouvements tandis qu’il tentait de déchiffrer dans le regard de la jeune fille quel allait être son prochain mouvement. La manœuvre de la jeune fille était audacieuse, mais dangereuse, quelle que soit l’issue de sa première attaque elle allait devoir tourner sur elle-même pour lui porter son prochain coup. En un sens c’était malin elle allait ainsi profiter de l’inertie produite par son propre poids pour accélérer l’impact de sa lame sur lui…Mais il y avait une faille.

Sa main n’avait toujours pas quitté la fusée de son épée et celle-ci reposait toujours dans son fourreau. Il s’agissait là d’une épée plutôt simple, loin d’une épée longue ou d’une batarde une simple épée à une main, le pommeau large, arrondis et légèrement ouvragé permettait grâce à sa lourdeur un maniement tout en fluidité pour peu que l’on ait la main sûre et le poignet aguerri. La garde était quasiment inexistante, à peine un renflement orné de rune qui venait enserrer une lame de 65 centimètre à double tranchant que parcourait sur chaque face une gorge peu profonde. Son arme était relativement courte par rapport à d’autre que l’on pouvait croiser chez les démons mais elle était amplement suffisante pour étriper qui que ça soit, et présenter l’avantage de ne nécessiter que peu d’amplitude pour être maniée à plein de son potentiel.
Au moment où le coup allait porter, Tout le corps de Conquest se mit en branle. Il se pencha en arrière pour laisser passer le coup, pivota aussi rapidement que le pied arrivait sur lui de manière a presque rouler le long de la jambe d’Ayumi jusqu’à se retrouver dos à dos tandis qu’elle amorçait son enchainement. Coller ainsi à son dos il s’assurait d’une part d’être trop près pour qu’elle puisse réellement le blesser si la lame venait malgré tout mordre sa chair mais surtout emporter par l’inertie il profitait du moment d’apesanteur de la jeune fille, le moment où elle ne disposait plus d’appuis pour se dégager pour donner dans son mouvement de rotation un puissant coup de coude dans le dos de la démone profitant lui aussi de son inertie.
Pris dans son mouvement sa main droite dégaina à son tour son épée, la tenant comme un poignard, présentant le pommeau et non la lame dans le but de maintenir une silhouette compacte qui ne se prêtait guère à la prise au corps ainsi, que pour garder l’avantage de pouvoir maintenir le contact sans pour autant être gêné par la taille de sa lame.

Il se ramassa sur lui même et en une fraction de seconde donna une poussée de sa jambe gauche pour avancer sur Ayumi afin de profiter de sa vitesse et de sa puissance pour lui porter un coup qui s’il la touchait serait appuyer sur la quasi-totalité de la longueur de sa lame par le poids de son avant-bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Jeu 28 Aoû - 19:46

Ayumi
Malgré la lueur de surprise qu’elle aperçut l’ombre d’un instant brillé dans son regard, malgré la rapidité et la précision d’exécution de son attaque –bien que non à son apogée- le pied n’embrassa que le vide. Ayumi laissa le mouvement suivre son cours, saisissant du coin de l’œil l’action qu’exécutait son adversaire. Elle esquissa un rictus, serrant les dents tandis que son grand dorsal l’élança d’une vive douleur. Déséquilibrée par la violence de l’attaque, la jeune fille bascula vers l’avant et afin de retrouver sa balance fit quelques pas,  avant de faire volt face. L’homme avait dégainé et s’élançait sur elle. Immobile, elle attendait et lorsque la distance fut appropriée, elle recula d’un pas et se laissa tomber, un genou à terre. Dans le même geste Shieien bondit hors de son fourreau et chercha à faucher les jambes du cavalier dans un tracée ascendant.

Conquest
Son coup d'épée n'embrassa que le vide quand il s'élança vers elle. Elle avait anticipé et elle était en position de riposte alors que Conquest était encore pris par son élan. Il n'avait plus le temps de changer de direction ou de battre en retraite.
Le sabre d'Ayumi était déjà hors de son fourreau et fendait l'air dans un sifflement aigu vers ses jambes. Il ne pouvait parer sans mettre en danger le reste de son corps et il était bien trop tard pour faire quoi que ça soit d'autre que d'avancer et d'attaquer.
Attaquer alors qu'il était ainsi en position défavorable? S'il attaquait lui aussi il allait forcément prendre au moins une partie du coup. Mais avait-il vraiment le choix?
Quand le loup est pris au piège il se coupe lui-même la patte pour continuer à avancer. Tel était le combattant un loup parmi les agneaux et il n'était pas dit qu'il se laisserait débiter en morceau sans rien faire.

D'une violente poussée de son appui au sol le plus sûr il se jeta en avant vers la démone et tandis qu'il entamait une vrille au-dessus d'elle élançant son épée vers son épaule il sentit mordre dans la chair de son mollet le sabre de son adversaire. Il roula au sol sur un ou deux mètres avant de se rétablir, faisant abstraction de la douleur, jugeant qu'aux vues de la situation il ne s'en était pas trop mal tiré. Il était prêt à encaisser un nouvel assaut au cas où son attaque n'aurait pas portée.

Ayumi
L’élan avait contraint le cavalier a transformé son attaque, la jeune fille le vit décoller du sol et jugeant alors qu’il était inutile de garder les yeux ouverts puisque son adversaire n’était plus face à elle, elle les ferma, laissant son sabre parcourir son bout de chemin. Elle sentit le fil de sa lame percuter tendrement un obstacle et l’odeur du sang envahit instantanément ses sens. Elle avait une appétence hors norme pour ce fluide rouge telle qu’il aurait été possible de croire qu’elle fût vampire mais il n’en était rien, si ce n’est une simple déficience mentale datant de l’époque où elle était encore en vie.
Shieien venait à peine de goûter à la chair qu’Ayumi ressentit une douleur désagréable au niveau de son épaule. L’homme dans son saut était parvenu à effectuer une rotation sur lui-même afin de l’atteindre, et elle, au sol n’avait pu que se laisser tomber en arrière mais elle avait perçu qu’un brin trop tard le sifflement de l’épée proche d’elle. Dans un mouvement de pivot, elle se redressa, se propulsant du sol afin de se rapprocher vivement, enchaînant au vol, une attaque en estoc.    

