Un forum où le commencement de votre personnage est sa mort ! Venez nous rejoindre pour vivre des aventures inoubliables !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [PV Ayumi] Si tu restes tranquille, tu auras un bonbon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maïwen

Purety in a demon's world
Purety in a demon's world
avatar

Messages : 257
Date d'inscription : 04/07/2013


Vos Infos
Race: Démon de Vent
Fonction : Bibliothécaire
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 30
Magie36
Armes42

MessageSujet: [PV Ayumi] Si tu restes tranquille, tu auras un bonbon.   Dim 31 Aoû - 2:53

Depuis quelques heures, les rumeurs allaient bon train dans le manoir. Pas que ce n'était pas normalement le cas, mais cette fois-ci, il s'agissait d'une nouvelle rumeur qui semblait en intéressé plus d'un. Aux dernières nouvelles, une ange en tenue d'infirmière aurait été aperçue sortant des appartements de Saytan pour se diriger vers la bibliothèque. Et avec les informations sur le groupe d'anges révolutionnaires que les habitants du manoir avaient reçues il y a peu de temps, ça avait de quoi attirer l'attention. Ou peut-être juste parce que plusieurs aimaient l'idée d'une ange infirmière, allez savoir.

Comme toute rumeur, celle-ci avait un fond de vérité. Et pas juste un fond cette fois. Dans la bibliothèque, Maïwen s’affairait à ranger les livres laissés sur les tables par les visiteurs, sans encore se rendre compte qu'elle était la source de ce ragot. Elle portait une robe rose pâle lui arrivant à mi-cuisse, à manche courte et boutonnée à l'avant, un peu sur le côté. De quoi s'y méprendre avec la tenue d'infirmière sexy classique, puisqu'elle portait également des bas longs, blancs. Et pour couronner le tout, elle portait deux petites couettes, faites avec une partie de ses cheveux, donnant un résultat assez mignon malgré la longueur de ceux-ci. Bien que ses vêtements étaient son choix, ce n'était pas le cas de sa coiffure. Voyez-vous, ce matin, Maïwen a visité la cité. Et après qu'elle ait raconté une histoire à un groupe d'enfants, un de ceux-ci lui a gentiment demandé la permission de la coiffer. Et la bibliothécaire n'a pas eu le coeur à défaire la coiffure une fois revenue au manoir.

Vous êtes donc maintenant au courant de la rumeur et de la source de celle-ci. Alors que notre ange, qui n'en est en fait pas une, continue de s'occuper de sa chère bibliothèque et de ses livres parfois désobéissants. Mais contrairement à ce que certains pensent, elle ne menace personne de piqure. Heureusement peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: [PV Ayumi] Si tu restes tranquille, tu auras un bonbon.   Dim 31 Aoû - 22:22

Citation :
La guerre victorieuse repose sur le mensonge. Quand vous êtes capable, feignez l’incapacité ; prêt au combat, semblez au repos ; proche, paraissez lointain, loin, faites semblant d’être près. Quand l’ennemi a l’impression d’avoir l’avantage attirez-le plus loin ; s’il est en déroute, écrasez-le ; s’il se concentre, soyez prêt à l’affronter, quand il est fort, évitez-le ; quand il est en colère, provoquez-le ; s’il est humble, soyez dominateur ; s’il se repose, harcelez-le ; si son armée est unie, divisez-la. Attaquez-le là où il ne s’y attend pas, surgissez à l’improviste.
A la guerre la surprise est la clé de la victoire……

La jeune fille posa doucement le livre sur ses genoux. Ce dernier s’était jeté à sa figure quelques minutes plus tôt alors qu’elle avait été plongée dans un article d’un témoin de guerre, relatant les faits soit disant horribles des affrontements qui faisaient rages ; la personne soulignait la cruauté immonde dont l’Homme était capable et cela la fit doucement rire, cependant lorsque l’objet lui arriva en main, elle ne put s’empêcher de le feuilleter un peu.
Ayumi ferma tranquillement le livre, la couverture de celui-ci était entièrement noire sur laquelle elle pouvait lire en lettres d’or « L’art de la guerre, Sun Zi ». L’édition était récente, et elle songea que c’était probablement une réécriture, peut-être même une interprétation mais elle trouvait heureux le hasard que ce fut cette œuvre en particulier qui l’attaqua, comme happée par son essence même, comme si elle ressentait que son contenu lui correspondait. Cette bibliothèque était amusante, elle donnait parfois l’impression d’être vivante et ce qui plaisait particulièrement à la guerrière était cette course d’obstacles qui lui fallait parfois affronter afin de trouver l’ouvrage qui l’intéressait ou bien tout simplement d’entrée dans le lieu. Bien sûr elle prenait cela avec amusement mais il lui arrivait parfois de n’être aucunement d’humeur et sentant alors son aura destructrice, la magie de cet endroit se tenait au calme.