Conquest
A peine avait-il eu le temps de la voir se redresser qu’elle était déjà sur lui prête à le transpercer de sa lame puisqu’elle bondissait sur lui pour lui porter un coup d’estoc. Il était possible de réduire les dégâts causés par un coup de taille en allant à sa rencontre pour intercepter le mouvement avant que celui-ci n’ait atteint son amplitude maximale et donc ne soit vraiment dangereux, il en était tout autrement avec un coup d’estoc, si celui-ci portait la lame allait faire des dégâts en interne quel que soit son point d’impact.

De par la position d’Ayumi il ne voyait guère de moyen de contre-attaquer de manière vraiment efficace, d’autant que sa blessure à la jambe l’empêchait de trop prendre appui dessus et malheureusement il n’avait pas le temps pour un repositionnement alors qu’elle s’apprêtait à frapper. Elle était en effet déjà en train de se jeter en avant se détendant soudainement comme un cobra frapperait sa proie. Le choc risquait d’être rude mais Conquest comptait sur le fait que son coup à l’épaule ait porté et que son estoc ne serait pas aussi violent qu’elle l’aurait voulue. Il attendit qu’elle soit happée par la force cinétique de son mouvement pour se pencher en arrière au dernier moment sauvant de peu sa gorge. Tandis qu’il se laissait aller en arrière il chassa violemment le sabre avec sa lame vers la droite pour déséquilibrer le cavalier de la guerre tout en attrapant de sa main libre sa ceinture pour la projeter par-dessus lui.

Seulement le surplus de poids soudain et l’effort demandé sur sa jambe blessée fit jaillir un flot de sang et mettant genoux à terre il ne put envoyer Ayumi aussi loin qu’il l’aurait souhaité, assez violemment néanmoins l’espérait-il pour l’empêcher de se réceptionner correctement. Il prit une seconde pour souffler en se relevant avant de se jeter sur son adversaire lui portant un coup d’estoc à une main vers son plexus, juste avant que tout son corps soit complètement tendu et alors qu’il ne lui présentait qu’un mince profil il se déroba tournoyant soudain du côté de son épaule blessée pour un coup de taille vers ses hanches.

Ayumi
Shieien hurla de mécontentement lorsque sa pointe ne trouva que le néant. Lui qui adorait le sang attendait de pouvoir en goûter plus que la mise en bouche qu’il avait eu l’instant plus tôt. Allait-il donc devoir se satisfaire d’un simple mollet ? Il grondait contre sa porteuse, lui insufflant qu’elle était décidément amoindrie et bien incapable en ce jour, et Ayumi comme à son habitude ignora la remarque. Elle était charmée de pouvoir enfin se défouler un peu, et même s’ils n’en étaient qu’à l’échauffement, se taquinant gentiment à coup de petits éraflures, cela était déjà bien plus qu’elle n’avait pu obtenir depuis des années. Oh, il était vrai que certains disciples savaient lui tenir tête mais elle était néanmoins obligée de retenir ses coups si elle ne voulait pas trop rapidement les achever ou définitivement les blesser. Ces derniers étaient incapable d’effectuer une attaque sans ouverture, et pire encore ils n’en étaient même pas conscients, présentant un nombre de failles qui sur le champ de bataille leur apporterait une mort certaine.

Le sabre vibra sous le coup de l’épée, elle laissa l’élan emporter son bras, ne cherchant pas à y résister inutilement. Son épaule partie en arrière et alors qu’elle revenait pour contre attaquer, l’homme l’attrapa et la vit voler. Ayumi observa ce dernier tomber à genou alors qu’elle se servit de l’impulsion qui lui était offerte pour s’étendre de toute sa longueur et elle termina sa chute dans une roulade, englobant son arme afin d’éviter de se blesser bêtement avec. Elle se retrouva aussitôt le sol percutée sur ses deux pieds.

La vérité était que la Guerre avait une grande agilité, et que le combat aérien était un jeu qu’elle appréciait grandement. De son vivant la forêt avait été son territoire, et les hauteurs son allié. Elle avait appris à sauter, à tomber, à se réceptionner et de par sa petite taille, ses frères la taquinaient souvent en la propulsant, un peu comme il venait de le faire…. Oui, les enfants s’amusent comme ils peuvent, et des enfants guerriers ne valent pas mieux.

Ayumi vit la frappe venir droit vers son plexus et alors qu’elle s’apprêtait à riposter par une immobilisation du membre, elle vit son adversaire complétement disparaître sur son côté droit. La parade qu’elle était sur le point d’effectuer, se transforma rapidement, abandonnant son bras droit dans sa position actuelle, elle leva le gauche, parallèle au sol, juste au-dessus de sa tête, Shieien longeant  son flanc, la protégeant ainsi de la tête jusqu’au genou. Elle s’aida de son bras droit afin de stabiliser la lame à l’impact de l’épée. Le choc fut violent, et la douleur remonta dans son épaule alors qu’elle contractait les muscles afin de garder une meilleure maîtrise. Elle n’eut pas le temps de réfléchir, qu’elle s’élança vers l’avant, maintenant le contact de sa lame contre celle de son adversaire, et à portée, elle lui lança la paume de sa main droite d’un mouvement vif et sec vers son menton.

Conquest
La parade avait été effectuée avec brio et il ne pouvait que saluer la rapidité d’adaptation de la démone à sa feinte. Peu aurait été capable de trouver un moyen de s’en sortir. Par sa simple force Conquest coinçait l’épée d’Ayumi entre le corps de cette dernière et sa lame, aussi, tant qu’il ne retirait pas sa lame, elle était dans l’incapacité de se servir de la sienne. Là encore elle fit preuve d’ingéniosité en libérant sa main droite puisque finalement son sabre tenait très bien comme ça sans qu’elle ait besoin de forcer dessus de ses deux bras, pour envoyer un coup de la paume vers le menton de Conquest.
Ayumi se retrouvait donc avec son épée neutralisée, forcée de pousser sur ses jambes pour maintenir la pression et son unique bras de libre en train d’attaquer le visage de Conquest. Celui-ci décida de rendre hommage à sa capacité à se servir de son corps comme d’une arme, ce qu’elle faisait très bien jusque-là, en lui rendant la pareille.