Aujourd’hui, la gamine était en paix. Cela faisait à présent trois jours que sa rencontre avec Conquest s’était faite et elle devait reconnaître que depuis cet étrange échange, elle se sentait quelque peu plus sereine, comme si un verrou de sa cage dorée venait de céder sous ses incalculables assauts, laissant enfin entrevoir un peu de ténèbres dans cette lumière aveuglante. Cependant des verrous il en restait encore, et il lui faudrait donc garder patience. C’est ainsi qu’elle avait décidé de tuer un peu de son temps à la bibliothèque, fermant le dojo pour la journée, afin que Fangs lui-même puisse se reposer. Evitant de nombreuses attaques, elle s’était très vite retrouvée cachée dans les noirceurs d’un recoin, perchée tout en haut d’une étagère. Ayumi, tel un félin majestueux, aimait les hauteurs. Il était rare qu’une personne songe à lever le nez, et elle, elle pouvait ainsi observer et vaquer à ses activités en toute quiétude sans risque d’être dérangée.

La Guerre était entourée de nombreux recueils, œuvres, bouquins, journaux traitant de son influence à travers le monde, les époques et générations. Elle appréciait les écrits récents, ceux qui lui permettaient de s’informer sur le monde des vivants et qui lui relataient les exploits de ces derniers en son absence. Elle était satisfaite de constater que, bien qu’elle soit prisonnière de ce désolant manoir, son essence régnait et rongeait encore le cœur des Hommes. Un jour, elle retournerait dans l’autre monde et alors le chaos anéantirait la paix. Elle apporterait le mal sur toute la surface du globe humain, telle une vengeance trop préparée, et elle surpasserait l’œuvre humaine, réduisant au ridicule ces dites guerres mondiales.

Ayumi se laissa bercer un instant par cette pensée, puis comme rappelée à l’ordre, elle songea à ce qu’elle venait de lire. L’art de la guerre, la guerre même, était décidemment un jeu bien complexe. Elle en connaissait toutes les règles, toutes les astuces tel un maître du jeu, elle pouvait guider, diriger, ordonner, manipuler. Elle pouvait aider et détruire, faciliter ou anéantir. Elle était le marionnettiste dont les fils tenaient à leur bout tant d’âmes qu’elle pouvait elle-même construire son propre empire de combattants traumatisés, de guerriers esseulés, de psychopathes délaissés, d’assassins abandonnés, de veuves et d’orphelins vindicatifs, et cet empire elle pourrait véritablement le nommer enfer, contrairement à ce Club Med  post mortem.

*…quand il est fort, évitez-le Il serait bon qu’un jour je me mette à écouter ce conseil* Pensa-t-elle en se remémorant le duel contre son aîné, soixante-douze heures plus tôt mais il était évident que jamais elle ne suivrait cette pensée.
La Guerre était car les fous se lançaient dans des causes perdues, reniant leur défaite évidente, que les orgueilleux se pensaient invincibles et que les faibles s’attroupaient pour détrôner les puissants. La Guerre était car la force ne résidait jamais là où on l’attendait, et un éclair de génie dans un esprit d’ahurit pouvait retourner toute une situation.

L’attention de la jeune fille fut soudainement attirée par une blondinette drôlement vêtue qui venait d’entrer en ces lieux. Elle la reconnue comme la bibliothécaire qu’elle apercevait parfois lors de ses visites particulièrement discrètes. Son premier reflex fut de s’enfoncer un peu plus dans les ténèbres, prenant soin de cacher entièrement sa présence et d’observer cette personne. Peut-être était-il temps de s’intéresser à elle, après tout du peu qu’elle avait observé auparavant, cette dernière portait à son flanc une rapière malgré un caractère qui ressemblait à s’y méprendre à un ange, d’ailleurs Ayumi soupçonnait que ce fusse un ange déchu tant elle semblait pure.

Dans un premier temps, la gamine regardait, attentive, les moindres faits et gestes de l’étrangère puis son intérêt lentement s’estompa. Elle s’empara d’un livre qui trainait à ses côtés, et se mit calmement à le feuilleter. Cependant il sembla que la bibliothèque elle-même avait ses propres attentions en ce jour, et c’est ainsi que l’étagère sur laquelle elle était perchée, décida dans un ample mouvement de bascule de la projeter au sol. Ayumi se retrouva donc à terre, se tenant de toute sa petite grandeur dans le dos de Maïwen. Elle retint un soupir et se demanda s’il lui était encore possible de disparaitre sans que sa présence ne se fît remarquer après la traitrise du mobilier. A défaut, elle tourna tout simplement les talons, s’apprêtant à s’en aller tranquillement.

*Son aura de bonté m’écœure.*


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïwen

Purety in a demon's world
Purety in a demon's world
avatar

Messages : 257
Date d'inscription : 04/07/2013


Vos Infos
Race: Démon de Vent
Fonction : Bibliothécaire
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 30
Magie36
Armes42

MessageSujet: Re: [PV Ayumi] Si tu restes tranquille, tu auras un bonbon.   Ven 5 Sep - 1:20

Maïwen avait senti une présence assez familière à la bibliothèque. Elle ne pouvait pas se vanter de reconnaitre tous ceux la visitant par leur aura, mais celle du chevalier de la guerre était assez difficile à manquer, même lorsqu'elle n'était pas à sa pleine puissance. La démone n'empêchait personne de passer du temps avec ses livres, mais Ayumi faisait partie des rares personnes qu'elle surveillait un peu. Oh, elle lui faisait confiance et se doutait bien qu'elle n'aurait jamais à arrêter un combat en plein milieu de la bibliothèque (du moins, elle l'espérait fortement), mais pour le bien être des autres visiteurs, elle s'assurait que le chevalier ne laisse pas trop son pouvoir sur les émotions se manifester. Il n'y avait heureusement pas encore eu d'incident, au grand plaisir de la bibliothécaire.

Alors qu'elle savait très bien sous qui elle venait de passer, Maïwen fut un peu surprise d'entendre du bruit. Mais il fallait s'y attendre, avec le mobilier parfois capricieux que la demoiselle avait appris à connaitre. Elle se pencha pour commencer à ramasser certains livres qui étaient tomber, son sourire habituel sur le visage, aucunement fâchée d'avoir plus de ménage à faire. Pas qu'elle aimait le ménage, mais surtout parce qu'il n'y avait pas grand chose encore capable de la fâcher.

- Bonjour Ayumi. Excuse l'étagère, elle semble avoir une limite de temps assez variable pendant laquelle elle permet qu'on l'utilise comme siège. Je te conseille les fenêtres si tu veux être assise un peu en hauteur pour lire.

Maïwen n'avait pas pris la peine de se retourner pour parler. Elle savait qu'Ayumi était encore là. Elle n'avait pas remarqué que celle-ci s'apprêtait à s'en aller, mais elle n'avait pas voulu imposer une conversation au chevalier de la guerre. Elle continua donc son rangement en surveillant les mouvements de la démone, autant avec ses oreilles qu'avec sa détection de son aura.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Kumiko

Douce mélodie du Chaos
Douce mélodie du Chaos
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/08/2014


Vos Infos
Race: La Guerre
Fonction : Maître d'armes
Puissance:
PuissanceX/50
CAC 44
Magie18
Armes44

MessageSujet: Re: [PV Ayumi] Si tu restes tranquille, tu auras un bonbon.   Sam 6 Sep - 1:30

Et le peintre peignait. De ses pinceaux coulaient les encres, de ses doigts naissaient les formes, de ses couleurs apparaissaient la vie, de son imagination mourrait le réel. L’artiste s’enflammait dans une danse, perdu entre rêve et réalité, il ne savait plus ce qu’il devait voir, ce qu’il devait croire, mais la toile était la seule illusion qui lui fallait connaître. Là, sur cette page blanche se dévoilaient doucement deux formes, dos à dos. L’une portait les ailes noires telle la plus sombre des nuits, l’autre les ailes blanches, telle la lumière. Les noirceurs étaient imposantes, elles envahissaient, réduisant presque à néant le peu de pureté qu’il restait autours de l’ange, menaçant d’engloutir cette dernière.
D’une main agile, la page vola silencieusement, et la pointe d’un crayon vint naviguer sur cet océan incolore. Les vagues dessinèrent fort rapidement une faucheuse s’apprêtant à transpercer de son arme l’ange dont la chute était inéluctable.
Encore une page, cette fois-ci l’ange était suspendue, les ailes arrachées,  crucifiée par des chaînes à un mur ; puis une autre les ailes de l’ange lui étaient poignardées dans son propre cœur tels deux plumes dans un encrier ;  et une autre, et encore une autre….les feuilles s’envolaient, et le sol se couvrait. Des dessins par dizaines, des œuvres par centaines, des scènes par milliers, traitant d’un immuable thème.