Redonnant une poussée de son bras droit sur le sabre de la jeune fille, juste pour s’assurer qu’il ne bougerait pas, il passa prestement son bras gauche en travers du chemin de la main de la jeune fille, déviant le coup avec son mouvement, il agrippa la nuque de la démone et l’attirant soudainement violement vers lui et s’appuyant sur sa jambe valide la gratifia d’un coup de genou dans le diaphragme avant de redonner une poussée vers l’arrière poussant sur sa nuque avant de la lâcher pour qu’elle s’écrase face contre sol pendant qu’il effectuait une roulade en arrière avant de se réceptionner sur ses appuis près au combat.

Ayumi
Alors que son attaque était déviée, Ayumi devait reconnaître qu’elle était en fort mauvaise posture, et elle tenta cependant un coup du tranchant de la main droit sur la gorge, cependant elle fut saisit par la nuque et vivement déséquilibrée alors qu’il l’attirait à lui. La jeune fille se vit courber de force par la pression exercée et alors qu’elle aperçut le genou s’élever droit vers elle, elle décida de tenter une étrange opération. Sa main recula afin de trouver l’élan suffisant pour venir frapper directement dans le foie de son adversaire tandis qu’elle effectua un léger sautillement juste au moment de la frappe afin d’espérer atténuer le choc. Malheureusement cela n’eut un résultat que trop minime, et elle étouffa un hoquet alors que son souffle se coupait. Elle n’eut pas le temps de s’en remettre que déjà il la tirait vers l’avant, agrippant fermement sa nuque afin de la faire trébucher.

Dans ce geste elle ressentit Shieien plus libre et le danger étant quelque peu plus écarté, elle tenta une coupe dans sa chute, ramenant son bras gauche vivement vers son flanc correspondant, son compagnon sifflant dans les airs, la pointe s’élançant vers Conquest. Un peu dans les vapes, Ayumi ne savait pas trop si une de ses attaques était passée, bien qu’elle en doutât fort, elle pouvait toujours espérer que ses instincts avaient eu raison de son intelligence. Elle heurta le sol, sacrifiant son bras droit pour protéger sa tête.

La gamine resta un moment au sol. Elle savait son adversaire déjà prêt à enchaîner, mais elle resta là, un instant allongée, face au sol, le bras droit sous son visage, le gauche devant elle, la lame à terre et pourtant dirigée vers l’homme. Elle prit une profonde inspiration puis expira lentement.  Elle se regroupa sur elle-même, alors qu’elle s’apprêtait à se remettre sur ses deux jambes, sa main abandonna Shieien, et sans se poser plus de question, elle sprinta droit sur son adversaire. Lorsque le temps fut bon, elle s’éclipsa, son corps bascula entièrement en arrière, se réceptionnant sur une main tandis qu’elle lança ses deux jambes droit vers le menton de Conquest. Dès que son pied de réception fut au sol, elle enchaîna sur un coup de pied sauté afin de changer ses appuis et partit ensuite en arrière dans un flip afin de récupérer son arme. Elle se tint droite, rengaina, et toisa de son regard son adversaire, prête.

Conquest
On pouvait dire ce que l’on voulait la jeune fille était tenace. Malgré la violence du choc elle avait quand même essayée de l’attaquer avant de se résigner à essayer d’encaisser avec le moins de casse possible les coups.
Conquest était près, il attendait, tandis que la jeune démone était au sol face contre terre en train de reprendre son souffle il en était sûr. Tel le corbeau qui vol de travers pour faire croire qu’il est blessé ou malade et ainsi leurrer ses poursuivants il était sûr qu’elle était en train de bluffer et qu’elle n’était pas aussi atteinte qu’elle semblait le montrer. Elle était en train de temporiser.

Et comme il l’avait prédit la voilà qui s’élançait vers lui en sprintant sans son sabre ce qui eut le mérite de le surprendre. Le temps qu’elle parcourt la distance qui les séparait il prit une posture de défense ne sachant pas à quoi s’attendre si ça n’était à une attaque de corps à corps. Un instant avant l’impact lui revint le premier coup qu’elle avait tentée de lui porter. Bien lui en pris puisqu’il n’évita que de justesse le premier assaut de la démone en se jetant en arrière et ne put qu’encaisser en croisant les avants bras sur son torse le coup de pied sauté qu’elle venait de lui porter.

Elle valait le coup…Pour la première fois en plus d’un millénaire il était face à un adversaire qu’il avait vraiment envie de vaincre. Peut-être parce qu’elle se battait pour elle et pas pour une position sociale quelconque ou pour plastronner, elle était en face de lui à combattre pour l’amour du combat…Autant ne pas lui faire regretter le voyage.
Le temps qu’elle voltige dans les airs pour récupérer son arme une forte lueur venait de naître entre les mains de Conquest, une leur qui prit rapidement la forme d’une arme de lumière, une lumière si pure, si puissante que c’était comme regarder le soleil en face, il arma et une flèche de lumière se matérialisa.
Ayumi au moment où elle le toisait ne vit rien d’autre qu’un petit soleil qui ne se trouvait qu’a quelque mètre d’elle et qui dévorait la distance entre elle et lui a une vitesse effrayante.

Ayumi
Lumière. D’où venait cette lumière ? Si vive, si blanche, si douloureuse. La nuit était pourtant souveraine à cette heure-ci, alors comment cela était-il possible ?
Ayumi ne pouvait soutenir cette lueur, et la souffrance qu’elle ressentait au niveau de ses yeux était telle que ses pensées se retrouvaient complétement embrouillées, si bien qu’elle ne fit guère le lien logique entre cet halo soudain pourtant lorsqu’elle parvint à se faire à ces nouvelles circonstances –ce qui en réalité ne dura que quelques courtes secondes- elle voulut se fracasser le crâne contre un mur tellement sa stupidité à ce moment-là lui était affligeante. Quelle était l’arme utilisée par Conquest ? Arme qu’elle avait vu et revu, lu et relu dans la chronologie des cavaliers, cette même arme qu’elle avait pensé particulièrement puissante et avait espéré ne jamais avoir à l’affronter…. L’arc de lumière. Il avait bien un autre nom, mais c’est ainsi qu’elle l’avait retenu.

Et le petit soleil ambulant fonçait droit sur elle, sauf qu’elle ne le vit nullement, actuellement aveuglée mais sa rage et son excitation avaient été décuplées par cette nouvelle surprise. Ainsi, elle était en danger ? Ainsi le combat se corsait ? Alors il ne pouvait en être que plus délicieux. Un rictus déforma ses traits parfaits, alors que l’atmosphère devenait particulièrement étouffa sous l’aura combattive e la jeune fille qui ne faisait qu’accroître, encore et encore. Un sifflement attira son attention, tel le hurlement des ténèbres qui se déchiraient sur le passage de ce petit rayon, elle ferma les yeux, de toute manière ces derniers étaient inutiles, un voile noir l’empêchait de voir quoi que ce soit et elle effectua un pas sur le côté, un seul, avant que sa chair ne se déchire brusquement et qu’elle n’étouffa un grondement.

Sa peau crépitait mais aucun doux parfum métallique ne lui parvint, aucune sensation d’un liquide dégoulinant le long de son bras ne se fit ressentir. La flèche l’avait frôlée, et le peu qu’elle avait touché s’était aussitôt cautérisée sous sa chaleur. Ayumi porta lentement sa main à la plaie, elle l’analysa sans pouvoir la voir mais elle jugea que cela était purement superficielle alors d’un susurre aussi cruel que l’hiver :

« Est-ce là tout ce dont vous êtes capable ? »

Oui…elle osait le provoquer alors qu’elle était parfaitement consciente de sa situation. Ayumi laissa envahir un peu plus sa présence sur le dédale, elle laissa sa fougue emporter par suffocation toutes créatures psychiquement faibles et le rictus qui déformait jusqu’alors son visage se dissipa doucement.


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conquest

Cavalier
Cavalier
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2014


Vos Infos
Race: Démon
Fonction : Cavalier de l'Apocalypse
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Ven 29 Aoû - 0:44

Conquest
Conquest sourit sous le coup de la bravade. Elle pouvait faire la fière parce que la flèche l’avait frôlée et cela grâce à une esquive plutôt impressionnante, la soudaine lumière contrastant avec la pénombre avait sans doute brouillée sa capacité à voir et elle n’avait pu que faire confiance à son instinct pour l’éviter ce qui était assez incroyable…Toujours est-il qu’elle n’en avait pas conscience mais cette trainée d’énergie qui l’avait atteinte faisait maintenant croitre en elle des millions de micro-organisme contre lesquels son corps était sans défense. Bien sûr, par rapport aux dégâts causés par la flèche ils n’étaient que peu nombreux. Suffisamment cependant pour croître de plus en plus au fur et à mesure que le temps passait, chaque seconde voyait leur nombre enfler encore et encore. Et il lui suffisait maintenant d’attendre que tranquillement il conquiert sans rien faire le corps du cavalier qui se dressait face à lui pour lui montrer une partie de l’étendue de ses capacités. Bien sûr ça n’était pas très sport…C’était une manière de voir les choses, mais il n’était pas question ici d’une quelconque compétition. Il se devait de montrer à Guerre qu’elle ne devait pas être déçue de le rencontrer enfin.
« Il faut croire… » Se contenta-t-il de répondre à la jeune démone en face de lui.

Toujours est-il qu’il était difficile de regarder dans sa direction tant son arme irradiait d’une lumière violente si elle se forçait à le regarder elle pouvait voir qu’ainsi illuminait sa peau si blanche et ses yeux si rouge lui donnait vraiment un air...le seul mot qui venait à l’esprit était démoniaque, il n’y avait pas vraiment besoin de forcer son imagination pour se figurer la réaction des simples mortels qui le croisait ainsi sur un champ de bataille.

« Continuons-nous…Ayumi ? »


Ayumi
Agacée de devoir fermer les yeux constamment, la jeune fille profita d’un instant de battement pour plonger la main dans le pli de son haut, ses doigts frôlèrent un tissus soigneusement plié et visiblement imbibé de sang car elle le sentait trempé, elle n’avait pas réalisé qu’il avait épongé les dégâts de l’épaule pour laquelle elle ne s’était pas attardée plus tôt. Elle le sortit de sa cache et le déplia paisiblement avant de le porter à son visage. Elle banda sa vue, nouant suffisamment pour que cela tienne sans qu’elle ne s’en préoccupe plus. Ainsi elle se sentait soulager, plus à son aise, et elle ne risquerait pas par mégarde ou insouciance soudaine de se brûler définitivement la rétine devant cette cruelle lumière. Elle méprisait la lumière, elle ne savait pas pourquoi, cela avait toujours été ainsi et vivante le jour l’affaiblissait… il en était encore le cas à présent mais elle savait s’y accommoder grâce à de la patience et aux siècles qui depuis s’étaient écoulés.

Enfin, elle reposa sa main gauche sur son sabre, l’autre relâché le long du corps et en guise de réponse à la question qui lui fut posée, elle hocha tranquillement la tête. Tout de même quelle question saugrenue, pensait-il réellement qu’elle allait renoncer à un tel duel ? De toute manière, la Guerre avait-elle jamais tourné le dos au moindre affrontement ? Elle soupira silencieusement. Il y avait un drôle d’échos en son être, quelque chose d’étranger en ce corps, et bien qu’une idée lui sauta à l’esprit, elle préféra l’écarter pour le moment. Il n’était jamais bon de trop penser lors d’un combat, et ses connaissances étaient telles que si elle se mettait maintenant à réfléchir, elle finirait par imploser tant la situation était à son désavantage et rendait cet échange amèrement délicieux. Oui, la Guerre aimait les difficultés et plus la stratégie, plus la situation devenait complexe, plus elle pouvait y trouver un quelconque intérêt. Et une part d’elle ressentait un certain enthousiasme se propageant lentement en Conquest.