Soudain, sa main se figea dans les airs. Un sourire se dessina sur son visage et il hocha légèrement la tête de gauche à droite, riant silencieusement. Avec délicatesse, il ramassa une à une ses esquisses, qu’il enferma dans une pochette de cuir, resserrée par une ceinture de la même fabrique et avec une gracieuse nonchalance, il se souleva de terre et s’en alla sans laisser la moindre trace de son passage.
Seaghdh, car tel était son nom, abandonna le couloir de la bibliothèque à présent vide de tout âme. Il avançait d’un pas lent, et son faciès de jeune homme à peine mature, abordait un air doux, serein bien que son regard était tels deux nuages. En effet, le démon était non-voyant et ce depuis son vivant, cependant il avait pu trouver dans sa mort une nouvelle manière de voir, ou plutôt de percevoir. Admirable… tel était son nom, le nom que son maître lui avait donné lorsqu’il lui dévoila les capacités qu’il avait en sa possession…. Lui qui avait toujours cru cela inutile de pouvoir percevoir les auras d’autrui et de les camoufler –outre le fait que cela lui permettait de se déplacer sans se heurter à toute personne qu’il croisait et d’avoir la paix en étant imperceptible- avait alors découvert qu’il pouvait servir. C’est ainsi que pour la première fois de sa vie, et de sa mort aussi, on lui prêta attention sans que ce ne fût pour se moquer de lui. La gratitude qu’il éprouvait pour son maître n’avait d’égale que l’amour des ténèbres qu’il côtoyait depuis son enfance, et sa loyauté était telle qu’il se transformait en ombre afin de devenir son espion parfait.

Dos à dos. Elles étaient dos à dos. Aucune n’avait daigné se retourner, cependant l’une avait eu l’audace de parler. Audace qui aurait dû lui coûter la vie mais la Guerre ne souhaitait pas gâcher sa bonne humeur  récemment acquise pour une créature comme elle. A ses yeux, Maiwen ne représentait que très peu de chose, il faut dire qu’elles ne se connaissaient pas, mais il était évident que l’intérêt que lui portait le cavalier était tout à fait inexistant malgré qu’elle fût la bibliothécaire et l’auteur de quelques livres qui pouvaient valoir le détour.
Le conseil la fit néanmoins serrer les dents et alors que les traits de sa mâchoire se contractaient, Ayumi libéra juste un peu de sa puissance à l’attention de la personne extérieure, lui signalant  par l’éveil d’un sentiment bien ciblé qu’elle n’avait pas besoin d’être présente ; sans doute car elle n’allait pas tarder à quitter ce lieu, sauf imprévu.

La jeune fille effectua un pas. Doucement elle s’accroupit, sur ses gardes et la main posée sur Shieien,  pour récupérer un ouvrage qui lui était sien et qu’elle glissa délicatement à l’intérieur de sa veste. Enfin, elle s’éloigna d’un pas de cette présence qui lui était désagréable, et d’une voix aussi tranchante et froide que le fil de sa lame, elle susurra :

« Qui vous a permise d'être aussi familière ?»
Espèce de créature irrespectueuse qui ose employer son nom sans même s’être proprement présentée et qui prend la liberté de lui donner des conseils lorsque cela ne lui est pas demandé.
*Serait-ce là de la provocation ?* Car il lui arrivait de manquer volontairement de respect afin d’apporter la graine du conflit et de cultiver le chaos mais si tel était le cas, Ayumi savait malgré tout garder son calme lorsqu’elle le voulait.

Sur ces bonnes paroles, la guerrière n’attendit pas de réponse et prit la direction de la porte de sa démarche calme et posée.


.
Embrassez la voie de la discorde,
Suivez-moi, guerriers,
Cette paix n'est qu'une guerre qui sommeille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [PV Ayumi] Si tu restes tranquille, tu auras un bonbon.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Ayumi] Si tu restes tranquille, tu auras un bonbon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Apprends tes leçons et tu auras un bonbon ♠ Ezys
» Quoi de plus tranquille que d'être seule dans un parc ? [PV Luuna Mc Gregor]
» Nuit tranquille..
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell :: La bibliothèque-