Ayumi ne fit qu’un pas, un seul en direction de son adversaire, elle n’était pas en position de garde mais tout son être était prêt à réagir.


Conquest
Elle venait de se bander les yeux…Malin ainsi elle n’aurait plus besoin de lutter contre le passage constant de l’ombre à la lumière et quand bien même elle aurait été tentée d’ouvrir les yeux le bandeau l’en empêcherai. C’était assez saisissant de voir ce bandeau poisseux de sang qui contrastait avec la pâleur sa peau. Du sang sombre perlait sur ses joues donnait l’impression qu’elle était en train de pleurer, c’était presque poétique d’imaginer la guerre pleurer des larmes de sang. Néanmoins Conquest ne se laissa pas plus que cela gagner par le côté contemplatif de la scène, on ne rêvassait pas quand on avait la Guerre en personne en face de soi, c’était quelque chose d’assez létal généralement.

Depuis sa soudaine augmentation l’aura meurtrière autour de la jeune fille ne semblait avoir de cesse de s’accroître toujours un peu plus au fur et à mesure que le temps passait. Cela en devenait presque inquiétant. Non pas qu’il ait eu peur, simplement il aurait trouvé dommage d’avoir à tuer la démone qu’il avait en face de lui…Et il se félicitait de l’emploi de son arc, cela lui permettrait de contrôler Ayumi avant que tout cela ne parte bien trop loin au goût de tout le monde…Oh il n’avait pas spécialement peur de devoir la tuer ou même mourir aller savoir…Il n’avait même pas spécialement peur des conséquences mais même diminués un affrontement entre deux cavalier pouvait avoir des conséquences désastreuse et il n’osait imaginer l’explication que l’un ou l’autre allait devoir fournir pour un dédale réduit en cendre et un cadavre de Cavalier…Il aurait préféré mourir simplement pour échapper à cela.

La jeune fille était prête au combat…Lui aussi mais il n’était pas pressé de se relancer dans la bataille, plus le temps passait plus la victoire lui était acquise tandis qu’à l’intérieur d’Ayumi, se multipliait invisible et indétectable les graines de sa conquête du corps du cavalier de la guerre. Il se demandait où il allait frapper en premier…Et comment elle réagirait…Il comptait le garder pour la fin…Un espèce de bouquet final si on voulait.

Il leva son arc et tira doucement la corde de lumière vers son visage, il ouvrit alors les doigts de sa main qui tenait la corde et suivant prolongement de ses 4 doigts libres, le pouce servant à maintenir la corde, apparurent des flèches de lumière qu’il envoya vrombirent en direction d’Ayumi, allaient-elles toucher ou non ? Qu’importe l’idée ici était de lui permettre de tromper l’ouïe et les sens de la jeune démone par tous ces déplacement d’aura pour lui permettre de se replacer et de disparaître, elle voulait combattre dans le noir après tout…Autant lui offrir ce plaisir.


Ayumi
*He gamine, tu comptes jouer encore longtemps ?
- ….
- Si tu ne t’y mets pas ne serait-ce qu’un peu sérieusement tu risq…
- Et alors ?*

Shieien rugit, frustré. Cette enfant était insupportable, elle ne pensait qu’à s’amuser. Bien qu’elle savait la puissance de son adversaire, qu’elle connaissait ses aptitudes elle était trop happée par le désir de tout découvrir, de tout affronter par elle-même pour se soucier des conséquences. Elle n’était pourtant ni ignorante ni bête mais la passion embrasait tout, et la raison ne faisait nullement exception. Ce qui dérangeait particulièrement était cette manie qu’elle avait de cacher son véritable potentiel afin de pouvoir confortablement évaluer son opposant ; ce m’étant bien souvent en danger inutilement. Malheureusement le souci était là, elle aimait bien les situations compliquées et puis, elle aimait bien être obligée à se dévoiler car si la personne parvenait à la contraindre, cela ne pouvait que signifier une chose…

Ayumi était attentive à tout son environnement. Elle sentait que quelque chose se préparait lentement et puis soudain, elle perçut des points de chaleur, d’énergie pure tout autour d’elle, l’encerclant. Elle resta immobile, analysant. Les quatre flèches sifflèrent et piquèrent à son emplacement. Elle n’y était plus, elle n’était plus nulle part en vue. La vitesse de déplacement et de frappe de la Guerre était de loin sa capacité la plus développée avec son agilité. En effet, elle n’était pas la plus puissance, elle n’était pas la plus forte malgré sa nature mais ses connaissances et sa pratique de divers arts martiaux, technique de combat, armes… lui avait permis d’acquérir une souplesse et une rapidité sans pareille. Cela était d’ailleurs sa signature que de donner l’impression de disparaître, une technique qu’elle appréciait particulièrement utiliser lorsqu’elle était d’humeur à torturer mais telle n’était pas le cas actuellement.

La jeune fille prit une profonde inspiration, humant l’air, son oreille tendue, elle écoutait le cœur même de l’émanation d’aura de son opposant, l’arc était à lui-même une concentration particulièrement impressionnante et elle se demanda quelle sensation cela pouvait faire que de le tenir. La brûlure au niveau de son bras par un petit pique de douleur la dissuada de ne serait-ce que d’y penser.

Recroquevillée sur elle-même, le regard -bien que bandé- penché en direction de sa proie, Ayumi s’apprêtait à bondir. Elle prit appui contre son perchoir vertical et d’un mouvement puissant, elle s’élança droit sur le dos de l’homme, main sur le sabre. Elle guettait la possible flèche qui pouvait lui être porté s’il venait à sentir son approche, et cachée dans sa manche, prêt à lui tomber dans la main, Michi attendait le bon moment –si jamais celui-ci se présentait- pour aller se loger sous la gorge de Conquest.


Conquest
Conquest ne bougea pas il la laissa venir dans son dos, il ne s’était même pas retourné vers elle, il avait simplement fait quelque pas en avant pour éviter qu’elle ne l’attaque tout de suite…C’était à point jugeait-il. Il n’avait qu’à attendre encore quelques instant de plus et il pourrait faire une surprise amusante à la jeune fille qui venait d’arriver dans son dos. Il ne savait pas trop comment elle accueillerait ça…Mais lui ça allait lui plaire.


Ayumi
L’homme ne bougea pas et Ayumi lui arrivait droit dessus, tel un tigre sur sa malheureuse proie. Cependant alors que le félin s’approchait, ses instincts l’avertirent qu’il y avait un piège, qu’elle ne devait pas continuer dans cette direction au risque de s’y brûler les pattes. Pourtant l’attaque était lancée et l’étrange vague de satisfaction qui la frappa de plein fouet lui était étrangère. D’où venait ce soudain sentiment ? Elle ne saisissait pas la nature exacte de ce qui se passait mais son empathie lui permettait de ressentir l’amusement qui s’emparait de son opposant. Il préparait quelque chose. Elle s’en était doutée, il y avait une erreur dans le tableau mais tant pis, elle aviserait.

Ayumi dégaina avec une rapidité et une précision qu’elle n’avait jusqu’alors nullement démontré, sa lame plongeant droit sur la hanche de Conquest afin de remonter vers son épaule. Sa lame devait mordre la chair, Shieien était déterminé à obtenir le sang de ce cavalier et la jeune fille voulait au moins satisfaire ce désir là avant de tomber droit dans les filets qu’elle sentait se resserrer sans comprendre. Qu’était-il en train de lui préparer pour que cela le réjouisse ? L’idée consuma la Guerre dont l’aura explosa autours d’elle… la curiosité est un vilain défaut….


Conquest
Conquest voyait arriver le sabre à la vitesse de l’éclair vers ses hanches, elle était partie pour le couper en deux. C’était un peu dans cette optique là qu’il réservait cette petite botte secrète qui était maintenant arrivée à maturation. Ses yeux toujours braqués sur le corps en mouvement de son adversaire il voyait circuler en elle comme en surimpression les millions d’organisme microscopique qui avaient peu à peu pris possession du corps de la jeune fille se servant de son système sanguin pour se propager rapidement et ainsi attaquer sur plusieurs fronts. Elle aurait pu ralentir la propagation en restant au repos, son cœur pompant moins vite l’avancée des troupes de Conquest aurait été fortement ralentie. Mais en rythme de combat…c’était du pain bénis, le cœur battant plus vite il en allait de même pour la circulation sanguine et les millions d’organisme étaient maintenant prêt à attaquer, n’attendant plus que le signal de leur maître pour accomplir leur sombre besogne.

Il n’avait jamais vraiment compris comment cela marchait…Ca n’était pas scientifique, c’était plutôt d’ordre magique en fait…ça il en était sûr car jamais il ne transmettait une maladie connus, c’était un mal qui décimait mais il n’en existait rien d’approchant c’était en quelque sorte un fléau unique…le siens…à lui.
C’était sans doute de là, se disait-il que lui venait le nom parfois utilisé de pestilence…Rapport à l’état du camps adverse quand il avait fini de propager son venin…Car non content de pouvoir infecter il se pouvait que cela soit extrêmement contagieux…Bien sur ça…c’était avant qu’on ne le rappel au manoir, maintenant il était limité aux seules personnes qu’il pouvait bien atteindre.

Bref, la lame se rapprochait tout de même…Aussi lança t’il l’ordre d’attaque…Dans un premier temps sur les poumons de la jeune démone qui se vidèrent soudainement de leur air pour se bloquer la réduisant ainsi à l’asphyxie, dans le même temps il arrêta son cœur pour voir comment elle allait réagir.
Conquest n’était pas inquiet…ce qu’il faisait, il pouvait le défaire avec l’arc d’apollon…Même si elle n’allait pas être d’accord la jeune démone ne risquait rien…pour le moment.


Ayumi
La lame vibrait d'impatience, elle n'était plus très loin, plus que quelques centimètres, plus qu'une seconde, elle pouvait déjà ressentir la chair fondre sous le délicat mais oh combien fatal tranchant de son métal. Elle ressentait déjà le liquide pourpre souillé son corps, la baignant d'une douce chaleur.
Shieien susurrait à son maître de ne surtout pas se retenir, de laisser ses plus bas instincts prendre le dessus, de répondre à cette soif de sang dont elle souffre continuellement. Oui Shieien redoutait qu’elle ne l'arrête comme elle l'avait fait bien des fois, le torturant en l'obligeant à caresser la proie convoitée sans pouvoir y mordre ne serait-ce qu'un peu, le condamnant ensuite à l'obscurité de son fourreau. Il lui était affligeant d'avoir un tel possesseur mais lorsque ce dernier libérait sa puissance rien ne pouvait égaler la jouissance qu'il ressentait alors. Ayumi seule pouvait répondre à son âme, il était après tout un fragment de la sienne.
Et le rêve se brisa. Le mouvement se figea, là, suffisamment près pour qu'il sente le tissu l'effleurer à chaque respiration. Il hurla, libérant sa propre énergie mais il s'aperçut que sa guerrière ne respirait plus.

La Guerre hoqueta une ou deux fois cherchant son souffle. La douleur qui la brûlait de l'intérieur lui était étrangère tel un lointain souvenir depuis longtemps oublié. Alors qu’elle suffoquait, son esprit était dans l’incompréhension, analysant la peine qui ressemblait vaguement à la sensation d’un étranglement sans que cela ne soit tout à fait le cas, au contraire, c’était beaucoup plus intense, plus profond, plus…. Radicale. La jeune fille n’était pas du tout familière à cette agonie, il était bien rare qu’elle venait à s’essouffler.
Alors qu’elle s’effondra au sol, les muscles complètements asphyxiés, son cœur cessa. Un filet de sang s’échappa de la commissure de ses lèvres, non pas qu’une hémorragie interne fut présente mais de surprise elle s’était violemment mordue la langue. Son corps ne lui répondait plus et elle était en train de dépérir impuissance face à son aîné. Bien qu’elle ne craignît aucunement la mort, la gamine ne souhaitait pas en rester là. Elle avait encore tant de chose à accomplir, et le Chaos ne saurait-être en paix. Puissance… Force…Agilité…Rapidité…Guerrier. Voilà, elle avait trouvé quelqu’un qui pouvait encore lui apprendre, qui pouvait lui apporter, combler ce vide qui régnait en elle depuis qu’elle était cloitrée en ces lieux : la rivalité, l’envie de se surpasser, le conflit. Allait-elle tout perdre à présent ?

Agenouillée aux pieds de Conquest, le visage baissé vers le sol, les deux mains à terre. Elle cherchait, elle luttait ne serait-ce que pour un peu d’air et alors qu’elle se sentait partir, toute l’énergie déployée vint retrouver son réceptacle donnant l’impression de battre en retraite telle une armée ayant perdu son général.
Un hurlement déchira la nuit et elle entendit alors que sa tête heurtait le sol, Shieien rire d’une satisfaction comme il n’avait jamais éprouvé ; sa lame gorgée de sang, d’un sang puissant comme il n’avait jamais pu goûter, celui de Conquest, et elle l’entendit susurrer alors qu’un bruit sourd résonna : Gamine, réveille-toi.

Soudainement Ayumi ouvrit les yeux et elle s’élança, vivement, droit devant. Elle dégaina sans la moindre hésitation Shieien. Le sang gicla.


Conquest
Conquest venait d’intercepter la lame avec sa main, coinçant celle-ci entre sa paume et son pouce, la bloquant avec une telle vivacité et une telle fermentée qu’il avait bloquée la lame dans son élan avant que celle-ci ne puisse vraiment mordre dans sa chair. Malgré tout, le tranchant du cavalier de la guerre avait réussi à pénétrer un peu dans la main que lui avait opposé le cavalier de la conquête, oh rien d’important ni de très grave, simplement une estafilade lui courant sur la moitié de la paume et profonde de quelques millimètres, c’était suffisant dans une zone aussi vascularisée pour qu’un flot de sang rouge vive s’écoule abondement de la plaie, abreuve la lame d’Ayumi et vienne mourir en fleurs pourpre sur le tissus de la manche de Conquest, donnant un aspect curieusement brillant à l’étoffe noire.
Ne sentant plus de force dans la lame qui avait essayée quelques secondes plus tôt de s’abattre sur lui, le cavalier de la conquête relâcha son étreinte sur celle-ci et retournant sa paume vers le ciel il essaya de jauger les dégâts au travers du sang qui était en train de remplir sa paume. Il regardait cela d’un air presque fasciné, cela faisait bien longtemps qu’il n’avait plus vu son sang couler, il faut dire qu’il avait une existence plutôt oisive depuis qu’il était revenu du monde des vivants, la lassitude causée par un trop grand nombre de pertes, couplée avec le fait que peu de monde réussisse à éveiller son intérêt n’avait pas aider à l’impliquer dans cette nouvelle société démonique qui n’avait plus rien à voir avec ce qu’il avait laissé quand il était descendu semer la mort et la destruction sur le monde d’en bas…Ou d’en haut tout dépendait où se situait vos croyances.

Il releva le visage vers Ayumi, un visage neutre, aucune émotion ne transparaissait plus ni sur ses traits, ni dans son aura. La seule chose qui laissait à penser qu’il y avait encore de la vie dans cet être était ce regard d’un rouge si intense, la personne qu’elle avait en face d’elle n’avait plus rien à voir au Conquest qui s’était battue contre elle dans son esprit il y a un instant.

Parce que c’était bien de cela qu’il s’agissait, d’un combat purement psychique, chacun plongé dans les yeux l’un de l’autre, prêt à bondir au moindre mouvement de leur adversaire, testant simultanément des dizaines de scénario et de possibilité de résolution de combat en fonction de leurs connaissances respectives de l’autre. Ce combat spirituel s’était cette fois-ci soldé par la mort du cavalier de la guerre…Il n’en était en réalité rien, elle était bel et bien vivante en face de lui…mais s’il s’était livré à un combat sérieux il y a de forte de chance que son péché d’orgueil qui l’avait amenée à ne pas éviter vraiment la flèche l’aurait conduite à la mort. Bien sûr elle aurait pu se targuer dans son ultime pensée qu’elle lui avait causée une blessure plutôt sérieuse de laquelle il serait mort à sa suite…mais elle, elle serait simplement morte. Conquest se demandait tout de même quel effet allait bien pouvoir produire cette mort sur la psyché du cavalier de la guerre…Ce genre d’expérience qu’elle soit réellement physique ou purement psychologie n’était jamais des plus agréable à vivre et Conquest se laissait à penser que s’il avait pu bloquer aussi facilement le coup qu’elle venait de lui lancer c’était en grande partie parce qu’elle devait encore être sous le choc, il n’était lui-même pas spécialement bien...son esprit sentant encore dans sa chair la lame d’Ayumi ripant contre sa hanche pour aller ravager ses reins et percer son foie.

Perdre un duel de ce type, tant il est que perdre soit le mot juste dans cette situation, signifiait avant tout que c’était notre adversaire qui avait pris l’ascendant psychologique sur nous. Si nous combattions quand même nous avions en réalité déjà perdu le combat, de nombreux grand guerrier réglaient ainsi leur duel s’économisant ainsi une mort inutile. Bien sûr certaines têtes brulées préféraient quand même se battre quitte à mourir il y en avait toujours…Mais les guerriers qui duraient savaient quand ils devaient ou ne devaient pas mener une bataille. Dans le cas d’Ayumi elle ne devait pas aujourd’hui se mesurer à lui, elle s’était tout de même jetée sur lui. Pouvez-t-on lui en vouloir ? Pas vraiment…C’était la guerre après tout et elle était jeune, elle ne devait pas avoir eu son comptant de combat quand elle était dans le monde des éphémères, l’aurait-elle jamais de plus…

Il n’était nul besoin de poursuivre ce combat qui n’aurait mené qu’à la mort d’un des deux, plus préférablement celle de guerre, mourir ainsi manquait singulièrement de grandeur pour Conquest qui même s’il ne craignait pas spécialement la mort, même s’il se surprenait à l’attendre parfois, il avait malgré tout envie de partir avec un minimum de panache…Vaincre une dernière fois…
Il ne dit rien de plus…Il se contenta de passer un doigt ensanglanté sur la joue d’albâtre de la jeune fille laissant sur sa peau blanche une marque rouge courant du haut de sa joue droite jusqu’à la commissure de ses lèvres. Pourquoi avait-il fait cela ? Que voulait dire ce geste ? Le savait-il lui-même.

Un dernier coup d’œil à la jeune fille, l’ombre d’un sourire pâle et énigmatique passa sur son visage et il se retourna dans un claquement de sa cape qu’il n’avait finalement jamais quitté. Il avait manqué pour la première fois de sa longue existence un coucher de soleil, ça irait il avait eu droit à beaucoup plus intéressant, ce qu’il n’aurait pas cru si on lui avait annoncé le matin même d’ailleurs.
Il disparut dans le dédale comme une ombre dans la nuit ne laissant derrière lui qu’un léger bruissement de vent et quelques feuilles dansant dans le sillage de sa lourde cape.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: Juste un peu   Ven 29 Aoû - 17:14

Il ne fallut aux guerriers aucun mot de plus. Bien que Shieien ait mordu sa proie, il ne trouva nulle satisfaction au goût du sang qui le souilla et la jeune fille eut tôt fait de relâcher la pression qu’elle exerçait alors que son esprit était perturbé par l’échec qu’elle venait d’essuyer. Non, la Guerre ne se souciait rarement de l’issue d’une bataille, perdre ou gagner, vivre ou mourir, ne lui importait guère car seul le chaos était sa véritable victoire. Elle était faite de combat, son essence même n’était qu’affrontement et c’était pour cette raison précise que sa défaite actuelle lui laissait un goût amer. En effet, si aucun duel n’avait réellement eut lieu c’était tout simplement parce qu’elle n’avait pas été assez puissante. Elle n’était nullement parvenue à briser l’équilibre psychique de Conquest malgré l’éveil qu’elle avait pu créer en lui et cela la rongeait, de rage certes, mais il y avait autre chose… cette même pensée qui dans leur confrontation l’avait effleurée alors qu’elle se trouvait dans une situation délicate la menant à une mort certaine. Cette même pensée qui lui avait donné la force de pouvoir lancer une seule et dernière attaque, emportant avec elle son adversaire –bien qu’elle n’en était pas absolument certaine au vu de la situation- et surtout, la capacité de poursuivre cette attaque même après une mort psychique. Non, ce n’était pas de l’inconscience ou de l’orgueil mais simplement le délicieux parfum de la rivalité ; celui qu’elle attendait depuis des années, qui lui donnait envie de se surpasser. Elle avait à nouveau une raison de progresser puisque sa puissance actuelle ne suffisait pas pour que le chaos règne en tout être, elle l’acquerrait.

Cependant Ayumi constata le désintérêt qu’éprouvait alors Conquest à son égard. Bien qu’elle ait quelque peu éveillé sa flamme, il était loin de vouloir se dégourdir les pattes après tant d’années avec elle et ce fut avec une frustration immense qu’elle dut reconnaître sa défaite, renonçant alors au duel pour lequel elle patientait. L’homme la toucha, portant sa main ensanglantée à son visage, souillant sa peau parfaite d’une trace rouge qui devait probablement lui donner un drôle d’air, tel un demi-sourire de l’ange, cicatrice en moins.
Son regard dans le sien à ce moment-là, n’exprimait qu’une seule chose et il pouvait y lire la pensée comme si ce fut la sienne : Bientôt, tu sombreras dans le chaos.

Conquest avait quitté les lieux, sans un mot. La parole était à ce niveau inutile, leur aura avait communiqué ensemble, découvrant suffisamment de l’autre pour comprendre l’intérêt que chacun pouvait éventuellement représenter, pour eux, cavaliers, il n’y avait rien de plus à ajouter à cette rencontre, le dénouement était fait, la rencontre aussi. La prochaine fois tout sera différent, du moins c’était ce qu’ils attendaient, mais cela ne devait avoir lieu avant un certain moment, d’abord ils avaient d’autres choses à faire. Oui, il leur fallait d’abord méditer un peu.

Ayumi, restée seule dans le dédale, essuya du revers de la manche la trace de sang, paraphe de son aîné mais à peine eut-elle effacé cette souillure qu’une autre fit son apparition. Là, s’échappant de la commissure de ses lèvres, un filet rouge fila sur son menton, perlant sur sa veste. Elle déglutit, une gorgée de sang coula dans sa gorge.

*Si puissant…* pensa-t-elle un léger sourire aux lèvres.  

La guerrière fit gentiment glisser Shieien sur le tissu de son vêtement avant de le plonger à nouveau dans les ténèbres de son fourreau et, après quelques longues inspirations, elle s’en alla d’un pas souple et paisible. Finalement, sa petite visite dans ce labyrinthe s’était révélée tout à fait utile. Elle n’avait tué aucun de ses prétendus disciples, elle avait pu se déployer un peu, et elle y avait fait une rencontre intéressante qui par sa seule psyché était parvenue à la blesser.

Peut-être le vent était-il en train de tourner en sa faveur (d’une manière certes bien amer) ?

[sujet terminé]


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Juste un peu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Juste un peu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Juste pour rire
» photos du chariot de guerre ( juste monté )
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell :: Labyrinthe de Dédale-